Naoum Aronson : un sculpteur russe parisien

H.C. Hellis, Naoum Aronson dans son atelier à côté de son buste de L. Tolstoï,
1902-1925, 4C-EPF-009-0102

Connaissez-vous Naoum Aronson (1872-1943) ? Non alors, suivez-nous à la découverte d’un homme encore peu étudié qui mérite d’être redécouvert. La Bibliothèque historique conserve le fonds photographique de près de mille tirages, complété d’archives personnelles, donné par Genya Markon, descendante du sculpteur, en 1998. Nous la remercions encore de la confiance qu’elle nous a témoignée.

Un sculpteur russe à Paris

“Séduit par un attrait quasi mystique pour ce Paris qu’il imaginait comme un jardin lumineux, il était parti avec ses maigres économies à la poursuite de son rêve.”

Paul Vitry (1872-1941), Naoum Aronson, Art et décoration, janvier 1912

Originaire de l’ancien Empire russe, Naoum Aronson se rend à Paris en 1891 pour terminer ses études à l’école des Arts décoratifs dans l’atelier d’Hector Lemaire (1846-1933) et l’Académie Colarossi qui propose des cours de sculpture d’après modèle1. Il y revient après 1896 et s’y installe définitivement. Il expose alors aux Salons du Champ-de-Mars et à ceux de la Société nationale des Beaux-Arts dont il devient sociétaire en 1909.

Dans ce fonds de photographies, on trouve plusieurs vues de son appartement et de son atelier parisiens, encombrés d’œuvres (voir la description ravie de la visite de son atelier par M. Testard2). C’est sans doute là qu’il travaille sur son groupe Les Adolescents, présenté au Salon de 1909, ou bien sa fontaine L’Offrande.

Cet ensemble, acheté par l’État à l’Exposition des Arts décoratifs de 1925, est déposé à la Ville de Paris en 1933. La fontaine est installée, ensuite, Cours la Reine (8e arrondissement) à l’emplacement actuel du monument à Albert Ier.

Aujourd’hui, on la retrouve au jardin de Reuilly (12e arrondissement) sans son socle d’origine, avec colonnettes et mascarons, qui est conservé en réserve.

Bernès, Marouteau et Compagnie, Naoum Aronson sur le chantier de la fontaine L’Offrande, 1925, 4C-EPF-009-0140
Le logement de Naoum Aronson au 93, rue de Vaugirard en 2023

Une note manuscrite au dos d’une des photographies atteste qu’il loge au 93, rue de Vaugirard (6e arrondissement)3.

Il vit donc dans le quartier de Montparnasse qui compte une grande communauté russophone. La sculptrice Chana Orloff (1888-1968), qui habitait au 66-68 rue d’Assas (6e arrondissement)4, déclarait y avoir trouvé là “un vrai paradis”5. En 1929, Thérèse Bonney (1894-1978), va lui rendre visite, non loin, dans son nouvel atelier au 7 bis, villa Seurat (14e arrondissement)6. La photographe américaine rencontre également Naoum Aronson en 1927 .

Selon H. Menegaldo, les émigrés russes de Paris, dont les associations sont actives, ont une vie communautaire très riche7. Sans revenir sur l’engouement des Ballets russes de S. de Diaghilev au début du XXe siècle, les Russes sont très présents dans la vie artistique et culturelle parisienne : plusieurs artistes de l’école de Paris sont russophones. On pense à Marc Chagall (1887-1985), Ossip Zadkine (1890-1967), Jacques Lipchitz (1891-1973) ou Michel Kikoïne (1892-1968). Ces sculpteurs ou peintres sont attirés, comme Aronson avant eux, par la vivacité de la capitale française de cette époque. Montparnasse compte alors plusieurs académies, des ateliers comme la cité Falguière8 ou la Ruche (15e arrondissement) que fréquente le peintre Chaïm Soutine (1893-1943). On trouve aussi à Montparnasse des cafés pour se retrouver et échanger comme à la Rotonde (6e arrondissement), le Dôme9 puis à la Coupole (14e arrondissement). Après 1918, Montparnasse devient, d’ailleurs, un haut lieu de divertissement pour toute la capitale.

