Rechercher des renseignements sur un bâtiment parisien

Ce guide cherche à répondre à un type fréquent de demandes de recherche documentaire reçues à la Bibliothèque historique, qui tournent d’une façon ou d’une autre autour d’une parcelle bâtie à Paris. Bien que toute recherche documentaire impose son propre chemin – puisqu’on part de l’un ou l’autre des éléments dont on dispose déjà, et que les informations à trouver et leur degré de précision ne sont pas de même ordre pour chacun – un certain nombre d’outils reviennent en permanence. On a essayé d’en dresser une liste ici, en les inscrivant dans une sorte de démarche-type de recherche.

Cas d’une rue ayant changé de nom
Si la rue concernée a changé de nom au cours du passé, votre recherche devra être double, au nom ancien pour trouver des documents datant de cette période, et au nom récent, car toutes les ressources ne sont pas pourvues d’une correspondance entre les noms anciens et modernes.
Se reporter à la liste des noms actuels de rues, avec date d’ouverture et origine du nom établie par la Ville de Paris.
Pour les anciens noms de voies, ou pour les voies disparues, utiliser la version open data.
Par ailleurs, les notices Wikipédia de rues de Paris fournissent le plus souvent le nom ancien , ou il existe même parfois une notice Wikipédia pour ce nom ancien ou pour une voie disparue, qui indique les noms actuels.
Elles s’appuient en général sur le Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet.
  1. Recherche préalable : faire rendre sa matière au moteur de recherche
  2. Vérifier dans Hillairet
  3. Exploiter le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris
  4. Ailleurs aussi, des images
  5. Cibler sa recherche
    1. Premier cas : il s’agit apparemment d’un bâtiment ordinaire
      1. Bâtiment antérieur au 19e siècle
      2. Bâtiment des années 1789-1876
      3. Bâtiment postérieur à 1876
        1. Pour connaître le(s) propriétaire(s) du bâtiment et son architecte
        2. Pour trouver un plan du bâtiment
        3. A défaut, voir la situation du bâtiment dans la parcelle
        4. Pour connaître les habitants
        5. Les dossiers documentaires de rues de la Bibliothèque historique
    2. Deuxième cas : le bâtiment est d’une architecture notable, probablement déjà répertorié comme “patrimoine parisien”
  6. En dernier recours, exploiter Gallica au mieux
  7. Quelques rues de Paris déjà très bien documentées
    1. Rive droite
    2. Rive gauche

1. Recherche préalable : faire rendre sa matière au moteur de recherche

Étant donné la richesse actuelle de l’Internet, la première chose à faire est de lancer la requête de l’adresse dans un moteur de recherche, entre guillemets, et d’éplucher la liste de résultats sur plusieurs pages1.

La requête de l’adresse consiste en fait en deux requêtes : « 27 boulevard de Clichy » ne donnera pas les mêmes résultats que « boulevard de Clichy 27 ».
Si vous cherchez sur Google, allez également voir sous l’onglet« Plus » les résultats de la partie « Livres », qui apportent souvent des résultats intéressants pour tout sujet un peu ancien.
Google-Livres puise dans les livres pour la plupart libres de droits d’auteur* que Google a numérisés il y a une vingtaine d’années. Les références qui en sortent sont donc souvent à thématique historique.2

Revenir en haut

2. Vérifier dans Hillairet

  • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, 1963, et supplément paru en 1978. Nombreuses rééditions. Rue après rue, l’auteur énumère numéro après numéro toutes les parcelles pour lesquelles il a recensé des informations historiques (architecture, propriétaires, habitants, événements notables). Consultable à la Bibliothèque historique et dans la plupart des bibliothèques de quartier de la Ville de Paris.
  • Félix de Rochegude, Guide pratique à travers le Vieux Paris, Paris, 1903 : en ligne sur Gallica.
  • Charles Lefeuve, Histoire de Paris rue par rue, maison par maison. Paris, 1875, 5 tomes : en ligne sur Gallica : voir d’abord la table des matières des 5 volumes, avant de se reporter au volume concerné.

