Le Tour de France vu par France-Soir

Fondé en 1944, le quotidien France-Soir déploie, dès le premier Tour de France de l’après-guerre en 1947 jusqu’au tournant des années 1990, un impressionnant dispositif pour suivre la course : moyens techniques, équipe de photographes et de journalistes, impression de plusieurs éditions par jour… C’est que le Tour de France, véritable feuilleton estival, attire le public au bord des routes comme dans les kiosques.

En 1988, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris accueille les archives photographiques de France-Soir alors que le journal, parmi les plus forts tirages des années 1950-1960, est en proie à des difficultés financières et quitte son immeuble historique du 100 rue de Réaumur. Ce don est suivi par l’achat du complément du fonds lors de la liquidation de la société en 2012.

Au sein de ce fonds d’archives photographiques, le Tour de France occupe une place considérable : il représente plusieurs dizaines de milliers d’images, prises par les photo-reporters employés par le quotidien ou achetées auprès d’agences concurrentes, allant du début du Tour jusqu’à la fin de France-Soir. Seule une minorité de ces prises de vues a connu une publication, malgré l’importance de l’illustration dans le journal. Parmi les photographies ici reproduites, les inédits sont nombreux. Le choix a été fait pour la réalisation des tirages de respecter l’état des originaux, qu’il s’agisse de négatifs ou d’épreuves, parfois rayés, oxydés, annotés… 

Alors que l’année 2023 signe la fin d’une époque pour le Tour de France, car en 2024, pour la première fois depuis sa création en 1903, la plus grande course cycliste au monde ne se terminera pas à Paris mais à Nice, nous vous invitons à découvrir un florilège de ces images, sélectionnées et commentées par les historiens du sport Adrien Barbé (Bibliothèques de l’Université Paris-Cité) et Pierre-Marie Bartoli (Bibliothèque de l’INHA), avec le concours de Claire Daniélou (département de l’Iconographie, BHVP).

Exposition à l’accueil de la BHVP, du 27 juin au 21 septembre 2023.


France-Soir raconte le Tour

Le journal France-Soir

Quotidien généraliste national créé en 1944, France-Soir s’impose dans le paysage médiatique largement recomposé après la Seconde guerre mondiale – c’est le titre au plus fort tirage des années 1950 – notamment sous la houlette de Pierre Lazareff, directeur de la rédaction de 1949 à sa mort, en 1972. La place importante accordée à la photographie dans France-Soir est ce qui le démarque par rapport à la concurrence. Plus qu’une illustration, elle est la porte d’entrée dans l’actualité, particulièrement mise en valeur sur la Une et la dernière page.

La qualité du travail de l’équipe de photoreporters constitue la force du journal dans la concurrence médiatique sur le Tour de France. Depuis sa création en 1903 par le journal L’Auto, l’épreuve est liée à la compétition entre journaux pendant la période creuse que représente le mois de juillet. Pour France-Soir, la qualité de son suivi permet d’attirer le lectorat, bien que la course soit organisée de 1947 à 1973 par le grand quotidien sportif national, L’Équipe, associé à un autre quotidien généraliste, Le Parisien libéré.

Le Tour de France dans les archives photographiques France-Soir

Plusieurs dizaines de milliers d’images constituent le fonds France-Soir sur le Tour de France conservé à la Bibliothèque historique : négatifs sur plaques de verre ou sur support souple, épreuves papier, iconographie diverse liée au journal… Accumulée au fil des reportages grâce au travail des photographes, cette masse est ensuite traitée par les documentalistes du journal qui l’ont annotée, classée et organisée, avec plus ou moins de rigueur selon les époques.

Le fonds comprend également des archives antérieures à l’existence du titre, notamment d’avant-guerre, que France-Soir a récupérées du journal Paris-Soir. Cela permet à l’exposition de documenter l’avant-guerre, à l’image du cliché de 1912 montrant la voiture du créateur du Tour, Henri Desgranges. Il contient aussi des photographies achetées à des agences de presse pour illustrer des épisodes que les photographes de France-Soir n’ont pas pu immortaliser.

L’équipe photographique de France-Soir

Pour alimenter ses besoins en iconographie, le journal emploie un important service photographique, qui compte jusqu’à une cinquantaine de photoreporters, mobilisables de jour comme de nuit, dans sa période faste.