Bernès, Marouteau et Compagnie, Naoum Aronson au travail sur son groupe Les Adolescents, 1920-1938, 4-EPR-01446

Durant ses années parisiennes, Aronson répond à plusieurs commandes officielles en France10 mais aussi en Allemagne, aux États-Unis ou en Afrique du Sud. Il reçoit les honneurs de la République française “au titre de l’Exposition de 1937” en devenant officier de la Légion d’Honneur en 193811. Il a, notamment, participé à la décoration du Palais de Chaillot inauguré pour l’Exposition universelle12.

Mais ses liens avec la Russie sont indéfectibles : il expose à la section russe de l’Exposition universelle de 1900 et en Russie (à Moscou en 1902; à Saint-Pétersbourg, deux ans plus tard)13. Il tient aussi un rôle de passeur quand il accueille des artistes russes auprès de lui : le sculpteur Joseph M. Tchaikov (1888-1979) est le plus connu. Ce serait grâce à Aronson que Tchaikov obtient une bourse de la Société de secours des artisans de Kiev pour venir à Paris vers 191014. En 1932, Aronson est nommé parmi les membres du comité organisateur d’une “exposition d’art russe contemporain” que compte le célèbre Ivan Bilibine (1876-1942), les peintres Alexandre Benois (1870-1960), Boris Grigoriev (1886-1939) et Natalie Gontcharova (1881-1962)15. D’ailleurs, en 1938, il pose pour la jeune peintre Moussia Toulmann (1903-1997).

Dans ce fonds, on retrouve de nombreuses photographies des oeuvres du sculpteur, notamment celles qui représentent des personnalités russes : la chorégraphe et mécène russe installée en France Ida Rubinstein (1885?-1960), les hommes de lettre Ivan Turgenev (1818-1883), Vladimir Maiakovsky (1893-1930), Grigorij Raspoutine (1872-1916) ou le révolutionnaire Vladimir Lénine (1870-1924). Ce portrait de Vera Fedorovna Komissarjevskaïa (1864-1910), actrice et directrice de théâtre, était destiné au théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg. A cet ensemble s’ajoute un buste d’ouvrier russe.

Anonyme, Vera Fedorovna Komissarjevskaïa, 1913-1940, 4C-EPF-009-0832
Anonyme, Ouvrier russe, 1934-1935, 4C-EPF-009-0705

“Tourguenieff (…) cette autre grande figure colossale sortit de son ébauchoir, éclatante de vie, saisissante de ressemblance morale et de caractère.”

Paul Vitry (1872-1941), Naoum Aronson, Art et décoration, janvier 1912

L’attitude antisémite de la Russie excluait toute possibilité pour le sculpteur d’origine juive d’y intégrer une académie d’art. Paris lui offre une liberté d’apprentissage et des rencontres professionnelles. E. Haumant identifie, vers 1880 et ce, bien avant la signature de l’Alliance franco-russe, une émigration d’étudiants russes en France et parmi eux, des “Israélites russes qui (…) cherchaient un diplôme précisément pour ne pas retourner en Russie”16. D’ailleurs, nombreux sont les artistes russes de Montparnasse qui sont juifs. En 1951, le journaliste Hersh Fenster (1892-1964) invoque la mémoire de cette communauté d’artistes juifs qui fréquentaient les cafés du quartier, ces “ambassadeurs spirituels de notre peuple”17.

Ce fonds contient plusieurs images de sujets bibliques traités par Naoum Aronson durant ses années parisiennes18. On trouve des documents en hébreux dans les archives du fonds non encore traitées. Naoum Aronson s’implique, d’ailleurs, au sein de la communauté juive parisienne : il est signataire d’appel de fonds comme, avec Léon Blum (1872-1950) et Léon Brunschvicg (1869-1944), pour la section française du Keren Hayessod19 ou pour le maintien d’une colonie d’enfants juifs pauvres à Berck-Plage en 1935. Ce dispositif est également soutenu par l’homme politique François de Tessan (1883-1944)20.


