Roger Vitrac : un dramaturge à redécouvrir

Roger Vitrac, photographie Roger-Viollet (2-TFS-027-034)

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris possède un fonds d’archives important sur le dramaturge et écrivain Roger Vitrac. Ce fonds provient d’un achat à sa seconde épouse, Anne Guérin (née Anne Myey) en 2004, à la suite de l’exposition « Les Extravagants du théâtre ». Il contient de nombreux manuscrits, y compris des inédits, des coupures de presse et programmes de mise en scène des pièces de Vitrac, des extraits de son abondante correspondance mais également des photographies et un carnet de notes. Ce fonds permet de redécouvrir un auteur subversif, plein d’humour et de finesse, à qui le succès aura été refusé toute sa vie. Le classement et l’inventaire ont été réalisés par Hannah Courme dans le cadre d’un stage à la Bibliothèque historique.

Une jeunesse entre Souillac et Paris

Roger Eugène Simon Vitrac naît le 17 novembre 1899 à Pinsac, petite commune du Lot. Ses parents sont tous deux propriétaires terriens mais son père, Jules Vitrac est un joueur et coureur de jupons invétéré. A Souillac, ville proche de Pinsac où les Vitrac ont déménagé après la naissance de leur fils, il dilapide une grande partie de la fortune familiale. Avec ce qu’il en reste, ses parents partent s’installer avec Roger à Paris. L’enfance souillagaise de l’auteur et ses déboires le marquent durablement et sont une source d’inspiration pour un certain nombre de ses pièces.

A Paris, où Roger Vitrac fait ses études au lycée Buffon, il commence à se passionner pour la littérature, plus spécialement Lautréamont et Alfred Jarry, d’autant que l’un de ses professeurs rappelle monsieur Hébert, le modèle du père Ubu. En parallèle de son service militaire, il fait son entrée dans le monde des lettres grâce à la création éphémère de la revue Aventure où il publie en 1922 l’une de ses premières pièces, Le Peintre, qui témoigne déjà de son humour poétique et cruel.

Une brève parenthèse surréaliste

Exemplaire de La Révolution surréaliste du 15 juillet 1925 (4-TFS-027-032)

Roger Vitrac participe aux premières manifestations Dada puis se rapproche du groupe qui se forme autour d’André Breton. Adhérent précoce et fervent aux surréalistes, il prend part à leurs différentes activités. Ainsi, Entrée libre, rédigé en 1922, drame en sept tableaux, tente pour la première fois de transcrire des rêves au théâtre à l’aide d’associations libres et d’images oniriques.

En 1925, Vitrac est brutalement exclu du groupe surréaliste par André Breton, sous le prétexte de son désengagement politique et de son alcoolisme. L’auteur perd ainsi un point de repère important, dont les thèmes principaux irriguent toujours son œuvre par la suite, raison pour laquelle on peut le qualifier de dramaturge surréaliste.

L’aventure du Théâtre Alfred Jarry

Vitrac se rapproche rapidement d’Antonin Artaud, rejeté lui aussi par les surréalistes, et ils fondent ensemble le « Théâtre Alfred Jarry » en 1927, portés par la volonté de révolutionner la scène française. En dépit des scandales, du peu de spectacles montés (seulement quatre) de la quantité limitée de représentations et des problèmes récurrents de financement, le Théâtre Alfred Jarry renouvelle profondément l’art dramatique.

Programmes pour différents spectacles de Victor ou les enfants au pouvoir (4-TFS-027-014)

Le quatrième spectacle représenté, Victor ou les enfants au pouvoir, créé le 24 décembre 1928 à la Comédie des Champs-Elysées dans une mise en scène d’Antonin Artaud, est considéré comme le chef d’œuvre de Vitrac. Drame bourgeois en trois actes, il oscille entre lyrisme, ironie et subversion de l’ordre bourgeois, du point de vue d’un enfant qui porte un regard au vitriol sur le monde des adultes. Cette pièce est celle qui a le plus fait l’objet de reprises, ce qui explique la quantité de dossiers de presse et programmes de théâtres dont dispose la BHVP à son sujet. En effet, même si elle n’est jouée que trois fois lors de sa création, elle est reprise dès 1946 par Michel de Ré et connait la gloire en 1962 dans la mise en scène de Jean Anouilh. Les coupures de presse concernant des mises en scène à l’étranger témoignent également de ce succès, comme celle de Giuseppo Patroni Griffi au Théâtre Manzoni de Rome en 1970 ou celle d’Arto af Hallström à Helsinki en 1990.

À la suite de Victor ou les enfants au pouvoir, Roger Vitrac et Antonin Artaud décident d’écrire une brochure, « Le Théâtre Alfred Jarry en 1930 », qui établisse le bilan de ces trois années. L’objectif est de préciser les principes de ce théâtre, de mettre en valeur les pièces déjà jouées via l’insertion de critiques de journal, d’établir un plan pour l’avenir et d’encourager le public à envoyer des fonds. La BHVP possède des documents qui permettent d’établir la genèse de cette brochure, depuis les manuscrits autographes de Roger Vitrac jusqu’à la brochure complète en passant par le texte dactylographié et quatre des neuf photomontages réalisés par l’artiste Eli Lotar pour illustrer le document.

