Marie-Louise Bouglé, une mémoire des féminismes

D’origine modeste, Marie-Louise Bouglé (1883-1936) s’engage dans la cause féministe à partir de 1910. Elle décide en 1921 de recueillir toutes les traces, manuscrites comme imprimées, de la condition féminine, du suffragisme et du pacifisme. Sa bibliothèque personnelle, qu’elle ouvre au public deux jours par semaine, située rue des Messageries (elle déménagera rue du Moulin-de-la-Pointe en 1932), s’enrichit de dons provenant de grandes figures du féminisme de la fin du 19e siècle.

Après sa mort en 1936, son époux André Mariani et l’Association des amis de la bibliothèque de Marie-Louise Bouglé poursuivent son action, mais le contexte international suscite des inquiétudes et il faut trouver un endroit où mettre à l’abri ce trésor documentaire. En raison de dissensions idéologiques, Marie-Louise Bouglé avait, de son vivant même, exclu la possibilité que ses archives rejoignent la bibliothèque Marguerite Durand, fondée en 1932. Après avoir transité par la Bibliothèque nationale pendant la Seconde Guerre mondiale, la documentation réunie par Marie-Louise Bouglé est remise en 1946 à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

La bibliothèque Bouglé se compose d’un impressionnant ensemble de ressources imprimées, d’une collection d’autographes, objets et coupures de presse, et d’archives relatives aux personnalités suivantes : Hubertine Auclert, Camille Bélilon, Louise Bodin, Jeanne Bouvier, Marthe Bray, Ferdinand Buisson, Henriette Coulmy, Gabrielle Duchêne, Blanche Fournet-Kaindler, Marguerite Guépet, Marc Hélys, Caroline Kauffmann, Marcelle Legrand-Falco, Arria Ly, Jeanne Mélin, Germaine Montreuil-Straus, Madeleine Pelletier, Marianne Rauze, Céline Renooz, Léon Richer, Maria Vérone et Léo Wanner.

La Bibliothèque historique a consacré une exposition à cette constellation de figures de la première vague du féminisme de décembre 2022 à fin mars 2023. Retrouvez dans cet article la sélection mise en valeur dans nos vitrines.

Sommaire

Marie-Louise Bouglé (1883-1936)

Désireuse de préserver la mémoire de la condition féminine dans sa globalité, Marie-Louise Bouglé met en place dès 1921 non pas seulement une bibliothèque féministe, mais une « bibliothèque féministe et féminine ».

Elle a à cœur de ne pas documenter le seul combat des femmes pour l’égalité et l’émancipation, mais tout ce qui se rapporte spécifiquement à ce que c’est qu’être une femme.

Agence de la presse illustrée (photographe). Marie-Louise Bouglé dans sa bibliothèque, entre 1930 et 1936, 8-MS-FS-15-2092-01

Tel est le programme qu’elle expose en 1929 lors d’une conférence prononcée devant la Ligue française pour le droit des femmes : « Toutes les femmes qui se sont distinguées à travers les siècles, ainsi que tout ce qui se rapporte à la femme, trouve place à la bibliothèque. […] Il faut éviter la disparition et même quelquefois la destruction voulue des documents, qui sert trop souvent ceux qui ont intérêt à déformer l’histoire, car la lutte des sexes existe, qu’on le veuille ou non ».

On voit, dans la circulaire par laquelle elle sollicitait des dons, qu’elle avait le souci d’élargir au maximum la typologie des documents à conserver : « livres, brochures, bulletins, journaux, statuts, comptes rendus, rapports, conventions, tracts, affiches, cartes postales, bibelots féministes etc. » et même… partitions musicales !

Hubertine Auclert (1848-1914)

Pionnière du féminisme, Hubertine Auclert défend l’émancipation politique des femmes. Fondatrice du journal La Citoyenne en 1881, elle crée plusieurs sociétés féministes dont Le Secrétariat des femmes, Le Suffrage des femmes et La Voix des femmes. Elle collabore aussi à différents journaux français et publie des ouvrages sur la place des femmes dans la vie publique et politique. Elle acquiert ainsi une renommée internationale.

Elle est soutenue dans son combat par Victor Hugo qui l’encourage à venir à Paris.