Les photographies d’équipe prises pendant la course témoignent des moyens croissants investis pour suivre l’épreuve : voitures, motos, bus… Certains photoreporters ont suivi la Grande Boucle pendant plusieurs décennies : on peut citer Robert Girardin dans les années 1960, Bernard Charlet, dont l’œuvre documentaire est incontournable pendant les années 1970 et 1980, ainsi que Michel Pansu, qui officie à la même époque.

Pendant la deuxième journée de repos au cours de sa conquête du Tour de France en 1989, l’Américain Greg LeMond ne s’y trompe pas : c’est bien dans France-Soir qu’il consulte les nouvelles. À moins que ça ne soit une astucieuse promotion orchestrée par les photographes avec le maillot jaune ?

Paris

Grands Départs parisiens

Comme l’illustre le rituel du poinçonnage des vélos des concurrents au Tour de France dans la cour de L’Auto avant le début du Tour, l’épreuve a pour habitude de partir de Paris, où se situe le siège du journal : le Grand Départ y a lieu entre 1905 et 1950, à une exception près. À l’image de la rue de la Grange-Batelière, la foule parisienne peut donc assister aux premiers kilomètres parcourus par le peloton avant sa Grande Boucle.

Pourtant, les coureurs du tout premier Tour, en 1903, n’étaient pas partis de la capitale, mais de sa lointaine banlieue : Maurice Garin, premier vainqueur, et ses rivaux ont commencé leur périple à Montgeron en Seine-et-Oise, aujourd’hui dans l’Essonne.

Dans la deuxième moitié du siècle, le Grand Départ s’exporte. À partir de 1951, les organisateurs mettent à l’honneur les autres régions et les pays voisins. Le Tour n’est parti que cinq fois d’Île-de-France depuis cette date, notamment en 1963 et 2003, pour fêter le cinquantième Tour et les 100 ans de l’épreuve.

Le Tour arrive à Paris

De 1903 à 1967, le Tour de France se finit au Parc des Princes, ceint d’un vélodrome et propriété des journaux organisateurs, L’Auto puis L’Équipe. René Pottier effectue en 1906 son tour d’honneur sur la longue piste asymétrique, qui sera raccourcie en 1932.

À la fin des années 1960, les travaux du périphérique obligent la course à quitter la Porte d’Auteuil : une fois reconstruit, le stade perd sa piste et sa fonction cycliste. Pendant les années Merckx, de 1968 à 1974, le Tour se conclut à la Cipale, en bordure du bois de Vincennes, enceinte qui avait servi lors des Olympiades 1900 et 1924, et qui prend le nom de vélodrome Jacques-Anquetil en 1987.

C’est en 1975, après l’intervention du président Valéry Giscard d’Estaing auprès de la Préfecture de Police, moins séduite par l’idée, que la course se voit attribuer l’artère de l’ouest parisien. En 1977, Jacques Chirac, maire de Paris, congratule le vainqueur Bernard Thévenet. L’image du Tour de France est aujourd’hui fermement associée à l’arrivée de prestige aux Champs-Élysées, avenue pavée propice aux sprinteurs. Depuis 2013, le peloton fait même le tour de l’Arc de Triomphe.

Victoires

Victoires individuelles et collectives

Vingt étapes du Tour de France : autant d’occasions de franchir la ligne en premier ! Jusqu’aux années 1970, la majorité des étapes arrivent en vélodrome et le public est nombreux à assister au dénouement. Les clichés de France-Soir montrent des arrivées en solitaire, permettant au vainqueur de célébrer son succès en levant les bras, ainsi que des sprints, où les coureurs, comme Stan Ockers à Pau en 1954, jettent leur vélo sur la ligne en poussant un cri de douleur ou de soulagement. 

Sport individuel, le cyclisme se court toutefois en équipe : des équipes de marque, mais aussi des équipes nationales et régionales, de 1930 à 1961. Le classement général de la course n’est l’objectif que d’un nombre limité de champions ; la plupart tient un rôle d’équipier. La victoire est ainsi célébrée collectivement :  l’équipe de France 1955 entreprend un tour d’honneur autour du maillot jaune Louison Bobet.

