Iconographie

La Bibliothèque historique est riche d’images. Outre ses collections photographiques, séparées des autres formes d’images en raison de leur abondance et de leurs spécificités matérielles, affiches, estampes, cartes postales et dessins documentent l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France en petit et grand format.

En 1871, après l’incendie de la bibliothèque située dans l’Hôtel de Ville, Jules Cousin, directeur de la nouvelle Bibliothèque historique, lui lègue sa collection personnelle d’environ 8 000 estampes et dessins sur Paris. En 1898, alors que se séparent le musée Carnavalet et la Bibliothèque, cette collection, augmentée depuis le legs initial, est partagée entre les deux institutions. La collection d’images en feuilles revient au musée, tandis que les volumes reliés, les recueils d’estampes ou de dessins restent dans les collections de la Bibliothèque historique1.

Depuis la fin du 19e siècle, les types d’images collectés par la bibliothèque se sont diversifiés : outre les estampes, ont rejoint les collections des affiches, illustrées ou typographiques, des cartes postales et des dessins.

Affiches

L’intérêt pour la collecte d’affiches parisiennes a permis de faire entrer très tôt dans les collections ces documents d’une grande fragilité, souvent mal conservés et dont la valeur culturelle et scientifique est restée longtemps méconnue.

Estimée à environ 120 000 affiches, la collection d’affiches reste peu signalée, en particulier les affiches typographiques : environ 15 000 notices figurent actuellement sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Le traitement des affiches les plus anciennes (16e-18e siècles) est achevé.

Affiches historiques

La collection présente l’originalité d’être dans sa très grande majorité constituée d’affiches politiques, du fait de l’accent mis dès la fin du 19e siècle sur leur intérêt documentaire et historique, privilégiant les affiches typographiques (ou affiches-textes) au détriment des affiches illustrées à caractère esthétique ou publicitaire.

Les affiches les plus anciennes de la collection datent de l’Ancien Régime. Ces quelques 1 400 affiches sont en grande partie des placards d’annonces immobilières, d’annonces de décès, de réglementations et jugements, portant principalement sur Paris et l’Ile-de-France.

On compte également environ 2 200 affiches de la période révolutionnaire (1789-1799). L’histoire politique mouvementée du 19e siècle en France est aussi très bien représentée : révolution de 1848, Deuxième République, Siège de Paris et Commune, élections renseignent sur l’activité politique intense de cette époque.

En 1909, une donation du diamantaire Alphonse Ochs (1851-1932), de dimension plus internationale et rassemblant affiches, cartes postales et revues de presse, est venue enrichir la collection d’un ensemble exceptionnel sur l’affaire Dreyfus en France mais aussi dans les pays voisins (Belgique, Allemagne, Angleterre…).

La collection rassemble également un ensemble très important d’affiches du 20e siècle, en particulier autour des élections municipales de Paris et des grandes manifestations politiques, quels que soient les partis, tendances et mouvements d’opinion : Cartel des gauches, Front populaire, syndicalisme, mouvements féministes, guerre d’Algérie, fête du travail, Front national, élections municipales et législatives, mai 68


Le fonds s’avère exceptionnellement riche en ce qui concerne les deux guerres mondiales, tant au regard de l’histoire française qu’internationale. On y retrouve des sujets très variés : mobilisation, approvisionnement, transport, prisonniers, emprunt, assistance et sociétés de bienfaisance, actes de résistance ou propagande nazie.

La Seconde Guerre mondiale met un terme à la politique active d’acquisition d’affiches, qui reprend de manière moins systématique après la Libération. La désorganisation civile et les incertitudes quant à l’avenir de la Bibliothèque historique et à son implantation entravent alors l’enrichissement de ses collections. Relevons cependant un ensemble d’affiches contestataires liées à mai 1968, dont la collecte fut organisée après les événements à travers une campagne de décollage.