Portrait d’Hubertine Auclert, entre 1910 et 1936, 8-MS-FS-15-120
Lettre de Victor Hugo à Hubertine Auclert, 1873, 8-MS-FS-15-488

Parmi ses nombreuses actions, elle milite pour le droit de vote des femmes. Il lui semble logique de commencer par réclamer le suffrage des célibataires : contrairement aux femmes mariées, considérées comme mineures, elles jouissaient de la pleine capacité juridique mais non du droit de vote. La pétition présentée ici a sans doute accompagné le dépôt d’un projet de loi en ce sens par Fernand Gautret en 1901.

4-MS-FS-15-0655, sans date, 4-MS-FS-15-0655

Camille Bélilon (1850-1930)

Camille Bélilon est le pseudonyme utilisé par Ernestine Tournemine, femmes de lettres et journaliste, pour toutes ses publications.

Elle explique elle-même qu’ « adopter un prénom mixte est un moyen de faire lire des œuvres de femmes qui ne trouvent pas à être publiées ou sont dépréciées a priori ».

Portrait de Camille Bélilon, sans date, 8-MS-FS-15-220

Féministe radicale, Camille Bélilon s’emploie à dénoncer les inégalités dont les femmes sont victimes, en particulier lors d’affaires judiciaires. Elle collabore régulièrement comme journaliste à la revue Le Journal des femmes (1891-1911) de Maria Martin et publie chaque jour la « chronique féministe » du journal La Fronde (1897-1903) de Marguerite Durand, quotidien entièrement écrit, composé et administré par des femmes.

Le Journal des femmes, janvier 1911, 1-PER-1334

Militante en faveur de l’avortement, Camille Bélilon est également membre de la Société des études philosophiques et sociales, présidente du Groupe français d’études féministes, présidente d’honneur du Suffrage des femmes, et fondatrice en 1927 du Comité de propagande féministe.

Société pour le suffrage des femmes, 1916,
8-MS-FS-15-197
Tract pour une conférence de la Ligue française de préservation morale et sociale de la jeunesse, 1911,
8-MS-FS-15-197
Camille Bélilon, Histoire d’une femme, 1914, 617109

Louise Bodin (1877-1929)

Louise Bodin est une figure marquante du féminisme du tournant du siècle. Journaliste, elle refonde l’hebdomadaire La Voix des femmes avec Colette Reynaud, reprenant ainsi un titre déjà publié en 1848 par l’écrivaine Eugénie Niboyet.

Le premier numéro, daté du 31 octobre 1917, s’ouvre sur une attaque cinglante contre le député belliciste Albert Favre ; il est largement censuré.

La Voix des femmes, 31 oct. 1917, 2-PER-1258 (Reproduction issue de Gallica)

Communiste, Louise Bodin travaille sans relâche à l’implantation de ce parti en Bretagne et est surnommée par ses ennemis la « bolchévique aux bijoux ». Épouse d’un médecin, elle défend également l’éducation sexuelle des femmes, en faisant de la prévention contre les maladies vénériennes comme la syphilis ou en militant pour la contraception.

Féminisme, communisme, pacifisme, activisme social s’articulent donc chez elle en une seule pensée et une seule conviction. Malgré une santé fragile et les désillusions de la lutte politique – particulièrement son conflit avec Colette Reynaud, qu’elle juge autoritaire et désorganisée, ce qui la poussera à quitter La Voix des femmes en 1921 – cette conviction l’anime d’une énergie infatigable jusqu’à sa mort en 1929.

Lettre de Louise Bodin à Jeanne Mélin, 1921, 8-MS-FS-15-1308

Jeanne Bouvier (1865-1953)

Syndicaliste et féministe, Jeanne Bouvier défend les ouvrières à domicile, particulièrement nombreuses parmi la population féminine : à Paris en 1906, 36 % des femmes actives travaillent chez elles. Ces dernières sont particulièrement touchées par la précarité car la mécanisation croissante du travail fait baisser les salaires alors même que la maîtrise de certains outils, comme la machine à coudre, sont incontournables pour obtenir un contrat de travail.

Jeanne Bouvier fait partie de ce prolétariat du textile et commence à se syndiquer à partir de 1898 : elle cosigne une note avec Gabrielle Duchêne et Louise Compain destinée à Julie Siegfried, présidente du Conseil national des femmes françaises contre le chômage des ouvrières à domicile. Son action, ses prises de parole lors de meetings contribuent au vote par le Parlement de la loi du 10 juillet 1915 sur le travail à domicile, qui impose un salaire minimum pour les ouvrières concernées. Elle prend une place toujours plus active au sein du mouvement syndical, se mobilisant pour faire appliquer la loi de 1915 et étant élue déléguée lors de congrès internationaux.