Podium et récompenses

Chaque jour, se succèdent devant l’objectif le vainqueur d’étape et le maillot jaune de leader, créé en 1919, reprenant la couleur du journal L’Auto. S’y ajoutent en 1953 le maillot vert du classement par points, et depuis 1975 le maillot à pois du grand prix de la montagne.

Le podium protocolaire est donc un élément clé du reportage. C’est le cadre d’un rituel codifié au cours duquel les vainqueurs reçoivent, outre les maillots distinctifs, une série de récompenses symboliques.

En vertu d’un contrat publicitaire, les coureurs sont immortalisés avec la bouteille de Perrier, l’eau « qui ne coupe jamais les jambes car elle est au gaz naturel ». La miss tient un rôle important. Originaire de la région, souvent lauréate d’un concours de beauté, elle remet au vainqueur un bouquet et un baiser, perçu comme une récompense à part entière. Il s’agit d’une célébration de la puissance virile. À l’arrivée du Tour 1958, le contraste entre la miss au regard malicieux et le visage éprouvé de Charly Gaul doit rehausser le mérite du Luxembourgeois. Cette coutume empreinte de misogynie perdure jusqu’en 2020 et l’instauration d’un podium mixte.

Le Tour de France féminin

En 1955, un premier Tour de France féminin s’élance à l’initiative du journaliste Jean Leulliot. C’est une expérience sans lendemain, traitée par la presse de manière anecdotique et misogyne, préférant montrer les concurrentes affairées à leurs tâches ménagères que sur le vélo. À l’issue des 5 étapes, la Mannoise Millie Robinson s’impose. Pour longtemps, les cyclistes professionnelles sont renvoyées avec mépris au cyclotourisme.

Le Tour de France féminin revient de 1984 à 1989, à l’époque de Jeannie Longo, couru sur le même parcours que les hommes. La Française (3 victoires) bataille avec l’Italienne Maria Canins (2 victoires). Trop coûteux selon la Société du Tour de France, la course est également annulée, remplacée entre 1990 et 1993 par un éphémère Tour de la CEE.

De 1992 à 2009, se court un Tour cycliste féminin non officiel, forcé ensuite à être renommé Grande boucle féminine internationale. En 2022, l’organisation du Tour masculin relance enfin le Tour de France Femmes, dans un format de 8 étapes.

Vedettes du Tour

Les étoiles du peloton

Si l’ensemble du peloton a les faveurs de l’objectif, ce sont avant tout les vedettes qui sont scrutées par les photographes de France-Soir et occupent la majorité des clichés publiés. Des années 1940 aux années 1980, du Breton Jean Robic dit « Tête de Cuir » et ses bidons en plomb (pour descendre plus vite), jusqu’au Parisien Laurent Fignon, reconnaissable à ses lunettes rondes et à sa crinière blonde, se succèdent des personnages romanesques qui alimentent les colonnes du journal.

La période d’après-guerre, souvent décrite comme l’âge d’or du Tour, est aussi le temps des grandes rivalités. Au tournant des années 1950, les Italiens Gino Bartali et Fausto Coppi, rejouent la querelle des Anciens et des Modernes. Côté français, le Normand Jacques Anquetil et le Limousin Raymond Poulidor se livrent un duel épique en 1964.

« Poupoularité » et starisation

Les photographies de France-Soir sont un indice de la grande popularité des coureurs, toujours prompts à signer un autographe.

Mais les plus adulés ne sont pas les plus grands champions, comme le quintuple vainqueur belge Eddy Merckx : surnommé le « Cannibale », il finit par agacer, notamment les Français, tant il domine la compétition. À l’inverse, le coureur le plus populaire de l’époque est sans nul doute le malchanceux Poulidor. Les photographes l’érigent en porte-étendard des humbles et de la France rurale, héros humain dans lequel chacun peut se reconnaître.

Les années 1980 sont celles d’une starisation plus exubérante. Devant la presse, l’homme d’affaires et directeur d’équipe Bernard Tapie met en scène la réussite sportive, économique et sociale de ses deux vedettes Bernard Hinault et Greg LeMond. Avec ce dernier, le Tour s’ouvre au continent américain.

Corps et souffrances

Les forçats de la route

En 1924, le journaliste Albert Londres surnomme les cyclistes du Tour « les forçats de la route ». La difficulté de la course fait partie de son identité car le Tour de France est conçu pour mettre à l’épreuve et tester les limites de ceux qui l’entreprennent. Les plus grands vainqueurs n’y font pas exception, comme le montre la grimace de Louison Bobet après une étape du Tour 1954, qu’il finit par remporter.

