Les familles Beausire et Destouches, une dynastie d’architectes parisiens

L’inventaire des papiers Beausire et Destouches est à présent en ligne, disponible à l’adresse https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05/B79106756. Ces deux familles ont joué un rôle important dans l’histoire de l’architecture parisienne puisqu’elles ont occupé pendant près d’un siècle, des années 1680 aux années 1760, des postes-clés dans l’administration des travaux portant sur les bâtiments de la ville.

La longue carrière de Jean Beausire père (1651-1743)

Jean Beausire acquiert en 1683 l’office de maître des ouvrages de maçonnerie de la ville de Paris, office qui fait l’objet en 1729 d’un nouveau règlement très préjudiciable à son détenteur, notamment d’un point de vue financier. Afin de recouvrer ses prérogatives et ses émoluments antérieurs à ce règlement, Jean Beausire constitue un gros dossier tendant à démontrer l’ancienneté de sa charge et à énumérer les honneurs qui y sont associés : il réunit un nombre impressionnant de pièces qui remontent à l’année 1579 pour la plus ancienne d’entre elles, et qui permettent de retracer l’historique de la succession des détenteurs de l’office. Il rédige lui-même un mémoire pour faire valoir ses droits, qui permet de retracer sa carrière.

En plus de son office comme maître des ouvrages de maçonnerie de la ville de Paris, il occupe également l’office de syndic de la communauté des maîtres maçons entrepreneurs de la ville et faubourgs de Paris à partir de 1691 ; il s’en démet dès 1694, afin d’acquérir l’office plus prestigieux de maître général triennal héréditaire des œuvres de maçonnerie des bâtiments, ponts et chaussées de France, en 1695. Là encore, il réunit des pièces et copies d’actes antérieurs pour retracer l’historique de la transmission de cette charge depuis le milieu du 17e siècle. En 1692, il acquiert en outre l’office de conseiller des bâtiments de la ville de Paris, qui n’existe que depuis 1690.

En 1706, Jean Beausire acquiert encore, à l’âge de 55 ans, un nouvel office : celui de maître général des bâtiments de la ville de Paris, garde ayant charge des eaux et fontaines, nouvellement créé par la fusion de deux offices préexistants, celui de maître des œuvres et celui de contrôleur des bâtiments et garde ayant charge des fontaines publiques. Détail amusant : il obtient que lui soit attribué en 1708 un cabinet au sein même de l’Hôtel de ville, afin que son commis puisse noter commodément sous sa dictée le détail des travaux à réaliser, sans avoir, comme par le passé, à s’asseoir sur un banc en plein vent au risque de laisser s’égarer des papiers importants…

Acte du 9 février 1708, par lequel le prévôt des marchands et les échevins de la ville de Paris attribuent à Jean Beausire, dans le bâtiment de l’Hôtel de ville, “un petit cabinet qui est inutil estant sur le hault du palié de la premiere rampe qui conduict au vestibul de la chapelle par ou cy devant on entroit dans la prison des femmes”, afin qu’il ne soit plus “obligé de faire ecrire son commis sur des bancs en differens endroitz dudit hostel de ville ce qui l’expose au danger d’egarer et perdre des papiers de consequence”. Cette attribution nécessitera quelques travaux, puisqu’il faudra construire “un mur qui separera ledit cabinet de ladite prison dans laquelle l’on entrera a l’avenir par un autre escalier qui y conduit et autre ouverture a laquelle il y a eu autrefois une porte laquelle y sera remise”.

BHVP, 2-MS-4201

Parmi toutes ces pièces justificatives, un volumineux dossier est consacré à l’aménagement du quartier du Marais dans les années 1696-1698, notamment à la suite de l’acquisition par la ville de terrains appartenant antérieurement au Temple. La pièce la plus ancienne de ce dossier remonte à l’année 1355.

Acte du 11 novembre 1355, relatif à un pré du Marais, faisant partie d’une liasse de documents consacrés à l’aménagement du quartier du Marais du milieu du 14e siècle au tout début du 18e siècle.

Il s’agit du plus ancien document de cette liasse, et de l’un des rares documents médiévaux des collections de la BHVP.

BHVP, 2-MS-4205

Les archives contiennent également des papiers relatifs aux affaires privées de Jean Beausire : il est marié une première fois avec Marie Romain, dont il a 5 fils et qui meurt en mars 1680 ; veuf depuis à peine deux mois, il se remarie avec Catherine Le Trotteur, qui lui donne au moins 7 enfants avant de s’éteindre à son tour en 1717. Curieusement, ses enfants du premier lit sont quasiment absents des archives, qui ne mentionnent guère que ceux du second lit. Mais les inventaires après décès des biens de chacune de ses deux épouses figurent bien dans le fonds.

En 1722, Jean Beausire vend à son propre fils Jean-Baptiste Augustin Beausire (1693-1764) ses deux offices, celui qu’il tient du roi et celui qu’il tient de la ville de Paris. Pour autant, bien qu’âgé de plus de 70 ans, il ne prend pas encore sa retraite, puisqu’il continue d’assumer une part des travaux aux côtés de son fils, au moins jusqu’en 1734. Jean Beausire s’éteint à l’âge vénérable de “92 ans et 2 mois” ; afin de lui rendre hommage, la ville de Paris décide d’acheter “12 flambeaux de cire blanche” qui éclaireront la cérémonie d’inhumation.