Marthe Bray (1884-1949)

Militante féministe française originaire de la Gironde, Marthe Bray fonde le 6 décembre 1926 la Ligue d’action féminine pour le suffrage des femmes. En plus de la rédaction de plusieurs articles dans la presse, elle est surtout connue pour ses actions de communication marquantes et modernes. Elle distribue ainsi des cartes postales humoristiques dans toute la France : ces cartes reprennent des arguments ou opinions antiféministes et y répondent en valorisant la femme. Par ce biais, la ligue prouve qu’elle lutte également pour une éducation des hommes afin de déconstruire leurs préjugés.

Carte postale suffragiste, 8-MS-FS-15-762 recto
Carte postale suffragiste, 8-MS-FS-15-762 verso
Maquette de carte postale,
4-MS-FS-15-1342
Maquette de carte postale,
4-MS-FS-15-1342
Maquette de carte postale,
4-MS-FS-15-1342

Le 8 septembre 1926, Marthe Bray et la ligue décident d’organiser une « croisade féministe » : l’opération consiste à effectuer une tournée dans plusieurs villes françaises, de Paris jusqu’à Biarritz, afin de sensibiliser les Françaises de province à l’importance du suffrage pour les femmes. La Ligue part avec une voiture décorée de banderoles « La femme veut voter » avec à son bord une douzaine de militantes.

Photographie de la Croisade féministe, 1926,
4-MS-FS-15-1344

Marthe Bray est aussi présente à la foire de Paris, derrière un stand, pour vendre des objets féministes. Elle est à l’initiative de plusieurs courriers aux députés afin de faire évoluer la législation en faveur du droit de vote des femmes françaises.

La Voix des femmes, décembre 1931, 2-MS-FS-15-110

Ferdinand Buisson (1841-1932)

Pédagogue et homme politique, co-fondateur de la Ligue des droits de l’homme, Ferdinand Buisson est député de la Seine de 1902 à 1924.

À l’Assemblée, il œuvre en particulier à la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État et en faveur du vote des femmes.

Il faut que les femmes votent… Ferdinand Buisson, carte postale, CPA-1830-(02)

À la suite de la proposition de loi Dussaussoy pour l’établissement de ce droit (1906), il présente un rapport à la Chambre en 1909, mène une enquête internationale sur le sujet et sollicite le soutien des députés, qu’il recueille via un petit bulletin pré-imprimé.

Enquête de Ferdinand Buisson sur le droit de vote des femmes dans le monde : questionnaire, 4-MS-FS-15-1520

Enquête de Ferdinand Buisson sur le droit de vote des femmes dans le monde : le Danemark, 4-MS-FS-15-1525

Bulletins-réponses de soutien des députés au rapport Buisson (1910),
8-MS-FS-15-861 (02), recto

Bulletins-réponses de soutien des députés au rapport Buisson (1910),
8-MS-FS-15-861 (02), verso

Après la guerre, son action s’étend à la cause pacifiste, pour laquelle il obtient en 1927 le prix Nobel de la paix.

C’est l’ensemble de son œuvre, éducative, anticléricale, féministe et pacifiste, que célèbre Jeanne Mélin dans ce poème, lu lors de l’hommage rendu à Ferdinand Buisson en 1933, un an après sa disparition.

Henriette Coulmy (1877-1944)

Henriette Coulmy est une ouvrière textile parisienne qui ne s’engage en politique qu’à partir de 1918, après la mort de son mari. Elle défend entre autres l’amélioration des conditions de travail des femmes et devient pour ce faire représentante syndicale à la CGT.

Carte d’identité d’Henriette Coulmy, 1939,
8-MS-FS-15-915

Première ouvrière à intégrer l’Union française pour le suffrage universel, elle assiste à plusieurs congrès internationaux féministes en Europe. Sa maîtrise de l’anglais et ses réseaux lui permettent ainsi de répondre à plusieurs enquêtes afin d’informer sur les conditions de vie des travailleuses françaises. Proche de Marie-Louise Bouglé dont elle prononce l’éloge funéraire, elle anime le comité de la Société des amis de la Bibliothèque de Marie-Louise Bouglé à partir de 1936, à la mort de cette dernière.

Ces cartes permettent d’embrasser en un coup d’œil la diversité des activités d’Henriette Coulmy : sa carte d’identité, sa carte de membre de l’International Clothing Workers Federation, dont le congrès annuel se tient à Paris en 1927, et sa carte d’adhérente à la Bibliothèque Bouglé.