Depuis l’époque d’Albert Londres, la distance à parcourir à chaque étape et sur le parcours général a diminué, la qualité des routes s’est améliorée, et les cyclistes ont bénéficié au fil des années d’un matériel de plus en plus sophistiqué et technique. Mais le tracé du Tour recherche de plus en plus les cols difficiles suivis de descentes rapides et dangereuses, tandis que la concurrence se renforce, notamment avec la mondialisation de ce sport. La préparation physique est toujours plus à la pointe, voire recourt à des pratiques illégales, comme l’illustrent les scandales liés au dopage.

Le spectre du dopage

Dans l’imaginaire collectif, l’image du Tour de France est liée à la problématique du dopage, plus encore depuis les scandales des années 1990 et 2000. Le dopage, longtemps nommé doping, a toujours été un thème sous-jacent, avant de devenir central, dans le traitement médiatique du cyclisme. Il est pointé du doigt comme un facteur d’iniquité sportive entre les concurrents. Un véritable tournant a lieu le 13 juillet 1967 : le Britannique Tom Simpson, ancien champion du monde, décède à la suite d’un malaise au Mont Ventoux. Des amphétamines seront retrouvées dans ses poches.

Dès lors, France-Soir aborde régulièrement la question du dopage. Les journalistes émettent sans détour des soupçons et les photographes, tels des paparazzi, immortalisent les premiers contrôles antidopage. On assiste à une prise de conscience : le dopage, traitement médical administré à des athlètes bien-portants, est une pratique contre-nature et dangereuse.

Corps à l’épreuve

Le Tour ne se joue pas que sur le vélo : entre chaque étape, les soins physiologiques et médicaux sont cruciaux pour soigner les cyclistes et les aider à récupérer de leurs efforts. Les équipes ont leurs kinésithérapeutes, l’organisation prévoit des ambulances. Les photoreporters ne manquent pas de capturer et diffuser l’image des corps marqués par l’épreuve, non sans voyeurisme dans les moments dramatiques.

C’est le cas des chutes : elles sont courantes mais certaines ont des effets dévastateurs, voire tragiques. Luis Ocaña, qui dominait Eddy Merckx en 1971, se blesse ainsi grièvement dans la descente du col de Menté et est évacué en hélicoptère, maillot jaune sur le dos. En 1958, lors du sprint au Parc des Princes, André Darrigade heurte à pleine vitesse le chef-jardinier du stade, qui essayait de repousser les photographes de la piste. Le jardinier meurt 12 jours après.

À l’aune de tels sacrifices, la défaite a un goût amer, comme l’illustre en 1923 la mine abattue d’Ottavio Bottecchia à Briançon, quand il perd le maillot jaune face à son rival Henri Pélissier.

La traversée des paysages

Paysages du Tour : le reflet de l’époque ?

Les photographes de France-Soir élaborent des compositions picturales minutieuses où le peloton est montré dans un contexte saisissant : un pont, un arbre remarquable… La course utilise comme décor le patrimoine monumental, comme les arènes de Nîmes qui accueillent le départ d’une étape en 1953.

Ces paysages offrent un témoignage de la France d’après-guerre : celle du mois de juillet, des vacances et de la société des loisirs, où la plage et la montagne occupent une place privilégiée. Elles laissent parfois apparaître le paysage industriel, ici les immenses terrils de Saint-Etienne, mais éludent le plus souvent « la France défigurée » par les constructions massives des Trente Glorieuses.

La France du Tour fait la part belle aux représentations intemporelles, pittoresques et folklorisées : les images mettent en valeur les paysages ruraux et les costumes traditionnels des hôtesses d’arrivée. La carte du Tour de 1969 offerte par France-Soir, est illustrée par le dessinateur Gring, qui représente les régions traversées à travers d’amusantes caricatures.

Le Tour de la France…et au-delà

Comme son nom l’indique, l’épreuve est pensée en 1903 pour faire le tour du territoire national, de Paris à Paris, en réaffirmant l’appartenance des régions traversées à un même ensemble : la France. Il s’agit aussi de souligner des frontières dont l’intégrité a été mise à mal par la guerre franco-allemande de 1870.