Revenir en haut

3. Exploiter le portail des Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris conserve une quantité et une variété de documents touchant à la topographie parisienne : livres, revues, pièces d’archives, notes d’érudits parisiens, dossiers d’images ou dossiers documentaires établis à la bibliothèque pendant les années 1890-1960, cartes postales anciennes, plans, affiches…  La bibliothèque Forney et la bibliothèque de l’Hôtel de ville peuvent également conserver des documents pertinents.
Parcourir la liste des résultats après avoir lancé la requête du nom de la rue, et s’aider du filtre “Type de document” à gauche, et du “Tri par date” en cas de réponses très nombreuses.

Les dossiers iconographiques

Un des premiers résultats obtenus sera souvent le dossier iconographique de rue, dont les images sont consultables en ligne. L’origine des images est rarement indiquée, mais elles sont souvent datées. Pour en savoir plus sur le contenu de ces dossiers, se reporter ici.

La collection photographique de la Bibliothèque historique : des millions de photographies

Riche collection de photographes du 19e siècle : Charles Marville, Eugène Atget, Union photographique française, Gustave Le Gray, Henri Le Secq. Un bon nombre sont consultables en ligne : 1000 photographies d’Atget, 1 338 de Marville, 55 de Le Gray, 860 d’Henri Godefroy, etc.
65 000 consultables en ligne en décembre 2019.

Quelques noms pour les photographies du 20e siècle :
  • Grands ensembles sur les inondations de Paris en 1910, Paris pendant la Grande Guerre (Charles Lansiaux) ou la Seconde Guerre mondiale (André Zucca).
  • Entre-deux-Guerres : Thérèse Bonney, André Vigneau
  • 1945-2000 : Robert Doisneau, Pierre Jahan, Jean Marquis, Janine Niepce, Edith Gérin, Archives photographiques de France-Soir
  • Mai 1968 : France-Soir, Jean Marquis…
  • Dossiers de rues des Archives photographiques de France-Soir

A noter : l’ensemble de 70 000 photographies en noir et blanc issues du grand concours photo organisé au printemps 1970 intitulé « C’était Paris en 1970 ».

Les organisateurs avaient quadrillé la ville en 1755 carrés numérotés, distribués aux participants. Accès dans le catalogue par la notice de l’arrondissement, avec un plan d’assemblage permettant de repérer le carré pertinent. On ne peut faire de recherche par nom de rue dans cet ensemble.

La collection des cartes postales classées par rues

La Bibliothèque historique conserve environ 50 000 cartes postales topographiques, des années 1890-1920 pour l’essentiel, documentant une bonne partie des rues de Paris et un bon nombre de vues des communes de la banlieue. La carte postale, bien plus nombreuse et plus répandue alors qu’aujourd’hui, couvre le paysage parisien quotidien.

Le nombre de cartes par rues diffère évidemment selon leur longueur et leur importance, mais il est possible que parmi les vues réalisées, l’adresse recherchée soit couverte. Il vaut donc la peine de regarder le lot de cartes de cette rue, qui apparaîtra dans la liste des résultats à la requête “(nom de la voie)” : cliquer sur “Iconographie/cartes postales” pour tomber directement sur la notice. Les cartes postales anciennes parisiennes sont disponibles en ligne, tandis que les cartes postales d’Ile-de-France sont en cours de numérisation.

A signaler, on en trouve également un très grand nombre sur le site de ventes Delcampe, là aussi en tapant le nom de la rue en ajoutant “Paris”.

Restreindre chronologiquement la recherche si les résultats sont trop nombreux

Si vous ne cherchez que des documents d’une tranche de dates particulière et désirez restreindre la recherche, lancez la requête en Recherche avancée, et précisez une tranche de dates :

Recherche sur une tranche de dates

Lorsque la notice n’est pas accompagnée d’une image, c’est que le document n’est pas numérisé et donc non consultable en ligne : notez la cote (indiquée en bas de la notice détaillée,) rendez-vous à la bibliothèque et procédez à votre inscription pour consulter le document en salle de lecture.