Photographies des congressistes, 2e Congrès international féminin ouvrier (Genève, 1921)
2-MS-FS-15-112

Gabrielle Duchêne (1870-1954)

Née dans un milieu parisien bourgeois, Gabrielle Duchêne s’investit d’abord dans la défense des droits des femmes au travail. Elle fonde la coopérative L’Entraide en 1908 et milite pour la syndicalisation des femmes.

La Première Guerre mondiale détermine son engagement pacifiste. Elle fonde en 1915 la section française du Comité international des femmes pour la paix permanente. En 1919, la CIFPP devient la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (LIFPL) et Gabrielle Duchêne, la secrétaire générale de la section française.

Elle devient « compagne de route » du Parti communiste français à la fin des années 1920, voyant dans l’URSS un État engagé pour la paix et l’égalité des femmes et des hommes. Ses luttes pacifistes et antifascistes se rejoignent.

Les documents rassemblés sur Gabrielle Duchêne dans la collection Bouglé témoignent avant tout de son engagement pour la paix et contre la course à l’armement et les profiteurs de guerre dans les années 1920 et 1930, et de son action internationale au sein de la LIFPL.

Gabrielle Duchêne. Rapport et résolutions présentés au Congrès international de l’enfant (Genève, 1925), 4-MS-FS-15-1719
Cartes postale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté,
4-MS-FS-15-967
Union fraternelle des femmes contre la guerre,
4-MS-FS-15-1746
Ligue française des femmes pour la paix et la liberté, 1929

Blanche Fournet-Kaindler (18??-1934)

Blanche Fournet-Kaindler est membre de plusieurs associations féministes dont le Conseil national des femmes, l’Union française pour le suffrage des femmes ou encore la Société néosophique de Céline Renooz.

Portrait de Blanche Fournet-Kaindler, 1917
8-MS-FS-15-975
Bulletin du Groupe français d’études féministes, 1904,
8-MS-FS-15-971
Lettre autographe de Céline Renooz à Blanche Fournet-Kaindler, 8-MS-FS-15-974 (3)

Proche de Marie-Louise Bouglé, elle a apporté son soutien financier à l’œuvre de la bibliothèque et fait don d’une partie de sa documentation.

Marguerite Guépet (18??-1945)

Marguerite Guépet est couturière et s’engage en politique aux lendemains de la Première Guerre mondiale, bouleversée par ce conflit. Si cette implication politique est d’abord liée à son souhait de voir triompher le mouvement pacifiste, elle se rapproche progressivement des mouvements féministes.

À partir du milieu des années 1920, elle multiplie les conférences dans différents clubs politiques à Bruxelles, à Paris et en banlieue parisienne, notamment au sein du Club des insurgés, rattaché au mouvement anarchiste. Dès sa première conférence, elle déclare que « l’équilibre nécessaire à la bonne harmonie sociale ne peut être assurée que par la participation féminine, en toute égalité de pouvoir et d’action, à toutes les formes d’activité publique (politique et sociale) ».

Proche de Céline Renooz, elle partage avec elle la conviction que le pouvoir féminin, « plus intuitif, plus sensible » permettrait de compenser « la puissance masculine, faite surtout de force et de violence irraisonnée ».

4-MS-FS-15-1772

Marc Hélys (1864-1958)

Marc Hélys est le pseudonyme de Marie Lera, née Marie Hortense Héliard dans une famille fortunée de Saint-Nazaire. Elle reçoit une éducation soignée et apprend les langues étrangères (anglais, espagnol, italien, polonais et suédois). En 1886, elle est reçue au brevet de capacité, examen pour devenir institutrice en primaire. La même année, elle épouse l’ambassadeur cubain Carlos Américo Lera. Elle s’en sépare en 1896 et lui laisse la garde de leur fille. Elle conserve néanmoins le passeport diplomatique que lui conférait la position de son époux.

Portrait de Marc Hélys, 1933, 8-MS-FS-15-1820

Avec sa nouvelle liberté, Marie Lera choisit de voyager à travers le monde, se fait journaliste, traductrice et écrivain. Elle s’intéresse au féminisme dans les pays étrangers et étudie les conditions de vie des femmes lors de voyages en Europe et dans le monde. En 1906, elle publie À travers le féminisme suédois dont la Bibliothèque historique conserve un exemplaire.

