Haussmann et l’eau

À l’occasion de l’Année Haussmann, organisée par la Ville de Paris en commémoration du 170e anniversaire de la nomination d’Eugène-Georges Haussmann à la préfecture de la Seine (juin 1853) et dans le cadre de l’Automne de la Science, consacré en 2023 au thème de l’eau, la Bibliothèque historique propose du 25 septembre à la fin du mois de décembre une exposition « Haussmann et l’eau ».

Vieux problèmes auquel Paris est confronté depuis des siècles, l’alimentation en eau potable et l’assainissement d’une cité en continuelle expansion font partie des nombreux défis auxquels Haussmann doit faire face dès sa nomination : élargissement des voies de communication et alignement des rues, développement des transports notamment ferroviaires, embellissement par l’aménagement d’espaces verts, relations avec les acteurs privés (propriétaires, promoteurs, entreprises, …), sources de financement de ces immenses travaux. Après 1860, l’intégration de nouvelles communes agrandit le périmètre de Paris et change l’échelle de tous ces projets.

L’exposition revient sur les essais antérieurs au Second Empire et l’investissement personnel d’Haussmann, qui dans ses Mémoires revendique avec force la paternité de la conception des projets d’adduction d’eau et d’assainissement. Le rôle central de l’ingénieur Eugène Belgrand, nommé par Haussmann dès 1854, est mis en lumière tant dans la conception que dans le pilotage de cet immense chantier. Les vastes travaux et les nombreuses réalisations – aqueducs, réservoirs, fontaines, nouveaux ponts, égouts, … – modifient en profondeur la quantité et la qualité des eaux mises à disposition des Parisiens. Ils modèlent un service innovant dont de nombreux éléments demeurent, encore aujourd’hui, au service des habitants de la Capitale.  

Les concepteurs : Haussmann et Belgrand

Georges-Eugène Haussmann (1809-1891), préfet de la Seine

Issu d’une famille d’origine rhénane et bonapartiste (son grand-père paternel est député de la Convention, son grand-père maternel est l’aide de camp d’Eugène de Beauharnais dont il reçoit le prénom), Haussmann effectue sous la Monarchie de Juillet puis la Deuxième République une belle carrière dans l’administration préfectorale. Elle le conduit de Poitiers à Bordeaux, en passant par la Haute-Loire, le Lot-et-Garonne et l’Yonne.

Remarqué par Napoléon III pour son énergie et son intelligence, il est nommé en 1853 préfet de la Seine afin de piloter les grands projets que l’Empereur souhaite engager pour moderniser et embellir Paris. Ses méthodes audacieuses lui permettent d’obtenir de rapides et spectaculaires résultats mais suscitent de violentes critiques et finissent par lui coûter son poste en janvier 1870.

Georges Eugène Haussmann (1809-1891), administrateur français. Photographie de Pierre Petit (1831-1909), vers 1864. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 1-RES-148.

Eugène Belgrand (1810-1878), l’ingénieur

Polytechnicien et ingénieur des Ponts-et-Chaussées, Eugène Belgrand est nommé en 1845 ingénieur à Avallon (Yonne). Il y réalise des études hydrologiques novatrices qui le font remarquer d’Haussmann, nommé préfet de l’Yonne en 1850. En 1854, Haussmann l’appelle à ses côtés à Paris et lui confie la coordination des travaux d’adduction d’eau et d’assainissement.

Travailleur infatigable, brillant ingénieur, Belgrand s’appuie aussi bien sur des études détaillées du terrain que sur les exemples étrangers, notamment britanniques (Londres, Glasgow, …), qu’il observe avec attention pour les dépasser. Il réorganise en profondeur le service des eaux de la Ville et lance une série de projets ambitieux dont la réalisation se poursuit bien après le Second Empire. En vingt ans, il parvient à multiplier par cinq le volume d’eau à la disposition des habitants et porte à 600 km, contre à peine 25 km au début du XIXe siècle, un réseau d’égouts unique en Europe.

Avant les grands travaux…

Les porteurs d’eau, un vieux métier parisien

Les porteurs d’eau sont encore nombreux à Paris tout au long du XIXe siècle, avant et après les grands travaux haussmanniens. Au cri de « A l’eau-ou ! A l’eau-ou ! », ils vendent l’eau puisée dans les fontaines de Paris qu’ils achètent et revendent. C’est un métier physique car les seaux sont portés à l’épaule, grâce à un balancier de bois. Les plus aisés des porteurs d’eau disposent d’un attelage sur lequel ils entreposent des tonneaux pour livrer de plus grandes quantités : ces tonneaux, dont la propreté et surtout le stationnement sont surveillés et réglementés, font partie du paysage urbain.

