Sarah Bernhardt, une star à la scène comme à la ville

Cent ans après sa disparition, Sarah Bernhardt demeure une figure emblématique du patrimoine théâtral. Sa carrière et sa vie sont richement illustrées au sein des collections de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, dans les différents départements : collections théâtrales, mais aussi imprimés, manuscrits, éphémères, photographies et iconographies. Quelques uns de ces documents sont numérisés, les autres sont accessibles en salle de lecture.

Une vie au théâtre

Un vaste répertoire

Le département des collections théâtrales de la Bibliothèque historique possède un nombre important de photographies de Sarah Bernhardt posant dans ses costumes de scène (4-TEP-005046 / 2-TEP-0258). Durant sa longue carrière, de ses débuts à la Comédie-Française en 1861, jusqu’en 1922, à l’âge de 78 ans, elle joue plus d’une centaine de pièces.

Au nombre de ses grandes reprises ou créations, figurent :

  • des œuvres classiques de Racine, telles Britannicus (1872) et Phèdre (1874), de Voltaire avec Zaïre (1874), et de Shakespeare avec l’adaptation de Macbeth par Jean Richepin (1884) et l’adaptation de Hamlet par Louis Cressonnois et Charles Samson (1886) ;
  •  des œuvres romantiques avec Ruy Blas (1869) et Hernani (1877) de Victor Hugo ;
  • des œuvres historiques et patriotiques comme Jeanne d’Arc (1890), Le Procès de Jeanne d’Arc (1909), Adrienne Lecouvreur (1880) et Théroigne de Méricourt (1902).

Ses collaborations, avec Edmond Rostand (1868-1918) dans La Princesse lointaine (1895), La Samaritaine (1897), l’Aiglon (1900), avec Victorien Sardou (1831-1908) dans Fédora (1882), Théodora (1884), La Tosca (1887), Cléopâtre (1890), Gismonda (1894), La Sorcière (1903), et avec Dumas fils (1824-1895) dans L’Étrangère (1876) et La Dame aux Camélias (1883), sont couronnées de succès.

Sarah interprète des rôles en travesti pour lesquels elle obtient des triomphes comme celui d’Édouard dans Les Enfants d’Édouard (1869) de Casimir Delavigne ; le troubadour Zanetto dans Le Passant (1869) de François Coppée ; le rôle-titre dans Pierrot assassin (1883) de Jean Richepin, en passant par le rôle d’Hamlet dans Hamlet (1886) et l’adaptation de Marcel Schwob et Eugène Morand, La Tragique Histoire d’Hamlet (1899) ainsi que le rôle de Pelléas dans Pelléas et Mélisande (1904) de Maurice Maeterlinck.

Lumière sur quelques grands rôles

L’Aiglon   

Ce drame en six actes de Edmond Rostand, narre, de façon romancée, les dernières années et la mort du duc de Reichstadt, fils de Napoléon Ier. Créé en 1900, soit 30 ans après la défaite de Sedan, alors qu’une certaine nostalgie bonapartiste apparaît dans une frange de la société française, ce grand drame romantique est l’événement théâtral de l’année. La pièce en vers est présentée pour la première fois le 15 mars 1900 au théâtre Sarah-Bernhardt. Le rôle-titre est tenu par Sarah elle-même alors âgée de 56 ans. L’engouement est tel qu’il suscite la création de nombreux produits dérivés (cartes postales, médaillons…).

La Bibliothèque historique possède de nombreux documents concernant cette pièce :