Ébauche manuscrite de la brochure (2-TFS-027-014)
Premières pages de la brochure imprimée (2-TFS-027-013)

Le Théâtre de l’Incendie

Lettre de Marcel Herrand à Roger Vitrac au sujet du Coup de Trafalgar (2-TFS-027-033)

Cependant, la volonté de continuer le Théâtre Alfred Jarry n’aboutit pas. La pièce suivante de Roger Vitrac, Le Coup de Trafalgar, dont la rédaction commence dès 1929 sous le titre Arcade mais s’étale pendant quatre ans, est finalement mise en scène par Marcel Herrand au Théâtre de l’Atelier. Le fonds d’archives de la BHVP, en plus d’un manuscrit autographe de la pièce, contient ainsi les lettres de Marcel Herrand à Roger Vitrac concernant le spectacle et des reproductions de lettres d’Antonin Artaud. Celui-ci souhaitant au départ monter la pièce qu’il pressait Vitrac de finir, il vit cette défection comme une trahison et les deux amis se brouillent définitivement. Le Coup de Trafalgar est également une pièce inspirée par l’enfance de l’auteur où il reprend, depuis l’avant-guerre jusqu’à 1924, l’atmosphère fantasque de son immeuble parisien sur fond d’escroquerie, d’égyptomanie et d’antimilitarisme.

Il est possible de réunir la première production dramaturgique de Vitrac sous la catégorie du « Théâtre de l’Incendie » ainsi qu’en témoigne un feuillet autographe qui comporte une liste de pièces et une idée de préface. Même si ce projet d’écrit théorique reste à l’état d’ébauche, le Théâtre de l’Incendie constitue une unité, caractérisée par l’humour grinçant, la cruauté, la surprise, l’enfance, l’onirisme et les jeux avec le langage (contrepèteries, glissements phonétiques, métaphores…). Par exemple, L’Ephémère, pièce jamais jouée mais dont la BHVP possède trois manuscrit dactylographiés, raconte l’histoire d’un enfant lié à une étoile qui rencontre divers personnages, dont un philosophe à corps de lion. Métamorphosé en géant, l’enfant est écrasé par son père astronome puisque l’étoile a disparu. Au dernier tableau, un œil énorme prouve que toute la pièce était une illusion.

Une production théâtrale qui prend une tournure plus métaphysique

Aussitôt après les dernières représentations du Coup de Trafalgar, Vitrac entre en cure de désintoxication dans la clinique « le Château du Bel-Air » qui lui inspire une comédie assez fantaisiste, Le Loup-Garou. Le manuscrit autographe qui porte le premier titre envisagé, Réception au château, permet de constater que Vitrac a une manière d’écrire spécifique, sans plan préalable. Le Loup-Garou conte l’histoire d’un Don Juan inversé, André Camo-Dumont, qui, atteint d’une malédiction, doit séduire une femme par soir jusqu’à ce que l’une d’elles lui résiste. Il tente de se réfugier au Château des Belles-Feuilles où il retrouve toutes ses précédentes victimes, rendues folles d’amour. Cette pièce, une des plus légères de l’auteur du fait des situations vaudevillesques et des dialogues rapides, n’en demeure pas moins assez inquiétante, sans doute parce que la limite entre bien-portant et maniaque semble progressivement se brouiller.

Entre 1932 et 1938, Roger Vitrac effectue de nombreux voyages en Grèce grâce au mécénat d’un de ses amis croisiériste, ce qui lui fournit de nouvelles sources d’inspiration et surtout éveille son intérêt pour la notion de destin. Ainsi, Les Demoiselles du large est une pièce écrite en 1933, focalisée sur l’ambivalence de l’amour et de la conscience, beaucoup plus métaphysique et tragique que les précédentes. La création du texte, simplifié, a lieu en 1938 dans une mise en scène de Paulette Pax au Théâtre de l’Œuvre, dont 58 photographies de représentation permettent de se figurer la scénographie. Dialoguiste de cinéma, Roger Vitrac propose aussi une reprise contemporaine du mythe de Phèdre dans un scénario éponyme écrit entre 1932 et 1940 mais qui n’a jamais donné lieu à un film.

Les Demoiselles du large, mise en scène de Paulette Pax (4-TEP-027-002)

Des difficultés d’écrire et de jouer

Entre la fin de la décennie 1930 et le début de la suivante, Roger Vitrac ne produit plus beaucoup de textes, pris par son travail alimentaire pour le cinéma et ses problèmes personnels. Certes, il écrit La Bagarre en 1938 et Médor en 1939, deux pièces qui parlent de l’amour et de ses déboires. La version négative, dans La Bagarre, éclaire les instincts antagonistes qui interviennent parmi les désirs amoureux et l’impossibilité d’un amour sans haine. Quant à Médor, il s’agit d’une version plus positive, parodie de théâtre de vaudeville entre rêve et réalité, où un chien qui parle réunit un couple en déshérence. Cependant, aucune des deux pièces n’est jouée du vivant de l’auteur, La Bagarre est simplement diffusé à la radio plusieurs années après.

