Victorien Sardou

Introduction

Victorien Sardou (1831-1908), auteur dramatique et metteur en scène illustre du Second Empire et de la Troisième République, a traversé un long purgatoire au 20e siècle, avant de connaître une forme de réhabilitation au début du 21e siècle. Certaines de ses œuvres, originales ou adaptées, n’avaient cependant jamais disparu des plateaux, à commencer par sa comédie Madame Sans-Gêne, jouée tout au long du 20e siècle et reprise au cinéma, ou plus encore l’opéra de Puccini, La Tosca, dont le livret est inspiré du drame de Sardou, et qui fait partie du canon de la culture opératique internationale.

Commençant sa carrière avec Virginie Déjazet pour la terminer avec Sarah Bernhardt, le protéiforme Victorien Sardou qui a su aborder tous les genres, est bien un personnage incontournable de la vie culturelle du 19e siècle. En cette année 2023 qui célèbre à la fois le centenaire de la disparation de Sarah Bernhardt et les 170 ans des travaux d’Eugène Haussmann, qui ont fortement affecté le paysage théâtral parisien, il semblait légitime de remettre en lumière cet homme de théâtre injustement oublié et de lui consacrer une exposition, qui s’est tenue à la BHVP d’avril à juin 2023.

Benque. Portrait de Victorien Sardou, phototypie tirée de La France contemporaine, album illustré biographique, 1903-1906, d’après une photographie antérieure à 1900.

La longévité, la prolixité, et la réussite de Sardou, son itinéraire croisé avec celui de stars du 19e siècle, son intelligente utilisation des médias, ont engendré la production d’une profusion d’archives et d’images liées à sa personnalité et à son théâtre. Sardou est ainsi présent dans tous les départements de la bibliothèque. L’exposition a permis également de redécouvrir et de mieux faire connaître le fonds Victorien Sardou, fonds d’archives à l’histoire un peu mystérieuse, composé de deux ensembles achetés par la bibliothèque en 1975 et 1983.


Le fonds Victorien Sardou

Le premier ensemble1 très disparate comprend des manuscrits d’œuvres de Sardou (copies et autographes), quelques photographies, un exemplaire de l’inventaire après décès de Victorien Sardou, ainsi que de la documentation sur l’œuvre du dramaturge rassemblée par Jean Sardou, dont la signature et les annotations figurent sur de nombreux documents. Jean Sardou (1877-1968), deuxième fils de Victorien Sardou, lui-même auteur dramatique et librettiste, est responsable de l’édition du théâtre complet de son père, parue chez Albin Michel en 1934. Certains des documents achetés en 1975 ont manifestement servi à l’établissement de cette édition. Étaient joints à ces papiers deux albums d’iconographie et de presse documentant les productions du Théâtre de la Porte Saint-Martin (1-TMD-00900, 1-TMD-00901), ainsi que des dessins, dont deux dessins de décor de Robecchi pour Théodora (0-TMD-00001, 0-TMD-00002). Ces papiers, photographies et dessins avaient été conservés, avant leur achat, dans de mauvaises conditions, probablement dans une cave, et certains documents sont irrémédiablement dégradés. On ignore par quel cheminement ces archives provenant manifestement de Jean Sardou se sont retrouvées entre les mains du vendeur, l’agence AEREP (Agence pour l’étude et la réalisation d’esthétique personnalisée), d’autant que l’épouse de Jean Sardou était encore vivante en 1975. Les archives du dramaturge avaient été partagées entre ses quatre enfants (Pierre Sardou, Geneviève de Flers, Jean Sardou, André Sardou). Jean Sardou avait organisé en 1933 une vente aux enchères de papiers de son père en sa possession, incluant des correspondances et des manuscrits autographes2. Parmi les manuscrits achetés par la BHVP en 1975, seul celui de Cléopâtre pourrait correspondre à la description qui en est donnée dans le catalogue de la vente. Les autres manuscrits n’y figurent pas du tout, ce n’est donc pas par ce biais qu’ils se sont trouvés en possession de l’agence AEREP.