Jean-Baptiste Augustin Beausire (1694-1763)

Jean-Baptiste Augustin Beausire s’installe dans une maison sise rue de la Mortellerie (aujourd’hui appelée rue de l’Hôtel-de-ville), sur un terrain acquis par la ville en 1706. Outre les deux offices de maître général des bâtiments de la ville de Paris, garde ayant charge des eaux et fontaines et de maître général triennal des bâtiments du roi, ponts et chaussées de France qu’il tient de son père depuis 1722, il acquiert en outre celui de maître des œuvres de charpenterie de l’Hôtel de ville de Paris en 1744. Moins endurant que son père toutefois, il déclare aspirer à la retraite dès l’âge de 56 ans, et vend en 1751 ses deux offices de maître général des bâtiments de la ville et de maître des œuvres de charpenterie de l’Hôtel de ville à Laurent Destouches (17..-1772), qui épouse en grand secret sa fille Anne Charlotte Julie Beausire. Une lettre de Laurent Destouches au maréchal de Belle-Isle précise même que les enjeux autour de la cession des deux offices et du mariage qui scellait cet accord étaient tels que la cérémonie a dû avoir lieu à 4 heures du matin !

Brouillon de lettre de Laurent Destouches à Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle, 22 août 1751, où il lui apprend que son mariage avec l’héritière de Jean-Baptiste Augustin Beausire s’est fait en secret le 4 août 1751 à 4 heures du matin, et qu’il a été reçu dans les deux charges que lui cède son beau-père, celles de maître général des bâtiments de la ville et de maître des œuvres de charpenterie de l’Hôtel de ville, le même jour, également en secret, à 4 heures de l’après-midi, avec pour conséquence que “la même nuit a quatre heure apres minuit n’etoije pas andormis tant le nombre quatre m’occupoit”.

BHVP, 2-MS-4217

Mais l’entente entre beau-père et gendre sera de courte durée. De même que Jean Beausire avait continué d’exercer aux côtés de son fils, Jean-Baptiste Augustin Beausire n’abandonne pas complètement ses charges – et il continue de percevoir une partie des émoluments qui leur sont associés. Laurent Destouches ne l’entend pas du tout de cette oreille et s’estime floué : s’appuyant sur une clause de son contrat de mariage, il voudrait l’intégralité des émoluments pour lui seul. En 1755, il abandonne purement et simplement son poste, tout en prétendant continuer d’en recevoir la rétribution. Jean-Baptiste Augustin Beausire décide donc de reprendre son office de maître général des bâtiments de la ville, bien qu’il ne cesse de répéter qu’il est trop vieux et usé par son labeur et qu’il voudrait enfin pouvoir se reposer. En 1760, la ville de Paris attribue cet office conjointement à Jean-Baptiste Augustin Beausire et à son neveu Pierre-Louis Moreau, alors que Laurent Destouches en est toujours légalement détenteur. L’année suivante, Jean-Baptiste Augustin Beausire se voit enfin accorder la pension de retraite qu’il désirait tant.

Entre Beausire et Destouches les choses s’enveniment au point qu’un procès éclate. Il durera de 1758 à 1762. En 1763, Laurent Destouches consent à vendre l’office de maître général des bâtiments de la ville à Pierre-Louis Moreau, qui l’occupait de fait. L’année suivante, en 1764, Jean-Baptiste Augustin Beausire s’éteint.

La famille Destouches

Les archives de Laurent Destouches, en-dehors de ses démêlés judiciaires avec son beau-père, ne portent guère que sur la gestion de son patrimoine : il possède l’hôtel d’Armenonville, aujourd’hui disparu, où fut installée la Grande Poste de Paris à partir de 1757, et la seigneurie de Migneaux.

Son fils Charles Nicolas Laurent Destouches (1752-18..) fait des études de droit et semble n’avoir pas fait carrière dans l’architecture. Il n’apparaît guère dans les archives qu’en tant que propriétaire de la seigneurie de Migneaux. Il faut attendre la génération suivante pour retrouver un architecte en la personne de son fils Louis Nicolas Marie Destouches (1788-1850), qui fut actif notamment au Muséum d’histoire naturelle. À ce titre, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) lui adresse plusieurs courriers.

Lettre signée d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Pierre Louis Antoine Cordier, administrateurs du Muséum d’histoire naturelle, à Louis Nicolas Marie Destouches, 21 avril 1832, au sujet de réparations urgentes à faire au Muséum.

La lettre fait également allusion à “la construction du grand bâtiment des Nouvelles Galeries, lorsque le projet en aura été rédigé & approuvé”. La décennie 1833-1843 fut en effet fertile en travaux d’agrandissement du Muséum.

BHVP, 2-MS-4218

Mais ses archives sont surtout consacrées au concours pour l’embellissement de la place Louis XVI (aujourd’hui place de la Concorde) en 1828, concours remporté par son rival Adrien Louis Lusson (1790-1864), qu’il accuse publiquement de plagiat.

Louis Nicolas Marie Destouches. Plan d’un projet présenté au concours pour l’embellissement de la place Louis XVI (actuelle place de la Concorde), 1828.

La place de la Concorde, ancienne place Louis XV, ne porta le nom de place Louis XVI qu’entre 1826 et 1830. Une loi du 20 août 1828 concède à la ville de Paris la place Louis XVI et la promenade des Champs-Élysées, à charge pour elle d’y procéder à des travaux d’embellissement, pour lesquels un concours est ouvert. Destouches est choisi pour l’arrangement général de la place, tandis qu’Adrien Louis Lusson est chargé de dessiner les 4 fontaines qui doivent la décorer. Mais les deux architectes ne peuvent s’entendre et s’accusent mutuellement de plagiat ; leur brouille empêche les travaux de démarrer avant que n’éclate la Révolution de 1830.

La place de la Concorde demeura inachevée jusqu’à ce que l’obélisque de Louxor y soit installé en 1836.

BHVP, 2-MS-4219

Lien vers l’inventaire : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05/B79106756



Citer ce billet
Patrick Le Boeuf (2023, 21 juillet). Les familles Beausire et Destouches, une dynastie d’architectes parisiens. L'échauguette. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search