Revenir en haut

4. Ailleurs aussi, des images

Plusieurs institutions patrimoniales mettent en ligne de riches ensembles iconographiques, et Paris y figure souvent en bonne place. Voici les principales où aller regarder, Gallica étant traitée à part en raison de sa taille.

La plateforme ouverte du patrimoine POP

POP rassemble différentes bases de colletions du Ministère de la Culture, notamment des collections de la Médiathèque d’architecture et du Patrimoine, signalées dans les base suivantes :

  • la base Mérimée : patrimoine architectural, protégé et non-protégé
  • la base Palissy : patrimoine mobilier, protégé et non-protégé
  • la base Mémoire : fonds photographiques reçus, conservés et/ou constitués par le Ministère

Les collections photographiques Albert-Kahn

On peut interroger le portail par un nom de voie ou par l’interface cartographique, et les photographies qui y sont recensées sont souvent uniques.

Le portail des musées de la Ville de Paris

Il comprend notamment les très riches collections du musée Carnavalet-Histoire de Paris : peintures, estampes, dessins, photographies, dont un bon nombre représentent des coins, des rues, des monuments parisiens. 

L’agence photo de la Réunion des musées nationaux

Très riche portail rassemblant les collections numérisées des grands musées français (et non pas seulement ceux dépendant du Ministère de la Culture) et montrant aussi les images de collections de plusieurs grands musées étrangers. La notice de chaque œuvre comporte un permalien commode.

Revenir en haut

5. Cibler sa recherche

Avant toute chose, au cas où vous ne savez pas encore à quoi ressemble l’adresse considérée, regardez Google Maps© en mode « Street view ». Selon la date probable de l’édifice, et son intérêt architectural, la recherche sera à orienter d’une façon ou d’une autre.

Pour évaluer grossièrement la date de l’immeuble, s’aider de :

BatiParis

Revenir en haut

1. Premier cas : il s’agit apparemment d’un bâtiment ordinaire, sans particularité architecturale, ni par son décor, sa disposition, ni par sa taille.

Le type “architecture mineure” fait partie des quatre catégories typo-morphologiques urbaines définies en 1977 par les auteurs de Système de l’architecture urbaine. Il se révèle pertinent en termes d’accès aux sources documentaires.

Bâtiment antérieur au 19e siècle

Si c’est un bâtiment antérieur aux années 1800, il est probable qu’il fasse déjà l’objet d’une protection patrimoniale de la Ville de Paris. Voir section « Bâtiments notables ».

Il peut aussi avoir déjà fait l’objet d’une mention dans les Procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris, 1898-2003, qui étudie depuis 1898 la plupart des dossiers de travaux concernant un bâtiment construit avant la période haussmannienne.

  • 1898-1933 : consultables sur Gallica : chercher par le nom de rue entre guillemets, ou si c’est une trop grosse rue avec trop de mentions, chercher avec le numéro en utilisant la recherche de proximité (voir plus bas) ; il existe aussi un volume d’index des adresses traitées de 1898 à 1932 (consultable à la BHVP, salle de lecture, 905-17)
  • 1934-1954 : n’ont pas paru.
  • 1955-1961 : publiés dans le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, consultable sur Gallica
  • 1962-2003 : consultables à la BHVP (salle de lecture, 905-17)
  • 2006-aujourd’hui : séances mises en ligne sur paris.fr

Bâtiment existant entre 1637 et 1789 s’il s’agit d’un immeuble avec grande porte, ou balcon :
Balcons et portes cochères à Paris : permis de construire délivrés par les trésoriers de France (sous-série Z 1 F), 1637-1789 / Archives nationales ; par Danielle Gallet-Guerne et Michèle Bimbenet-Privat, Paris, 1992. En ligne sur le portail des Archives nationales, consultable à la BHVP – 735456

Pour la période 1688-1789, s’il s’agit d’un immeuble en coin de rue :

  • Les Alignements d’encoignures à Paris : permis délivrés par le Châtelet de 1668 à 1789 : Y 9505 à 9507 : inventaire / Archives nationales ; [réd.] par Danielle Gallet-Guerne et Henri Gerbaud, Paris, 1979. Consultable à la BHVP – 144579

Inventaire des permis de construire délivrés à Paris pendant cette période pour les bâtiments situés en coin de rue : noms des propriétaires, date du permis, parfois nom de l’entrepreneur ou architecte chargé des travaux.

