Chusseau-Flaviens : une agence photographique de presse à la BHVP

Entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, l’agence Chusseau-­Flaviens, a été, selon l’archiviste M. Durand, à l’origine d’un patrimoine photographique exceptionnel1. La Bibliothèque historique en possède une précieuse partie, soit près de 1000 images (tirages ou négatifs), dont le catalogage s’est achevé récemment.

Exemple de négatif : photographe sur la plage, 1900-1914, NV-007-00176 (négatif)

La production de l’agence, qui regroupe à la fois des négatifs (souples ou sur verre) et des tirages dont une partie a été imprimée en format carte postale, est conservée par plusieurs institutions.

Charles Chusseau, fondateur de l’agence

Charles Chusseau (1866-1928) fonde à la fin du 19e siècle une agence de photographies de presse connue sous la raison sociale Chusseau­-Flaviens. Son acte de décès le qualifie ainsi de “reporter publiciste” plutôt que de photographe-reporter2. Il vit un temps en Angleterre et certaines images, avec des titres en anglais au verso, laissent penser que Charles Chusseau vendait aussi ces dernières à l’étranger. Mais s’agit-il seulement d’un diffuseur ? Comment travaillent les photographes qu’il emploie ? Etaient-ils salariés ? Hélas, on ne sait que peu de choses du travail de cet homme d’affaire3.

Reconnue aujourd’hui comme la toute première agence photographique créée en France avec Harlingue4, “C. Chusseau-Flaviens Photo” se spécialise dans la réalisation de clichés illustratifs : l’agence propose des photographies destinées à mettre l’actualité en image pour illustrer les articles publiés dans la presse. Plus attractive car faisant appel au sens de la vue, la photographie est extrêmement demandée par les journaux qui disposent de nouvelles techniques d’impression5 : “la fabrication de clichés presque inusable, sur métal, par la similigravure, puis la télétransmission des images ont provoqué, au début du XXe siècle, un essor rapide de la photographie dans les journaux et magazines”6. Attention, l’ère du photojournalisme qui va peu à peu amener la presse vers le reportage illustré d’information n’est pas encore née. L’image reste un support : elle n’est pas encore utilisée seule pour raconter un évènement “par une succession de photographies accompagnées d’une simple légende”7. Cependant, si techniquement c’est l’utilisation d’appareils photographiques de petits formats qui permet une révolution du mode de cadrage des photographies de presse, on assiste avec les agences Chusseau-Flaviens, Rol (1904-1937) ou Meurisse (1909-1937) au développement d’un métier : sur quelques tirages conservés à la bibliothèque, on reconnait déjà les groupes de photographes, leurs appareils à l’épaule.

Après 1945, dans le “sillage des revendications auctoriales des photoreporters”8, c’est le mode de fonctionnement des agences lui-même qui tend à changer. Sous forme de coopérative, ces nouvelles agences de presse photographique offrent aux photographes les moyens de garder un contrôle sur les droits de leurs photos. Or, ce n’est pas le cas en ce début du 20e siècle : au verso des clichés de l’agence Chusseau-Flaviens, rien ne nous permet de nommer ceux qui sont derrière l’objectif… ce qui ne nous empêche pas de reconnaître évidemment les lieux choisis.

Des sujets parisiens de la Belle Époque…

L’aviatrice Hélène Dutrieu (1877-1961),
1910-1913, 4C-EPP-5854
Rue de Palestro, n°3. Colleur d’affiches, 1900-1915, 4-EPN-05098
Place de la Concorde. Allumeur de réverbère,
1900-1915, 4-EPN-04973

Grâce à ces images, la bibliothèque peut donc aborder les sujets les plus variés de cette période. Elle conserve :

On navigue de sujets sérieux (le procès de Léon Daudet entre 1923 et 1926) à des thèmes plus triviaux (les chars de la mi-Carême à Paris ou une course dite aussi “marche des midinettes”). Cette épreuve sportive entre Paris et Nanterre est organisée le 25 octobre 1903 par le journal le Monde sportif9 : parmi les 2500 ouvrières des ateliers de couture parisiens qui s’élancent du jardin des Tuileries, c’est à Jeanne Cheminel que revient le premier prix10. Celle qui a parcouru 12 kilomètres en 1h28 est acclamée par la foule qui “lui fait une escorte triomphale dans un hourvari (…) et de halètements de trompes d’auto”11 !

Jeanne Cheminel, victorieuse de la course des midinettes entre Paris et Nanterre, 1903, 4-EPD-09-0018
Rue Royale, foule devant les chars de la mi-Carême, 1900-1915, 4-EPD-09-0028

Autre divertissement parisien mais à des fins caritatives cette fois, on peut citer la Fête des Caf’ Conc’ organisée à la fin de l’été à Paris ou Neuilly-sur-Seine. Elle permettait de financer le Château de Ris, une maison de retraite fondée en 1911 par Dranem (1869-1935), chanteur humoristique de café concert.

