La Tournée Baret arrive !

Illustration de Job pour C’est ma tournée, vers 1907, BnF, Gallica

La vie théâtrale des provinces françaises connaît de profonds changements dans la deuxième moitié du 19e siècle, sous les effets conjugués du décret impérial prononçant la liberté des entreprises théâtrales (1864) et le développement du chemin de fer. Le défi économique que constitue pour les municipalités l’exploitation d’un théâtre les conduit à rechercher des modèles de gestion les moins coûteux possible. C’est dans ce contexte que les entreprises de tournées se développent, suppléant ici à la disparition d’une troupe sédentaire et desservant là des villes qui n’en avaient jamais eues.

Charles Baret, le Napoléon des tournées

Charles Baret (Nantes, 1861-Paris, 1934), fils de pharmacien, abandonne rapidement ses études de médecine pour se consacrer à la peinture puis au théâtre. Il débute dans le monologue et la chanson comique au début des années 1880, est engagé à Paris au théâtre des Variétés, puis consacre bientôt toute son énergie à l’organisation de tournées théâtrales1

Charles Baret, Bibliothèque historique, 4-TEP-000673

À partir de 1891, partout en France, de grande ville en petite ville, mais aussi en Belgique et au Luxembourg, ou encore au Liban, en Algérie, en Égypte et au-delà, Charles Baret fait tourner des spectacles, créés pour la plupart à Paris, Paris qui fait la loi en matière de production théâtrale jusqu’après la fin de la seconde guerre mondiale. Il obtient également la direction de théâtres de province ou de l’étranger, notamment de celui d’Évreux (1903-1929), du Caire et d’Alexandrie2.

Les motivations de Baret ne sont pas purement commerciales. Il a pour ambition de monter des spectacles français de qualité jusque dans les régions les moins bien desservies, non sans arrière-pensées patriotiques. Avant 1914, il initie ainsi l’organisation de tournées de spectacles francophones en Alsace-Lorraine, alors que ces régions ne sont plus « françaises » depuis la guerre de 1870.

Alfred Capus, dans sa préface à C’est ma tournée, publié par Charles Baret et l’illustrateur Job vers 19073 montre combien l’impresario de talent qu’a su devenir Charles Baret a transformé la façon d’envisager le traditionnel « voyage des comédiens ». Fort de son expérience, le « Napoléon des tournées » comme on le surnomme, nous livre en 1909 dans Propos d’un homme qui a bien tourné les ficelles du métier : c’est un véritable cours ponctué d’anecdotes, pour qui souhaiterait devenir impresario. Il y relate avec humour ses démêlés avec les municipalités et les compagnies de chemin de fer, son observation des comédiens en voyage et l’importance de l’itinéraire de la tournée… S’il avait eu plus de loisirs, il aurait écrit, dit-il, une Géographie de l’impresario. Il aurait divisé la France en deux grandes régions, le Nord et le Sud, spécifiant « qu’il est incontestable que les pièces dramatiques font plus d’effet dans le Sud et les pièces comiques dans le Nord : les gens du Midi, qui ont plus de loisirs, vont au théâtre pour s’emballer et ceux du Nord qui travaillent davantage, vont au théâtre pour s’amuser »4.

Bibliothèque historique, 764123

Efficacité et probité

Dans le monde des tourneurs, très actifs jusqu’après la seconde guerre mondiale, la société Charles Baret est parmi les plus fameuses et les plus appréciées, pour son organisation, sa fiabilité et sa probité. Dans le Livre d’or des Tournées Ch. Baret, Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet qui ont rendu visite à Baret « dans son blockhaus de la rue Taitbout, d’où rayonnent les tournées » saluent un « homme d’ordre et homme de parole ». « Quelles belles archives possède Baret ! Quels documents extraordinaires pour celui qui aurait la fantaisie d’écrire l’histoire du théâtre en province ». Ils soulignent également « sa loyauté et sa fidélité aux engagements, sa conscience et sa correction en affaires »5. Octave Mirbeau, dans le même livre d’or, « l’a vu dans son cabinet de travail, traitant à la fois mille et trois affaires ; répondant en même temps, sans jamais s’embrouiller, à des auteurs, des acteurs, des maires de province, des députés, des sénateurs, des danseuses, des clowns, des ténors d’Opéra et des chanteurs de music-halls, des costumiers, des imprimeurs, des chefs d’orchestre, des conférenciers et des singes savants ; dictant des lettres ; corrigeant des affiches… »6