Souvent exercée par des Auvergnats, la profession intéresse Frédéric Le Play. Pour ce sociologue conservateur, les porteurs d’eau sont un exemple des classes sociales « ébranlées » par les bouleversements économiques de la modernité, qu’il analyse dans Les ouvriers des deux mondes ou Les ouvriers européens.

Des systèmes insuffisants à combler les besoins : pompes à eau et puits artésiens

La pompe Notre-Dame

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la plus grande partie de l’eau consommée par les habitants provient encore de la Seine. Les fontaines publiques et privées sont alimentées à partir des pompes construites au XVIIe siècle comme La Samaritaine du Pont Neuf (détruite en 1813) et la pompe Notre-Dame. Ces machines hydrauliques aux dimensions impressionnantes occupent alors les arches des ponts.

Leur production d’eau est cependant insuffisante face à l’évolution démographique de la capitale, alors que les scientifiques et ingénieurs mettent en évidence l’insalubrité de cette eau.

En 1853, Henri Le Secq photographie la pompe Notre-Dame, alors encore en activité. Elle est arrêtée en 1858, puis détruite en 1861 : les grands travaux lancés par Haussmann et Belgrand permettent en effet de se passer de ces volumes d’eau impropre. Sa démolition met aussi fin à la gêne que les pilotis présentaient pour la navigation fluviale.

Henri Le Secq, [Travaux de la ville de Paris], photographies sur papier salé montés sur carton dans un album, 1852-1853.
Ville de Paris/Bibliothèque historique, 0-RES-012

Les puits artésiens

La réalisation de puits artésiens commence à Paris dans les années 1830, avec le forage du puits de Grenelle. À Paris, il faut creuser profondément pour atteindre l’eau, au-delà des 500 m de profondeur : les travaux s’étalent ainsi sur plusieurs années avant de trouver le puits et de mettre en place les conduites. Contrepartie de ces longs efforts, l’eau qui en jaillit est d’excellente qualité.

En 1855, Haussmann charge un ingénieur saxon, Charles Gosshelf Kind, de forer un nouveau puits à Passy pour l’alimentation des nouveaux lacs du Bois de Boulogne. Le forage prend fin en 1861. Une fontaine située square Lamartine met à disposition cette eau.

D’autres puits artésiens sont mis en chantier sous le Second Empire, dont les travaux aboutissent plus tard, place Hébert et à la Butte-aux-Cailles. Le débit fourni par ces puits demeurant limité, cette technique reste uniquement complémentaire des travaux d’ampleur engagés à l’époque pour subvenir aux besoins en eau de la capitale.


[Paris, square Lamartine. Dossier iconographique], Ville de Paris/Bibliothèque historique, 1-EST-2814

Les études sur l’eau avant Haussmann

La question de l’alimentation en eau de Paris apparaît dès l’Antiquité. Depuis le XVIe siècle, études et projets sont régulièrement proposés afin d’accroître la quantité et la qualité de l’eau disponible. Au début du XIXe siècle, un Parisien dispose chaque jour d’une vingtaine de litres d’eau, dix fois moins qu’un habitant de la Rome antique.

Les principales sources d’approvisionnement sont alors les quelques sources naturelles (Belleville, du Pré-Saint-Gervais…), la myriade de puits alimentés par la nappe phréatique de la Seine (plus de trente mille sous le Second Empire) et, bien sûr, l’eau puisée dans la Seine de diverses manières. L’expansion continue de la Ville (650 000 habitants en 1789, plus d’un million en 1850) représente un immense défi et si la construction du canal de l’Ourcq au début du XIXe siècle a permis de porter le volume d’eau quotidien de 20 000 à 80 000 m3, la qualité médiocre de cette eau comme sa quantité demeurent en 1850 encore très inférieures aux besoins.

L’eau dans les embellissements de la Ville

Le nouvel aspect de la Seine : ponts de Paris

En 1864, Paul Augustin Gueuvin photographie la Seine vers l’Est depuis les tours de la cathédrale Notre-Dame. Ce panorama montre les ponts qui relient à cette date les deux rives du fleuve : l’ancien pont de la Tournelle, la passerelle de Constantine – remplacée plus tard par le pont Sully –,   le pont d’Austerlitz, le pont de Bercy, alors en voie d’achèvement, et le pont National, construit en 1853. 

