Regards sur les ateliers du Marais : photographies de Raymond Laspalès, 1959 

En 1984, le photographe Raymond Laspalès fait don de près de mille tirages à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, et lui en cède les droits. Depuis le 6 septembre 2023, plusieurs de ces photographies ornent les grilles du square du Temple – Elie-Wiesel (3e arrondissement) à l’occasion de l’exposition « Regards sur les ateliers du Marais : photographies de Raymond Laspalès, 1959 », présentée par la Mairie de Paris-Centre et la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Dans cet article, Angélique Jolivet, ancienne stagiaire au département des Photographies de la BHVP, présente l’objet de l’exposition et revient sur sa conception.

Extrait de l’exposition

Raymond Laspalès (1921-2011), photographe créatif

Originaire d’une famille de cultivateurs de La-Sauvetat-du-Dropt (Lot-et-Garonne), Raymond Laspalès élit résidence à Paris dans les années 1950 et y vit de ses reportages photographiques. Inventeur à ses heures perdues, il crée en 1966 le « cyclo-ski », qui permet de faire du ski sans neige, ce qui lui vaut une médaille au concours Lépine. Père du comédien et humoriste Régis Laspalès, il est décédé à Paris en 2011, à 89 ans.

Au cœur de l’exposition : le reportage de Raymond Laspalès

En avril 1959, Raymond Laspalès entreprend un reportage dans les ateliers, fabriques et manufactures du Marais. Derrière les façades souvent noircies des immeubles et des portes cochères, les clichés saisissent ainsi une activité variée et minutieuse et composent autant de portraits pris sur le vif : bijoutiers, maroquiniers, fondeurs de plomb, tapissiers… Au dos de chaque photo, Raymond Laspalès a inscrit l’adresse, le nom et l’activité de l’atelier ou du commerce, informations précieuses pour retracer l’histoire des artisans du quartier.

Verso d’une photographie de Raymond Laspalès :
«  triage des verreries
17 rue St Gilles
Orfèvrerie Sabino »

L’exposition « Regards sur les ateliers du Marais », dotée de trente panneaux, permet de se replonger dans l’ambiance du Marais de 1959, au gré d’une déambulation dans le quartier des Enfants-Rouges, entre la place de la République et la rue des Francs-Bourgeois. Chaque panneau comporte une petite légende rédigée par la Bibliothèque historique, qui explicite l’histoire et l’environnement de l’atelier, ou les techniques employées par les artisans.

Extrait de l’exposition

71 rue Charlot

Établissements Robine,

fabrique de chapeaux pour dames

À la fin des années 1950, même si les modistes et les couturiers se sont peu à peu déplacés vers la rue Saint-Honoré, le Marais demeure un lieu important de fabrication de mode et de confection. Le chapeau est encore porté par la majorité des femmes : « Quoi qu’il en soit, il serait impossible de montrer une collection sans chapeaux » (Christian Dior, 1956).

Extrait de l’exposition

28 rue de Poitou
Établissements Lejeune, atelier de bijouterie fantaisie et de bijoux en poil d’éléphant

Depuis les années 1920, les bijoux en poil d’éléphant connaissent une certaine vogue en France – ils apporteraient bonheur et prospérité selon les traditions orientales et africaines. Les bracelets en poil d’éléphant font ainsi l’objet d’ateliers de bijouterie fantaisie dans le Marais. Derrière l’artisan se trouvent les queues des éléphants, dont les poils, une fois prélevés, sont ramollis dans de l’eau bouillante pour être tressés. Depuis 1975, le commerce du poil d’éléphant est réglementé. 

Le Marais, un quartier entre effervescence artisanale et vétusté des locaux

À partir du 18e siècle, le Marais se vide de sa population aristocratique, qui préfère désormais s’installer dans les nouveaux quartiers à la mode de Paris, en particulier le faubourg Saint-Germain. Après la Révolution, artisans et commerçants s’établissent dans les hôtels particuliers réaménagés. Les ateliers investissent les étages, les cours intérieures, au-delà des devantures des boutiques : les tourneurs sur métaux, les doreurs, les maroquiniers, les tailleurs côtoient les horlogers, les chapeliers, les fabricants de meubles, et un peu plus tard les fabricants d’automates, les bronziers d’éclairage. Les artisans tissent des relations étroites avec les spécialités proches de la leur et joignent leur savoir-faire pour alimenter le commerce du quartier.