Se reporter ensuite aux orientations pour la recherche proposées par le Centre de topographie parisienne des Archives nationales pour les autres sources disponibles sur des adresses parisiennes sous l’Ancien régime aux Archives nationales.

Revenir en haut

Bâtiment des années 1789-1876

Pour la période 1789-1830, il n’existe aucun outil particulier recensant des bâtiments parisiens. Les plans de cadastre sont partiellement disponibles en ligne désormais (voir plus bas). Pour trouver d’autres types d’information sur un bâtiment, il faut partir à la pêche : 

  • du côté des archives:
    1. aux Archives nationales, le Minutier central des notaires de Paris par exemple : contrat de vente, de bail, marché de construction etc. (mais un nom de personne est indispensable pour commencer la recherche).
    2. les Archives de Paris
    3. les dessins d’architecture épars dans la collection de plans de la Bibliothèque historique (consulter le catalogue en tapant le nom de la rue)
  • du côté des publications d’architecture : voir la base Livres français d’architecture dans le portail AGORHA de l’Institut national d’histoire de l’art. Un auteur comme Jean-Charles Krafft publie des recueils de bâtiments nouveaux.
  • du côté des recherches érudites locales : se reporter aux Procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris, ou aux dossiers d’érudits conservés à la Bibliothèque historique, comme Charles Sellier, Paul Jarry, Alfred Bonnardot, Aimé Grimault, Émile Hochereau (consulter le catalogue au nom de la rue en cochant “Archives et manuscrits”).

Pour voir la parcelle :

Le plan cadastral de Paris de la 1ère moitié du 19e siècle :

Ce sont les feuilles du cadastre parcellaire “napoléonien”, réalisé entre 1809 et 1854, qui vous permettront de voir un plan du bâtiment dressé sur une adresse donnée : environ 25 000 feuilles d’immeubles parisiens (Archives nationales, CP/F/31/3 à 72). Attention, on n’y trouve que les 12 premiers arrondissements, dans les limites du Paris d’avant 1860. Ces feuilles sont progressivement mises en ligne sur le portail des Archives nationales.

On peut interroger par nom de la rue ou nom du propriétaire. La date a parfois été notée. On voit ainsi le nombre de bâtiments sur une parcelle, les escaliers, les écuries, éventuellement le jardin ou le puits.

Ensuite, la consultation des plans du cadastre par îlots (Archives nationales, CP/F/31/73 à 83), qui permettent de voir l’environnement du bâtiment qui vous intéresse (les parcelles mitoyennes le long de la rue et à l’arrière), est presque plus riche que le plan parcellaire. Les deux sont complémentaires. Établis parallèlement aux premiers, ces plans d’îlots montrent réunies toutes les parcelles d’un îlot cadastral. Des couleurs variées permettent de distinguer leurs limites.
En ligne et téléchargeables sur le site des Archives de Paris.
Attention, si les numéros ne vous semblent pas correspondre à la réalité actuelle, c’est que la numérotation d’une rue a parfois varié au 19e siècle. Reportez-vous à la correspondance de numéros établie par le géomètre Taxil en 1904.

Deux grands atlas furent publiés dans le premier tiers du 19e siècle, et montrent également le tracé du parcellaire à Paris :

  • Théodore Jacoubet , Atlas général de la Ville, des faubourgs et des monuments de Paris, Paris, 1836
    Consultable à la Bibliothèque historique, à l’accueil, accessible sans inscription.
  • Philibert Vasserot : Atlas général des quarante-huit quartiers de la ville de Paris, 1827-1836, 3 volumes (155 feuilles). Consultable sur la Carte archéologique de Paris (Cliquer en haut à droite sur le carré « Vasserot 1836 » et zoomer sur une parcelle, ou taper un nom de rue, ou consultable via le portail cartographique ALPAGE (Cliquer sur l’onglet SITUATION à gauche, et taper un nom de rue). Volumes également consultables à la Bibliothèque historique, à l’accueil, accessible sans inscription. Montre le tracé des parcelles, et les plans des bâtiments publics.

