Les livres rares et précieux de la Bibliothèque historique

La Bibliothèque historique, lancée par un bibliothécaire également collectionneur, s’attacha à constituer un ensemble de livres rares et précieux regardant Paris, acquérant dans les grandes ventes et auprès des libraires d’ancien les plus connus, sans chercher cependant à rivaliser avec les bibliophiles de l’époque1.

Il semble toutefois que Jules Cousin, fondateur et premier directeur jusqu’en 1893, connut la tentation de l’incunable et du livre enluminé. Il acquit une centaine d’incunables imprimés à Paris et une quinzaine de livres d’heures parisiens du 16e siècle imprimés sur vélin. Cette direction ne fut pas poursuivie à sa suite, probablement pour des raisons budgétaires. Par ailleurs, comme on visait l’exhaustivité en matière de bibliographie parisienne, c’est le livre rare qui était guigné plutôt que le précieux. On rechercha patiemment les premières éditions de grands classiques d’histoire parisienne ou de certains titres littéraires jugés particulièrement liés à Paris, mais les suivantes avec leurs variantes furent tout autant poursuivies : les éditions de Corrozet ou de la Satire ménippée, celles de Germain Brice, de Rétif de La Bretonne ou de Mercier, les différentes versions du Père Duchesne furent ainsi collectées. Les livres de fêtes et d’entrées royales, traditionnels objets de bibliophilie, furent achetés ici comme témoignages de l’histoire des fêtes publiques parisiennes.

La bibliothèque peut ainsi s’enorgueillir de posséder le seul exemplaire subsistant d’une entrée de Charles VIII imprimée par Antoine Cailleau en 1484, et en pendant, le récit de ses funérailles en 1498, imprimé par Baptiste Bourguet, un des deux seuls subsistant, tous deux entrés pendant les vingt premières années d’activité.

Recueil Valençay
Un volume du Recueil Valençay, Ville de Paris/Bibliothèque historique

Les périodes les plus agitées de l’histoire de Paris ayant fait l’objet, chacune à leur tour, d’un grand nombre de publications, furent l’occasion de nombreux achats également, du courant au rare.

L’une des acquisitions les plus onéreuses opérées avant la fin du 19e siècle fut celle du Recueil Valençay, un ensemble de 987 titres relatifs aux Guerres de religion et à la Ligue reliés en 63 volumes, payé 900 francs. Il fut suivi de nombreux autres achats complémentaires, et le nombre d’imprimés politiques et administratifs de cette période s’élève aujourd’hui à 3 200.

Un fer de reliure aux armes de Paris pour distinguer les acquisitions les plus précieuses

On ignore à quelle date exactement avant les années 1900 une réserve fut constituée, mais certains livres furent sortis de la cotation thématique mise en place par Jules Cousin et reçurent un numéro “R nnn” inscrit sur leur page de garde. Ils ne dépassèrent pas quelques centaines.

Parmi cet ensemble choisi, une vingtaine fut reliée à neuf de maroquin, souvent par Charles Magnier et fils, et ornées d’un fer de reliure aux armes de la Ville, copiant le plus ancien modèle connu des fers de reliure aux armes de Paris, des années 1560-1580. Le modèle apparaît d’abord comme vignette gravée sur bois dans une plaquette de 1563 imprimée par Gilles  Corrozet, puis comme fer de reliure d’éditions de Coutumes de Paris. Ce fer, aujourd’hui perdu, avait probablement été copié sur un exemplaire de la bibliothèque de l’Arsenal2, repéré par Cousin du temps où il y était bibliothécaire, car notre exemplaire de 1585 n’est entré que dans les années 1960.

Éditions rares sur Paris et les Parisiens

Un type de livre de luxe dont l’achat fut très bien suivi, c’est celui du livre illustré à petit ou moyen tirage à sujet parisien, qui devient quasiment un genre au 19e siècle. Il naît avec les albums pour touristes français ou anglais, illustrés de lithographies des grands monuments, comme ceux de J.C. Nattes, de Bacler d’Albe, Frederick Nash, Damame-Demartrais, Pugin. Il prend un tournant différent avec les recueils de physionomies de l’époque romantique, fixant cette fois l’attention sur la population parisienne, en la classifiant à l’infini dans des types : publications de semi-luxe souvent illustrées à leur tour par des artistes connus (Tony Johannot, Gavarni, Cham etc.). On y retrouve une part de l’attrait exercé dans les siècles précédents par les brochures et les suites d’estampes consacrées aux Cris de Paris, que la bibliothèque s’attache également à collecter.