Cette forte activité économique va de pair avec la paupérisation et le développement de l’insalubrité : les bâtiments se dégradent, usés par le manque d’entretien et par l’intensité des activités artisanales. Dans les années 1950, le secteur artisanal, faute de trouver les fonds nécessaires pour se moderniser, est en crise : le sous-équipement et l’obsolescence affectent les ateliers, qui disposent d’espaces restreints pourvus de matériel datant de l’entre-deux-guerres. À quelques années de son classement par la loi Malraux (1962), le Marais est à un tournant de son histoire…

Extrait de l’exposition

10 rue Charlot
Établissements Mandonnet,
fabrique de fermoirs et ornements pour sacs

Les activités d’un même secteur ont tendance à se regrouper géographiquement : cette fabrique de fermoirs de sacs jouxte ainsi l’atelier de maroquinerie Lamarthe et fait face à un magasin de sacs pour dames. Entre le 9 et le 12 rue Charlot, les sacs et portefeuilles évoluent ainsi du façonnage à la vente. 

Extrait de l’exposition

34 rue des Francs-Bourgeois
Établissements J.-M. Heim, fabrique de chapeaux en gros

La convivialité et la bonne humeur sont souvent présentes ! Chez ce modiste, ou fabricant de chapeaux pour dames, les ouvrières présentent à l’objectif les modèles de l’année : en 1959, le chapeau couvre toute la tête, avec de larges bords et rubans, et prend des teintes claires et colorées. 

Entre histoire et mémoire : immortaliser le Marais des ateliers

Les indications au dos des photographies cédées à la Bibliothèque historique ne permettent pas de déterminer les circonstances de ces prises de vue. Dans quel cadre, pour quelle institution Raymond Laspalès a-t-il pris des centaines de photographies de ces intérieurs d’ateliers ? Grâce à une enquête menée par nos soins, on peut certifier que ce reportage a été commandité par la Documentation française.

La Documentation française est un éditeur public créé en 1945 et rattaché aux services du Premier ministre. Elle a pour missions « de rassembler une documentation générale sur les principaux problèmes d’actualité concernant la France et l’Étranger, en vue de la mettre à la disposition des administrations et du public ; d’éditer et diffuser des documents d’information générale et de vulgarisation1 ».

Raymond Laspalès est l’auteur de plusieurs reportages relevant du fonds de la Photothèque de la Documentation française, conservés à la Bibliothèque nationale de France. Mais les clichés de la BnF ne semblent pas correspondre à ceux cédés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. C’est dans un autre fonds qu’il faut chercher : une soixantaine de photographies de Laspalès sur l’artisanat du Marais se trouvent à l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD, au fort d’Ivry-sur-Seine), où est conservée depuis 2005 la plus grande partie des fonds photographiques de la Documentation française. Ce sont les tampons « Documentation française » au dos des tirages possédés par l’ECPAD qui permettent d’affirmer que le reportage sur les ateliers du Marais a été réalisé sous la tutelle de la Documentation française.

L’atelier de l’historienne : quelles sources primaires pour faire parler les photos ?

Les trente-trois photographies, sélectionnées parmi les centaines de clichés, permettent d’éclairer les différents versants du Marais de la fin des années 1950 : le contexte historique (l’histoire de l’atelier ou du quartier), les conditions de production des objets, les techniques employées sont les trois principaux thèmes qui animent les commentaires de l’exposition. À quelles sources peut-on bien avoir recours pour faire l’histoire des ateliers du Marais ?

Un tour dans l’Annuaire du commerce Didot-Bottin de l’époque permet de saisir la multiplicité et la densité des ateliers et commerces alors présents dans le Marais : chaque adresse héberge nombre d’activités artisanales, qui se nichent jusque dans les étages et arrière-cours. Au 16 rue du Parc-Royal, par exemple, se côtoient une fabrique de bronzes d’éclairage, un bijoutier, une fabrique de cartonnages, un réparateur de machines à tricoter, deux boutiques de confection, un fournisseur d’électricité et une fabrique de brosses pour l’industrie !

16 rue du Parc-Royal. Le porche d’entrée de l’immeuble avec plaque annonçant : « fabrique de bronzes d’art et d’ameublement Poulalion et Fargette »
Annuaire du commerce Didot-Bottin, 1959

Les ateliers du Marais emploient des techniques de confection complexes, mais ce travail est loin d’être entièrement automatisé : divers outils et machines sont maniés par des ouvriers et ouvrières. Le Dictionnaire des métiers et appellations d’emploi de 1955 permet de comprendre les outils, matières et tâches présentés à l’objectif : entre meules et brunissoirs, paraison et cellulose, pastillage et cannage, il faut se familiariser avec tout un vocabulaire.