La réception des souverains italiens couverte par l’agence, en octobre 1903, est numérisée et visible sur le catalogue en ligne des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris, tout comme la visite du roi des Belges Albert 1er, en 1910 ; on retrouve également de nombreuses photographies illustrant la venue du prince Ferdinand de Bulgarie, d’Edouard VII, roi d’Angleterre, en 1903, ou encore d’Alphonse XIII d’Espagne en 190512. Les évènements climatiques exceptionnels sont aussi documentés comme les inondations de 1910 et l’éclipse du 17 avril 1912. On note enfin d’étonnantes séries de photographies prises au sein de grandes institutions parisiennes comme le ministère des Finances, celui des Affaires étrangères, l’Assemblée nationale, l’Elysée (les salons comme le personnel au travail) ou encore l’Ambassade d’Angleterre.

Place de la République, manifestation encadrée par l’armée, 1893-1913,
4-EPN-05018
Ministère des Finances, 1890-1910, 4-EPN-05567
Le Pré Saint-Gervais (Seine Saint-Denis). Butte du Chapeau rouge, 1913, 4-EPN-04988

Quant au traitement de la manifestation lancée par Jean Jaurès et la SFIO pour protester contre la loi des trois ans du service militaire obligatoire de mai 1913, il offre un beau complément au grand tirage représentant le politicien haranguant la foule du Pré Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis), acquis en 2015 par la bibliothèque.

… Et des photographies de vacances

Les 200 négatifs conservés à la bibliothèque sont majoritairement des photographies personnelles. La plupart des négatifs sur verre sont des prises de vue de la ville natale de Charles Chusseau, originaire des Sables-d’Olonne, en Vendée ce qui explique que l’on retrouve, parmi de rares images de Paris, des photographies de vacanciers à la plage ou de Vendéens absorbés par leurs travaux quotidiens.

Les Sables-d’Olonne, “Today and Yesterday” concours de maillot de bain ?, 1900-1914, NV-007-00012
Les Sables-d’Olonne, la poissonnerie, 1900-1914,
NV-007-00191
Les Sables-d’Olonne, Châteaux de sable, 1900-1914,
NV-007-00153

Avant la mort de Charles Chusseau, l’agence semble avoir été reprise par un certain A. Dubreuil qui s’installe à la même adresse (46, rue Bayen, 17e arrondissement). Il a dû exploiter le catalogue des photographies Chusseau-Flaviens, complété par des clichés plus récents. La bibliothèque en conserve une centaine. Ces tirages attribués à A. Dubreuil reprennent en effet les sujets de prédilection de l’agence Chusseau-Flaviens.

Cachet humide de Chusseau-Flaviens gratté pour faire figurer celui d’A. Dubreuil
A. Dubreuil, Avenue des Champs-Elysées. Enfants devant guignol, 1900-1930, 4-EPN-05729
Cachet humide d’A. Dubreuil domicilié à la même adresse que l’agence Chusseau-Flaviens


Citer ce billet
Caroline Lahaye (2023, 15 mars). Chusseau-Flaviens : une agence photographique de presse à la BHVP. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfl

  1. M. Durand, De l’image fixe à l’image animée 1820-1910, tome 1, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2015, p. 236 []
  2. Acte de décès de Charles Alexis Joseph Chusseau du 15 octobre 1928. Registre de décès Paris, mairie du 17e arrondissement. []
  3. M. Durand, De l’image fixe à l’image animée 1820-1910, tome 1, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2015, p. 236. []
  4. Le fonds Harlingue, constitué de plus de 70 000 plaques de verre, est racheté à sa mort par l’agence Roger-Viollet. []
  5. Thierry Gervais, “Photographies de presse ? Le journal L’Illustration  à l’ère de la similigravure”, in Photographie, les nouveaux enjeux de l’histoire, 16 mai 2005, p. 166-180. []
  6. P. Albert et G. Feyel, “Photographie et médias. Les mutations de la presse illustrée” in M. Frizot (dir.), Nouvelle histoire de la photographie, Paris, Bordas, 1994, p. 359-369. []
  7. France Heydacker, “Photojournalisme”, in Dictionnaire mondial de la photographie, Paris, Larousse, 2001, p. 497. []
  8. M.-E. Bouillon et L. Meizel, “Introduction. Derrière l’image : pour une histoire sociale et culturelle des productrices et producteurs de photographies”, in Photographica, no4, 2022, p. 11-20. []
  9. Le Monde sportif : journal quotidien de tous les sports, jeudi 1er octobre, p. 2. []
  10. Pour le compte rendu de la course, voir sur Gallica Le Monde sportif : journal quotidien de tous les sports, 26 octobre 1903, p. 1-3. []
  11. Le Gaulois, octobre 1903. []
  12. Concernant le voyage d’Alphonse XIII, des tirages et des impressions sur carte postale sont conservés dans le fonds iconographique de la BHVP. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search