Gueuvin, Paul Augustin. La Seine, vue depuis les tours de la cathédrale Notre-Dame. Perspective vers l’est. 1864. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 4-EPR-01318.

Les grand projets d’Haussmann pour la capitale ne sauraient aller sans une modification profonde de ces axes de circulation : le pont au Change, initialement construit au Moyen Âge, est transformé en 1858-1860 dans le cadre du réaménagement de l’île de la Cité. Le nombre d’arches est diminué pour permettre le passage de larges navires, et ses tympans s’ornent du monogramme de l’Empereur. 

Pont au Change ; vues photographiques des phases principales des travaux de reconstruction de ce pont, exécutés en 1858, 1859 et 1860. Photographies d’Auguste Hippolyte Collard (1812-188.), 1858-1860. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 2-ALB-0023.

D’autres ponts emblématiques voient le jour sous le Second Empire, bien qu’ils aient été modifiés depuis, tels que le pont de Solférino (1861, remplacé en 1961 par la passerelle actuelle) et le viaduc d’Auteuil ou du Point-du-jour (1867), auquel a succédé le pont du Garigliano en 1967.

Collard, Auguste Hippolyte. Pont de Solférino ; vues prises pendant l’exécution des travaux. 1859. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 2-ALB-0025.
Collard, Auguste Hippolyte. Pont de Solférino ; vues prises pendant l’exécution des travaux. 1859. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 2-ALB-0025.
Photographe anonyme. Construction du viaduc d’Auteuil [dit aussi pont viaduc du Point du Jour]. 1864-1865. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 4-EPR-01048.

Les parcs et jardins

Admiratif des grands parcs londoniens qu’il a fréquentés en exil, Napoléon III souhaite doter Paris d’espaces verts semblables, tant pour l’embellissement que l’assainissement de la capitale. Il cède en 1852 à la Ville de Paris la propriété du bois de Boulogne, afin notamment d’y aménager une rivière à l’image de la Serpentine qui traverse Hyde Park. Sa réalisation est confiée au paysagiste Louis-Sulpice Varé. En raison du dénivelé trop important du terrain et des erreurs de calculs de Varé, ce dernier est renvoyé par Haussmann au profit d’Adolphe Alphand. Ce sont finalement deux lacs et une cascade qui sont réalisés dans le bois.

Bois de Boulogne illustré : 1857, plan dessiné et lithographié par Ch. Normand, Paris : 1857.
Ville de Paris/ Bibliothèque historique, G 748.

Eugène Belgrand, sous l’égide d’Alphand, est à l’œuvre pour les travaux de réalisation d’adduction et de circulation des eaux des parcs des Buttes-Chaumont et Montsouris. La création des bassins artificiels implique des travaux titanesques, tout en s’appuyant sur le relief existant, à l’exemple du parc des Buttes-Chaumont, dont les photographies de chantier nous montrent le lac avant sa mise en eau.

Buttes Chaumont, en cours d’aménagement, photographie (1865). Ville de Paris/Bibliothèque historique, NV-004-C-0373.

Les fontaines de Paris sous le Second Empire

Afin de participer aux embellissements de Paris, l’édification d’une douzaine de fontaines est décidée au cours du Second Empire. Gabriel Davioud, architecte au service des promenades et des plantations, y joue un rôle fondamental.

Parmi ses réalisations, citons les deux fontaines du square des Arts-et-métiers, les 15 bassins, aujourd’hui disparus, qui ornaient le terre-plein central du boulevard Richard-Lenoir, ou les deux fontaines de la Madeleine, déplacées au XXe siècle. Davioud est aussi à l’origine de la fontaine des Quatre parties du Monde (jardins de l’Observatoire), dont Jean-Baptiste Carpeaux réalise le groupe sculpté, inaugurée en 1874 seulement à cause d’une exécution retardée par la guerre.

Paris, boulevard Richard Lenoir. Dossier iconographique. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 1-EST-02289.
Charles Marville. Place de la Madeleine, 1875. Photographie. Ville de Paris/ Bibliothèque historique, NV-004-C-0660.
Paris, place Ernest Denis. Fontaine des quatre parties du monde, carte postale. Ville de Paris/Bibliothèque historique, CPP-0067.

Une soixantaine de fontaines continue jusqu’en 1870 d’alimenter en eau potable les Parisiens, avant l’installation, en 1872, de 50 fontaines à boire, don de Richard Wallace, philanthrope ému de la pénurie d’eau dont les Parisiens avaient souffert durant le siège de Paris.