Dans cet ensemble inégal, qui avait lui-même été dispersé au sein de la bibliothèque, les manuscrits étant séparés des dessins et de la documentation, se trouvent quelques manuscrits rares, comme la seule version connue de La Fête du Nil, le livret d’un opéra écrit par Sardou pour Umberto Giordano (4-TFS-028-001), ou le manuscrit autographe de Cléopâtre (4-TFS-028-005).

Le second ensemble3 est issu des archives personnelles des éditeurs de Sardou, Michel et Calmann Lévy : il est composé d’un lot de correspondances échangées par Sardou avec ses éditeurs, ainsi que de dossiers provenant de l’éditeur concernant les droits de Sardou et de ses héritiers. Cet ensemble a été acheté à la librairie Pierre Brunet.

Ainsi constitué, le fonds Sardou de la BHVP vient compléter les deux autres principaux gisements de papiers Sardou existant dans des collections accessibles au public : un premier fonds à la BnF, constitué de manuscrits autographes de 12 pièces de théâtre, donnés par les enfants de Victorien Sardou en 19244, complété par le manuscrit autographe de La Haine légué par André Sardou, le dernier fils du dramaturge5. Un deuxième fonds d’archives non encore inventoriées, données par le petit-fils de Victorien Sardou, François de Flers, est conservé à la Bibliothèque de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques.6

Devant l’impossibilité d’évoquer la totalité de sa carrière, l’exposition donne un aperçu de quelques aspects de sa personnalité et de son œuvre. Du côté de l’homme, elle s’attache à l’auteur dramatique, au metteur en scène, à l’ambitieux, et à l’homme « arrivé ». Du côté de l’oeuvre, sont évoquées quelques pièces marquantes, comédies, drames, opéras. Une part spéciale est faite à la collaboration de Sardou avec Sarah Bernhardt, pour laquelle il a écrit à partir de 1882 des drames historiques mémorables, comme Tosca ou Théodora.


L’exposition

L’homme

Écrire

Les débuts de Victorien Sardou ont été laborieux. Décidé très jeune, contre l’avis paternel, à devenir auteur dramatique, il se heurte à bien des refus avant de faire jouer La Taverne des Étudiants au théâtre de l’Odéon, en 1854. Las, c’est un échec, et les cinq années suivantes vont être pour le jeune homme cinq années de tribulations, avant que l’horizon ne s’éclaircisse lorsqu’il rencontre Virginie Déjazet. Celle-ci lui offre enfin une scène pour présenter ses pièces, en échange de rôles écrits pour elle. Les premières armes de Figaro (1859) inaugurent le théâtre Déjazet avec succès et mettent enfin le nom de Sardou en lumière. La carrière du dramaturge connaît dès lors une progression fulgurante, sur de multiples scènes parisiennes, plus prestigieuses que le petit théâtre qui l’a lancé, Il donne jusqu’en 1864 quelques actes au théâtre Déjazet, par reconnaissance pour l’actrice, mais son avenir est clairement ailleurs. Le photographe le capture ici à la fin des années 1860, un homme encore jeune, à l’allure romantique et à la belle assurance.

Pierre Petit. Portrait de Victorien Sardou, photographie, vers 1870, 4C-EPP-2529 

Une part de son succès vient du fait qu’il sait s’emparer de sujets en vogue pour bâtir ses pièces : dans Maison neuve, donnée en 1866 au théâtre du Vaudeville, il campe son intrigue dans un Paris bouleversé par les travaux haussmanniens… Les corrections apportées à la page de titre de Maison neuve montrent le souci de l’auteur de préserver ses droits.

Victorien Sardou. Epreuves corrigées de Maison neuve, Paris, Michel Lévy, 1867, 8-TFS-028-002

L’auteur dramatique, au sommet de sa carrière, collabore pour Cléopâtre (Théâtre de la Porte Saint-martin, 1890) avec Émile Moreau, de 20 ans son cadet. L’élaboration de chaque pièce commence chez Sardou par la rédaction d’un scénario, avant l’écriture du dialogue proprement dit.