  • une médaille en métal signée de Sierre Jeitas et Toussaint & Joubert (médailleur) à l’occasion de la 200e représentation de L’Aiglon au théâtre Sarah-Bernhardt. On y voit Sarah Bernhardt sous les traits du duc de Reichstadt en habits militaires tenant une épée dans sa main droite levée, un soldat mort couché dans l’herbe et en arrière-plan deux cavaliers, le tout dans un paysage montagneux. Cette médaille provient de la bibliothèque Marie-Louise Bouglé dont le legs a été remis par son mari André Mariani à la BHVP en 1946 (8-MS-15-2113) ;
  • un dossier technique comprenant les indications de lumière et la liste des accessoires et une partition de musique de scène : « La Valse pour la forêt qui vole » (4-TMS-03543) ;
  • quatre relevés de mise en scène avec annotations manuscrites dans l’édition imprimée de Paris, Charpentier et Fasquelle, don à la BHVP par l’Association des régisseurs de théâtres (4-TMS-00188 / 8-TMS-00158 / 8-TMS-00159 / 8-TMS-04500) ;
  • des programmes du théâtre Sarah-Bernhardt où la pièce de L’Aiglon a été jouée de nombreuses fois (8-PRO-0077) ;
  • un exemplaire unique publié par l’éditeur Fasquelle spécialement pour Jules Huret, journaliste et chroniqueur au Figaro de 1899 à 1902 (8-RES-0429).

Théodora

Ce drame en cinq actes et huit tableaux est représenté pour la première fois le 26 décembre 1884 au théâtre de la Porte-Saint-Martin. Victorien Sardou (1831-1908) écrit le récit du tragique destin de l’impératrice de Byzance. Sarah Bernhardt est prise de passion pour ce personnage, cette courtisane qui a conquis un trône, et décide de partir pour l’Italie, voir la basilique San Vitale de Ravenne, afin de s’imprégner du personnage illustré dans les mosaïques du 6e siècle et de se faire réaliser un costume se rapprochant au plus près des représentations historiques. De son côté, Sardou se rend à la Bibliothèque nationale, fouillant nombre d’ouvrages pour connaître l’architecture et la décoration de l’époque byzantine. La pièce obtient un succès retentissant et durable en France, mais aussi à Londres et à Bruxelles.

La Bibliothèque historique possède de nombreux documents la concernant :

  • deux dessins de décors réalisés par Henri Robecchi à l’encre, aquarelle et gouache (0-TMD-00001 / 0-TMD-00002) ;
  • un album commémorant la création de Théodora contenant des dessins de décor, de costume et d’affiche ainsi que des reproductions de documents autographes de Victorien Sardou, Sarah Bernhardt et Jules Massenet (2-TMS-00108) ;
  • une affiche de Georges Clairin, imprimée en 1902 par F. Champenois (1-AFF-000344) ;
  • un recueil comportant la distribution complète manuscrite, estampes et illustrations de presse représentant les décors et les costumes, plantations de décor manuscrites et partitions manuscrites (1-TMD-00900) ;
  • un imprimé relatif au spectacle de Théodora joué au théâtre Sarah-Bernhardt, contenant des croquis d’affiches par Clairin, des maquettes de décors par Amable, Lemeunier et Jambon & Bailly, des maquettes de costumes dessinés par Thomas, des croquis et autographes de Victorien Sardou, Sarah Bernhardt et Massenet, et des portraits par Clairin et René Lalique (2-BRO-300060).

Gismonda  

Ce drame en quatre actes et cinq tableaux est représenté pour la première fois sur la scène du théâtre de la Renaissance, le 31 octobre 1894. Ce mélodrame est planté dans la Grèce italo-byzantine de l’année 1451 où une duchesse florentine (jouée par Sarah Bernhardt) épouse l’homme qu’elle aime, un homme du peuple (joué par Lucien Guitry) Mais à quel prix ! Les actions dramatiques se succèdent avec notamment un enfant offert en sacrifice à un tigre sous les yeux de sa mère, un meurtre commis à la hache…

C’est avec Gismonda qu’Alphonse Mucha, jeune dessinateur tchèque, va connaître le succès. En effet, il est chargé de l’affiche de la pièce et invente pour l’occasion un nouveau format de placard qui sublime la silhouette longiligne de Sarah Bernhardt. L’actrice sous le charme signe un contrat de cinq ans avec cet artiste dont la collaboration contribue à élever l’affiche, simple support commercial, au rang d’art, et Sarah, au rang d’icône.

La Bibliothèque historique possède plusieurs recueils de dessins de costumes dessinés au crayon, encre et aquarelle par Théophile Thomas (2-TMD-01200 / 2-TMD-01607 / 1-TMD-01052 / 000-TMD-00003) dont une maquette de l’ornementation du costume de Sarah Bernhardt sur papier calque à l’échelle de la robe (00-TMD-00321).