A compter des années 1860, le livre consacré à célébrer Paris, assez souvent encore sur un ton doucement ironique d’observateur des mœurs, devient franchement luxueux : on peut citer les livres d’Alfred Delvau, puis d’Émile Goudeau, Huysmans, Georges Montorgueil ou Uzanne illustrés par Auguste Lepère, Emile Thérond ou Charles Jouas, plus tard ceux de Carco, André Billy ou Léautaud illustrés par Dignimont, Jean-Louis Boussingault, Daragnès ou André Lambert, ou le recueil Paris 1937 publié à l’occasion de l’Exposition des arts et techniques – la liste est longue et continue jusqu’à nos jours.

Les livres nostalgiques sur des coins du “vieux Paris”, l’île Saint-Louis, les berges de la Seine ou Montmartre illustrés de bois gravés et tirés sur vélin d’Arches ou sur chine témoignent ainsi de la mythologie parisienne et de son évolution auprès du public cultivé.

double page illustrée de Paname, de Francis Carco, 1927
Francis Carco, Paname, ill. par J. Oberlé, 1923, sur vélin rose, Ville de Paris/Bibliothèque historique

Éditions originales d’écrivains et exemplaires d’auteurs

Reliure avec cuir incisé par Steinlen pour l’exemplaire personnel d’Anatole France sur Crainquebille, Ville de Paris/Bibliothèque historique

Les collections littéraires entrées à la bibliothèque fournissent leur part de livres rares là encore, plutôt que de livres précieux, ni Sand, ni Apollinaire, ni Cocteau n’étant bibliophiles. De même pour les autres fonds littéraires, à l’exception du fonds Anatole France3 riche d’une centaine de petites éditions à fausses adresses du 18e siècle, d’éditions soignées de la période de l’Empire ou de la Restauration, probable héritage familial, ainsi que d’exemplaires hors commerce de ses propres œuvres.

Entrent également sous le registre de la bibliophilie deux autres fonds centrés sur la littérature, qui ne proviennent pas d’écrivains, le fonds Gauthier-Darley4, et le récent fonds Georges Aillaud5, chacun riche en éditions numérotées.

Il n’est pas lieu ici de décrire ni de commenter les bibliothèques d’Apollinaire et de Cocteau, toutes deux part intégrante de la Réserve en raison de leur prix pour l’histoire littéraire. On signalera simplement leur richesse en éditions originales de littérature contemporaine française ou étrangère, qu’ils avaient achetées ou reçues d’amis et de connaissances.

Certains titres sont devenus des classiques de la littérature, d’autres, souvent devenus rares, témoignent de tentatives dont les auteurs n’ont jamais percé. La bibliothèque du couple d’écrivains Benjamin Crémieux et Marie-Anne Comnène et de leur fils Francis, porte également de nombreux témoignages de leurs relations amicales avec le milieu littéraire français et italien. Dans ces trois cas, leurs pages de garde portent parfois de beaux envois, voire des dessins d’amis.

Envoi de Jean Cocteau à Benjamin Crémieux de son livre Thomas l’imposteur, 1923, Ville de Paris / Bibliothèque historique, fonds Crémieux
Dessin de Serge Férat sur un numéro de la revue SIC, 1918, Ville de Paris / Bibliothèque historique, fonds P.-M. Adéma.

Reliures

Les belles reliures sont l’une des caractéristiques du livre précieux, et la Bibliothèque historique en comporte un certain nombre de qualité, même si elles ne furent pas un objectif poursuivi en tant que tel avant le temps de la direction de Jean Dérens (1943-2012).

Les volumes de l’Almanach royal et autres Étrennes des 18e et 19e siècles furent recherchés par la bibliothèque pour leur richesse documentaire concernant les notabilités parisiennes ou les spectacles de l’année, et non pour la reliure à plaque ou à petits fers qui pouvait orner telle année. On peut citer sur quelques doigts les exemplaires supplémentaires acquis pour leur condition, comme une Histoire de la Ville de Paris de Félibien dans un beau maroquin bleu aux armes du fils de Louis XV avec des planches montées sur taffetas, qui fut acheté en 1878. Il arrivait probablement déjà comme deuxième exemplaire et doublon assumé.

De même, les quelques livres aux armes de prévôts des marchands, lieutenants de police ou présidents au parlement de Paris furent acquis pour la reliure indubitablement – ou au moins pour leur lien visible avec l’ancien possesseur, comme le fut l’achat en 1893 de l’exemplaire personnel d’Haussmann (maroquin bleu doublé de moire bleu nuit, page de titre particulière enluminée) sur l’Atlas administratif des 20 arrondissements de la ville de Paris publié en 1868 sous sa direction.

La direction de Jean Dérens (1985-2008)

Jean Dérens s’intéressa de près à la reliure contemporaine. Il poursuivit une active politique de valorisation de cet art, en organisant à la bibliothèque une quinzaine d’expositions entre 1992 et 2007, et en accueillant régulièrement les réunions “Éphémères” de la société des Amis de la reliure originale à partir de 1994, pendant lesquelles des relieurs présentent livres en main leurs dernières créations. Il enrichit la bibliothèque de reliures contemporaines de deux façons : par commandes directes auprès de relieurs et relieuses d’art qu’il était ainsi amené à accueillir, et par achats auprès de libraires.