La féministe Ellen Key dans son cabinet de travail, Stockholm, 1904, 8-MS-FS-15-994

Quinze ans plus tard, dans son ouvrage Le Secret des « Désenchantées », elle révèle que Pierre Loti s’est laissé prendre à l’une de ses supercheries en 1904, alors qu’elle se faisait passer pour une femme turque lors d’un voyage à Constantinople.

Portrait de Marc Hélys en mariée turque,
4-MS-FS-15-1820
Marc Hélys, L’envers d’un roman. Le secret des “Désenchantées” révélé par celle qui fut Djénane, 1924, 615624

Caroline Kauffmann (1851-1926)

Féministe et socialiste, Caroline Kauffmann milite en faveur d’une libération (physique, politique et sociale) des femmes à l’aube du 20e siècle. Inspectrice honoraire du travail des enfants à Paris, elle fonde en 1898 la Ligue féminine d’éducation physique. La même année, elle succède à Eugénie Potonié-Pierre (1844-1898) comme secrétaire de la Solidarité des femmes, association fondée en 1891. Elle tisse aussi des liens internationaux avec d’autres féministes.

Au début du 20e siècle, en France, le Code civil continue de maintenir les femmes mariées dans un état de minorité comme en atteste le ton de la lettre envoyée par un époux agacé par les relances de Caroline Kauffman auprès de sa compagne.

Lettre d’un époux à Caroline Kauffmann, 1907,
8-MS-FS-15-1021

En 1904, Caroline Kauffmann signe une « Protestation » adressée aux députés et sénateurs lors de l’organisation du centenaire du Code Napoléon. Inspirée sans doute par les actions des suffragettes anglo-saxonnes, Caroline Kauffmann lâche, à la cérémonie de commémoration de la Sorbonne d’octobre 1904, des gros ballons où l’on peut lire : « Le Code écrase la femme ; il déshonore la République. »

Protestation des groupes féministes aux élus du Parlement, 1904, 4-MS-FS-15-1838

Marcelle Legrand-Falco (1880-1985)

Marcelle Legrand-Falco est née le 17 septembre 1880 à Paris au sein d’une famille de la grande bourgeoisie juive et meurt le 8 mars 1985 à Montgeron.

Cette militante féministe active devient secrétaire aux travaux du Conseil national des femmes françaises, membre du comité central de l’Union française pour le suffrage des femmes et présidente de l’Union fraternelle des femmes.

En 1926, elle fonde l’Union française contre le trafic des femmes. Elle fait également partie de la section française de la Fédération abolitionniste internationale, ce qui lui permet d’acquérir une notoriété outre-Atlantique.

Note d’information des Nations unies, Commission de la condition de la femme, 1950, 2-MS-FS-15-127

Union française contre le trafic des femmes, 1957-1961, 4-MS-FS-1871

Son cheval de bataille est l’abolition de la prostitution en France, et pour compléter son action, elle donne plusieurs conférences entre 1928 et 1959. Elle est décorée de la Légion d’honneur en 1976.

Arria Ly (1881-1934)

Sous le pseudonyme d’Arria Ly, Joséphine Gondon milite pour l’émancipation des femmes par le célibat et se fait connaître par des articles radicaux.

Elle n’hésite pas à prendre la plume quand elle estime les droits des femmes bafoués, comme le montre son courrier aux sténotypes Grandjean. Son rôle actif dans la défense des opprimées, son engagement politique et ses implications dans des affaires d’honneur lui acquièrent des sympathies, mais aussi les critiques d’une société provinciale qui la contraint à quitter la ville de Grenoble en 1904.

Portrait d’Arria Ly, 1934, 1-MS-FS-15-11
Lettre au directeur des Sténotypes Grandjean, 1933,
4-MS-FS-15-1217
Lettre au directeur des Sténotypes Grandjean, 1933,
4-MS-FS-15-1217

En 1910, une vingtaine de féministes, inspirées par les Suffragettes britanniques, mènent une action symbolique en se présentant aux élections législatives : Arria Ly se présente à Toulouse. En avril 1914, un scrutin est organisé par Le Journal sur le droit de vote des femmes. Plus de 500 000 personnes y répondent positivement.

Bulletin du scrutin organisé par Le Journal sur le vote des femmes, 1914, 8-MS-FS-15-737

Dévastée par la mort de sa mère avec qui elle partage son militantisme, Arria Ly n’a plus la force de combattre et se donne la mort en 1934 à Stockholm. Son amie Madeleine Pelletier écrit « voilà comment en France on traite les femmes qui se distinguent au point de vue intellectuel : Arria Ly s’est suicidée et moi je suis dans une maison d’aliénés ».