Bibliothèque historique, 8-PRO-0130
Bibliothèque historique, 8-PRO-0130

Associé à Jean-Louis Janvier (1871-1954) et Raoul Audier (1878-1943) en 1921, Charles Baret sait transmettre sa marque de fabrique : une organisation remarquable qui permet de proposer à des prix raisonnables une offre de qualité aux théâtres de province. Un système d’abonnement et de cycles est notamment mis en place.  En 1927 par exemple, le cycle Charles Baret compte plus de trente mille abonnés7. Le « temple de l’ordre », le « ministère » de la rue Taitbout compte divers services : outre celui des abonnements, celui des engagements, un bureau de la publicité, de la statistique, des expéditions, et une bibliothèque, l’ensemble étant animé par une petite dizaine de personnes. La société fait circuler plusieurs tournées en même temps, avec à leurs têtes des administrateurs qui doivent respecter un règlement qui s’efforce en 79 articles de prévoir tous les cas de figure, du transport ferroviaire à la publicité, en passant par les questions de droits d’auteur et la nécessaire psychologie vis-à-vis des artistes et des interlocuteurs de tout poil8. La société Baret fournit ainsi du travail non seulement à des administratifs mais aussi à des centaines de comédiens et de régisseurs dont certains sont actifs auprès des Tournées de façon régulière pour plusieurs années consécutives.

Les Tournées Baret après Baret

Papier à en-tête des Tournée Ch. Baret

Charles Baret quitte l’administration des Tournées en 1929. Il meurt cinq ans plus tard. Les Tournées Charles Baret, constituées en société anonyme, continuent avec différents administrateurs, notamment Charles Hautin et Jean Bastard, Audier se retirant en 1943. Le nom de « Tournées Charles Baret » est conservé, gage de succès, jusqu’à la dissolution de la société en 1993.

L’histoire des Tournées Baret après la disparition de leur fondateur est moins bien connue. Leur action pendant la deuxième guerre mondiale et après 1945 demeure pourtant l’un des piliers de la vie culturelle française en région, même si l’entreprise est alors concurrencée par d’autres poids lourds du secteur comme les Tournées Karsenty. Cette histoire reste à écrire.

Les archives

Les archives des Tournées Baret couvrant les années 1879 à 1998 ont été données à la Bibliothèque historique par l’Association de la Régie Théâtrale qui les avait recueillies auprès de l’entreprise elle-même.

Elles se composent d’une partie programmation : la série complète des journaux des tournées de 1879 à 1992 constitue une source précieuse : dans ces quelque 100 registres sont collés toutes sortes de documents se rapportant aux tournées : listes des villes visitées, programmes, coupures de presse, photographies, affichettes, plantations…

Bibliothèque historique, 4-TFS-015-0668
Bibliothèque historique, 4-TFS-015-0669
Bibliothèque historique, 4-TFS-015-0698

A ces registres, s’ajoutent des programmes, des relevés de mises en scène pour plus de 400 pièces, principalement des comédies, des opérettes et des classiques, des photographies de scènes et des photographies de comédiens.

Bernard Blier. Bibliothèque historique, 4-TEP-015-069

Dans la partie administration, n’ont été conservés que des documents postérieurs à 1919, certaines séries présentant d’importantes lacunes. On y trouve les documents relatifs à la constitution des différentes sociétés de gérance, les contrats de vente et la correspondance avec les municipalités et les théâtres, les fiches descriptives des théâtres, les livres comptables, les livres des tournées qui donnent le bilan des recettes par pièce, les archives concernant la gestion du personnel, les fiches de renseignement des employés et les bulletins de salaires, jusqu’aux documents de la création et de la gestion de la société Baret car location.

Les Tournées Baret dans les autres fonds de la bibliothèque

De nombreux programmes et affiches des Tournées Baret sont intégrés au fonds général de la bibliothèque et constituent un complément indispensable au fonds d’archives.

Bibliothèque historique, 1-AFF-001633
Bibliothèque historique, 0-AFF-000308

Certains relevés de mise en scène ayant appartenu aux Tournées Baret avaient été gardés par les régisseurs et sont décrits dans les catalogues de relevés de mise en scène dramatiques et lyriques.

Bibliothèque historique, 2-TMS-00185
Bibliothèque historique, 2-TMS-00193
Bibliothèque historique, 1-AFF-003109

Lien vers l’inventaire du fonds des Tournées Charles Baret : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-JY5




Citer ce billet
Claire Jacob (2023, 14 février). La Tournée Baret arrive ! L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfk

  1. Pierre Barlatier, « Charles Baret est mort », Comoedia, 22 novembre 1934, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7650261m. « Charles Baret, un grand directeur, un brave homme », Le Phare de la Loire, 23 novembre 1934, https://www.retronews.fr/journal/le-phare-de-la-loire/23-novembre-1934/1761/3213247/3 []
  2. Dossier de légion d’honneur, Archives nationales, 19800035/277/37171, https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/17585 []
  3. Charles Baret et Job, C’est ma tournée, Dijon, Paris, impr. Gérin, vers 1907, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1281277d []
  4. Charles Baret, Propos d’un homme qui a bien tourné, Dijon, Paris, impr. Gérin, 1909, p. 61-62, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9796530q []
  5. Livre d’or des tournées Ch. Baret, s.l., s.n., 1917 ?, chap. 13, BHVP, 160176 []
  6. Livre d’or des tournées Ch. Baret, op. cit., chap. 14 []
  7. Le cycle Ch. Baret : saison 1926-1927. BHVP, 4-BRO-300711 []
  8. BHVP, 4-TFS-015-0914 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search