Victorien Sardou. Brouillon autographe pour Cléopâtre, vers 1890, 4-TFS-028-004

Mettre en scène

L’auteur Sardou s’intéresse de très près à la mise en scène de ses pièces, a fortiori à partir de sa rencontre avec Sarah Bernhardt et l’évolution de son théâtre vers le drame historique spectaculaire. À sa table de travail, il conçoit en écrivant la totalité du spectacle, décors, costumes, mouvements…

Ici il a esquissé lui-même l’un des décors qu’il voudrait pour Cléopâtre, dressant parallèlement une liste des ouvrages qu’il compte prêter aux décorateurs, afin qu’ils travaillent à partir de sources sérieuses.

Victorien Sardou. Notes pour les décors de Cléopâtre, vers 1890, 4-TFS-028-004
Victorien Sardou. Croquis pour les décors de Cléopâtre, vers 1890, 4-TFS-028-004

Sardou ne se contente pas de bâtir ses mises en scène en imagination, il est également très actif sur le plateau, revêtant alors un béret et un foulard blanc devenus légendaires. C’est dans sa figure de metteur en scène, dominante au début du 20e siècle, que le croque le dessinateur Daniel de Losques pour le journal Je sais tout en 1907.

Daniel de Losques. Le Roi des metteurs en scène, 1907

Réussir

Victorien Sardou a amassé une fortune considérable grâce à son théâtre. Les caricaturistes ne se sont pas privés de le souligner. Alfred Le Petit montre dans un saisissant avant/après le chemin parcouru en dix ans, du jeune auteur sans le sou au dramaturge à succès qui a su mettre les directeurs de théâtre à ses pieds.

Alfred Le Petit. Le Victorien Sardou d’autrefois / Le Victorien Sardou d’aujourd’hui, estampe extraite de La Charge, 17 mars 1870, 1-TFS-028-010.

En 1880, il représente à nouveau Sardou l’air conquérant, le pied sur le tas d’écus gagné grâce à ses pièces empilées à gauche de l’image. Il porte au cou un médaillon rappelant Virginie Déjazet, qui a lancé sa carrière.

Alfred Le Petit. Victorien Sardou, Les Contemporains, 23 décembre 1880, 4-TFS-028-054.

La constitution de la fortune de Victorien Sardou passe par la maîtrise de ses droits d’auteur. Publié par le principal éditeur théâtral de l’époque, la maison Lévy, Victorien Sardou cesse de faire imprimer ses pièces à partir de 1882 (création de Fédora) afin d’éviter les piratages. Dans une première lettre, il réclame plaisamment son compte à Michel Lévy. Dans la seconde lettre, à Calmann, il explique comment il essaie de faire respecter ses droits d’auteur à l’étranger.

Victorien Sardou. Lettre autographe à Michel Lévy, 2 décembre, vers 1872, 8-TFS-028-002
Victorien Sardou. Lettre autographe à Michel Lévy, 2 décembre, vers 1872, 8-TFS-028-002
Victorien Sardou. Lettre autographe à Calmann Lévy, vers 1873, 8-TFS-028-002
Victorien Sardou. Lettre autographe à Calmann Lévy, vers 1873, 8-TFS-028-002

Le château que Sardou a acquis à Marly-le-Roi, baptisé Le Verduron, constitue le signe le plus éclatant de sa réussite, et il aime s’y faire photographier dans son cabinet de travail.

Victorien Sardou dans son cabinet de travail à Marly-le-Roi, entre 1895 et 1905, 4-TEP-007194

La réussite financière va de pair avec la réussite sociale. Lors de la guerre de 1870, Sardou est déjà au centre du monde théâtral. Il fait son devoir de garde national en compagnie de ses amis le journaliste Adrien Hébrard, directeur de l’influent quotidien Le Temps, et de l’écrivain et librettiste Camille Du Locle, futur directeur de l’Opéra-Comique. Le poste d’observation est devenu un rendez-vous mondain où les comédiennes se pressent pour voir les Prussiens au bout de leur lorgnette.