Jeanne Mélin (1877-1964)

Jeanne Mélin décide, dès sa jeunesse, de se consacrer à l’action pacifiste. Elle débute en 1899 dans le groupement La Paix et le désarmement par les femmes, et contribue aux congrès pacifistes nationaux et internationaux. En 1906, elle adhère à la section française de l’Internationale ouvrière, puis s’associe aux revendications féministes en faveur du droit de vote en créant en 1912 le groupe des Ardennes de l’UFSF.

Durant la guerre, pilier de la Ligue des droits de l’homme, elle se met au service des malades et des réfugiés. Elle fonde à Paris des cuisines coopératives tout en soutenant les actions menées par les pacifistes et féministes radicaux. Elle crée en 1931 le Cercle Pax Occident-Orient pour unifier les sociétés françaises face à la menace de guerre, association active jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La fin de sa vie est marquée par le soutien aux idées communistes et pacifistes. Elle se présente en 1947 à la Présidence de la République.

J. Ganna (photographe). Jeanne Mélin à 30 ans, vers 1907, 8-MS-FS-15-1957

Germaine Montreuil-Straus (1883-1970)

Médecin, Germaine Montreuil-Straus est membre de plusieurs associations féministes et médicales. Soucieuse d’alerter sur les dangers des maladies vénériennes, elle agit pour l’éducation des femmes à l’hygiène sexuelle par des interventions publiques et des ouvrages. Cette action est mise en valeur par de belles cartes postales illustrées.

Elle crée en 1924 le Comité d’éducation féminine, section de la Société française de prophylaxie sanitaire et morale, et y organise des conférences suivies par un large public de femmes travailleuses. Des invitations informant du lieu et thème abordé sont envoyées à cette occasion. Dans une approche rigoureuse, respectueuse et modérée, son œuvre ouvre la voie à une évolution collective des mentalités sur les thèmes de la sexualité et de la maternité.

Germaine Montreuil-Straus œuvre également pour que les femmes médecins aient des possibilités d’emploi dans les administrations d’État et les grands services publics qui leur offrent des débouchés intéressants. Celles-ci lui rendent hommage à sa mort dans leur revue bimestrielle, Femmes médecins.

Femmes médecins, 1970, hommage à Germaine Montreuil-Straus, MS-FS-20-085

Madeleine Pelletier (1874-1939)

« Je puis dire que j’ai toujours été féministe ; du moins depuis que j’ai l’âge de comprendre… » ainsi commencent les « Mémoires d’une féministe » de la Doctoresse Pelletier, signature qu’elle utilise pour certains de ses écrits. La Bibliothèque historique conserve le manuscrit de ce texte autobiographique, donné à la Bibliothèque Bouglé en 1933, comme l’indique sa page de titre.

Première femme reçue à l’internat des hôpitaux psychiatriques en 1906, Madeleine Pelletier est une des féministes les plus originales de son époque. Ses engagements politiques sont nombreux, pour le suffrage féminin, l’éducation sexuelle des femmes, l’avortement ou encore le célibat.

Doctoresse Pelletier, Les femmes peuvent avoir du génie ?, sans date, 8-BRO-619045
Madeleine Pelletier, L’Emancipation sexuelle de la femme, 1912, 615888

En 1910, le Parti socialiste présente aux élections législatives des candidatures féminines illégales, les femmes étant inéligibles, et la nomme dans le 8e arrondissement. Elle y remporte un nombre de voix plus élevé que le précédent candidat socialiste. Enthousiasmée par la Révolution russe, notamment en ce qui concerne l’égalité des sexes, elle se rend dès 1921 en Russie mais rend compte dans ses écrits de sa déception.

Candidature de Madeleine Pelletier aux élections législatives du 24 avril 1910 (Paris, 8e arrondissement), 4-MS-FS-15-1312

Au cours des années 1920-1930, elle continue à militer au sein des mouvances communiste et anarchiste. Accusée à tort d’avoir pratiqué des avortements clandestins en 1939 (elle était devenue partiellement paralysée à la suite d’un accident vasculaire), elle est condamnée à l’internement et meurt en asile.

Marianne Rauze (1875-1964)

Féministe et socialiste, Marie-Anne Gaillarde prend rapidement le pseudonyme de Marianne Rauze : Rose est son troisième prénom.

