Le théâtre de la Vieille Grille

En janvier 2022, Noor Sellier, étudiante en master Archives, effectue un stage de quatre mois au département des Collections théâtrales de la Bibliothèque historique. Elle prend peu à peu la mesure de la tâche, en découvrant la profusion de photographies, de lettres, de dossiers de presse, de programmes, d’affiches, qu’il va falloir trier, répertorier, identifier, décrire… Il s’agit du fonds Maurice Alezra – Théâtre de la Vieille Grille, que la bibliothèque a reçu en don quelques années auparavant, et que Noor va traiter sous la direction de Pauline Girard.

Noor a fait de l’histoire du café-théâtre sa spécialité, pourtant elle a très peu entendu parler de la Vieille Grille. Comment un établissement aussi réputé, resté en activité pendant si longtemps, a-t-il pu laisser aussi peu de traces dans la mémoire collective ?

C’est une des choses qu’elle tente d’expliquer dans cet entretien avec notre équipe, où elle raconte l’histoire de la Vieille Grille et de son fondateur, Maurice Alezra, faisant revivre quatre décennies hautes en couleur, riches d’éclectisme et de convivialité.

Façade de la Vieille Grille dans les années 1990 (photographe anonyme) (BHVP, 8-TEP-020-059)

Dans les coulisses de la Bibliothèque historique

Bibliothèque historique (BH) : Bonjour Noor, peux-tu nous dire dans quel cadre tu as fait ce stage ?

Noor Sellier (NS) : J’étais en Master 2 dans un parcours Archives du spectacle à la Sorbonne Nouvelle et on devait faire un stage en archives. C’est un peu par hasard que j’ai atterri à la Bibliothèque historique, car je ne connaissais pas les fonds, je ne connaissais pas du tout le Théâtre de la Vieille Grille, sauf de nom. J’avais vu passer ce nom, mais même dans les quelques ouvrages sur le café-théâtre il y a peu de choses sur la Vieille Grille, on l’évoque mais elle a été un peu effacée.

BH : Tu étais quand même déjà branchée sur le café-théâtre.

NS : Oui, j’avais décidé de faire mon stage sur le café-théâtre mais pas sur la Vieille Grille. Je voulais faire une petite histoire du café-théâtre ou quelque chose comme ça. Pauline Girard m’a décrit les fonds et m’a proposé la Vieille Grille. Mes professeurs m’ont dit « Au pire ça peut être un travail annexe à votre mémoire, de toute façon il faut faire ce stage en archives » et puis finalement c’est devenu le sujet de mon M2 puisqu’aujourd’hui je suis passée en Master 2 de Lettres. Je travaille sur trois textes de café-théâtre : j’en ai trouvé deux dans le fonds Maurice Alezra dont un texte de jeunesse de Gérard Jugnot.

BH : Et donc tu arrives à la bibliothèque et tu trouves le fonds rassemblé dans une pièce ?

NS : Non, il était encore dans les magasins, un peu pré-trié, mais avec encore beaucoup de boîtes où tout était mélangé. Il faut dire que c’était difficile de voir combien de spectacles avaient été joués, étaient partis, étaient revenus, et de déterminer les dates des spectacles en premier lieu.

BH : Et ensuite ?

NS : Ensuite j’ai emmené les boîtes dans une petite pièce pour faire des piles et des piles, et trier le tout.

BH : Je me souviens que la phase des piles c’était impressionnant. Tu étais impressionnée toi-même ?

NS : Oui, assez. Au début je n’ai pas trop pris la mesure de ce que ça allait devoir être comme classement, et aussi de la diversité des documents, parce qu’il y avait des photos, des programmes, beaucoup de choses. Il y avait aussi des affiches mais on ne voyait pas que c’était des affiches parce qu’elles étaient pliées, des plans qui n’avaient rien à voir avec la Vieille Grille… Au départ j’ai commencé par faire deux piles, et à un moment je suis rentrée chez moi, je me suis dit « Oh là là ça ne va pas du tout du tout marcher » (rires), et du coup j’ai fait une pile par année, plus d’autres piles pour les choses qui ne rentraient pas dans les années, qui ne rentraient pas dans la programmation, et ça a fait beaucoup, beaucoup de piles…

BH : Je me souviens que ça faisait une espèce de labyrinthe.

NS : C’est ça. Pauline Girard a été obligée de me dire qu’il ne fallait pas mettre de piles en-dessous du bureau pour des raisons de sécurité, alors je les ai mises sur des chaises.

BH : Tu venais combien de temps par semaine ?

NS : Je faisais 18 heures par semaine et j’allais à la fac le reste du temps. Le stage a duré 300 heures en tout. Et ça m’a pris un mois pour pré-trier tout, pour voir un peu l’ensemble, parce que je me suis rendu compte qu’il fallait que j’aie une vue d’ensemble avant de commencer à traiter le fonds, sinon ça allait partir dans tous les sens.

BH : Et après tu as commencé directement à mettre les documents en pochettes ?

NS : Oui, en écrivant ce que c’était ou en mettant de côté les choses que je n’arrivais pas à identifier, ou à dater. J’ai été obligée de rajouter des catégories qui n’avaient pas été prévues, parce que Maurice Alezra était curieux de tout ce qui a trait au théâtre, donc il y avait par exemple des plans de la Maison de la Culture de Grenoble, et je me demandais : « ça, est-ce que je le mets avec le reste ?? »

BH : Et à quel moment tu passes à l’étape suivante, tu commences à entrer les données dans un ordinateur ?