Une série de tournées internationales

Sarah Bernhardt rencontre en 1880 celui qui deviendra son imprésario, Edward Jarrett. Il la fait connaître du public londonien en la faisant jouer au Gaiety Theater, en convoquant de nombreux journalistes et en lui organisant une exposition. La stratégie fonctionne, les Londoniens sont sous le charme de cette artiste et raffolent des légendes qui circulent autour de ce personnage. Les deux directeurs du Gaiety, Hollings-Head et Mayer, lui proposent un contrat et la possibilité de créer elle-même sa troupe. Une fois de plus, le succès est au rendez-vous et les éloges fusent de la part du public et des critiques. Le public anglais n’aura de cesse durant ses multiples visites de montrer toute son admiration pour la « Divine ». 

Toujours en 1880, Jarret lui propose également une tournée en Amérique et au Canada. En octobre de cette même année, la voilà partie pour une tournée de six mois dans laquelle elle a sélectionné huit pièces : Hernani, Phèdre, Le Sphinx, L’Étrangère, Froufrou, Adrienne Lecouvreur, La Dame aux camélias et La Princesse Georges. Elle donne plus d’une centaine de représentations, allant des grandes cités à des villes plus modestes.

Malgré la barrière de la langue, car Sarah joue en français, le public du « Nouveau Monde » la place au rang de vedette. Cette tournée en Amérique est un tel succès, tant sur le plan financier que sur celui de l’accueil, que l’actrice ne pourra s’empêcher d’y retourner à plusieurs reprises, traversant l’Amérique de long en large (jusqu’en Amérique du Sud). Elle y fait sa tournée d’adieux en 1916-1918. Elle visite les cinq continents, et c’est à Turin qu’elle joue pour la dernière fois sur les planches en 1922.

Par son goût pour l’indépendance et l’aventure, sa volonté de conquérir de nouveaux publics, et la nécessité de garantir des revenus importants au maintien de sa vie parisienne coûteuse, Sarah Bernhardt prend vite goût aux tournées loin des frontières de l’Hexagone. « J’ai traversé les Océans emportant mon rêve d’art en moi, et le génie de ma nation a triomphé ! J’ai planté le verbe français au cœur de la littérature étrangère, et c’est ce dont je suis le plus fière. »[1] En effet, elle devient une sorte de légende culturelle que l’imaginaire collectif de l’époque associe à l’image de la France.

La Bibliothèque historique possède quelques témoignages de ses tournées par le biais de télégrammes (4-TMS-05091 (001)) et de nombreux articles de presse de l’époque: 4-BIO-05966 / 1-BIO-00077.

Une directrice aux multiples facettes

Au théâtre de l’Ambigu

Sarah Bernhardt fait ses débuts comme directrice de théâtre lorsqu’elle loue le théâtre de l’Ambigu et met en scène son mari, Aristide Damala (1855-1889) dans Les Mères ennemies, de Catulle Mendès (1-AFF-000798). Bien qu’elle ait placé son fils, Maurice, à la direction, c’est elle qui gère l’ensemble. Cette location est lourde de conséquences sur ses finances entre le bail et les travaux de restauration. C’est également une mésaventure sur le plan sentimental car elle se sépare de Damala en avril 1883.

 

Au théâtre de la Porte-Saint-Martin

Ne s’arrêtant pas sur cet échec, Sarah décide de s’installer à la Porte-Saint-Martin. Elle inaugure sa nouvelle salle par une série de représentations de Froufrou où une fois de plus elle triomphe. Ce théâtre devient malheureusement lui aussi un gouffre financier. Elle décide donc de s’en séparer au cours de l’hiver 1883.