Elle souhaite préserver son mari, le capitaine Comignan, des conséquences de son militantisme.

Marianne Rauze accompagnée de son mari et de leur fille, 4-MS-FS-16-0975


Vers 1906, à Paris, elle s’intéresse au féminisme : elle écrit dans La Française, « journal de progrès féminin », comme en atteste sa carte de rédactrice. Après la mort de son mari sur le front, M. Rauze publie des articles pacifistes. Dans Maternité et Pacifisme (1932), elle met en avant, en s’adressant aux mères de famille, l’impact économique de la guerre : « nos États nationaux qui brandissent la menace de leurs armements et qui n’ont pas d’argent pour habiller tous les petits enfants ».

Carte de journaliste, 8-MS-16-1318
Marianne Rauze, Maternité et Pacifisme, 1932
8-MS-FS-16-1315-01


En 1948, la lettre de Jeanne, l’épouse de Léon Blum (1872-1950), illustre une relation de longue date : on note aussi la confusion du nom d’usage (« Rauz-Consignan »). Marianne Rauze milite alors à la SFIO de Perpignan. On sait que l’ancien président du Conseil des ministres de 1936 était favorable à l’égalité des sexes.

Lettre de Jeanne Blum à Marianne Rauze, 1948
8-MS-FS-16-1299

Céline Renooz (1840-1928)

Féministe différentialiste mais aussi naturaliste, physicienne, écrivaine et conférencière… Céline Renooz, issue d’une famille bourgeoise, a bataillé pour imposer ses points de vue sans craindre de marcher à l’encontre des idées reçues.

Céline Renooz. L’Ere de vérité : histoire de la pensée humaine et de l’évolution morale de l’humanité à travers les âges et chez tous les peuples, 4-MS-FS-16-0832

En 1859, alors âgée de 19 ans, elle épouse l’ingénieur espagnol Angel Muro (1839-1897), fils d’un riche banquier. Elle séjourne de longues périodes en Espagne et donne naissance à 4 enfants. En 1875, elle quitte l’Espagne et son mari et s’installe à Paris où commence alors une période de liberté et curiosité scientifique. Elle fréquente instituts, Collège de France, musées et bibliothèques, se livre à des travaux d’ordre scientifique, physiologique et sociologique et rencontre des féministes dont Maria Deraismes. À partir de 1878, elle multiplie les publications et conférences et tente d’éclairer le monde scientifique de ses découvertes sur la question de l’origine de l’homme.


Céline Renooz, Prédestinée. Autobiographie de la “Femme cachée”. Time Premier. 4-MS-FS-16-0749
Deuxième congrès international de physiologie, Liège, 29-31 août 1892, 4-MS-FS-16-0782
Lettre de demande de soutien à Edmond Hébert, doyen de la faculté des sciences, 1887, 4-MS-FS-16-0913
La Revue scientifique des femmes,
dirigée par Mme C. Renooz,
8-PER-2675

En parallèle de ses recherches, c’est une féministe, dont les théories sont largement nourries par sa culture scientifique. Toujours enthousiaste, elle fonde en 1888 La revue scientifique des femmes : sciences, physiques, naturelles, médicales, philosophiques et sociales.

Léon Richer (1824-1911)

Journaliste et penseur anticlérical, Léon Richer exerce d’abord des fonctions de clerc de notaire qui lui permettent de constater l’inégalité des hommes et des femmes devant la loi.

Pour promouvoir ses idées, il crée en 1869 un journal, Le Droit des femmes, donne des conférences et fonde en 1870 avec Maria Deraismes l’Association pour le droit des femmes.

C’est également à leur initiative que se tient en 1878 à Paris le premier Congrès international du droit des femmes. Léon Richer défend une réforme du Code civil et le rétablissement du divorce en publiant plusieurs ouvrages controversés, tel que Le Code des femmes, paru en 1883. En 1882, il fonde la Ligue française pour le droit des femmes avec le soutien de Victor Hugo.

Portrait gravé de Léon Richer
2-MS-FS-16-043

Journaliste et penseur anticlérical, Léon Richer exerce d’abord des fonctions de clerc de notaire qui lui permettent de constater l’inégalité des hommes et des femmes devant la loi. Pour promouvoir ses idées, il crée en 1869 un journal, Le Droit des femmes, donne des conférences et fonde en 1870 avec Maria Deraismes l’Association pour le droit des femmes. C’est également à leur initiative que se tient en 1878 à Paris le premier Congrès international du droit des femmes. Léon Richer défend une réforme du Code civil et le rétablissement du divorce en publiant plusieurs ouvrages controversés, tel que Le Code des femmes, paru en 1883. En 1882, il fonde la Ligue française pour le droit des femmes avec le soutien de Victor Hugo.