Adrien Hébrard, Victorien Sardou, Camille du Locle au poste du Moulin de la Galette, photographie, 1870, 4-TEP-007196

Quelques années plus tard, en 1877, Sardou est élu à l’Académie française. A 46 ans, il est devenu un personnage officiel recherché dans les salons parisiens. La signature du dramaturge figure ainsi parmi celles de célébrités de l’époque sur l’éventail d’Antoinette Brice de Ville, qui recevait à la fin du siècle beaucoup de membres de l’Institut.

Éventail portant 98 signatures d’écrivains, compositeurs, hommes politiques et artistes, fin 19e siècle, 4-MS-RES-028
Éventail portant 98 signatures d’écrivains, compositeurs, hommes politiques et artistes, fin 19e siècle, détail, 4-MS-RES-028

Dans un autre registre, Sardou est intronisé dans le cercle choisi des sphénopogones, néologisme burlesque signifiant « hommes à barbe en pointe ». Ces dîners périodiques exclusivement masculins, type de convivialité à la mode sous la Troisième République, avaient été lancés en 1881, et réunissaient des figures en vue, peintres, musiciens, journalistes ou écrivains. Les noms des plats reprennent les titres des pièces de Sardou.

Menu pour un dîner des sphénopogones, 11 février 1907
Menu pour un dîner des sphénopogones, 11 février 1907, détail

L’œuvre

Comédies

Sous le Second Empire, Sardou, puisant ses sujets dans l’actualité, déploie son talent dans la « comédie électrique », dont sont donnés ici deux exemples : Nos bons villageois et Les Diables noirs.

Cham. Une vengeance féroce : Courbet apostrophant Sardou devant une affiche de sa comédie Nos bons villageois, Le Charivari, 26 octobre 1866, 1-TFS-028-006.
Alfred Grévin. Les Diables noirs de Victorien Sardou, Le Journal amusant, 19 décembre 1869, 1-TFS-028-004.

Après 1880, dans un genre tout aussi léger, le dramaturge sacrifie avec Le Crocodile à la pièce d’aventure, dans la veine exotique des féeries du Châtelet.

Dessin de décor pour Le Crocodile, Théâtre de la Porte Saint-Martin, 1886, 1-TMD-00901
Plantation de décor pour Le Crocodile, Théâtre de la Porte Saint-Martin, 1886, 1-TMD-00901

Cet album documentant les productions du théâtre de la Porte Saint-Martin entre 1884 et 1886 faisait partie, avec son jumeau (1-TMD-00900) des papiers Sardou acquis par la BHVP en 1975. En 1884 et 1886, ce ne sont pas moins de 4 pièces de Sardou qui ont été données à ce théâtre (Théodora, Patrie, Le Crocodile, Tosca).

Madame Sans Gêne

Madame Sans-Gêne est la pièce la plus populaire de Sardou, en France comme à l’étranger. Écrite en collaboration avec Émile Moreau, elle est représentée plus de 3500 fois avant 1939, et est encore jouée au 21e siècle. La modeste blanchisseuse devenue maréchale Lefebvre, qui ne craint pas de parler vrai à l’Empereur, est incarnée à la création au théâtre du Vaudeville par la célèbre actrice Réjane.

Reutlinger. Réjane dans Madame Sans-Gêne (4-TEP-004068 (36)).
Albert Mantelet. Madame Sans-Gêne, dessin paru dans Le Journal, 28 octobre 1893 (4-TMD-00752)
Amable. Éléments de maquette de décor pour Madame Sans-Gêne : le cabinet de l’Empereur, dessins, 1893 ou 1900 (00-TFS-005-0473-0474).
Amable. Esquisse de décor pour Madame Sans-Gêne : le cabinet de l’Empereur, dessins, 1893 ou 1900 (00-TFS-005-0473-0474).