Théâtre de la Porte-Saint-Martin, BHVP, 1-EST-02203

Au théâtre de la Renaissance

Toujours éprise de liberté, Sarah Bernhardt s’entête à disposer d’une salle où elle peut jouer ce qu’elle veut, quand elle veut et avec qui elle veut ! Or il se trouve qu’en avril 1893, le théâtre de la Renaissance est libre. Depuis l’étranger, Sarah envoie son secrétaire et son imprésario négocier l’affaire, qui est conclue en juin de cette même année. Dans ce lieu qu’elle souhaite « théâtre d’art », elle entreprend ses véritables débuts de metteuse en scène et met à profit les leçons prodiguées par Victorien Sardou notamment dans le genre historique et patriotique que sont les pièces de Francesca da Rimini, Théroigne de Méricourt ou encore Varennes. Malgré son investissement, le recrutement de grands acteurs tels que Lucien Guitry (1860-1925) ou Édouard de Max (1869-1924), elle ne parvient pas à en faire un théâtre prospère. Il faut dire que Sarah gère le théâtre non pas comme une femme d’affaire mais comme une femme passionnée : les pièces lui coûtent cher et lui rapportent peu.

 
Programmes du théâtre de la Renaissance, BHVP, 8-PRO-0075

Au théâtre des Nations

Sarah comprend que ses choix de petits théâtres sont préjudiciables et porte donc son nouveau projet sur le grand théâtre des Nations. Elle obtient un bail de vingt-cinq ans à dater du 1er janvier 1889 et le rebaptise de son nom. La vaste capacité d’accueil du théâtre Sarah-Bernhardt, 1699 places, doit assurer une meilleure rentabilité. Elle inaugure sa nouvelle direction le 21 janvier 1899, avec une reprise de La Tosca de Victorien Sardou.

Cette fois-ci, son investissement paie ! Elle qui est partout à la fois, devant et derrière la scène, joue, s’attache au détail, met en scène, choisit les décors, les costumes, et la musique qu’elle commande à ses ami(e)s compositeurs, et va même jusqu’à s’occuper des coiffures des actrices ! Le théâtre est rentable et multiplie les succès notamment avec Hamlet, l’Aiglon, Phèdre, Andromaque, La Sorcière, La Vierge d’Avila, Les Bouffons, La Belle au bois dormant, Le Procès de Jeanne d’Arc

La Bibliothèque historique possède de nombreux programmes du théâtre Sarah-Bernhardt allant de 1899 à 1967 ainsi que des billets et documents d’informations : 8-PRO-0077 / 4-PRO-0050 / 2-PRO-0010 / 1-PRO-0007 / 4-PRO-0701 / 8-PRO-0805.

La journée Sarah Bernhardt

Le 9 décembre 1896, les partenaires favoris, les auteurs fétiches, les critiques passionnés, les amants passés ou à venir, les artistes, les ami(e)s, les grands noms de l’époque (Poincaré, le Baron Alphonse de Rothschild, la princesse de Monaco…), bref, tous les admirateurs et admiratrices de Sarah, déçu(e)s qu’elle n’ait toujours pas reçu la Croix de la Légion d’honneur (elle la recevra en 1914), lui consacrent « la journée Sarah Bernhardt ». Le gala réunit quelque cinq cent convives et le comité d’organisation est présidé par Victorien Sardou.

La journée est divisée en trois temps : à midi, un déjeuner dont le menu du festin se veut un hommage à la carrière de Sarah (« gâteau Sarah », « Bombe glacée Tosca » …), sous l’immense rotonde du Grand-Hôtel, place de l’Opéra, et qui se termine par un hymne composé par Gabriel Pierné sur des vers d’Armand Silvestre et exécuté par l’orchestre Colonne.

À trois heures, rendez-vous est donné au Théâtre de la Renaissance pour l’apparition de Sarah sur scène où elle doit interpréter le deuxième acte de Phèdre de Racine et le quatrième de Rome vaincue d’Alexandre Parodi. L’assistance s’y rend dans un cortège de fiacres.

La journée se termine par des sonnets composés pour l’occasion par les poètes François Coppée, José-Maria De Heredia, Catulle Mendès, Edmond Haraucourt, André Theuriet et Edmond Rostand, et le couronnement de Sarah Bernhardt.

La Bibliothèque historique possède le livre d’or n°9 (tiré à six cents exemplaires) retraçant le programme de cette journée spéciale, illustré par Alphonse Mucha, Georges Clairin et Alexandre Charpentier : 97503.

Une vie d’artiste

Une artiste aux multiples talents

Outre sa passion pour le théâtre, Sarah Bernhardt est tour à tour attirée par le pinceau, le burin et la plume.

