Jean Mercure, une vie pour le théâtre

Jean Mercure au Théâtre de la Ville (photographe : Anna Birgit)

De Pierre Libermann à Jean Mercure

Au lendemain de la Grande Guerre, sur le chemin du collège Rollin, les affiches de théâtres placardées rue des Martyrs émoussent la curiosité d’un jeune garçon, Pierre Libermann, notamment celles du cartel de Charles Dullin, Gaston Baty, Louis Jouvet et Georges Pitoëff. Devenu courtier en assurances, Pierre Libermann fréquente assidûment les théâtres et écrit des pièces qu’il envoie aux directeurs : Le cœur concède ou un voyage d’affaires ou encore Hommage posthume qu’il propose à Louis Jouvet au théâtre de l’Athénée.

Lettre de Louis Jouvet refusant Hommage posthume, 8-TFS-005-0445

Pierre Libermann a deux passions : le cheval et le théâtre. De petit gabarit, il est bon cavalier. Il fait de l’équitation sa spécialité pendant son service militaire. Si le théâtre ne l’avait pas emporté, il aurait pu devenir jockey (Pierre Libermann lors de son service militaire, 8-TEP-005-396).

Après son service militaire en 1932, Pierre Libermann décide de se consacrer au théâtre et prend des cours auprès de l’acteur Abel Tarride. Alors qu’il interprète le rôle de Mercure dans Amphitryon de Molière et à la veille de l’impression des affiches pour le spectacle, Tarride lui demande un pseudonyme. Pierre Libermann choisit Jean Mercure, le prénom rendant hommage à sa mère Jeanne Horwitz, cantatrice, décédée peu après sa naissance en 1909. Pendant plusieurs années, Jean Mercure joue de petits rôles, mis en scène par Pierre Fresnay, Henry Bernstein ou Louis Ducreux (8-TEP-005-153 ; photographe : Studio Piaz).

C’est sur scène dans Le marchand d’idées, joué à la Comédie Caumartin en 1932, que Jean Mercure rencontre Aline Jeannerot alias Jandeline. Ils se marient en 1936.

Jandeline, vers 1938, 8-TEP-005-090 (photographe : Lucienne Chevert)
Le marchand d’idées, programme, 1932, 8-TFS-005-0002

La tentation cinématographique

Jean Mercure est attiré par le cinéma. Il joue dans une vingtaine de films entre 1938 et 1982. On le voit notamment en 1938 dans Le héros de la Marne d’André Hugon, avec Fransined, frère de Fernandel, et en 1941 dans Le club des soupirants de Maurice Gleize, aux côtés de Fernandel.

Jean Mercure dans Le héros de la Marne, 4-TEP-005-098
Jean Mercure et Fernandel dans Le club des soupirants, 8-TEP-005-366

En 1950, il joue le rabbin dans le film de Louis Daquin, Maître après Dieu, adapté d’une pièce de Jan de Hartog qu’il a mis en scène deux ans auparavant au Théâtre Verlaine. Il donne la réplique à Gérard Philipe dans Le rouge et le noir de Claude Autant-Lara en 1954. En 1963, il écrit avec Bernard Revon le scénario et les dialogues de L’illustre Gonard. Mais sa carrière cinématographique ne décolle pas vraiment : sa vie est au théâtre.

Jean Mercure, comédien et metteur en scène

Sans cesser de jouer la comédie, Jean Mercure débute une carrière de metteur en scène dès 1939. En 1941, il est à Lyon au Théâtre des Célestins où il met en scène La crèche du Théâtre joli puis L’école des maris en 1942. Il interprète également de petits rôles dans les théâtres de Marseille et Aix en Provence. Alors qu’il s’apprête à donner un récital de poésie à Lyon en juin 1942, il saisit l’opportunité de fuir en Espagne pour rejoindre Londres. Il est arrêté et interné au camp espagnol de Miranda de Ebro. Libéré, il réussit à s’embarquer à Gibraltar et arrive à Londres en juin 1943.

Après la guerre, il retrouve le théâtre en France et met en scène au Théâtre Pigalle la pièce de Charles Morgan, Le fleuve étincelant, découverte en captivité dans les colis de livres envoyés par la Croix Rouge : il s’était promis de la monter à la Libération. Il donne le rôle de Karen à Jandeline. Le succès est là et il se maintient avec Le silence de la mer (1949) de Vercors au Théâtre Edouard VII, Mort d’un rat (1951) de Jan de Hartog au Théâtre Grammont, Sur la terre comme au ciel de Fritz Hochwälder (1952) et Sud de Julien Green (1953) au Théâtre de l’Athénée, puis La volupté de l’honneur de Luigi Pirandello (1953) au Théâtre Saint-Georges, ces deux dernières pièces étant récompensées par le Prix Dominique de la mise en scène. La presse salue le petit homme au grand talent.

Dans Thé et sympathie, donné au Théâtre de Paris en 1956, il dirige la star internationale Ingrid Bergman. Celle-ci, comme elle a coutume de le faire sur les plateaux, lui tricote un pull-over que Mercure a scrupuleusement conservé (0-TOBJ-0226). Thé et sympathie, adaptation française d’une pièce de Robert Anderson (Broadway, 1953) dont Roberto Rossellini, alors marié à Ingrid Bergman aurait refusé de faire la mise en scène, touche à des sujets alors sensibles : homosexualité, émancipation féminine. Cette même année 1956, elle est adaptée au cinéma par Vincente Minelli avec Deborah Kerr.

Jean Mercure mène également sa carrière à l’étranger, mettant en scène notamment L’école des femmes à Tel Aviv en 1951, Dom Juan à Ankara en 1963, puis à Tokyo en 1966.

