Le fonds Anatole France à la Bibliothèque historique

L’inventaire du fonds Anatole France (1844-1924) de la BHVP est désormais en ligne. La commémoration du centenaire de la mort de ce grand écrivain sera célébrée en 2024. Mais bien qu’un nombre considérable d’avenues, de places, d’établissements scolaires portent son nom, Anatole France est-il bien connu de nos contemporains ?

Anatole France chez lui, photographié par Pierre Choumoff, Collections Roger-Viollet / BHVP, RV-22480

Un homme de contrastes

De son vrai nom François Anatole Thibault, Anatole France a connu la gloire de son vivant : élu à l’Académie française en 1896, lauréat du Prix Nobel en 1921, encensé par la critique, traduit dans toutes les langues, il fait figure d’institution nationale. Mais dès le lendemain de sa mort, les surréalistes diffusent un féroce pamphlet intitulé Un Cadavre, dans lequel ils ne trouvent pas de mots assez durs pour exprimer le dégoût que leur inspire le patriarche des lettres françaises. Dans les années qui suivirent, il fut de bon ton d’afficher un certain mépris pour l’homme comme pour son œuvre. Comment peut-on s’expliquer un tel revirement ?

La personnalité même d’Anatole France est pétrie d’éléments contradictoires qui peuvent en partie donner la clé de cette désaffection posthume. Son style néo-classique – passionnément admiré par son ancien disciple Charles Maurras, devenu son adversaire politique – et ses goûts artistiques tournés vers le rococo et la bimbeloterie sont l’incarnation d’un conservatisme qui ne dédaigne pas l’archaïsme, voire la préciosité ; ses romans sont de remarquables instantanés d’une société étriquée et corsetée qui, tant qu’elle existait, s’est ébahie de s’y reconnaître comme en un miroir parfait, mais qui dès l’Entre-deux-guerres a définitivement disparu : ils ont donc rapidement fait figure de témoignages historiques plutôt que d’intrigues vivantes. Mais il exprime par ailleurs des idées progressistes à l’extrême : il se montre farouchement anticlérical, il prend position en faveur de Zola et du capitaine Dreyfus, il appelle à la lutte contre la “ploutocratie”, et signe dans L’Humanité une lettre ouverte au titre provocateur : “On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels”1.

Liste de noms de personnalités ayant pris position en faveur du capitaine Dreyfus, parmi des notes de Daniel Halévy (Bibliothèque historique, 4-MS-FS-27-259)
Manuscrit autographe de la lettre d’Anatole France “On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels” publiée dans l’Humanité en 1922. La fameuse phrase se trouve entre les feuillets 2 et 3.
L’Humanité, une du 18 juillet 1922, Gallica

Son soutien à la jeune URSS lui aliène une partie du public conservateur. Trop bolchévique pour que la droite ait envie de recueillir son héritage, il est également trop bourgeois pour que la gauche se réclame de lui. Ses positions sont trop nuancées pour une époque qui se repaît de violents antagonismes : alors qu’en 1891 Georges Clemenceau avait déclaré que “la Révolution est un bloc dont on ne peut rien distraire”, vingt ans plus tard, dans Les dieux ont soif, Anatole France revendique le droit, voire le devoir, d’opérer un tri parmi les événements révolutionnaires, et dénonce, à travers l’exemple de la Révolution française et l’épisode de la Terreur, le potentiel de dérive tyrannique que porte en elle toute révolution, sans cesser pour autant d’être profondément acquis à la République. Son scepticisme et son goût pour l’ironie l’isolent.

Les dieux ont soif, 1911 (Bibliothèque historique, 2-MS-FS-27-001)

Des archives composites

Le fonds Anatole France de la BHVP est en réalité plutôt une collection qu’un fonds, car il se compose de 4 grands ensembles bien distincts. Le noyau originel en est constitué par un groupe de papiers que la seconde épouse d’Anatole France, Emma Laprévotte, décédée en 1930, a légué au musée Galliera par testament daté du 5 mars 1928. Ce testament stipulait expressément que l’objet de son legs ne devait revenir à nulle autre institution que le musée Galliera ; mais ce musée étant spécialisé dans le domaine de la mode et du costume, les papiers d’Anatole France n’y avaient guère leur place, aussi cet ensemble a-t-il fait l’objet d’un dépôt auprès de la BHVP, en deux temps : 1947 pour les imprimés, 1951 pour les manuscrits. Afin de ne pas trahir les dispositions testamentaires d’Emma Laprévotte, le musée Galliera est toujours réputé être le propriétaire légal de ce premier ensemble. La BHVP l’a enrichi une première fois en 1994 en faisant l’acquisition d’une collection d’autographes d’Anatole France réunie par Marcel Imbert, et à nouveau l’année suivante en se portant acquéreuse des archives de Jacques Suffel, auteur de plusieurs études consacrées à Anatole France et directeur de l’édition scientifique de ses œuvres complètes en 1969. À ces 3 blocs principaux sont venues s’adjoindre en 1997 et 2008 des acquisitions de moindre importance.