À noter : les atlas de Vasserot et de Jacoubet ne couvrent pas les 12e-20e arrondissements, qui étaient alors extérieurs à Paris. Certains plans imprimés du commerce sont relativement détaillés, bien qu’ils ne montrent pas les parcelles : pour en voir, reportez-vous à Gallica, et faites une requête Titre= plan Paris / Date= XXXX / Type de document = Carte.

Requête d’un plan de Paris daté dans Gallica

Si vous ne trouvez pas sur Gallica le plan répondant à votre demande, consultez de la même manière notre portail. La Bibliothèque historique conserve peut-être un plan de cette année que ne détient pas la Bibliothèque nationale. Attention, il faudra venir le consulter sur place.

  • Pour connaître les habitants : consulter les Bottins du commerce, ancêtres des pages jaunes de l’annuaire téléphonique. On y trouve les noms des commerces et des commerçants, des artisans et fabricants, ainsi que des institutions de Paris et de sa banlieue.

Voir cette page des Archives de Paris : http://archives.paris.fr/a/223/annuaires-et-bottins/

Cet inventaire, classé chronologiquement, ne concerne que des immeubles qui portent sur leur façade une date ou un nom. Il sera notamment utile si vous connaissez déjà le nom de l’un des intervenants sans avoir réussi à le situer chronologiquement : la liste de ses autres constructions fournira une fourchette.
Il comprend aussi des notices sur les architectes, sculpteurs, statuaires, entrepreneurs, étant intervenus sur ces bâtiments ; un inventaire photographique ; et un index par rues. Le premier immeuble signalé date de 1830.

Revenir en haut

Bâtiment postérieur à 1876

1. . Pour connaître le(s) propriétaire(s) du bâtiment et son architecte
  • Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux XIXe et XXe siècles : première série, période 1876-1899, Paris, 1990-1996, 5 volumes avec l’index

La suite 1900-1919 n’a été publiée que pour les architectes aux initiales A-C.
En usuel à la BhVP, BHdV, Forney, Archives de Paris.
Se servir de l’index topographique final (5e volume) qui indique quels numéros dans une rue sont traités, et renvoie à la notice fournissant le nom de l’architecte, du propriétaire demandant le permis de construire, et le type de travaux (construction (neuve), ou surélévation, le nombre d’étages et la source de l’information (Bull. municipal officiel, l’hebdomadaire La Semaine des constructeurs etc.).

Copie du site d’un particulier ayant apparemment dépouillé le Bulletin municipal officiel. Il reprend donc une partie de l’information fournie par le Dictionnaire par nom d’architectes, et fournit dans l’ordre le nom de l’architecte, celui du propriétaire et la date de dépôt du permis de construire, rue par rue, numéro par numéro. (S’il n’y a qu’un nom, c’est celui du propriétaire.)

Après 1939, ou si ces ressources ne donnent pas satisfaction, la recherche devra se tourner vers les différentes séries des Archives de Paris, décrites ici.

2. Pour trouver un plan du bâtiment

C’est a priori dans l’une ou l’autre des séries des Archives de Paris qu’il sera possible de trouver un plan.

Sinon, vérifier le portail des bibliothèques spécialisées : la collection de plans de la Bibliothèque historique renferme parfois des plans de bâtiments particuliers, entrés pièce à pièce par don ou achat. (Lancer la requête « nom de rue », et cliquer sur Document cartographique dans la marge droite, puis refaire la démarche en cliquant sur Iconographie/Dessin). 

3. A défaut, voir la situation du bâtiment dans la parcelle

En l’absence de plan du bâtiment, il reste possible de connaître le tracé du bâti dans la parcelle considérée (ses délimitations avec ce qui n’est pas bâti, ce qui peut permettre de voir des espaces vides bâtis depuis, ou à l’inverse, la trace de bâtiments disparus), en consultant les plans du cadastre ancien :

Plan parcellaire de la Ville de Paris, 1876-1900, manuscrit, conservé aux Archives de Paris, consultable en ligne sous le titre « Paris dans ses limites à partir de 1860 ». La date d’établissement varie selon les quartiers, elle est indiquée, non sur chaque image, mais sur chaque « Feuille/Quartier », en général sur l’image numérotée A.