Figure importante de la première génération féministe, Léon Richer est même considéré par certaines comme le fondateur du mouvement en France : la note de son fils, adressée à Marie-Louise Bouglé au moment où il lui transmet les papiers de son père, atteste en effet des avancées obtenues par les associations féministes de la fin du 19e siècle.

Maria Vérone (1874-1938)

Maria Vérone est née à Paris dans un milieu modeste et est propulsée dès l’adolescence dans la politique par son père. Elle devient institutrice auxiliaire de la Ville de Paris et s’occupe simultanément des universités populaires tout en militant dans les milieux socialistes.

En 1900, une loi ouvre le barreau aux femmes : à 28 ans, Maria Vérone décide donc de préparer le baccalauréat, entreprend ensuite une licence en droit et devient finalement l’une des premières femmes avocate en 1907.

Portrait de Maria Vérone, 2-MS-FS-16-050

À la même époque, elle intègre la rédaction de La Fronde, célèbre journal féministe fondé par Marguerite Durand. Elle milite en parallèle avec son mari Georges Lhermitte pour défendre la séparation des Églises et de l’État, et soutient la Ligue française pour le droit des femmes qu’ils présideront par la suite. Maria Vérone est notamment célèbre pour son slogan : “La femme paie l’impôt, la femme doit voter”.

G. Lhermitte et Maria Vérone, La séparation et ses conséquences, 1906,
615753

Autrice de très nombreux rapports durant sa carrière d’avocate, Maria Vérone défend une évolution du Code civil français, afin d’améliorer la condition des femmes mariées ou encore celles des enfants nés hors-mariage.

Léo Wanner (1886-après 1937)

Fille de jardiniers, Léonie Wanner née Berger, dite Léo Wanner, commence à militer à 39 ans en adhérant en 1925 au Groupe des femmes socialistes SFIO. Elle tenta sans succès de créer un groupe de femmes socialistes à Lyon, avant de s’installer à Paris avec son mari Arthur Wanner. Très active dans les Années Trente à la Ligue française contre l’impérialisme et l’oppression coloniale, elle s’intéresse particulièrement à l’Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où elle effectue plusieurs voyages. On perd sa trace après 1937.

L’une de ses premières actions militantes est dirigée contre la prostitution, notamment à Lyon. Devenue secrétaire de l’association Le Foyer de la femme, elle lance en 1927 une enquête auprès des autorités et des médecins, aboutissant au mois de janvier suivant à « une conférence contradictoire » sur le sujet, animée par l’avocate féministe Maria Vérone.

Lettre du commissaire de police Bois, 1927, 8-MS-FS-16-1516
Conférence organisée par le Foyer de la Femme, 1928, 8-MS-FS-16-1535

Plusieurs médecins ayant répondu à l’enquête sont invités à y prendre la parole. Partisane de la suppression des maisons de tolérance, Léo Wanner souhaite promouvoir l’exemple de la ville de Colmar où ces établissements ont disparu à la fin du 19e siècle.


Henri Strohl, Une expérience décisive. L’abolition de la réglementation de la prostitution à Colmar, années 1920, 8-MS-FS-16-1537
Léo Wanner, Lettre au préfet du Haut-Rhin, 1927, 8-MS-FS-16-1521

Vous pouvez retrouver une description de l’ensemble des fonds d’archives féministes de la Bibliothèque historique dans l’article qui leur est consacré : Les archives féministes à la BHVP. Toutes ces archives sont consultables en salle de lecture, après une recherche sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris ou le CCFr.

Plusieurs de ces militantes et de pièces intéressantes qu’elles nous ont transmises ont aussi fait l’objet d’articles sur L’échauguette :

Enfin, d’autres nombreuses sources sur ces figures du féminismes sont accessibles dans les centres d’archives dédiées aux féminismes, tel que la Bibliothèque Marguerite-Durand, dont les fonds sont également interrogeables à partir du portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris, ou le Centre d’archives du féminisme de l’Université d’Angers.



Citer ce billet
Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2023, 30 mars). Marie-Louise Bouglé, une mémoire des féminismes. L'échauguette. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search