Anonyme, Bar-Mitsva, garçon au tephillin,
1913-1940, 4C-EPF-009-0864
Anonyme, Moïse,
1925-1926, 4C-EPF-009-0851

Sans doute victime de pogrom21 puis étudiant sans le sou, Naoum Aronson s’est naturellement impliqué dans des œuvres sociales autant que pacifistes comme le fonds universel de la Paix. Il noue ainsi des amitiés avec l’écrivain pacifiste Romain Rolland (1866-1944)22 et l’homme politique Edouard Herriot (1872-1957)23. On retrouve aussi la trace d’une correspondance avec le philosophe Albert Houtin (1867-1926)24 et la journaliste féministe Louise Weiss (1893-1983)25.

Avec l’avènement du gouvernement de Vichy en 1940, il n’est plus possible pour lui de rester en France. Il part avec sa femme en Espagne. Le couple parvient finalement aux États-Unis où Naoum Aronson reprend ses activités jusqu’à son décès trois ans plus tard26. En application de la loi du 23 juillet 1940, ses biens sont alors mis sous séquestre et il est déchu de sa nationalité française en 194227. Cette loi visait les Français qui avaient quitté le pays entre le 10 mai et le 30 juin 1940 pour se rendre à l’étranger sans autorisation : on notera qu’Aronson avait obtenu sa naturalisation en 192428. Un an plus tard, un immeuble, situé 29, rue Dubigny (17e arrondissement), lui appartenant “en tout ou en partie”, est pourvu d’un administrateur par le commissaire général à la question juive29.

Un fonds photographique mais pas seulement

Le fonds photographique a été classé en deux grands lots :

  • On trouve d’abord plusieurs portraits du sculpteur dont certains pris dans sa jeunesse, des photographies de ses ateliers successifs et de ses proches dont probablement Luba Aronson, sa nièce qui a conservé ce fonds pendant plusieurs années. Peu de photographies sont signées mais on peut mentionner les photographes réputés Henri Manuel (1874-1947), Albert Harlingue (1879-1963), Marc Vaux (1895-1971) ou Pierre Choumoff (1872-1936)30. Ce dernier a suivi plusieurs artistes comme C. Monet (1840-1926) et A. Rodin (1840-1917), lui-même grand collectionneur de photographies. De son côté, Albert Harlingue a réalisé des reportages sur le milieu artistique parisien31
Anonyme, Naoum Aronson travaillant sur son buste de Pasteur, 1922-1923, 4C-EPF-009-0133
  • Il y a, surtout, des photographies des sculptures de Naoum Aronson prises à différentes étapes de leur création, du modelage jusqu’à la taille. Peut-être en possédait-il plusieurs jeux pour des envois32 ? La plupart d’entre elles sont de Bernès, Marouteau et Compagnie, spécialistes de photographies de sculptures : plusieurs tirages portant leur signature sont conservés au Petit Palais – musée des Beaux-arts de la Ville de Paris.
Bernès, Marouteau et Compagnie, Tête d’ange, 1890-1940, 4C-EPF-009-0263
Bernès, Marouteau et Compagnie, Tête d’ange, 1890-1940, 4C-EPF-009-0261
Archives du fonds Naoum et Luba Aronson, en cours de traitement

Il ne faut pas oublier la partie du fonds qui concerne sa nièce Luba Aronson (1888-1981), femme de lettres connue sous le pseudonyme d’Aimée Alexandre. Naturalisée française en 1938, elle a aussi vécu à Paris puis à Neuilly-sur-Seine. La partie du fonds comportant des archives non photographiques est en cours de traitement : il correspond principalement à des documents personnels (pièces d’identité du sculpteur, cahiers de travail de l’écrivaine, etc.).