Madame Sans-Gêne a été adaptée de multiples fois au cinéma, signe de la popularité de la pièce de théâtre de Victorien Sardou. Dans cette version franco-italienne de 1961, la célèbre blanchisseuse devenue maréchale est incarnée par Sophia Loren.

Yves Thos. Madame Sans-Gêne, film de Christian-Jaque, affiche, 1961 (1-AFF-003953)

Drames

En 1869, Sardou donne pour la première fois un drame au théâtre de la Porte Saint-Martin. Patrie !, pièce historique à grand spectacle, remporte un triomphe et fait entrer la carrière du dramaturge dans une nouvelle dimension, lui conférant une légitimité artistique qui lui était jusque-là disputée. Touchatout, satiriste bien connu du Second Empire, livre à l’occasion de la reprise de 1886 un commentaire parodique que Sardou a annoté de bonne grâce, sa gloire n’en étant pas entachée, bien au contraire.

Louis Galice. Patrie, affiche, [1886] (1-AFF-001921)
Touchatout. Patrie !, 1886, 4-TFS-028-032
Patrie. Affiche de colonne Morris pour la représentation du 27 avril 1886 au Théâtre de la Porte Saint-Martin, 1-AFF-004097

Dans ce drame historique à grand spectacle, le décor joue un rôle essentiel. Les décors de la création sont dus aux ateliers réputés de Cambon et Chéret. Lors de la reprise à la Comédie-Française, en 1901, les décors sont signés Jambon, Amable et Bailly. Bien qu’il ait été exécuté en 1910, sans doute en guise de souvenir à destination de l’épouse du décorateur Alexandre Bailly, le dessin d’Amable ci-dessous documente cette reprise de 1901. Il est intéressant de le comparer au décor réalisé par Philippe Chaperon pour l’opéra d’Ernest Paladilhe d’après le drame de Sardou, créé en 1886 au Palais Garnier.

Amable. Dessin de décor pour Patrie !, 1910 (1-TMD-00963)
Philippe Chaperon. Projet de décor pour Patrie, opéra d’Émile Paladilhe (acte III). Musée Carnavalet.

Parmi les périodes historiques traitées par Sardou dans ses drames, la Révolution française occupe une place de choix. La vision de cet événement qu’il donne dans Thermidor, créé à la Comédie-Française en 1891, très hostile aux Jacobins et à Robespierre, déclenche un scandale dans la salle à la deuxième représentation. La pièce est interdite, la polémique allant jusqu’à la chambre des députés. L’historiographie de la Révolution constitue en effet un sujet sensible en ces premières années de la Troisième République qui vient de commémorer, en 1889, le centenaire de la prise de la Bastille. Thermidor triomphe finalement au Théâtre de la Porte Saint-Martin en 1896, avec Constant Coquelin, le créateur du rôle de Charles Labussière à la Comédie-Française.

Thermidor à la Comédie-Française : estampe, 1891, 4-TFS-028-034 (2)
Thermidor à la Comédie-Française: plantation de décor, 1891, 4-TMS-02810
Thermidor à la Porte Saint-Martin, 1897, 4-TMS-02810
Thermidor à la Porte Saint-Martin, 1897, 4-TMS-02810

Musique

Sardou a écrit, seul ou en collaboration, les livrets d’une dizaine d’opéras ou opéras comiques.

Parmi ceux-ci, Le Roi Carotte, opéra-bouffe-féerie de Victorien Sardou et Jacques Offenbach, créé au théâtre de la Gaîté le 15 janvier 1872, s’inscrit dans la lignée du genre dramatique de la féerie, très populaire au 19e siècle. Ses royaumes de fantaisie permettent souvent de faire passer des messages de façon déguisée. Le Roi Carotte est ainsi conçu par Sardou comme une métaphore politique, Napoléon III étant caché sous les traits du ridicule monarque Fridolin. Cependant, la splendeur de la mise en scène et les séductions de la musique éblouissent le public au point qu’il perçoit mal les intentions du dramaturge. Celui-ci a été dépassé par l’excellence de ses décorateurs et costumiers, notamment par l’invention débridée de Théophile Thomas, qui a dessiné des centaines de costumes, notamment pour le ballet des insectes, 13e tableau et clou du spectacle, dans lequel défilaient papillons, abeilles, libellules et autres hannetons.