Affiches publicitaires et de spectacles

Si les affiches politiques l’emportent en nombre, la collection présente également de très beaux exemples d’affiches illustrées de manifestations culturelles et sportives ou d’affiches de spectacles et de cinéma, à Paris ou en banlieue parisienne. Signées de grands noms (Jean-Alexis Rouchon, Jules Chéret, Eugène Grasset, Jules Grandjouan…), elles permettent de se faire une idée assez précise des divertissements proposés dans la capitale et alentour, de la fin du 19e siècle aux années 1950 : les annonces de fêtes foraines et d’expositions y voisinent avec les affiches publicitaires autour des arts ménagers, des automobiles, des grands magasins de Paris, des spectacles de cabaret…


La bibliothèque conserve également un fonds exceptionnel d’affiches d’annonces de spectacle destinées aux colonnes Morris de Paris, datées de 1906 à 1912, provenant de leur imprimeur. Quelques centaines de ces affiches ont été restaurées ; leur numérisation fera l’objet d’une prochaine mise en ligne.

Affiche de colonne Morris : Cirque Métropole, Apollo, Théâtre Cluny, Théâtre Réjane, Théâtre des Nouveautés, Théâtre Antoine, 21 mai 1907, Bibliothèque historique, 0-AFF-000392.

Les affiches de spectacles de Paris et d’Île-de-France

La collection d’affiches de spectacles de petites dimensions (le plus souvent inférieures à 60 x 49 cm) issue en majorité de dons de l’Association de la régie théâtrale, rassemble des affiches de pièces de théâtres, concerts, spectacles de danse et d’humour, provenant des théâtres privés et publics parisiens et d’Ile-de France, particulièrement riche pour la seconde moitié du 20e siècle. Cet ensemble couvre environ 10 000 spectacles différents.

Plusieurs inventaires ont été réalisés pour décrire cette collection, en adoptant un classement topographique, par arrondissement (pour Paris) ou par département et commune (pour l’Ile-de-France) puis par salle de spectacle ou lieu de représentation.

Au sein de l’ensemble des affiches d’une même salle, on a distingué deux catégories : d’une part les affiches pour des spectacles, signalées spectacle par spectacle, classées dans l’ordre alphabétique, et d’autre part les affiches d’annonces de programmes et diverses (abonnements, fermetures, informations pratiques, etc.), signalées par lot et classées dans l’ordre chronologique.


Estampes

La collection a été constituée à partir de portefeuilles d’estampes donnés par Jules Cousin, premier directeur de la bibliothèque, et de dons ultérieurs, notamment ceux de Georges Hartmann (1847-1940), le président de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, et de Paul Blondel (1855-1924), rétrocédé par la Bibliothèque nationale. Elle a été arrêtée globalement avant la Seconde Guerre mondiale, quoiqu’on puisse trouver ponctuellement des images postérieures allant jusqu’aux années 1980.

L’iconographie parisienne en recueils

Une riche collection d’iconographie parisienne, composée de recueils d’estampes et d’images imprimées, couvrant les vingt arrondissements de Paris, constitue une part importante du fonds d’images de la bibliothèque. Collées sur carton et classées par rue ou par monument, les images de ces 1 600 recueils – soit environ 16 500 planches – , ont été numérisées. Ces images dont la vocation première est documentaire peuvent sembler modestes de par leur origine : défets de presse, extraits de publications sur l’architecture… Elles permettent cependant de parcourir l’histoire visuelle d’un monument ou d’un lieu.

La collection Parent de Rosan

Charles-Félix Parent (1798-1890), dit Parent de Rosan, banquier et collectionneur de livres, de manuscrits et d’iconographie, fit de la Ville de Paris le légataire universel de sa collection. D’abord conservée à la bibliothèque centrale du 16e arrondissement, elle a été transférée à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris en 1985, du fait de son caractère patrimonial.

Une estampe de la collection Parent de Rosan
La confrerie de saint Clair premiere fondée en l’église paroissiale de Saint Leu et Saint Gilles, à Paris, Paris : 1772, Bibliothèque historique, 1-EST-00008.

Constituée d’estampes historiques, topographiques, artistiques de la France et de divers pays étrangers mais aussi de dessins variés, estimée à environ 62 500 pièces2, la collection iconographique Parent de Rosan est actuellement en traitement. Son catalogue imprimé partiel, édité entre 1921 et 1924 sous la direction d’Ernest Coyecque, est désormais disponible en ligne.