Les affinités entre Naoum et Luba sont encore à découvrir mais leurs travaux se répondent. En 1960, Luba Aronson publie Le Mythe de Tolstoï, essai de biographie psychologique alors que son oncle a rencontré l’écrivain russe en 1902 : le fonds compte ainsi des portraits inédits de l’auteur d’Anna Karénine et de sa famille.

L’année suivante, elle vend un exemplaire du groupe Les Adolescents destiné aux collections des musées de la Ville de Paris33.

Naoum Aronson : une œuvre et des perspectives

En accentuant le mouvement et l’expressivité à la manière d’A. Rodin, il est défini comme un sculpteur symboliste. Aronson révèle dans ses œuvres ce que Paul Léon (1874-1962), directeur des Beaux-Arts, considère comme de « vivants contrastes » (voir le Catalogue de l’exposition des oeuvres de Naoum Aronson : statuaire : du lundi 10 mai au mercredi 10 juin 1926, Galerie Decour, [Paris]). Son importante rétrospective parisienne en 1926 rassemble des bustes déjà célèbres de Chopin, Berlioz, Pasteur ou Beethoven.

Lors de cette exposition, les visiteurs voient le Berceau d’amour de Naoum Aronson et sa Salomé en marbre noir qui rejoint les collections du musée du Luxembourg à Paris34. Salomé, dite aussi La douleur de Salomé, est régulièrement comparée à la Danaïde d’A. Rodin. Naoum Aronson a certainement vu l’œuvre de Rodin puisque la Danaïde est acquise par le musée du Luxembourg en 1890.

Bernès, Marouteau et Compagnie, Salomé, 1920-1940, 4C-EPF-009-0293
Anonyme, Jeune homme, 1895-1940, 4C-EPF-009-0243

Cette sculpture au thème mythologique, prétexte à une mise en valeur des lignes du dos et de la nuque par A. Rodin, se nomme aussi La Source. Ce thème aquatique, à la fois classique et symbolique, est récurent dans le travail du sculpteur russe : Au murmure de l’eau, Baigneuse, Enigme, Pensée, l’Éveil, Silence mystique, etc. Des sujets symbolistes que l’on retrouve aussi dans l’œuvre de Lucien Schnegg (1864-1909), passé par l’atelier de Rodin35. De son côté, l’historien de l’art Paul Vitry (1872-1941) propose pour Aronson une autre figure tutélaire : le sculpteur Albert Bartholomé (1848-1928).

Beaucoup des sculptures de Naoum Aronson sont aujourd’hui dispersées. En 1945, un certain A.F. revient sur la vente dans des “conditions désastreuses” par l’Administration des Domaines de l’Etat du fonds d’atelier de l’artiste deux ans plus tôt. Le bronze de Beethoven est acquis par le Comité des métaux non ferreux : “on devine pour quel usage…Sacrilège et Vandalisme”36. Si le sculpteur dépose des pièces au musée du Louvre avant son départ de France, d’autres seront mises à l’abri chez des amis.

À Paris, le musée du Petit Palais – musée des Beaux-arts de la Ville de Paris ainsi que le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme conservent plusieurs sculptures d’Aronson. Le musée du quai Branly – Jacques Chirac possède, dans ses réserves, les bas-reliefs de La France et ses colonies datant de 1937. Le buste de Pasteur, dévoilé en 1923, doit être en place dans le jardin de l’institut éponyme, en bordure de la rue Dutot (15e arrondissement) : l’institut en conserverait d’autres exemplaires37. Au Palais des Beaux-Arts de Lille, on trouve un buste en plâtre teinté de Pasteur.

Ses œuvres sont nombreuses en Russie, mais la plupart sont aujourd’hui conservées en Israël au Petach Tikva Museum of Art מוזאון פתח תקוה לאמנות qui lui a consacré deux expositions.