Théophile Thomas. Costume pour le ballet des insectes du Roi Carotte, 1872, 4-TMD-00309
Théophile Thomas. Costume pour Le Roi Carotte, 1872, 4-TMD-00309
Théophile Thomas. Costume pour les ballet des insectes du Roi Carotte, 1872, 4-TMD-00309

Au début du 20e siècle, Sardou écrit avec Pierre-Barthélémy Gheusi le texte de la tragédie lyrique Les Barbares, mise en musique par Camille Saint-Saëns et destinée à être créée primitivement au théâtre antique d’Orange. Finalement représentée à l’Opéra de Paris en 1901, elle est bien accueillie par le public.

Livret de mise en scène des Barbares, 1901, 4-TMS-03617
Livret de mise en scène des Barbares, 1901, 4-TMS-03617

Certains drames de Victorien Sardou ont été également adaptés à l’Opéra, l’adaptation la plus connue étant sans doute l’opéra Tosca de Puccini, réalisée par les librettistes Luigi Illica et Giuseppe Giacosa d’après la pièce créée en 1887 par Sarah Bernhardt au théâtre de la Porte Saint-Martin. Représenté en 1900 à Rome, l’opéra obtient un grand succès. Il est donné pour la première fois en France en 1903 à l’Opéra-Comique

A. Boyer. Tosca. Acte II, 1903, 1-TEP-0063

Sarah

Sarah Bernhardt et Victorien Sardou ont constitué à la fin du 19e siècle une équipe gagnante, le dramaturge écrivant sur mesure pour l’actrice des rôles qu’elle incarnait d’une manière inoubliable. Leur collaboration débute en 1882 avec Fédora, dont l’action est située dans la Russie des mouvements nihilistes. La pièce est donnée au théâtre du Vaudeville et remporte un triomphe. Théodora, créée en 1884 au théâtre de la Porte Saint-Martin, constitue la deuxième collaboration de Sardou avec Sarah Bernhardt. Ce rôle de comédienne devenue impératrice byzantine, exécutée pour avoir trahi son époux avec un rebelle grec, défenseur de la République, est taillé pour elle. La pièce obtient un succès retentissant et durable, en France et à l’étranger, dû à son interprète principale, mais également à la spectaculaire mise en scène pensée avec soin par Sardou. La reconstitution historique de la Byzance du 6e siècle éblouit les spectateurs encore peu familiers de cette période.

Atelier Nadar. Sarah Bernhardt dans Théodora, carte postale.
Henri Robecchi. Dessin de décor pour Théodora, 7e tableau, une salle basse du palais, Théâtre de la Porte Saint-Martin, 1884, 0-TMD-00002.

Ce dessin était accroché dans le petit salon de la propriété de Sardou à Marly le Roi, avec son pendant.7

Henri Robecchi. Dessin de décor pour Théodora, 4e tableau, Théâtre de la Porte Saint-Martin, 1884, 0-TMD-00001.

Lors de la reprise de Théodora en 1902, Sarah Bernhardt incarne, à 58 ans, le rôle qu’elle a créé en 1884. La pièce a été légèrement remaniée et coupée par Sardou afin de gagner en efficacité dramatique. Les décors n’ont pas changé et sont réalisés par les ateliers qui ont travaillé pour la création : le décorateur Amable copie ainsi la maquette conçue pour la création par son ancien associé, Henri Robecchi, disparu en 1889. Contrairement au dessin de Robecchi, vivement coloré, Amable dessine ici un décor baigné d’une lumière lunaire, qui révèle toute la finesse et la variété des ornements du décor avant l’ajout final des couleurs.

