Augustin de Piis : un écrivain franco-haïtien dans les collections de la Bibliothèque historique

A l’occasion de la Semaine de la langue française et de la Francophonie, qui se déroule du 18 au 26 mars 2023, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a choisi de consacrer une soirée à un auteur parisien d’Ancien Régime méconnu mais particulièrement bien représenté dans ses collections. Notre choix s’est naturellement porté sur Augustin de Piis, en lien avec le pays invité cette année par la Ville de Paris : Haïti.

Augustin de Piis, un prolifique auteur (c.1750-1832)

Augustin de Piis est un écrivain franco-haïtien, même si cette dernière origine a été effacée, Piis lui-même ne souhaitant pas y faire référence. Les circonstances de sa naissance demeurent obscures : on sait qu’il naît au milieu des années 1750, sans que l’on puisse situer exactement où, les registres paroissiaux d’Haïti ayant en grande partie été détruits lors de la Révolution haïtienne (1791-1804). Il est certain en revanche qu’il est le fils naturel d’un militaire, le baron de Piis, déployé à Haïti à l’époque où ce pays, alors sous domination française, porte encore le nom de “Saint-Domingue”. Ce baron, comme bon nombre de colons français, est également propriétaire terrien et, par extension, possesseur d’esclaves. La mère d’Augustin de Piis est quant à elle restée anonyme : on sait qu’elle est forcément d’origine africaine car Augustin de Piis sera ensuite désigné de “quarteron” par l’administration métropolitaine, une catégorisation raciale qui désigne quelqu’un ayant un grand-parent noir.

Portrait d’Augustin de Piis

Piis, auteur dramatique

Elevé avec le statut de libre dès sa naissance, Piis est sans doute envoyé en France métropolitaine assez jeune, auprès de son oncle, pour y être éduqué. Cette stratégie est alors classique pour de nombreux hommes d’origine africaine qui, comme Piis, appartiennent à la catégorie des libres de couleur car une formation intellectuelle permet d’éloigner le spectre de l’esclavage. Piis est ainsi formé au collège d’Harcourt, à Paris, et fait partie d’un groupe social plus large de créoles étudiant en France, qui se comptent par dizaines dans la capitale. Très jeune, à l’âge de 20 ans, il décide de dédier sa vie aux lettres : de nouveau, il s’agit d’une stratégie loin d’être inédite, qu’on retrouve chez de nombreux hommes et femmes issues d’une première ou deuxième génération de métissage. Le chevalier de Saint-Georges en est probablement l’exemple le plus connu mais on peut aussi citer la cantatrice Caroline Branchu, l’essayiste Barbault-Royer ou encore l’actrice Marie-Thérèse Corbin. Pour Piis, cette carrière littéraire et artistique commence au théâtre : il s’associe à Yves Barré dès 1774. Leur collaboration et amitié dure plus de vingt ans, jusqu’en 1799. Ensemble, les deux écrivains rédigent une vingtaine de pièces. Les deux auteurs se réclament du genre du vaudeville : à la fin du 18e siècle, ce genre dramatique se situe entre le théâtre et la comédie musicale puisqu’il s’agit de chanter une partie des répliques, à partir d’un air connu.

La Bonne femme, première oeuvre connue de Piis (cote BHVP : 939488)
Théâtre de M. de Piis et M. Barré, exemplaire ayant appartenu à Barré et offert au Musée Carnavalet par son neveu (exemplaire de la BHVP, cote 902228)

Passés maîtres en la matière, Piis et Barré fondent d’ailleurs le premier théâtre du Vaudeville en 1792 : il est situé près du Louvre dans l’ancien Waux-Hall d’hiver, le long d’un véritable « boulevard du divertissement » et sera détruit en 1836 par un incendie (signalé par un cercle rouge dans le plan ci-contre).

Les deux auteurs relancent également en 1796 la tradition des « dîners du Caveau » qui rassemblent plusieurs auteurs à la mode afin de chanter et dîner tous ensemble. Outre cette longue collaboration théâtrale, on doit également à Augustin de Piis 13 pièces écrites seul à partir des années 1780.

Piis poète

En même temps que cette production théâtrale, Piis se lance également dans la poésie. Augustin de Piis a en effet un rapport très joueur à la langue française : alors qu’il revient de Saint-Domingue en 1792 et que l’administration française lui demande de décliner son identité, il déclare ainsi s’appeler « Augustin Piis d’Lapin », en faisant un joli jeu de mot sur son nom !