Après la Seconde guerre mondiale, le tracé évolue en même temps que le contexte politique. La course ne fait plus le tour de la France, visite le Massif Central, et surtout franchit les frontières. Les photographes aiment à montrer que les coureurs ne s’arrêtent plus aux douanes et circulent librement en Europe, dans une sorte de préfiguration de l’espace Schengen.

En 1954 est célébré le premier départ à l’étranger, à Amsterdam. Les incursions en Belgique, Suisse, Espagne, Italie, Allemagne, et bientôt Royaume-Uni ou Danemark sont autant d’occasions de faire rayonner à l’étranger ce que le cinéaste Jacques Tati nomme dès 1949 le « Tour de la plus Grande France ».

La montagne

L’homme face à la nature

Les étapes montagneuses poussent les coureurs dans leurs retranchements : de longues ascensions sans répit, sur des routes de qualité parfois médiocre, des descentes techniques et dangereuses, des conditions météorologiques potentiellement extrêmes, surtout en très haute altitude, même en juillet. Il n’était ainsi pas rare autrefois de voir les groupes de cyclistes grimper les cols entre des murs de neige, à l’image du groupe d’Eddy Merckx dans le Galibier en 1969.

Les images de l’effort des coureurs dans ces étapes construisent le récit épique du Tour de France. La photographie de profil des cyclistes sur fond de massif montagneux, comme en 1939, montre l’exploit accompli dans la quasi-solitude par ces hommes – le public sera bien plus présent sur les pentes à partir des années 1950. Le cliché du groupe sur les pentes du Mont-Louis, photographié en contre-plongée, illustre la difficulté à venir pour les coureurs, qui paraissent bien petits face aux pentes pyrénéennes.

La montagne au cœur du Tour

Hormis l’Île-de-France, les massifs des Alpes et des Pyrénées sont les seules régions de passage obligé du Tour de France. C’est dans ces zones montagneuses, ainsi que, moins souvent, dans le Massif central, le Jura et les Vosges, que se disputent les étapes les plus difficiles, celles qui vont opposer les favoris de l’épreuve et en déterminer le vainqueur.

Après une première ascension du Ballon d’Alsace dès 1905, la Grande Boucle passe dès les années 1910 par des cols qui font désormais partie de la légende du Tour : les cols d’Allos et du Galibier dans les Alpes, ceux d’Aubisque, d’Aspin, de Peyresourde et du Tourmalet dans les Pyrénées. Federico Bahamontes est le premier à passer au sommet de ce dernier en 1954, pendant sa conquête du classement du meilleur grimpeur de cette édition.

Dans les années 1950, s’éloignant du parcours en « chemin de ronde » près des frontières, le Tour découvre le Mont Ventoux et le Puy de Dôme, et prévoit également des arrivées aux sommets dans des stations de sports d’hiver, comme à l’Alpe d’Huez.

Le public

Caravane et publicité

Le Tour de France doit une partie de sa grande popularité à la caravane publicitaire. Initiée dans les années 1920 par la chocolaterie Menier, elle est instituée officiellement en 1930. Dès lors, les spectateurs viennent tout autant pour voir la course que pour assister aux festivités et récupérer de précieux échantillons publicitaires. Yvette Horner, accordéoniste vedette, présente sur le Tour de 1952 à 1963, pose fièrement chaque jour auprès du maillot jaune.

Incontournable auprès des spectateurs, la caravane est pourtant peu présente chez France-Soir, qui se concentre sur les coureurs et leur environnement. On repère néanmoins quelques occurrences : le camion de France-Soir bien sûr, qui distribue le journal au public qui patiente, ou celui de Coca-Cola, témoin de l’internationalisation du Tour. Reste que la publicité est partout dans le paysage : sur les immeubles, les vélodromes, ou encore la voiture-balai, sponsorisée tantôt par les feux rouges Scintex, tantôt par les aspirateurs Paris-Rhône…

Spectateurs, mais aussi acteurs

Assister au Tour de France, c’est aussi y participer. Dans la majorité des sports, qui se pratiquent dans les stades, rings ou encore circuits, la position respective des sportifs du public est physiquement délimitée. Le cyclisme, qui se déroule sur la voie publique, ne présente pas de séparation claire. Les corps se rapprochent : spectateurs et spectatrices sont au plus près des champions, peuvent les toucher et même les pousser dans le dos. Les coureurs peuvent quant à eux se rafraîchir à la fontaine du village voire se ravitailler au bistrot.

