Fêtes révolutionnaires et impériales : les papiers Chalgrin

L’inventaire des papiers Chalgrin, qui couvrent les cotes 2-MS-4234 à 2-MS-4260, est désormais disponible en ligne. Ces papiers tirent leur nom de celui de Jean-François Chalgrin (1739-1811), architecte de formation, qui exerça les fonctions d’inspecteur des travaux de la ville de Paris à partir de 1763, avant d’entrer au service du comte de Provence (le futur Louis XVIII) en 1771. Nommé architecte des fêtes publiques sous le Consulat, il avait en fait déjà eu l’occasion d’apporter sa touche personnelle à l’organisation de fêtes officielles dès l’Ancien Régime, notamment lors du mariage du Dauphin (futur Louis XVI) et de Marie-Antoinette en 1770, mariage pour lequel il réalisa au palais du Luxembourg une salle de bal qui fut très remarquée (hélas, les papiers Chalgrin de la BHVP ne contiennent aucun document relatif à ces festivités). Sous l’Empire, Chalgrin s’illustre notamment par la conception de l’arc de triomphe de l’Étoile, dont il ne verra toutefois pas l’achèvement puisqu’une crise d’hydropisie l’emporte le 21 janvier 1811.

Les papiers Chalgrin conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris ne concernent nullement l’activité d’architecte de Jean-François Chalgrin, pourtant prépondérante dans sa carrière, mais uniquement sa contribution à l’organisation de fêtes publiques, principalement sous la Révolution et le Consulat, mais aussi, dans une moindre mesure, dans les dernières années de l’Ancien Régime et sous l’Empire.

Ces archives documentent ces fêtes essentiellement sous l’angle financier et administratif : elles se composent de devis et mémoires présentés par les fournisseurs et artisans sollicités, et de correspondance. On y trouve fort peu de représentations graphiques des somptueux décors réalisés pour ces occasions, et encore s’agit-il de calques au crayon, fragiles et modestes, dont la finalité n’était pas tant esthétique que pratique. Néanmoins, ces lettres et ces mémoires, extrêmement détaillés, fourmillent d’indications chiffrées sur les éléments structuraux et décoratifs mis en œuvre pour souligner le faste et le clinquant de ces réjouissances officielles, et le cas échéant sur les difficultés rencontrées dans la réalisation de ces préparatifs festifs.

Les fêtes révolutionnaires, consulaires et impériales ne se limitaient pas à la célébration du 14 juillet, loin s’en faut : on a aussi fêté le 10 août (fête de l’Unité et de l’Indivisibilité de la République), le 22 septembre (fête de la fondation de la République), le 21 janvier (anniversaire de l’exécution de Louis XVI)… On a célébré les grands hommes (Hoche, Joubert, Rousseau…), déploré la mort précoce de héros juvéniles (Bara et Viala), honoré l’Être suprême, acclamé la signature de traités de paix, mais on a aussi rendu hommage à des entités abstraites telles que l’agriculture, la jeunesse, les époux…

La dernière fête à laquelle Chalgrin contribua fut le mariage de Napoléon et Marie-Louise, à l’occasion duquel il dévoila in situ une gigantesque maquette (ou, dans la terminologie du temps, un “simulacre”) du futur arc de triomphe de l’Étoile.

Fêtes révolutionnaires

La Panthéonisation de Jean-Jacques Rousseau et la Fête de l’Être suprême (1794)

Mémoire présenté par le tapissier Aubert pour les étoffes et draperies fournies pour le transfert au Panthéon de la dépouille mortelle de “Jenjac Rousseau” [sic].

La panthéonisation de Jean-Jacques Rousseau, votée par la Convention le 14 avril 1794, eut lieu le 11 octobre de la même année, et s’accompagna d’un hommage solennel de la nation qui, comme le montre ce mémoire, n’a pas lésiné sur les franges d’or et d’argent, broderies et autres rubans de soie.

2-MS-4236

Acquittement, en date du 26 germinal (an II) [15 avril 1794], d’une somme de 52 livres pour la fourniture d’eau et de sable destinés à nettoyer “le sang des victimes” qui auront été guillotinées “la veille de la fête en l’honneur de l’Être suprême”.

Les festivités du 8 juin 1794 étaient programmées aux Tuileries, à proximité de la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde) où était installée la guillotine. En pleine Terreur, il était prévisible que la veille même de la fête de l’Être suprême, des exécutions auraient eu lieu ; on a donc anticipé avec près de deux mois d’avance pour s’assurer qu’à la date fixée pour la cérémonie, aucune flaque de sang de mauvais augure ne viendrait ternir l’éclat de la journée.

Ce simple billet, dans sa sobriété factuelle et laconique, donne à la fête de l’Être suprême des allures de sacrifice humain propitiatoire, digne de l’Antiquité païenne…

2-MS-4235

Fête en l’honneur de Bara et Viala et fête de l’Être suprême (1794)

Insigne distinctif ou laissez-passer d’un “artiste employé” lors de la fête en l’honneur des deux jeunes héros Joseph Bara (ou Barra) et Joseph Agricol Viala, le 11 juillet 1794. Viala était mort à l’âge de 15 ans le 6 juillet 1793 près du pont de Bonpas (Vaucluse) au cours d’une escarmouche avec des insurgés fédéralistes, et Bara était mort à l’âge de 14 ans lors de la guerre de Vendée, le 7 décembre 1793. La fête du 11 juillet 1794 avait pour but d’exalter ces deux très jeunes “martyrs de la Liberté” (2-MS-4236).
Billet de Sarrette, commandant de la musique, au tapissier Aubert, 19 prairial an II [7 juin 1794], le priant de fournir des “banderoles pour les trompettes”, et de confectionner “une flamme en taffetas bien léger aux trois couleurs” qu’il enverra chercher le lendemain matin, 8 juin 1794, dès 7 heures, pour la fête de l’Être suprême (2-MS-4235).

Fêtes impériales

Festivités du mariage de Napoléon et Marie-Louise (1810)

État approximatif, daté du 18 juin 1810, des dépenses engagées pour le simulacre de l’arc de triomphe à la Barrière de l’Étoile où ont eu lieu les festivités liées au mariage de Napoléon et Marie-Louise le 2 avril 1810. Figurent à ce mémoire des frais de charpente, de menuiserie, de serrurerie, de tapisserie, de peinture, de “flammes de Bingale” [sic], de lampions de service et d’illumination, ainsi que des frais pour la remise en état du site à l’issue des cérémonies (2-MS-4256)
Mémoire de l’artificier Ruggieri, daté du 2 avril 1810, pour les 18 “flammes de Bingale” [sic] qui ont éclairé pendant 15 minutes le simulacre de l’arc de triomphe de la Barrière de l’Étoile “en reflet après le feu d’artifice” à l’occasion du mariage de Napoléon et Marie-Louise ce même jour, ainsi que pour les essais préalables (2-MS-4256).

Lien vers l’inventaire sur le portail des bibliothèques spécialisées : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG05B/B1969093



Citer ce billet
Patrick Le Boeuf (2023, 28 septembre). Fêtes révolutionnaires et impériales : les papiers Chalgrin. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search