Plan parcellaire de la Ville de Paris, environ 1890-1900, autre version manuscrite (dite des « draps de lit ») :
en ligne au travers de la Carte archéologique de Paris (Cliquer en haut à droite sur le carré « Cartes » et choisir « Plan 1900 » et zoomer sur une parcelle, ou taper un nom de rue).

Pour ce dernier tiers du 19e siècle, il existe également des séries apparentées partielles montrant également le parcellaire parisien :

  • 668 plans d’expropriation détaillant le parcellaire d’une rue ou d’un îlot, 1850-1880, avec noms des propriétaires, conservés à la Bibliothèque historique : interroger le catalogue par « expropriation » et « (nom de la rue) ».
  • 554 plans d’alignement de rue, 1880-1900, conservés à la Bibliothèque historique : interroger le catalogue par « alignement » et « (nom de la rue) ».
    Ces plans sont numérisés et accessibles en ligne.

A partir de 1900 : le Plan parcellaire de la Ville de Paris, dressé au 1:500e consultable à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, en feuilles (CADASTRE 500), ou en volumes si vous voulez voir plusieurs feuilles voisines (Fol AT 79 à 109)

Chacune de ses feuilles a été mise à jour 2 à 4 fois au cours du 20e siècle, à des dates variées. Cela permet de suivre l’évolution du bâti dans la parcelle. Les mises à jour sont conservées sous la cote CADASTRE 500 derrière la feuille 1900.
L’ensemble est aussi consultable aux Archives de Paris.

Le cadastre actuel à jour est en ligne sur cadastre.gouv.fr, ou sur le Plan local d’urbanisme de la Ville de Paris.

4. Pour connaître les habitants

Consulter les Bottins du commerce (se reporter à la page Rechercher une personne ayant vécu à Paris).

5. Une source documentaire inégale mais aux ressources inattendues : les dossiers documentaires de rues de la Bibliothèque historique

Constitués d’extraits de monographies, de coupures de presse et d’éphémères divers, surtout riches pour le début du 20e siècle, ces dossiers sont d’un contenu très inégal d’une rue à l’autre. Ils peuvent contenir des coupures des Affiches parisiennes, des avis de vente avec description de la propriété (nom du propriétaire, du notaire, métré, valeur immobilière et revenus locatifs, commerces installés, plan schématique), et parfois des brochures d’opérations de promotion immobilière (principalement 1960-1990). Interroger le catalogue par « dossier » et « nom de rue ».

Revenir en haut

Deuxième cas : le bâtiment est d’une architecture notable : il est probablement déjà répertorié comme « patrimoine parisien »

Protections patrimoniales accordées par la Ville de Paris, distinctes de celles accordées par l’État :

Plan local d’urbanisme de Paris : Bâtiments faisant l’objet d’une protection patrimoniale

le Plan local d’urbanisme de Paris en ligne

Bien cliquer sur la couche « Protections patrimoniales ». Une fois sur la parcelle, cliquer sur « En savoir plus » pour voir s’afficher la description architecturale et historique du bâtiment : courte notice très utile sur les éléments caractéristiques de l’architecture, une datation, et parfois le nom d’un architecte et de propriétaires antérieurs.
On peut renvoyer à partir de là sur le dossier ayant servi à instruire la protection, établi par la Commission du vieux Paris, Département de l’histoire de l’architecture et de l’archéologie de Paris (DAC\DHAAP).

Si l’architecte est un peu connu, il est possible qu’il ait déposé ses archives au Centre d’archives de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Consulter alors le portail archiwebture.