Afin de se perfectionner dans la peinture et la sculpture auxquelles elle s’adonne depuis l’adolescence, Sarah Bernhardt s’inscrit à l’Académie Julian. Puis dans les premiers mois de 1874, elle loue un atelier et prend pour professeur le célèbre sculpteur Mathieu-Meusnier (1824-1896). Elle prend également des cours de peinture avec Alfred Stevens (1823-1906) qui l’incite à exposer dans les salons.

Elle profite alors de ses tournées pour diffuser ses œuvres et en vendre des modèles réduits dans des galeries à Londres, Vienne et New York. Elle reçoit en France, au Salon de 1876, une médaille et une mention « honorable » pour l’une de ses sculptures grandeur nature, nommée Après la tempête, représentant une vieille paysanne bretonne tenant dans ses bras le corps de son enfant noyé pris dans un filet de pêche.

La Bibliothèque historique possède un négatif sur verre au gélatino-bromure d’argent représentant une sculpture réalisée par Sarah Bernhardt, nommé Le fou et la mort (NV-006-01739).

Sarah Bernhardt se passionne également pour l’écriture. La Bibliothèque historique conserve quelques-uns de ses ouvrages comme :

  • Dans les nuages. Impression d’une chaise, publié en 1878 chez Charpentier et illustré par son ami Georges Clairin. C’est un récit consacré à son voyage en ballon lors de l’exposition universelle (134637) ;
  • Ma double vie, écriture de ses mémoires, publié en 1907 par Eugène Fasquelle (904306).
  • Elle s’essaie également à l’écriture de pièces comme L’Aveu, drame en 1 acte en prose et Un cœur d’homme, pièce en 4 actes (609955 (n°2) / 609955 (n°1) / 123369). La Bibliothèque possède aussi pour cette pièce: la plantation de décor, la feuille de mesure et la maquette de décor en volume du troisième acte : le jardin. (00-TFS-005-0023 à 00-TFS-005-0028);
  • et à la réécriture de la pièce d’Adrienne Lecouvreur, drame en 6 actes (122891).

À partir de 1914, alors que Sarah est une femme âgée et mutilée, elle ajoute une nouvelle corde à son arc en devenant conférencière. Elle continue ses représentations théâtrales, fait des lectures de Victor Hugo et de Rostand dans toutes les grandes villes de France. Elle se remet également à l’écriture en publiant des romans à l’eau de rose comme Jolie Sosie ou Petite Idole (617352).

Une artiste parmi les artistes

Depuis la location de son premier atelier, Sarah Bernhardt vit entourée d’artistes, tels les peintres Alfred Stevens (1823-1906), Gustave Doré (1832-1883), Jules Bastien-Lepage (1848-1884)… mais aussi Georges Clairin et Louise Abbéma (NN-006-00423 à NN-006-00427) qui occupent une place privilégiée. Ces derniers la suivent partout et s’attachent à la représenter aussi bien sur scène que dans son intimité.

Elle correspond avec les plus grands écrivains de son temps, d’Oscar Wilde (1854-1900) à Marcel Proust (1871-1922), d’Edmond Rostand (1868-1918) à Victorien Sardou (1831-1908), d’Edmond de Goncourt (1822-1896) à Alphonse Daudet (1840-1897), d’Émile Zola (1840-1902) à Victor Hugo (1802-1885), de George Sand (1804-1876) à Jean Cocteau (1889-1963) et bien d’autres encore. Concernant les liens avec ces derniers, la Bibliothèque possède deux lettres envoyées par Sarah Bernhardt à George Sand (SAND-G-3523) et une lettre adressée à Jean Cocteau avec une carte postale (portrait) portant la signature autographe datée de 1922 (MS-FS-05-3869).