Amable. Dessin de décor pour Théodora, 4e tableau, le cabinet de Justinien. Théâtre Sarah Bernhardt, 1902, 0-TMD-00097
René Lalique. Couverture de l’album illustré de Théodora, Théâtre Sarah Bernhardt, 1902, 2-BRO-300060

René Lalique, le créateur de bijoux Art nouveau le plus renommé de la Belle Époque, a eu une relation privilégiée avec Sarah Bernhardt, pour laquelle il a conçu plusieurs pièces de joaillerie. Lors de la reprise de Théodora en 1902, la comédienne fait appel à lui pour les bijoux de scène de l’impératrice byzantine. Dans l’album illustré publié à l’occasion de cette reprise, Lalique, également auteur de plusieurs médaillons de la comédienne, choisit de la représenter avec sa lourde coiffe de métal ornée d’aigles, évoquant la mythique Byzance, à la fois antique et exotique.

En 1887, Sardou écrit La Tosca pour Sarah Bernhardt. La pièce, qui retrace l’amour de la diva Floria Tosca et du peintre et opposant politique Mario Cavaradossi, entravé par le maléfique chef de la police Scarpia, se déroule dans la Rome de 1800. Elle obtient dès sa création, un immense succès et est reprise de nombreuses fois. L’affiche de Mucha accompagne la reprise de 1899.

Alphonse Mucha. La Tosca, Théâtre Sarah Bernhardt, affiche, 1899, 1-AFF-003693
Atelier Nadar. Sarah Bernhardt dans La Tosca, carte postale.

Avec Gismonda, créé en 1894 au Théâtre de la Renaissance, Sardou clôt le cycle entamé avec Sarah Bernhardt autour des souveraines orientales : après avoir incarné Théodora (1884), puis Cléopâtre (1890), l’actrice endosse le costume d’une duchesse d’Athènes à la fin du Moyen Âge. Drame historique, la pièce, qui fait la part belle au légendaire, tient également du spectacle symboliste. C’est d’ailleurs avec Gismonda qu’Alphonse Mucha inaugure avec Sarah Bernhardt une collaboration qui durera jusqu’à la fin du siècle. Outre les illustrations pour l’album spécial du journal Le Gaulois consacré à Gismonda, Mucha a réalisé l’affiche de la pièce, présentant l’actrice dans le costume byzantin imaginé par Théophile Thomas. Rencontrant immédiatement un immense succès, cette affiche d’un genre nouveau lance la carrière du jeune artiste tchèque. Pour l’album illustré, dont la facture est plus classique, différents épisodes ou décors de la pièce sont évoqués, la double page intérieure étant consacrée à la dernière scène de la pièce, au cours de laquelle Gismonda agenouillée offre sa main et sa couronne au jeune héros Almerio.

Alphonse Mucha. Scène pour l’album illustré du journal Le Gaulois consacré à Gismonda, tirage avant la lettre, 1894.
Alphonse Mucha. Scènes pour l’album illustré du journal Le Gaulois consacré à Gismonda, tirages avant la lettre, 1894.

Théophile Thomas a dessiné les costumes de la pièce. Consacré dès 1872 par ses remarquables créations pour Le Roi Carotte, il est l’un des costumiers les plus recherchés de la fin du 19e siècle. À partir de Théodora (1884), il travaille régulièrement avec Sardou et Sarah Bernhardt. Avec Gismonda (1894), Thomas retrouve dans la Grèce du 15e siècle l’univers byzantin de Théodora. Pour le 5e tableau, où l’on voit Gismonda, palme à la main, participer à la procession des Rameaux, le dessinateur imagine un lourd et somptueux vêtement de velours orné de motifs et de bijoux fastueux. Le dessin sur calque, à l’échelle de la robe sur laquelle il doit être reproduit, était plié entre les pages de l’album de maquettes de costumes. Il montre avec quel soin étaient réalisés les costumes des pièces de Sardou et Sarah Bernhardt. Les motifs semblent avoir été réalisés au moyen de morceaux de taffetas blanc peints à la gouache, cousus sur la robe. Entre les deux anges, les sinuosités des tiges florales sont caractéristiques de l’Art Nouveau.