Les images de confréries parisiennes et d’Ile-de-France

La Bibliothèque historique a acquis en 1987 du libraire et collectionneur d’imagerie populaire Louis Ferrand (1908-1997) un rare ensemble de près de 250 images de confréries. Parfois touchantes, souvent naïves, elles étaient émises par un groupe de personnes généralement issues d’une corporation de métier rassemblée autour d’un saint protecteur, dans un but de piété collective et d’assistance sociale. Les acheteurs les fixaient aux murs de leur boutique ou de leur logement. Œuvres d’art populaire, elles forment une source magnifique pour l’histoire des mentalités religieuses. La collection, entièrement numérisée, présente la diversité des grands saints patrons des confréries de métiers.


Dessins

Provenant de dons divers, la collection de dessins de la Bibliothèque historique rassemble principalement des dessins de Paris ou de voyages, à l’image des Fontaines de Paris dessinées par Jean-Marie Amelin au milieu du 19e siècle et des carnets de voyages de Maurice Sand, fils de George Sand3.

Elle comporte aussi des ensembles remarquables, comme les dessins de Fédor Hoffbauer ou, du côté du dessin de mode, les carnets de Madeleine Vionnet.

Fédor Hoffbauer (1839-1922)

Peintre français d’origine allemande, Hoffbauer a réalisé notamment des dioramas retraçant l’aspect des édifices et quartiers célèbres de Paris à travers l’histoire, exposés au public. Il participa à l’illustration de Paris à travers les âges (1875-1882) où ses lithographies accompagnent les textes d’historiens et archéologues. La bibliothèque a pu acquérir un ensemble conséquent de ses croquis de travail, dessins préparatoires et dessins aquarellés. Il est l’auteur d’une Vue de la Bastille et de ses environs en 1789, immense tableau exécuté pour l’Exposition spéciale de la Ville de Paris et du département de la Seine à l’Exposition universelle de 1889, qui orne la salle de lecture de la Bibliothèque historique depuis 1989, à découvrir également en ligne4.

Madeleine Vionnet (1876-1975)

Madeleine Vionnet a profondément influencé la mode moderne, en supprimant définitivement l’usage du corset et en inventant la coupe en biais et le drapé. Sa maison de couture, créée en 1912 rencontre un grand succès au lendemain de la Première Guerre mondiale. La Bibliothèque historique conserve 111 carnets de collections et 190 grands dessins à la feuille en couleurs de Madeleine Vionnet allant jusqu’à l’été 1939, année de la fermeture de sa maison de couture. La totalité des carnets est désormais numérisée.


Cartes postales

Environ 100 000 cartes postales, anciennes et modernes, complètent les collections iconographiques de la Bibliothèque.

Portant ou non des marques de circulation (timbres, correspondance…), les cartes postales topographiques de la collection représentent Paris et les communes d’Ile-de-France. Celles de la période 1880-1945 sont entièrement répertoriées dans le catalogue en ligne. Les cartes postales de Paris sont numérisées et consultables à distance.

Les cartes postales dites “modernes”, dont l’édition débute après 1945, ont quant à elle fait l’objet d’un pré-classement mais ne sont pas encore cataloguées. Si elles figurent la même aire géographique, leur style évolue fortement par rapport aux cartes postales d’avant-guerre : d’une représentation humaniste ou quotidienne, on passe à des vues touristiques destinées à montrer des monuments ou des ambiances de rues très différentes.

Outre les vues de Paris et de l’Ile-de-France, la Bibliothèque conserve également des cartes postales classées de façon thématique et des portraits. C’est le cas des séries de cartes postales sur la crue de la Seine de 1910 ou encore des cartes postales illustrant l’affaire Dreyfus, issues du don de la collection du dreyfusard Alphonse Ochs à la Bibliothèque historique en 1908.


Mise à jour le 13/04/2022 : ajout d’un paragraphe concernant les affiches de spectacles et actualisation de la volumétrie des différents ensembles.

  1. Ils se trouvent actuellement au département des manuscrits, à la réserve, ou encore dans le fonds des imprimés. []
  2. Bibliothèque de Parent de Rosan. Journal des acquisitions d’estampes, de mars 1870 à novembre 1888. État numérique et valeur estimative, Bibliothèque historique, Ms PR 108. []
  3. Voir notamment un article consacré à ces dessins sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. []
  4. Voir également l’article de Juliette Jestaz portant sur ce tableau sur le blog de Gallica : https://gallica.bnf.fr/blog//survolez-paris-en-1789. []

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search