Elle fait appel à des artistes dont elle lance la carrière tels l’affichiste Mucha, le joaillier Lalique et le céramiste Gallé. Durant ses directions de théâtre, elle s’entoure d’amis compositeurs et leur passe commande afin d’orner ses spectacles de musiques de scène originales : Charles Gounod, Camille Saint-Saëns, Xavier Leroux, Jules Massenet, Vincent D’Indy, Gabriel Pierné, Reynaldo Hahn…

« Belle-Île-en-Art »

Sarah Bernhardt garde de son enfance un attachement particulier pour la Bretagne. Vers 1893, elle y achète un fortin militaire désaffecté sur une île de la commune de Sauzon. C’est face à une mer sauvage et imprévisible comme elle, que Sarah s’installe pour les vacances. Elle réhabilite le fortin austère et, sur les nombreux hectares que compte la propriété, fait édifier deux pavillons destinés à sa famille et ses ami(e)s.

Quelques années plus tard, elle décide de s’installer dans le manoir de Penhoët, qu’elle achète car très proche de son fortin et bien plus confortable. À chacun de ses séjours, la « Divine » a pour habitude de faire hisser sa bannière blanche brodée de sa devise « Quand même ».

Lors de ses séjours, Sarah Bernhardt emporte avec elle de nombreuses malles contenant des robes, des chaussures, du nécessaire de toilette, des livres, des objets du quotidien gravés de ses initiales… D’ailleurs, la Bibliothèque historique possède une salière et un mouchoir lui ayant appartenu: 8-TOBJ-0001 et 8-TOBJ-0011.

Égale à elle-même, Sarah Bernhardt multiplie les activités sur l’île : elle chasse, pêche, joue au tennis, s’adonne à la lecture mais surtout à la sculpture. Entourée de ses amis Abbéma et Clairin, elle s’inspire de la faune et flore locales pour réaliser notamment des bronzes moulés sur des algues présentés avec succès à l’Exposition universelle de 1900. La Bibliothèque possède un fascicule nommé Nos célébrités aux champs et relatant les activités de Sarah Bernhardt à Belle-Île-en-Mer (4-BIO-05966) ainsi que des photos de son séjour là-bas (4C-EPP-5784 à 4C-EPP-5792).

Vie publique

Une femme engagée

Sarah Bernhardt profite de sa notoriété pour plaider les causes qui lui sont chères. Quand Paris est assiégé en 1870, durant la guerre franco-prussienne, elle se démène pour solliciter l’autorisation du préfet afin de pouvoir transformer le théâtre de l’Odéon en hôpital militaire et demande à son entourage de lui faire parvenir des victuailles. La Bibliothèque historique possède les correspondances de ses demandes: MS-1120 (fol 187, 189, 191, 193) / 8-TMS-05581.

Au moment de l’affaire Dreyfus, elle se range aux côtés d’Émile Zola lorsqu’il fait paraître J’accuse. La Bibliothèque historique possède un fond important sur l’affaire Dreyfus.

Durant la Première Guerre mondiale, l’actrice, amputée de la jambe droite en 1915, rejoint le théâtre aux Armées, avec d’autres comédiens de l’époque, pour se produire sur le front et soutenir le moral des poilus.

La Bibliothèque historique possède la lettre envoyée par Sarah Bernhardt au Colonel René Thorel où elle écrit vouloir se rendre dans les tranchées (4-TMS-05091-(007-008)).

Devenant directrice du théâtre Sarah Bernhardt, elle met en place de nombreuses représentations au bénéfice de diverses causes (sinistrés, travaux de Marie-Curie, mutilés de guerre…). La bibliothèque possède également des programmes de représentations données au profit d’oeuvres de charité au théâtre Sarah Bernhardt : 2-PRO-0010 / 4-PRO-0050 / 8-PRO-0077.

Une égérie publicitaire

C’est son imprésario Edward Jarett qui, lors de sa première tournée en Amérique en 1880, associe son image et son nom à des publicités. D’abord réticente, elle comprend très vite les enjeux financiers et la notoriété que peut lui apporter cette réclame. Quel revirement ! Elle dont le physique était moqué à ses débuts, devient alors une égérie publicitaire!