La fontaine Saint-Michel

Après l’ouverture du boulevard Sébastopol-rive-gauche (aujourd’hui Saint-Michel) en 1855, le préfet Haussmann charge Gabriel Davioud de donner une nouvelle cohérence à la place Saint-Michel, avec la contrainte de dissimuler le mur pignon de l’immeuble situé à l’angle des boulevards Saint-Michel et Saint-André-des-Arts. Plusieurs sculpteurs contribuent au décor de ce colossal Saint-Michel terrassant le démon, dont la construction débute en juin 1858. L’inauguration a lieu le 15 août 1860, jour de la fête de l’Empereur Napoléon III.

La mise en scène, interprétée comme une allégorie du régime impérial garant de la paix contre l’opposition républicaine porteuse de guerre civile, mais surtout les dimensions imposantes de la fontaine (26 x 15 m) et sa polychromie suscitent alors les critiques de la presse.

Les projets et les réalisations

Les mémoires sur l’eau de Paris : études et polémiques

Dès son arrivée à la Préfecture de la Seine, Haussmann interrompt les projets en cours, qu’il considère à juste titre inappropriés car basés sur l’eau de Seine, de médiocre qualité. Belgrand engage alors une série d’études approfondies pour démontrer notamment la supériorité des eaux de source, plus pures, sur les eaux de rivière, jusqu’alors plébiscitées par la plupart des Parisiens mais aussi de nombreux spécialistes, au sein même du Conseil des Ponts et Chaussées.

Eugène Belgrand réalise une étude complète de l’état géologique des terrains du Bassin parisien. Elle lui permet d’identifier les secteurs où la qualité des eaux sera susceptible d’être la meilleure. Chaque source ou rivière fait ensuite l’objet d’une analyse chimique précise dont les données sont publiées.

En 1854, un Premier mémoire sur les eaux de Paris présenté au Conseil municipal pose le principe de la séparation entre le service public (le lavage des rues et des égouts), pour lequel les eaux de la Seine et de l’Ourcq suffisent, et le service privé (les besoins des habitants) auquel on réservera une eau de source de la meilleure qualité, à prendre loin de Paris.

En 1858, un Second mémoire propose de dériver les eaux de la Somme-Soude et de la Dhuis, affluents de la Marne. Le projet est violemment combattu pour de multiples raisons : conviction de la supériorité de l’eau de Seine, intérêts économiques, coûts des travaux, etc. Haussmann parvient cependant à le faire adopter par le Conseil municipal le 18 mai 1860, après de notables modifications et la production d’un Troisième mémoire.

En 1865, un quatrième et dernier mémoire engage la dérivation sur Paris des eaux de la Vanne, affluent de l’Yonne.

Les Travaux souterrains

Parus chez Dunod de 1873 à 1887, Les Travaux souterrains de Paris permettent à Belgrand de dresser le bilan de ses réflexions et de ses réalisations à la tête du Service des eaux de Paris à partir de 1854. Comprenant volumes de textes et volumes de planches, la publication se divise en 5 grandes parties :

  1. Études préliminaires sur la Seine
  2. Les aqueducs romains
  3. Les anciennes eaux alimentant Paris
  4. Les nouvelles eaux apportées à Paris
  5. Les égouts.

Truffé de tableaux, calculs, croquis, plans, photographies, l’ouvrage illustre à la fois le haut degré de précision des études préliminaires, le modèle antique dont Belgrand reprend de nombreux éléments, enfin son esprit de système puisqu’il envisage toutes les dimensions d’une politique d’assainissement moderne à l’échelle d’une capitale qui a dépassé les 1,5 million d’habitants après l’élargissement des limites de Paris en 1860.

Les travaux de détournement de la Dhuis et de la Vanne

Validés en 1860, les travaux de détournement de la Dhuis débutent en juin 1863. La longueur totale de l’ouvrage est de 131 km. Il franchit vingt et une vallées tantôt en siphons, tantôt sur des arcades. L’altitude des sources champenoises (128 m) permet d’apporter l’eau sur les hauteurs de Ménilmontant où est édifié un immense réservoir (100 000 m3).

Approuvés en 1865, les travaux de la Vanne débutent en 1867 mais ne s’achèvent qu’en 1874-1875, notamment du fait de la Guerre de 1870.

Édouard Baldus, Auguste Collard, Louis Froissard. Chemin de fer de Genève. Dérivations de la Dhuis et de la Vanne, 1850-1873.
Sélection de photographies. Ville de Paris/Bibliothèque historique, 2-ALB-0034.

