Le Soroptimist : un club féministe à Paris (1926-1957)

En octobre 2021, les soroptimistes du monde entier ont célébré le centenaire de la création de leur premier club. Fondé en 1921 à Oakland en Californie, le Soroptimist se présente comme un mouvement interprofessionnel féminin de lutte en faveur du droit des femmes. Le nom de l’association trouve d’ailleurs son origine dans l’expression « sorores ad optimum », sœurs pour le meilleur. Afin de marquer l’événement, la Bibliothèque historique a numérisé en 2022 le bulletin de la section française, le Soroptimist-Club. Union féminine des intérêts professionnels, qui n’est actuellement conservé qu’à la Bibliothèque historique et à la Bibliothèque nationale de France.

Le club de Paris

Le club de Paris, premier club d’Europe, est créé en 1924 par Suzanne Noël, première femme chirurgien esthétique en France, notamment connue pour avoir réparé des « gueules cassées » de la Grande Guerre. Après la création du Soroptimist de Paris, Suzanne Noël contribue à l’ouverture d’une douzaine de nouveaux clubs à travers le monde entier. Au cours du printemps 1929, elle participe à l’inauguration du club de Milan, et voyage jusqu’à Pékin et Tokyo pour faire connaître les valeurs soroptimistes.

Le club de Paris réunit 80 membres fondateurs, représentant chacune une profession différente : Alice La Mazière, journaliste, membre de l’Union française pour le suffrage des femmes, en est la première présidente. Les réunions des soroptimistes se déroulaient plusieurs fois par mois lors de déjeuners organisés « le premier mardi de 12h à 13h30 (précises) ». Des dîners se tenaient le troisième mardi du mois, tandis que le quatrième mardi était réservé aux réunions amicales et d’affaires ; les comptes-rendus de ces réunions étaient ensuite rendus publics à travers le journal du club. Toutes investies dans la vie professionnelle, les soroptimistes sont également activement impliquées dans la vie de la communauté. Ainsi, ses membres participent tous les ans à des ventes de charité dont les bénéfices sont reversés à l’œuvre sociale la « Résidence ». D’autres membres du club sont présents à l’inauguration de galas ou encore organisent des concours destinés à restaurer les arts traditionnels en France.

Menu du dixième anniversaire de la création du Soroptimist-Club (Bibliothèque historique, 4-MS-FS-15-1654)
Lettre d’invitation pour le dixième anniversaire de la création du Soroptimist-Club (Bibliothèque historique, 4-MS-FS-15-1654)

Dès 1926, la section parisienne édite le premier numéro du bulletin, le Soroptimist-Club, dont la publication s’étale sur presque trois décennies jusqu’en 1957. Edité tous les mois, le Soroptimist s’adresse aux membres de l’association qui sont majoritairement des femmes actives. 

Contrairement aux autres revues féminines de l’époque, il n’aborde aucun sujet mondain, ne contient aucune rubrique de décoration, de cinéma, de mode ou d’art de vivre. Il n’est également pas illustré par les photographes et dessinateurs de l’époque et ses articles ne sont pas signés par les personnalités du monde intellectuel et artistique.

Le Soroptimist est en effet un bulletin de liaison dont le but essentiel est de « rapporter tous les événements de la vie du Club et de relater aussi complètement que possible l’activité de ses membres … ».

Vie et mort d’une revue

Le Soroptimist-Club, publié de 1926 à 1957 a connu de nombreuses évolutions formelles durant son existence, changeant notamment en fonction des collaboratrices qui appartiennent toutes au mouvement.

Les comptes-rendus mensuels et la liste des nouveaux membres se retrouvent tout au long de l’existence du journal. D’autres rubriques sont plus ponctuelles comme la liste des naissances, la rubrique nécrologique, les prix et les nominations aux postes à responsabilité auprès des Ministères.

Avec les numéros de 1927, le Soroptimist de Paris publie ses premiers rapports financiers. Exposant de manière détaillée les recettes et les dépenses, nous découvrons que les « Cotisations et droits d’entrée » constituait le poste le plus important qui avait rapporté 17 105 Francs en 1937 (tract du Soroptimist-Club, Bibliothèque historique, 8-MS-FS-15-1504).

Dans les années 1920, plusieurs clubs sont inaugurés dans les grandes villes : chaque numéro du Soroptimist-Club offre donc des informations concernant les autres cellules du Soroptimist, notamment celle de Marseille, Toulouse ou d’Alger. Quant aux collègues de l’étranger, le bulletin donne régulièrement des nouvelles concernant leur activité. Les annonces publicitaires trouvent aussi une place importante dans les pages du journal. Selon un article du deuxième numéro, cela devait permettre aux soroptimistes françaises de se faire connaître de leurs « collègues » anglaises et américaines. Destiné à être diffusé à l’étranger, le Soroptimist contient ainsi entre le numéro d’avril-mai 1927 et avril 1935 des rubriques et des résumés en anglais.

Exemple de publicités présentes dans le Soroptimist-Club (numéro 1, 1926, Bibliothèque historique, 2-PER-1229)

A partir d’avril 1935, et pour une durée d’un an, le bulletin propose désormais une chronique mensuelle traitant des thématiques des plus variées tel que : « le rôle de la décoration dans la reliure », la « chirurgie esthétique sociale » ou encore le problème de la « démutisation des enfants sourds-muets ». Cependant, les sujets touchant à la femme, son rôle dans la société, la défense de son travail et la réconciliation entre sa vie de femme mariée et le travail occupent la place la plus large.

A l’automne 1937, à la suite d’une décision de l’Assemblée Générale, le Soroptimist change de format et de périodicité.

Nous avons voulu essayer de vous offrir un journal intéressant, constituant à la fois un lien entre nous, une information générale sur le soroptimist du monde entier, une documentation sur le travail féminin, un aperçu d’ensemble sur la vie féminine ; et véritable gageure de réaliser en même temps un journal ‘’à bon marché’’. Il fallait, en effet alléger la lourde charge que représente aujourd’hui toute entreprise de presse, charge devenue excessive pour nos budgets.

Publié désormais tous les deux mois, il incite tous ses membres à y participer en envoyant des comptes rendus de leurs activités, des récits de leurs voyages ou tout article touchant à la vie artistique, littéraire et technique.

Le bulletin est le lien commun ; il est aussi la chose commune. Il faut donc que son fonctionnement soit l’œuvre de nous toutes.

Le Soroptimist-Club, novembre 1937

Nos informations sur les activités du club de Paris sont cependant beaucoup plus pauvres à partir des années 1940, date à laquelle la collection de la Bibliothèque historique s’arrête, bien que ce titre ait été publié jusqu’en 1957.

Cette revue constitue ainsi une source précieuse pour l’histoire des mouvements féministes : elle permet de suivre mois par mois, avec une grande précision, les activités et le fonctionnement de cette association tout en offrant une tribune pour permettre à ses membres de s’exprimer librement.



Citer ce billet
Ecaterina Petrescu (2023, 25 janvier). Le Soroptimist : un club féministe à Paris (1926-1957). L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search