Monuments historiques classés ou inscrits : voir les bases du Ministère de la Culture

Plateforme ouverte du patrimoine: accès à MERIMEE et à MEMOIRE

Elles regroupent plusieurs bases utiles pour les monuments parisiens : MERIMEE, base nationale des Monuments historiques protégés ; MEMOIRE, base des photographies de monuments conservées par la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine qui ont été numérisées).

La notice MERIMEE fournit notamment la référence au dossier de classement du monument, conservé à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Charenton-le-Pont, Val-de-Marne).

Il peut valoir la peine de consulter les revues d’architecture du temps, car un bâtiment notable par son architecture a pu y faire l’objet d’un compte-rendu, d’une mention, voire mériter un article avec des illustrations. Reportez-vous au portail des revues d’architecture 1840-1940 numérisées par la Cité de l’architecture et du patrimoine. Interroger par le nom de l’architecte, ou le nom de la rue entre guillemets.

Les revues d’architecture françaises 1840-1940 consultables sur le portail de la Cité de l’architecture et du patrimoine

À savoir : c’est l’année de la construction ou suivant la construction qu’une mention dans une revue est la plus probable. Commencer par ces années-là grâce au filtre d’année indiqué à gauche.
Pour consulter un numéro qui semble pertinent, lancer la consultation puis télécharger le fichier (sinon, la consultation plante au bout de deux ou trois pages). 

La base ARCHIDOC, bibliographie de livres et périodiques d’architecture toujours accessible pour le moment, peut rendre de grands services. En plus d’articles dans des revues d’architecture (consultables aujourd’hui sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine, voir ci-dessus), ou de références à des bâtiments évoqués dans des catalogues d’exposition d’architecture, elle signale notamment des publications des éditeurs d’architecture des années 1880-1940 autour de bâtiments remarquables du temps, destinées à servir d’inspiration aux architectes d’alors. On peut interroger par le nom de l’architecte, le programme de construction (piscine, restaurant, stade, dancing etc.), ou l’adresse.

Base Archidoc – rebaptisée Bibliographie – du Ministère de la Culture

Les dossiers documentaires de monuments de la Bibliothèque historique

A côté des dossiers documentaires de rues, la Bibliothèque historique a constitué de la même façon dans les années 1890-1960 des dossiers documentaires sur les monuments parisiens, à partir de coupures de presse, et de documents éphémères. Dans le cas de monuments ouverts au public, il peut s’agir de billets d’entrée, tracts, cartons d’invitation (pour un musée). Les coupures peuvent aussi provenir de revues d’architecture, ou de livres d’histoire sur Paris. Pour certains grands monuments, le dossier est très riche, et couvre des événements survenus, des fêtes, des visites de personnalités, des grands travaux, des acquisitions nouvelles pour un musée, les déménagements lors des guerres, etc. On peut occasionnellement y trouver des documents émanant de sociétés d’Amis du musée – à moins qu’ils ne soient conservés dans la série sur les sociétés savantes.

Revenir en haut

6. En dernier recours, exploiter Gallica au mieux

Nous avons encore du mal à concevoir la richesse de la matière historique désormais disponible dans Gallica. Elle est d’ailleurs telle que l’abondance des résultats effraie parfois et conduit à laisser tomber. Les résultats peuvent pourtant être merveilleusement fructueux, notamment grâce à l’apport de la presse quotidienne, généralement accessible en plein texte.

Utiliser la recherche de proximité pour y chercher une adresse précise :

En effet la requête simple « 24 rue Pavée » (dans les PV de la Commission du Vieux Paris par exemple) fournit 3 résultats (mai 1902, mars et juin 1928), la requête « rue Pavée 24 » en fournit 3 différents (mars 1911, février 1912, 1917) et la requête par proximité « 24 » à « 2 » mots de « rue Pavée » fournit les 6 + 1 résultat avec « rue Pavée, n° 24 ».
La requête par proximité peut être également utile pour chercher « Nom du propriétaire » à la distance maximale de « 5 » (par exemple) mots du « nom de la rue ».
Ou « Nom du propriétaire » à la distance maximale de « 10 » mots du « Nom de l’architecte ». Etc.

Utilisez les tranches de dates de publication (« Par année d’édition ») pour restreindre la recherche à partir de la date probable de construction.