On dénombre ainsi dans le fonds de la Réserve plus de 80 reliures créées pendant cette période – sans compter la centaine commandée à August Kulche : elles sont dues entre autres à Paule Ameline, Annie Boige, François Brindeau, Odette Drapeau, Sün Evrard, Jean de Gonet, Claude Honnelaître, Alain Lobstein, Monique Mathieu, Colette et Jean-Paul Miguet, Florent Rousseau, Renaud Vernier. Une quinzaine furent commandées à l’iconoclaste Daniel Knoderer.

Selon les cas, les reliures étaient apposées sur des éditions contemporaines rares de littérature ou de poésie, ou sur des livres pris dans les collections, de sujet et d’époque divers : le plus ancien fut un placard d’indulgence pour l’Hôtel-Dieu de Paris de 1509 confié à Jean de Gonet. Un document était ainsi rendu visiblement précieux, comme les numéros de la Dépêche-ballon, éphémère périodique transporté par ballon lors du Siège de Paris de 1870, montés en album par Annie Boige. La qualité des matériaux et du dessin de l’objet-reliure signale ainsi la rareté du contenu.

Les dernières acquisitions

Les ouvrages anciens acquis ces dernières années sont peu nombreux : il y a maintenant très peu de publications anciennes touchant à l’histoire de Paris qui ne soient pas déjà à la bibliothèque – ou accessibles ailleurs à Paris.

Les achats concernent donc souvent un exemplaire unique : un exemplaire augmenté de dessins de la Description des curiosités des églises de Paris de 1759, un exemplaire de Fromont jeune et Risler aîné de Daudet, qui fut écrit à l’Hôtel de Lamoignon, comportant de mordantes critiques du juge Loverdo à qui Daudet l’avait offert. On a pu dénicher toutefois quelques raretés ces dernières années : un roman-photo du photographe Ed van der Elsken des années 1950, Een liefdesgeschiedenis in Saint-Germain-des-Prés, un guide canular du cabaret Le Chat noir, une ordonnance royale sur le fait des saillies et des ordures de 1563, une impression de Provins de 1753, un guide de Paris pour soldats allemands de 1940.

Les achats peuvent aussi compléter les fonds littéraires de la bibliothèque, et concernent alors des exemplaires exceptionnels : une reliure peinte d’un portrait de Barrès par André Rouveyre dont la bibliothèque conserve les papiers, deux exemplaires sur papier de couleur de L’Aiglon et de Chantecler commandés par Edmond Rostand, et munis d’une reliure souple gaufrée dessinée par Lalique.

Dans le domaine de la reliure, la collecte s’est également orientée vers les cartonnages d’éditeurs à sujet parisien, après un recensement de ceux déjà présents dans les collections qui leur a fait gagner la Réserve : on a ainsi pu en acquérir sur des exemplaires du Diable à Paris, de L’Histoire de Paris et de ses monuments de La Gournerie, et du recueil de physionomies Paris et les Parisiens au XIXe siècle.


  1. Bien que le commerce de librairie n’ait pas séparé comme aujourd’hui la vente de livres neufs et de livres d’occasion, certains libraires étaient particulièrement connus pour leur expertise en livres anciens. Au 19e siècle, la Bibliothèque historique acquérait ainsi très régulièrement d’Anatole Claudin, Auguste Fontaine, Dauvin, Gouin, Baillieu, A. Detaille, Frédéric Henry, Damascène Morgand, Antonin Chaussonnery, et Liepmannsohn. []
  2. Coutume de Paris, édition Jeanne Le Roy, 1582, Arsenal Réserve 4-J-2205 []
  3. Un legs d’Emma Laprévotte, veuve d’Anatole France, fit entrer au musée Galliéra en mai 1930 les éditions d’art des œuvres de l’écrivain, ainsi qu’un certain nombre de livres rares de sa bibliothèque, soit 300 volumes. L’ensemble fut par la suite mis en dépôt à la Bibliothèque historique. []
  4. Michel Gauthier-Darley (19..-2002), linguiste, collectionna à la suite de son père les éditions originales de littérature française de la fin du 19e et de la première moitié du 20e siècle. Cette collection de 600 titres est aujourd’hui à la Bibliothèque historique. []
  5. Georges Aillaud (1936-2017) collectionna les éditions d’Aragon et d’Elsa Triolet, ainsi que les livres consacrés à la Commune de Paris de 1871. Sa famille fit don de sa collection à la Bibliothèque historique à sa mort. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search