Ses succès de metteur en scène ne l’empêchent pas de poursuivre une carrière de comédien. Il est Paul-Albert Lenoir dans l’Archipel Lenoir ou Il ne faut pas toucher aux choses inutiles d’Armand Salacrou, mis en scène par Charles Dullin en 1962. Il est l’évêque Cauchon dans Sainte Jeanne de George Bernard Shaw mis en scène par Pierre Franck en 1964. Il est l’inspecteur de police Casserole dans Rintru pa trou tar hin ! de François Billetdoux mis en scène par Serge Peyrat en 1971.

Mais le plus souvent, Jean Mercure se réserve un rôle dans les pièces qu’il met lui-même en scène. Il est seul sur le plateau dans son récital de poésie qu’il donne en 1947, 1949 et 1970. Il inclut également dans ses distributions les femmes de sa vie : Jandeline joue dans la plupart de ses spectacles. On retrouve parfois ensemble le mari et la femme en tête à tête comme en 1979 dans Gin game ou Le rami n’est pas ce que l’on pense de Donald L. Coburn.

Jean Mercure et Jandeline dans Gin game, 1979, 4-TEP-005-056 (photographe : Anna Birgit)

Mercure dirige également à l’occasion sa fille Isa. Tous trois sont réunis dans La guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux, Santé publique ou les amours noires d’un homme en blanc de Peter Nichols 1-AFF-001704 ou encore Zoo de Vercors 4-AFF-002093(162).

Enfin, Jean Mercure a également fait des incursions dans la mise en scène d’opéra, avec Vol de nuit de Luigi Dallapiccola (1960) à l’Opéra-Comique et Cosi Fan Tutte de Mosart (1977) au festival d’Aix en Provence.

A la fin des années soixante, Jean Mercure qui a créé ses spectacles dans différents théâtres privés parisiens, endosse un nouveau rôle, celui de directeur de théâtre.

Jean Mercure, animateur du Théâtre de la Ville (1968-1985)

En 1966, la Ville de Paris, propriétaire du théâtre Sarah Bernhardt, situé en face du théâtre du Châtelet, entreprend une grande rénovation pour transformer ce théâtre à l’italienne datant de la fin du 19e siècle en une salle moderne. Les professionnels sont consultés sur l’avenir de cette salle municipale, et sur le projet d’un Théâtre municipal populaire. Jean Mercure, qui a mené une carrière en indépendant sans théâtre attitré, propose une politique générale et expose ses orientations artistiques et techniques. En 1968, le Conseil de Paris le nomme à la direction du Théâtre qui prend le nom de Théâtre de la Ville.

Le Théâtre de la Ville vers 1968 (photographe : Anna Birgit/Reproduction : BnF)

Le souci du nouveau directeur est de séduire un large public, notamment en instaurant des spectacles musicaux, courts et de qualité dès 18h30, un système d’abonnement et de tarifs attractifs ainsi qu’une programmation abordant des sujets de société.

En 1985, Jean Mercure tire sa révérence et laisse la direction du Théâtre de la Ville à son collaborateur Gérard Violette. En hommage à sa direction, le foyer du Théâtre prend le nom de Foyer Jean Mercure en 1997.

Outre son engagement auprès des forces du général de Gaulle à Londres, au service de l’information, Jean Mercure s’est tout au long de sa vie intéressé à des causes politiques ou sociétales, qui résonnent avec l’actualité du 21e siècle : il a été notamment un défenseur de la cause animale, et du droit à choisir les conditions de sa propre fin de vie. Il a reçu les titres de commandeur de l’ordre des arts et des lettres, commandeur de la légion d’honneur et grand officier de l’ordre du mérite, ainsi que la plaque du bimillénaire de la Ville de Paris.

Jean Mercure, qui avait adhéré en 1981 à l’Association pour le droit à mourir dans la dignité, choisit de se suicider avec Jandeline le 24 juin 1998.

Le fonds Jean Mercure

Isa Mercure, fille de Jean Mercure et Jandeline, fait don des archives de ses parents à l’Association de la Régie Théâtrale en 1999. Le fonds comprend des relevés de mises en scène, des photographies de scène, des programmes, des articles de presse, des dossiers de production, une abondante correspondance professionnelle, où défilent de grands noms du théâtre et de la littérature des années cinquante et soixante, ainsi que quelques documents plus personnels, comme des agendas. Quelques documents concernent la période où Jean Mercure dirigeait le Théâtre de la Ville, mais la plupart des archives de son activité directoriale sont conservées avec celles du Théâtre, aux Archives de Paris (2808W) et à la BnF.

Etant donné sa volumétrie, le fonds est décrit dans trois inventaires distincts, dont deux sont consacrés à la correspondance de Jean Mercure.

Une exposition a été consacrée à Jean Mercure par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris en 2002, accompagnée de la publication de l’ouvrage de Paul-Louis Mignon, Jean Mercure, un théâtre de la ville (Paris-Bibliothèques, 2002). L’ouvrage, qui comporte en annexe la programmation complète du Théâtre de la Ville, présente un homme qui aura vécu toute sa vie par et pour le théâtre.

Lien vers les inventaires de la correspondance :

Lien vers l’inventaire du fonds d’archives : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-MHW



Citer ce billet
Claire Jacob (2024, 4 janvier). Jean Mercure, une vie pour le théâtre. L'échauguette. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vevu

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. G.Bloch-Morhange dit :

    Formidable homme théâtre,, un couple très chaleureux et généreux…..une descendance liée au théâtre….sans interruption……
    Un rappel très émouvant…de très bons moments de ma jeunesse..Gérard Bloch-Morhange…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search