Revenir en haut

7. Quelques rues de Paris déjà très bien documentées

Dans quelques rares cas, les recherches sur un bâtiment ont été menées pour tous les numéros d’une rue de Paris. Elles sont listées ici. Si vous en connaissez d’autres, merci de nous en faire part.

Rive droite

Les grands boulevards

Arnout, Paris en miniature : [panoramas de Paris], Paris, environ 1830, album lithographique.
Déroulé des façades des boulevards de la Madeleine à la Bastille.
Consultables à la Bibliothèque historique.

Les maisons du Marais

Félix Gatier, Le Marais. Façades du secteur central et de certaines rues intéressantes. Contribution à l’étude d’urbanisme de détail : 1964-1965, Paris, Centre de documentation et d’urbanisme de la Préfecture de la Seine, 1965.
Chaque planche comporte un petit plan de la rue et l’élévation de chaque côté de la rue.
Consultable à la Bibliothèque historique – Fol AT 24 ou 125.

Albert Laprade, Croquis – Paris : Quartiers du Centre : Les Halles : Le Marais, Paris, Vincent, Fréal, 1967.
Relevé des façades des bâtiments anciens, des balcons de fer forgé, des escaliers et des rampes, des mascarons, des poignées de portes, avec largeur des façades.
Consultable à la Bibliothèque historique – 140520.

Les Halles

Françoise Boudon, André Chastel, Hélène Couzy, et Françoise Hamon, Système de l’architecture urbaine : le quartier des Halles à Paris, Édition du CNRS., Paris, 1977, tome 1er Texte et commentaires, tome 2 Atlas.
Consultable à la Bibliothèque historique – 143304

Les Champs-Élysées

Adrien Provost, Panorama des Champs-Elysées, Paris, environ 1847, album lithographique.
Déroulé des façades des deux côtés.
En ligne sur Gallica. Aussi conservé à la Bibliothèque historique.

La rue de Richelieu

On trouve une monographie de la rue de Richelieu, parcelle par parcelle, dans le livre d’Auguste Vitu, La Maison mortuaire de Molière, d’après les documents inédits (Paris, 1880), sous le titre “La rue de Richelieu depuis sa création“, p. 75-461 . Un tableau donne p. 102-129 pour le côté pair, puis impair, la liste des maisons, dans l’ordre des numéros qu’elles portaient vers 1880 avec l’histoire de leur construction.
Aussi consultable sur place à la Bibliothèque historique.

La rue Saint-Honoré

Dominique Waquet, Rue Saint-Honoré, partie du wiki Geohistoricaldata “Paris 1780-1810”, en ligne.
Fiche descriptive de chaque parcelle, de ses numérotations successives, date de l’immeuble, noms des habitants pour la période.

Rive gauche

Revenir en haut

Bonnes recherches !


Mise à jour en juin 2022 par Claire Daniélou : corrections de liens obsolètes.

  1. Le moteur cherchera uniquement le texte que vous avez entré, et non chacun de ses éléments éparpillés sur une page. Vous éviterez ainsi de récupérer des résultats où la rue est citée, mais pour d’autres numéros – le chiffre du numéro apparaissant pour une raison ou une autre ailleurs sur la page. []
  2. Truc : lorsque le livre est libre de droits d’auteur (auteur mort depuis plus de 70 ans, soit avant 1949) mais n’est quand même pas accessible sur Google Books, relevez ses références, et vérifiez s’il n’est pas consultable sur Gallica, Hathi Trust, ou sur Internet archive. Cela marche particulièrement bien, lorsque la référence inaccessible indiquée par Google Books est en fait, non un livre comme cela est présenté, mais un article extrait d’une revue. Il faut alors chercher le titre de la revue, puis l’année de publication. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sautier dit :

    Je viens de finir votre article, je voulais saluer ce texte magnifiquement utile ! Je travaille en bureau d’étude dans le patrimoine et fait souvent ces recherches, bien que je connaissais quelques mentions que vous donnez, je n’avait pas ce canevas que je vais m’empresser d’appliquer ! Braco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search