Ce fonds ne saurait rivaliser avec les archives Anatole France que détient le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, et qui proviennent essentiellement de dons de Léontine Arman de Caillavet (avec qui l’écrivain eut une liaison passionnée, et qui devint le personnage de Thérèse dans Le Lys rouge) et de Jacques Lion (bibliophile et ami d’Anatole France)2, mais il les complète utilement.

On y trouve des manuscrits de quelques-unes de ses œuvres, à différentes étapes du processus créatif : notes informelles griffonnées sur le papier, brouillons plus ou moins élaborés, états définitifs, épreuves corrigées. Le manuscrit le plus complet est celui de La Vie de Jeanne d’Arc, mais on note également un nombre considérable de notes préparatoires pour l’article consacré en 1911 par Anatole France à l’œuvre de Pierre-Paul Prud’hon, un artiste qu’il admirait tout particulièrement.

La Vie de Jeanne d’Arc, 1908 (Bibliothèque historique, 2-MS-FS-27-044)

La correspondance est également bien représentée, avec quelques autographes d’Anatole France mais surtout un remarquable ensemble de copies réalisées par Jacques Suffel. Les originaux dont il s’est servi se trouvent majoritairement à la BnF, mais l’intérêt de ses copies, outre qu’elles sont réunies en un seul lieu et qu’elles permettent de préserver les originaux, est de présenter la correspondance d’Anatole France dans l’ordre chronologique, sans la découper par correspondants. Les dossiers thématiques réunis par Jacques Suffel autour des grands événements de la vie d’Anatole France ou de ses grandes préoccupations ont aussi été respectés en l’état : environnement familial du jeune Thibault, premier puis second mariages, engagement politique, attitude face à la guerre… Le fonds est par ailleurs riche en iconographie, majoritairement rassemblée par Jacques Suffel au cours de ses recherches assidues.

Coupures de presse et souvenirs manuscrits apportent une documentation précieuse, de même que les catalogues de vente et les archives relatives aux diverses expositions et commémorations.

Quant aux archives de Jacques Suffel proprement dites, elles consistent en manuscrits de ses études publiées mais aussi en études inédites ; on y note la présence d’une version largement révisée et enrichie de sa biographie d’Anatole France publiée en 1946, révision qui n’a jamais été éditée et qu’on ne peut donc consulter que dans ce fonds. La correspondance de Jacques Suffel compte de nombreuses lettres de Simone André-Maurois, petite-fille de Léontine Arman de Caillavet déjà citée, et de Lucien Psichari, petit-fils d’Anatole France.

Agence Rol. Photographie de l’enterrement d’Anatole France (Gallica ; épreuve photographique également conservée à la Bibliothèque historique, 8-MS-FS-27-137).

Lien vers l’inventaire du fonds Anatole France de la BHVP : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-FS27



Citer ce billet
Patrick Le Boeuf (2024, 12 janvier). Le fonds Anatole France à la Bibliothèque historique. L'échauguette. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vknn

  1. Manuscrit autographe de la lettre d’Anatole France “On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels”, 1922. Bibliothèque historique, 4-MS-FS-27-058. []
  2. Les archives Anatole France ne constituent pas un fonds unifié à la BnF, mais sont réparties sous en plusieurs ensembles : NAF 10795-10811, Manuscrits autographes des œuvres de M. Anatole France. XIXe siècle : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc5103d ; NAF 1312, Recueil de lettres et pièces diverses concernant Anatole France : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc6028r ; NAF 15387-15457, Papiers Anatole France. (Collection Jacques Lion.) 72 vol. : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc7493k ; NAF 15384-15386, Papiers Anatole France (Legs Seymour de Ricci) : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc7525x ; NAF 15773-15776, Anatole France. Vie de Jeanne d’Arc.XXe s. :https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc74314 ; NAF 16591-16592, Anatole France et Gaston de Caillavet. Le Lys rouge : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc39818 ; NAF 16824-16826, Anatole France. Notes destinées à la Vie de Jeanne d’Arc : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc41023 ; https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc6569b ; NAF 18731, Anatole France. Le Petit Pierre : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc65684 ; NAF 21609-21612, Manuscrits autographes des œuvres de M. Anatole France. XIXe siècle : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc6627c ; NAF 23649, Manuscrits et brouillons d’Anatole France, avec pièces le concernant : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc121476 ; NAF 24358-24368, Anatole France. Carnets intimes : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4184w ; NAF 24172, Anatole France, Le Petit Pierre : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc12338k. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Boucher dit :

    Bonjour,

    Passionnée par Anatole France depuis l’âge de mes 5 ans, je suis friande de tous les documents le concernant.

    J’espère de tout cœur qu’il sera mis à l’honneur en cette année 2024, centenaire de sa mort.

    Avec mes remerciements.

    BOUCHER Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search