Théophile Thomas. Album de maquettes de costumes pour Gismonda, 1894 (2-TMD-01200)
Théophile Thomas. Maquette de l’ornementation du 2e costume de Sarah Bernhardt pour Gismonda, 1894 (00-TMD-00321)
Atelier Nadar. Sarah Bernhardt dans Gismonda, carte postale.

Lien vers l’inventaire du fonds Victorien Sardou de la BHVP : https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/16871/005FRCGMNOV-751045102-Gro


Pour aller plus loin :

  • Victorien Sardou, Drames et pièces historiques, Isabelle Moindrot (dir.), Patrick Besnier, Marion Chénetier-Alev, Guy Ducrey, Olivier Goetz, Sylvie Humbert-Mougin, Sophie Lucet, Aline Marchadier, Isabelle Moindrot, Florence Naugrette, Romain Piana (éd.), Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque du théâtre français, six tomes, 2017.
  • Victorien Sardou, le théâtre et les arts, Isabelle Moindrot (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011
  • Victorien Sardou, un siècle plus tard, Guy Ducrey (dir.), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007


Citer ce billet
Pauline Girard (2023, 25 août). Victorien Sardou. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg0

  1. Numéro d’entrée 62493, 22 novembre 1975. []
  2. Manuscrits originaux de Victorien Sardou (collection Jean Sardou). Lettres de personnages célèbres adressées à Victorien Sardou… 4 mars 1933, Paris, Georges Andrieux, 1933, 8-BRO-300356 []
  3. Numéro d’entrée 66256, 14 janvier 1983 []
  4. Don 5435, NAF-11790-11801 []
  5. NAF 12285 []
  6. voir l’introduction d’Isabelle Moindrot à Victorien Sardou, Drames et pièces historiques, Isabelle Moindrot (dir.), tome 1, Paris, Classiques Garnier, 2017, notamment p. 113-115, ainsi que la bibliographie d’Aline Marchadier contenue dans le même volume. Les informations concernant les manuscrits de la BHVP sont mises à jour par le présent article. []
  7. Inventaire après décès de Victorien Sardou, 4-TFS-028-018, f. 336 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jestaz Juliette dit :

    Bravo pour ce bel état de sources, Pauline.
    Il y aurait probablement matière à étendre du côté de la collection rassemblée par Victorien Sardou, et des ventes Sardou des 24-27 mai1909 (Lettres autographes, puis Bibliothèque), où la Bibliothèque historique semble avoir acheté via Charavay, notamment des archives Favart que détenait Victorien Sardou (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5671846f/f51.image) dont l’histoire serait à retracer, avec une composante Fuzelier, dirait-on :
    https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05B/A1975956
    Mais voir aussi le registre d’inventaire du côté du numéro E.40883, où l’on devrait trouver des documents aujourd’hui cotés dans les Manuscrits du département du même nom, comme ceux-ci :
    – cote 4-MS-4289 : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05B/B79196192
    – 4-MS-4309 : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05B/B1969167
    – MS-NA-229 aussi peut-être : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05B/A1975960, et peut-être d’autres, ces papiers Favart ayant été un peu dispersés dans le fonds.
    De même l’interrogation des données d’exemplaires des imprimés fait apparaître dans le fonds de l’Association des régisseurs de théâtre quelques pièces de théâtre données par Sardou à tel parent ou ami, mais aussi quelques rares titres émanant de sa bibliothèque, comme celui-ci: F. Masson, L’impératrice Marie-Louise, 1902 https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000914710, qu’on doit retrouver dans le catalogue de la vente de 1909.
    Souvenirs d’une ancienne de la BHVP, Juliette Jestaz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search