Première page de Le Destin change de chevaux (4-TFS-027-020)

La période de la guerre n’est pas plus prolixe : les manuscrits dont dispose la BHVP font état de projets inachevés, à l’image du scénario Les Femmes ne mentent jamais mais surtout des deux premiers actes de la pièce Le destin change de chevaux, satire sociale grinçante mettant en exergue les antagonismes de classes au-delà d’un classique renversement des rôles maître/valet.

L’une des dernières œuvres de Roger Vitrac, Le Sabre de mon père, reprend certain de ses thèmes récurrents. La pièce est écrite en deux temps, les deux premiers actes en 1945 et le dernier en 1950, après la mort de son père et la fin d’une forme de tabou. Il s’agit de la dernière des pièces sur l’enfance, qui se situe chronologiquement entre Victor et Le Coup de Trafalgar. D’abord intitulée La Comète ou la vie comme elle est, elle retrace, selon l’auteur, les évènements familiaux et l’humiliation sociale qui conduisent Simon, fils des Dujardin, à vouloir devenir écrivain. Cette pièce animée, entre gestes spectaculaires et violence, fait évoluer les quinze personnages au milieu des désirs, des pulsions et des non-dits via la vision d’un enfant qui perçoit le réel comme un théâtre. Elle est montée non sans difficultés, comme le souligne un ensemble de lettres échangées entre Vitrac, André Barsacq, Pierre Dux et Marcel Karsenty, ces deux derniers acceptant de représenter le spectacle après le désistement de Barsacq, Cependant, Le Sabre de mon père n’obtient pas le succès escompté et les critiques sont très mitigées, ce qui contribue sans doute à accélérer la fin de vie d’un Roger Vitrac déjà affaibli par la maladie.

Décès et postérité

Roger Vitrac décède à Paris le 22 janvier 1952, occasion pour Jean Anouilh, dont l’amitié portée au dramaturge transparaît très nettement dans ses lettres, de lui rendre un hommage déplorant le peu de reconnaissance de son œuvre singulière.

Carnet de notes de Roger Vitrac (4-TFS-027-030)

Les collections de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris comportent également un grand nombre de photographies de représentation ou de famille, celles de Roger enfant rappelant étrangement les descriptions de Victor. Un carnet de notes des années 1944-1945 permet en outre de se confronter à l’intimité d’écriture de Vitrac, qui copiait des citations de ses ouvrages favoris, établissait des listes de rôles-type pour les comédiens et formulait beaucoup de projets inaboutis. Au-delà du théâtre, Vitrac était aussi passionné d’art et s’attachait à défendre les artistes qu’il considérait, ce que signale l’exemplaire de son étude critique sur Jacques Lipchitz.

L’inventaire de ce fonds d’archives est donc l’occasion de redécouvrir un auteur injustement oublié ou limité à une pièce unique, dont la subversion et les jeux de mots n’ont pas vieilli, un des seuls dramaturges à avoir porté sur scène le surréalisme.


Lien vers l’inventaire : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-L3A


Bibliographie

  • H. Béhar, Roger Vitrac, un réprouvé du surréalisme, Paris, Librairie A. G. Nizet, 1966, 325 p.
  • H. Béhar, Vitrac, théâtre ouvert sur le rêve, Bruxelles, Editions Labor, 1980, 253 p.
  • G. Latour, « Roger Vitrac ou l’Annonciateur du théâtre de l’absurde », Association de régie théâtrale, http://www.regietheatrale.com/index/index/thematiques/auteurs/vitrac/roger-vitrac-table-des-matieres.html.
  • G. Latour, 2000, Les Extravagants du théâtre, de la Belle Epoque à la Drôle de guerre, Catalogue d’exposition (Paris, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 1er mars – 4 juin). Paris : Paris-bibliothèques, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000123033.locale=fr
  • R. Vitrac, Lettres à Jean Puyaubert, éd. Alain et Odette Virmaux, Mortemart, Editions Rougerie, 1991.
  • R. Vitrac, Théâtre I. — Victor ou les Enfants au pouvoir — Le Coup de Trafalgar — Le Camelot, Paris, Gallimard, 1946, in-16, 303 p.
  • R. Vitrac, Théâtre II. — Les Mystères de l’Amour — Les Demoiselles du large — Le Loup-Garou, Paris, Gallimard, 1948, 295 p.
  • R. Vitrac, Théâtre III. — Le Peintre — Mademoiselle Piège — Entrée libre — Poison — L’Ephémère — La Bagarre — Médor, Gallimard, 1964, 256 p.
  • R. Vitrac, Théâtre IV. — La Croisière oubliée — Le Sabre de mon père — le Condamné, Gallimard, 1964, 236 p.


Citer ce billet
Hannah Courme (2023, 17 octobre). Roger Vitrac : un dramaturge à redécouvrir. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search