De la source d’Armentières au réservoir de Montsouris, l’ouvrage s’étend sur 173 km, longe l’Yonne, le Loing, traverse la forêt de Fontainebleau, franchit l’Essonne, l’Orge puis la Bièvre avant de parvenir à Montrouge.

Photographie d’Auguste-Hippolyte Collard (1812-1887). Construction des réservoirs de Montrouge. Etat des travaux du réservoir inférieur (compartiment ouest) Tirage sur papier albuminé monté sur carton. 26 septembre 1873.Ville de Paris/Bibliothèque historique, 2-ALB-0034, pl. 55.

Même si les projets sont partout menés avec une grande économie de moyens (Belgrand s’efforce d’utiliser au maximum tous les matériaux qu’il trouve sur place : silex, sable, grès, pierre meulière…), le projet de la Vanne se révèle plus coûteux tant du fait de l’achat des sources, que font chèrement payer les propriétaires, qu’en raison de difficultés techniques plus grandes.

Il apporte cependant à la Ville 100 000 m3 par jour d’une eau très pure et s’avère en fin de compte une excellente opération.

Le réservoir de Ménilmontant

Construit de 1863 à 1865, le réservoir de Ménilmontant est situé à 108 m d’altitude. En forme de fer à cheval, il occupe deux hectares et un talus gazonné permet de maintenir l’eau à une température constante de 12°.

Paris, réservoir de Ménilmontant. Dossier iconographique.
Ville de Paris/Bibliothèque historique, 1-EST-01258.
Paris, réservoir de Ménilmontant. Dossier iconographique.
Ville de Paris/Bibliothèque historique, 1-EST-01258.

Le réservoir comprend deux parties superposées : la partie supérieure, d’une capacité de 100 000 m3, recueille les eaux de la Dhuis tandis que la partie inférieure reçoit les eaux pompées dans la Marne par la nouvelle usine de Saint-Maur. En effet, le volume d’eau apporté par la Dhuis puis la Vanne ne suffit pas et Belgrand fait construire plusieurs usines afin de puiser également de grandes quantités d’eau dans la Seine ou la Marne.

Service bas, service moyen, service haut

L’altitude des aqueducs détermine la distribution des eaux de sources en trois services (service bas, service moyen, service haut) : arrivant à 80 m d’altitude, les eaux de la Vanne ne peuvent desservir que le centre de la ville ; les sources de la Dhuis, qui parviennent à Paris à 108 m, peuvent desservir les arrondissements du Nord et les parties hautes de ceux de l’Ouest ou de l’Est ; enfin, postérieurement, des machines spécifiques sont construites pour alimenter en eau les quartiers les plus élevés (Montmartre, Belleville) via deux réservoirs édifiés dans chacun de ces quartiers.

Construire un réseau moderne d’égouts

Avant le Second Empire, le réseau d’égouts demeure embryonnaire (25 km) et mal adapté : de nombreuses conduites se jettent dans la Seine en plein Paris.

L’enjeu de salubrité est pourtant énorme et Paris demeure à la merci des épidémies, telle la terrible épidémie de Choléra de 1832. Conscient de la situation, Belgrand s’inspire de la Cloaca maxima de la Rome antique et prévoit des égouts suffisamment grands pour évacuer les eaux ménagères, industrielles et pluviales, recevoir les conduites de distribution des eaux et faciles à nettoyer, notamment grâce à un ingénieux système de bateaux ou wagons-vannes. Pièce maîtresse du dispositif, le collecteur d’Asnières est doté d’une largeur de 5,6 m, ce qui en fait le plus large du monde.

Carte statistique des égouts collecteurs par bassins en 1878, Ville de Paris/Bibliothèque historique, G 161-1.

Anticiper les besoins futurs

Au départ d’Haussmann (1870) et à la mort de Belgrand (1878), de nombreux chantiers demeurent toujours en construction et la municipalité parisienne se rend vite compte qu’il faut accroître encore les capacités d’eau disponibles, pourtant passées de 100 000 à 450 000 m3 par jour en seulement vingt ans.

De nouveaux projets de dérivation (l’Avre, affluent de l’Eure) sont engagés et de nouvelles innovations arrivent sous la Troisième République, tels le compteur d’eau.

Grâce à Haussmann et Belgrand, les méthodes sont toutefois éprouvées et ces nouvelles opérations peuvent cependant facilement se greffer sur un réseau bien établi et unique au Monde.


2023, Année Haussmann :



Citer ce billet
Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2023, 14 décembre). Haussmann et l’eau. L'échauguette. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search