La Bibliothèque historique possède des cartes postales publicitaires (CPA-2201 / CPA-0866) et des publicités imprimées dans la presse (4-BIO-05966)

La caricature

Tous les personnages qui ont marqué leur époque ne peuvent échapper à la caricature et Sarah Bernhardt tient une place d’honneur ! Les coups de crayons n’ont eu de cesse de souligner ses origines juives et sa maigreur (qui ne correspond pas aux canons de beauté de l’époque). Tous les événements de sa vie sont croqués. En raison de sa notoriété internationale, les caricatures abondent dans la presse française mais aussi étrangère. C’est d’autant plus vrai dans des États américains puritains qui ne voient pas d’un bon œil l’arrivée de cette femme sulfureuse. Même si Sarah trouve de mauvais goût certains dessins dirigés contre elle, elle n’est pas pour autant hostile à la caricature qui lui sert de moyen de réclame. La Bibliothèque historique compte un nombre important de caricatures issues de la presse de l’époque, conservées dans les dossiers biographiques sous les cotes : 4-BIO-05966 et 1-BIO-0007.

Le 23 décembre 1922, lors de la répétition générale de la pièce de Sacha Guitry (1885-1957) Un sujet de roman, l’état de santé de Sarah Bernhardt se dégrade. Elle reste alitée jusqu’à mi-janvier. En février 1923, Léon Abrams (1895-1977), producteur américain, que Sacha Guitry a fait venir, lui propose de tourner dans son film La Voyante. Sarah Bernhardt accepte le rôle-titre. Tout est alors mis en place pour qu’elle puisse jouer chez elle et lui éviter ainsi toute fatigue. Mais lors du tournage, le 23 mars 1923, une énième crise d’urémie la terrasse, c’est celle de trop ! Trois jours plus tard, Madame Sarah Bernhardt s’éteint dans les bras de son fils Maurice. Les journalistes présents en bas de son immeuble répandent la nouvelle en France et par-delà les frontières. La Bibliothèque historique possède de nombreuses coupures de presse relatant le décès Sarah Bernhardt: 4-BIO-05966 et 1-BIO-0007 / 4-MS-FS-21-0050. Ses funérailles, organisées par la Ville de Paris, sont grandioses, témoignant de l’ampleur de sa renommée. Une foule immense envahit les rues de Paris pour lui rendre un dernier hommage, tandis que le cortège funèbre avance lentement sous une nuée de fleurs, en direction du cimetière du Père-Lachaise où elle repose désormais. Sarah, qui voulait être inhumée face à la mer à Belle-Île, repose dans une modeste tombe dessinée par ses soins, en compagnie de sa mère. La bibliothèque conserve une photographie de cette sépulture (4-TEP-005046). La tragédienne avait demandé qu’aucun discours officiel ne soit prononcé sur sa tombe mais une de ses élèves du Conservatoire ne pourra s’empêcher de crier : « Les dieux ne meurent pas ! ».

“Les dieux ne meurent pas”

Coupures de presse tiré du journal L’Illustration, BHVP, 1-BIO-0007

Cette même année, de nombreuses revues telles Comoedia illustré ou Le Théâtre français lui consacrent un numéro spécial. La Bibliothèque historique en conserve deux (4-BIO-05966 et 2-BRO-134758).

Les nombreuses biographies et imprimés publiés jusqu’à ce jour sont la preuve de son immortalité. La Bibliothèque historique possède d’ailleurs plus d’une centaine de livres à son sujet. L’intérêt pour la vie et l’œuvre de Sarah Bernhardt est renouvelé lors de la commémoration du centenaire de sa mort. Cette femme passionnée et passionnante n’a pas fini de faire parler d’elle !


Principaux ouvrages consultés

  • Sous la direction de Noëlle Guibert, Portrait(s) de Sarah Bernhardt, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2000 (cote 742582)
  • Henry Gidel, Sarah Bernhardt, Paris, Flammarion, 2006 (cote 747240)
  • Noëlle Guibert, Chez Sarah Bernhardt dans les théâtres parisiens, Arles, Lunes, 2002 (cote 744220)

[1] Sarah Bernhardt, lettre du 8 décembre 1896 à Jules Huret



Citer ce billet
Hélène Blottière (2023, 10 août). Sarah Bernhardt, une star à la scène comme à la ville. L'échauguette. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxfz

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 mars 2024

    […] murs et l’éclairage mettent en valeur les quelque 400 pièces exposées (l’inventaire des objets conservés par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris à cette occasion suggère la diversité des expôts). Visiteuses et visiteurs passent de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search