Anonyme, Naoum Aronson au travail, 1923-1940, 4C-EPF-009-0136

Ce corpus présente évidemment un intérêt iconographique pour qui s’intéresse à l’œuvre de Naoum Aronson, mais aussi à la sculpture du début du XXe siècle en France.

Cependant, un travail d’identification sur l’œuvre de ce “poète éloquent de la tristesse des êtres et des choses”38 reste à faire. En 1911, à la sortie d’une monographie consacrée à l’artiste, le journaliste F. Monod remarque que la vie du sculpteur est alors “moins connue, en France, que ses ouvrages”39. Or, la plupart des sculptures représentées dans ce fonds, commandes privées ou allégories, n’ont pu toutes être identifiées.

Il est temps, aujourd’hui, de le retrouver dans son entier et pourquoi pas tenter de comprendre ce qui a condamné Aronson et ses sculptures “à l’oubli”40. Marie Vacher, étudiante à l’École du Louvre, nous propose un autre terrain de recherche : “Le rôle de Naoum Aronson dans les réseaux artistiques entre Europe occidentale et orientale au début du XXe siècle est encore à découvrir.”41 Pour l’historienne de l’art Musya Glants, du Davis Center for Russian Studies de l’Université d’Harvard, ce travail pourrait devenir une véritable quête puisque “tout comme Aronson n’appartient à aucun mouvement artistique, il n’appartient à aucun pays”42.

Cet article nous permet de remercier chaleureusement Sarah Appert et Askinya Byuraeva-Lepoutre pour leur aide précieuse de traduction.


Lien vers l’inventaire du fonds Naoum et Luba Aronson : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-XQO



Citer ce billet
Caroline Lahaye (2023, 13 juin). Naoum Aronson : un sculpteur russe parisien. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfu

  1. D. Jarrassé, “Un sculpteur symboliste russe à Paris”, in J.-C. Marcadé, Le dialogue des Arts dans le Symbolisme russe, [actes du colloque], Bordeaux, 12-14 mai 2000, Lausanne-Paris : l’Âge d’homme, 2008, pp. 146 []
  2. Comoedia illustré : journal artistique bi-mensuel, 15 mai 1910, pp. 467-468 []
  3. Voir la photographie 4C-EPF-009-0178 et Paris-adresses : annuaire général de l’industrie et du commerce de Paris et du département de la Seine, 1er janvier, 1907, p. 178 ou Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, 1er janvier 1908, p. 20 []
  4. voir les photographies de Thérèse Bonney (1894-1978) NV-006-00464 []
  5. J.-M Driot, Les Heures chaudes de Montparnasse, Paris, Hazan, 1996 []
  6. voir la NV-006-08523 []
  7. Hélène Menegaldo, Les Russes à Paris 1919-1939, Les éditions Autrement, Paris 1998, p. 11 []
  8. l’Atelier 11 va faire l’objet de travaux de restauration prochainement []
  9. pour l’ambiance voir la photographie 4C-EPF-006-00497 de T. Bonney (1894-1978), en 1924 []
  10. Pour ses achats d’œuvres par l’État voir aux Archives nationales, le dossier f/21/6968 et f/21/6777 []
  11. Le journal, 10 novembre 1938, p. 4 []
  12. voir sa statue l’Eté dans le grand foyer du théâtre []
  13. D. Jarrassé, “Un sculpteur symboliste russe à Paris”, in J.-C. Marcadé, Le dialogue des Arts dans le Symbolisme russe : [actes du colloque], Bordeaux, 12-14 mai 2000 Lausanne-Paris : l’Âge d’homme, 2008, pp. 143-152 []
  14. Marie Vacher, Joseph Moiseevitch Tchaikov. De la Ruche des Makhmadim à l’idéologie soviétique (1910-1937). Les Cahiers de l’École du Louvre, 2012 []
  15. L’intransigeant, 2 juin 1932, p. 2 []
  16. E. Haumant, La culture française en Russie (1700-1900), Paris, Hachette, 1913, p. 469 []
  17. H. Fenster, Undzere farpaynikte kinstler Nos artistes martyrs, Paris, Hazan / MAHJ, 2021 []
  18. Voir la description de ces œuvres dans L’Univers Israélite, 4 juin 1926, p. 148 et D. Jarrassé, “Un sculpteur symboliste russe à Paris”, in J.-C. Marcadé, Le dialogue des Arts dans le Symbolisme russe : [actes du colloque], Bordeaux, 12-14 mai 2000 Lausanne-Paris : l’Âge d’homme, 2008, pp. 143-152 []
  19. La tribune Juive, n° 147, 9 novembre 1922, p. 8 []
  20. Le Journal Juif, 21 juin 1935, p.5 []
  21. Il est cité en tant que témoin, avec Maxime Gorki (1868-1936) et Joseph Kessel (1898-1979), dans l’affaire des pogroms de Proskurov de 1919, in La Croix, 21 octobre 1927, p. II []
  22. Bibliothèque nationale de France, fonds Romain Rolland, NAF 28400 []
  23. il illustre son livre sur La vie de Beethoven en 1929 []
  24. voir Bibliothèques nationale de France, Papiers d’Albert Houtin, NAF-15688 f.470 à 489 []
  25. voir Bibliothèque nationale de France, Papiers de Louise Weiss, NAF, 17807, F. 34-36 []
  26. Sa nécrologie est visible dans le B’nai B’rith Messenger⁩, 3 décembre 1943 []
  27. Archives nationales, fichier BB/27/1421 et AJ/40/611 []
  28. voir la lettre du ministère de la Justice datée du 28 juillet 1924 dans le fonds d’archives Naoum et Luba Aronson []
  29. Journal officiel de la République française, 16 avril 1943, p. 1049 []
  30. L’Agence Roger-Viollet conserve, depuis 1945, les négatifs de P. Choumoff. Ceux du reportage de R. Harlingue sont référencés sous les cotes : 7102-10, 7102-11 et 7102-22 []
  31. Dans l’atelier : l’artiste photographié, d’Ingres à Jeff Koons : [exposition], Petit Palais, Musée des beaux-arts de la Ville de Paris, Vicence, Impr. L.E.G.O., 2017, p. 140 []
  32. Deux lettres autographes signées évoquent l’envoi de photographies au Salon, INHA, Archives, autographes, manuscrits, dessins, objets et photographies de la bibliothèque de l’Institut, Autographes 166, 7 []
  33. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 5 mai 1961, p. 29 []
  34. Catalogue des peintures, sculptures et miniatures, par Charles Masson, Musée national du Luxembourg, Paris, 1927, p.55 []
  35. Amandine Placin-Geay, La « bande à Schnegg » : examen d’un groupe de sculpteurs indépendants in Histoire de l’art, Année 2003, pp. 45-55 []
  36. Les Ventes publiques en France, 1er janvier 1945, pp. 241-242 []
  37. Trois lettres du Ministère de l’Instruction publique adressées à Aronson, entre 1923 et 1938, confirment la commande d’un buste de Louis Pasteur en marbre puis de répliques en bronze destinées au Consulat de France de Los Angeles, voir Archives de l’Institut Pasteur, Collection des fonds d’archives de l’administration, DR.DOS.5. []
  38. The New York Herald, édition parisienne, 23 juillet 1911, p. 7 []
  39. Art et décoration, 1er janvier 1912, p. 4 []
  40. The Exhibition that never happened : The Naum Aronson Cases, Petach Tikva Museum of Art, Tel Aviv, 2017 []
  41. Marie Vacher, “Joseph Moiseevitch Tchaikov. De la Ruche des Makhmadim à l’idéologie soviétique (1910-1937)” in Les Cahiers de l’École du Louvre, 2012 []
  42. Musya Glants, “Nam Aronson”, in Experiment Centrifuge : Memoirs, Letters and other Documents from the Era of Russian Modernism, Los Angeles: Institute of Modern Russian Culture, Vol. I, 1995 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search