Outre une explicitation des techniques, il est nécessaire d’acquérir une culture générale du contexte historique, de l’échelle du Marais à celle plus large de la France des années 1950 : rendez-vous à la Bibliothèque historique pour consulter des livres sur l’histoire de Paris et du 3e arrondissement, et à la bibliothèque Forney pour en apprendre plus sur le commerce et l’artisanat en France.

Enfin, c’est du côté de la Bibliothèque nationale de France qu’il faut se tourner pour tenter d’éclairer les circonstances du reportage. Ces recherches ont été infructueuses pour le cas de Raymond Laspalès, mais il est utile de garder trace des démarches effectuées. Le département des Estampes et de la photographie, sur le site Richelieu, conserve des lots de photographies de nombre de reportages réalisés pour la Documentation française, ainsi que des diapositives du « Dossier du mois » de La Documentation photographique. Le site Tolbiac (BnF) abrite aussi quelques ressources bibliographiques utiles (notamment les titres des numéros des revues éditées par la Documentation française) et des numéros hors-séries : mais pas de photographies d’artisanat du Marais en vue. Nos recherches ont en revanche été couronnées de succès à l’ECPAD, où la conservatrice en charge du fonds de la Documentation française a su retrouver les photographies de Laspalès sur l’artisanat du Marais.

Le Marais d’après 1959 : du témoignage de Raymond Laspalès à aujourd’hui

Classé « secteur sauvegardé » en 1964 après la loi Malraux, le Marais évolue au gré de politiques d’amélioration du tissu urbain. Plusieurs immeubles vétustes, qui abritent dans leurs étages et dans leurs cours des ateliers et petits commerces, sont détruits ou rénovés. Ces transformations occasionnent une baisse de l’activité économique et le départ de nombre d’artisans et commerçants du Marais, qui déménagent leur atelier à la périphérie de Paris ou en province, ou cessent leur activité. Ils sont remplacés par une population bourgeoise plus aisée. Mais ces bouleversements ne signifient pas la fin des petites activités locales : certaines se réinventent et s’adaptent aux changements techniques dans les années 1970. Les fondeurs-affineurs et les ventes de métal restent ainsi l’apanage du Marais, même si nombre de petits ateliers ont été remplacés par des galeries d’art ou des habitations.


Bibliographie

  • Bernadette Costa, Je me souviens du Marais, Paris, Parigramme, 1995, 114 p.
  • Geneviève Dieuzeide, « Pourquoi une photothèque à la Documentation française ? », La Gazette des archives, n°111, 1980, pp. 261-276.
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Dictionnaire des métiers et appellations d’emploi, Paris, Presses Universitaires de France, 1955, 272 p.
  • Emmanuelle Loizeau, Le 3e arrondissement : itinéraires d’histoire et d’architecture, Paris, Mairie de Paris : Direction générale de l’information et de la communication, 2000, 143 p.
  • Cédric Perrin, Entre glorification et abandon, l’État et les artisans en France, 1938-1970, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, 519 p.
  • Fabienne Reboul-Scherrer, Les petits commerces d’autrefois, Paris, Chêne, 2011, 207 p.

Lien vers les notices des photographies de Raymond Laspalès sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/permalink/P-268c21f9-02f1-43e5-8532-34e69619b8ac

Image de couverture : Raymond Laspalès, 2 rue des Quatre-Fils, n° 2. Etablissement De Waele frères, fabrique de gaines et de soutien-gorge… Atelier au travail, vues d’ensemble.



Citer ce billet
jolivetangelique (2023, 7 septembre). Regards sur les ateliers du Marais : photographies de Raymond Laspalès, 1959 . L'échauguette. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg1

  1. G. Dieuzeide, « Pourquoi une photothèque à la Documentation française ? », La Gazette des archives, n°111, 1980, p. 261. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bellounia dit :

    C’est tout à fait par hasard que je passe devant le square du Temple où j’ai pu voir l’exposition de photos de M.Raymond Laspalès. Beaucoup de nostalgie pour ce quartier que j’ai connu enfant. Je n’ai aucun mal à me remémorer l’ambiance de ces années-là, le bruit des machines, l’odeur des matériaux, tout ce monde ouvrier qui lui donnait une âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search