Il publie un premier Recueil de poésies fugitives en 1781, appréciées cent ans plus tard par Apollinaire qui l’intègre d’ailleurs à sa bibliothèque personnelle (ci-contre : exemplaire de la BHVP : 8-APO-3125 (RES))

On considère cependant le plus souvent que le chef d’œuvre de Piis est l’Harmonie imitative de la langue française paru en 1785, où il s’amuse à écrire des poèmes dédiés à chaque lettre de l’alphabet française, en jouant sur les allitérations et les assonances.

L’Harmonie imitative de la langue française, poème en quatre chants, 1785 (cote BHVP : 20998)

Une carrière au diapason des différents régimes politiques

Sa première carrière littéraire est chamboulée par la Révolution : d’origine noble par son père, secrétaire et interprète du comte d’Artois de 1784 à 1789, Augustin de Piis a en effet tout intérêt à se démarquer sur l’échiquier politique. Dès 1790, la réédition de l’un de ses recueils de poésie, Les Etrennes lyriques, comporte ainsi de nouveaux poèmes à la gloire de la Révolution. En 1794, il publie également un recueil de Chansons patriotiques, qui compile plusieurs de ses productions sur ce sujet. Ces chansons, composées sur des airs connus de toutes et tous comme “La Marseillaise”, sont ensuite déclamées dans plusieurs endroits, notamment au sein de la section des Tuileries dans laquelle Piis a son domicile. A travers ces chansons, Augustin de Piis exprime clairement ses positionnements politiques : il s’oppose au clergé, soutient la liberté d’expression à travers l’usage des imprimés ou se fait le chantre des journées d’octobre 1789.

Ensemble de chansons de Piis

Sa chanson la plus personnelle reste “La liberté des nègres”, composée à l’occasion de la première abolition de l’esclavage en février 1794 et qui rencontre un écho tout particulier au vu de son passé familial.

A la fin de sa vie, Augustin de Piis met ses talents littéraires au service des différents régimes politiques. En 1806, alors employé au sein de la Préfecture de Police, il réalise un poème de commande à la gloire des travaux parisiens entamés par le régime impérial ; quatorze ans plus tard, il change son fusil d’épaule et compose cette fois-ci une chanson pour la naissance du duc de Bordeaux, petit-neveu de Louis XVIII. Au même moment, il est par ailleurs réintégré dans ses anciennes fonctions comme secrétaire du comte d’Artois qui succède à son frère quelques années plus tard sous le nom de Charles X.

Les travaux publics de Paris (1806) (cote BHVP : 113064)
Les Dames de la halle de Paris aux dames de la halle de Bordeaux, couplets poissards (1820) (cote BHVP : 19600 (n° 22))

Lorsque Piis meurt en 1832, sans descendance, il est donc assez critiqué par ses contemporains qui lui reprochent son attitude de girouette politique. Cette postérité réprobatrice pourrait expliquer son oubli progressif au cours des siècles suivants.

L’œuvre pléthorique de Piis a fait l’objet d’une soirée spéciale le 20 mars 2023, grâce à une réinterprétation de textes proposée par la Compagnie du Grand Balan. Si vous voulez poursuivre votre découverte de cet auteur, nous vous proposons ci-dessous une bibliographie exhaustive renvoyant vers une version numérisée et/ou une notice de la BHVP, afin de commander ces ouvrages dans notre salle de lecture, accessible pour toutes et tous gratuitement.

Bibliographie de l’œuvre d’Augustin de Piis

Pièces de théâtre

En collaboration avec d’autres auteurs :

Seul :

Chansons

Poésies

Autres publications

  • Opuscules divers de M. Piis, interprète du comte d’Artois, 1791 (cote BHVP : 31764)
  • Œuvres choisies, 1811 (la BHVP n’en possède que le volume 4 : 31663)


Citer ce billet
Julie Duprat (2023, 22 mars). Augustin de Piis : un écrivain franco-haïtien dans les collections de la Bibliothèque historique. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfm

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Helene Delavault dit :

    Passionnant article! J’ignorais l’origine africaine de Piis, dont je me réjouis! quand j’ai chanté “La liberté des Nègres” dans mon spectacle “La Républicaine” (et de nombreuses fois depuis) en 1989.
    Je vais explorer davantage son oeuvre dans votre merveilleuse bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search