Les photographies de France-Soir documentent ces moments de communion et d’empathie. Alors que la canicule accable les coureurs en 1947, le public leur vient en aide, notamment un pompier qui les arrose de sa lance à incendie. En 1986, un vieil homme court pour tendre une bouteille d’eau salvatrice à Bernard Hinault, en souffrance dans le col du Granon. En définitive, le terme de spectateur ne rend pas compte de cette participation active.

Le Tour déplace les foules

La course est un spectacle gratuit et itinérant, suivi par des millions de spectateurs et spectatrices au bord des routes de France et des pays frontaliers. Si chacun peut voir le peloton passer chez soi, l’épreuve déplace également les foules dans des terres reculées et d’ordinaire vides d’habitants, comme l’illustrent les panoramas de masses impressionnantes au sommet des cols.

Le public occupe une place prépondérante dans les photographies de France-Soir, en arrière-plan ou bien lors de portraits spécifiques.

Cette galerie d’expressions et d’encouragements montre la ferveur populaire. L’attirail des spectateurs comprend des appareils photographiques, marque d’une pratique amateur de plus en plus répandue et de la volonté par chacun de capturer l’événement et d’en conserver le souvenir. Se distinguent enfin les supporters et supportrices qui brandissent des pancartes, ainsi cette admiratrice d’Eddy Merckx, ou qui marquent à la craie le sol du nom de leur champion favori.

Toutes et tous spectateurs

Les photographies témoignent de la grande diversité du public au bord de la route. On vient voir l’étape en couple, en famille, entre amis ou entre collègues de travail. Si le peloton et son cercle proche (journalistes, directeurs d’équipe, mécaniciens, etc.) sont exclusivement masculins, les femmes sont très représentées parmi les spectateurs : en 1962, trois femmes, dont une tenant dans ses bras un bébé, se dressent sur des tabourets pour mieux voir passer les coureurs. La variété des vêtements illustre une certaine mixité sociale, du bleu de travail au costume-cravate. La tenue du dimanche, très soignée, cohabite avec les corps estivaux dénudés, ce qui offre un décalage saisissant.

Quelques spectateurs remarquables se distinguent : vedettes du cinéma ou de la chanson, responsables politiques et même religieux, comme au départ de Lourdes en 1948, lorsque l’évêque Monseigneur Théas vient saluer Louison Bobet. Pour les figures d’autorité, il s’agit de prouver leur proximité du peuple en participant, comme tout un chacun, à cet événement populaire.

“La foule acclame Bobet”, Tour de France 1953 (8-FSNV-TF53-942)

Liste des photographies présentées dans l’exposition et références : à visualiser et télécharger


Pour aller plus loin :

Adrien Barbé, L’image de la société française dans le Tour de France cycliste, vidéo et exposition sur le site de l’Ina : https://sites.ina.fr/bref-je-cherche/expo/expo/0008/step/1/l-image-de-la-societe-francaise-dans-le-tour-de-france-cycliste-par-adrien-barbe.html

Pierre-Marie Bartoli, Les dieux du kiosque. L’apparition des vedettes sportives et les enjeux de leurs représentations dans la presse illustrée française de 1924 à 1939, thèse d’Ecole des chartes, 2020, en ligne : https://bibnum.chartes.psl.eu/s/thenca/item/59441


Les archives photographiques du Tour de France du fonds France-Soir ne sont pas encore cataloguées ni numérisées. Pour toute question sur ce fonds, merci d’écrire à bhvp@paris.fr.



Citer ce billet
Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2023, 24 juillet). Le Tour de France vu par France-Soir. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfy

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Le Du dit :

    Bonjour,
    Pourriez-vous afficher les dates de fin de vos expositions.
    Merci

    • Claire Daniélou dit :

      Bonjour,
      L’exposition est présentée à l’accueil de la bibliothèque jusqu’au 21 septembre. Vous pourrez par exemple la découvrir pendant les Journées du patrimoine, les 16 et 17 septembre.
      Bien cordialement,
      Claire Daniélou, BHVP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search