Exemple de documents divers issus du fonds du Théâtre de la Vieille Grille

NS : J’ai fait les deux en même temps, j’ai mis en pochettes tout en saisissant les données et en mettant les cotes, pour que ça aille plus vite. J’ai commencé par les choses les plus faciles à trier, les spectacles par année, et ensuite je suis passée aux photos.

BH : Donc tu passais parfois du temps à chercher, pour identifier ce que tu avais en main ?

NS : C’était parfois compliqué. Heureusement il y avait plusieurs documents qui étaient des sortes de bilans chronologiques des spectacles qui étaient passés à la Vieille Grille. Cela dit, il fallait bien les comparer parce qu’ils avaient l’air identiques et ils ne l’étaient pas… Il y avait aussi les écrits de Maurice Alezra, sur le café-théâtre en général et sur son établissement en particulier, et ça c’était très utile, de même que sa correspondance, qui pouvait renseigner sur des dates, les endroits où il était allé, certains de ses projets… Il faisait plein de projets assez démesurés par rapport au petit café-théâtre qu’il avait. Alezra avait une sorte de vision d’étendre le théâtre, de jouer un peu partout pour voir quel était le meilleur endroit, y compris sur des bateaux de croisière…

BH : Il y avait d’autres types de documents ?

NS : Il y a toute la partie administrative, avec tous les comptes qui sont assez durs à comprendre. J’ai juste vu qu’à la fin ça périclitait un peu, il y avait de plus en plus de difficultés, jusqu’à ce qu’Alezra décide d’arrêter là et de passer la main. Il y a des demandes de subventions, des reçus de subventions, plein de documentation concernant des travaux qu’ils ont fait faire à la Vieille Grille, des subventions qu’ils ont demandées pour ces travaux… Il y a aussi les papiers d’achat de l’établissement, en 1961…

La vision de Maurice Alezra

BH : Ils sont émouvants ces papiers, ce sont les tout débuts…

NS : On voit que ça commence par être une épicerie-buvette !

BH : A travers tous ces documents, quel est le genre d’établissement qui apparaît ?

NS : On voit que c’était un lieu très important à l’époque. Il était bien connu dans le milieu du spectacle, il a eu pas mal d’articles dans la presse. Mais il n’était pas facile à situer, car il avait une double programmation, à la fois théâtrale et musicale. Il a joué un rôle important parce qu’il a contribué à faire connaître beaucoup d’artistes, qui aujourd’hui sont très connus même si on ne sait pas qu’ils sont passés par la Vieille Grille. Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Rufus, ce sont les plus connus, Zouk aussi, qui a commencé en France à la Vieille Grille et qui a eu un succès énorme tout de suite après… Il y avait une grosse programmation jazz, une programmation de chansonniers et chansonnières aussi, comme dans les cabarets, et aussi des musiques du monde, et même de la musique baroque.

BH : C’est assez incroyable d’ailleurs, parce qu’on n’attendrait jamais de la musique baroque dans l’univers du café-théâtre…

NS : C’est beaucoup dû au directeur, qui était curieux de tout, notamment en matière musicale, il a même fait passer le groupe Gong, qui faisait une musique assez expérimentale… Alezra connaissait beaucoup de gens dans le monde du spectacle et de la musique. Il a eu à une époque le projet de rouvrir le Concert Mayol, qui n’a pas abouti. Il a demandé à des gens assez connus de signer, de devenir membres de l’association pour la réouverture du Concert, et beaucoup ont signé.

Prospectus pour un concert baroque en 1984 (BHVP, 4-TFS-020-123)
Prospectus pour la pièce “Maman j’ai peur”, (BHVP, 4-TFS-020-008)
Programme de la Vieille Grille en 1982 (BHVP, 4-TFS-020-914)

BH : Et le lieu lui-même, le Théâtre de la Vieille Grille, il avait quel aspect ?

NS : Il existe toujours, c’est devenu un café-librairie-cave à vins. On voit comment c’était à l’époque du théâtre, parce que les dimensions n’ont pas changé. Ils ne peuvent pas toucher à la façade parce qu’elle est classée, il y a toujours cette vieille grille, qui est restée là. On voit que c’est assez petit, il y a un petit escalier en colimaçon qui monte à l’étage… Il est assez difficile de se représenter où était la scène.

BH : On se demande où ils la mettaient, dans un aussi petit endroit…

NS : La scène ne faisait que 4 mètres sur 3, il le dit dans ses écrits, donc ça reste quelque chose de très petit. Il raconte aussi qu’il a fait l’effort de mettre une mini-régie, il parle de « cintres simplifiés » pour accrocher des décors, et d’un plateau modulable, donc plutôt des praticables qui devaient bouger en fonction de ce qu’on voulait faire. On sait qu’il y a des spectacles où ils ont joué dans la salle, sur le bar, ils ont exploité tout. Et ensuite il y a la cave, pour laquelle on a beaucoup plus de photos. Elle était coupée en deux avec une partie qui servait de coulisses pour les artistes et une partie où ils jouaient et où le public se tenait. C’est une cave voûtée qui est très jolie mais qui devait être assez peu pratique.

Photographie de la cave de la Vieille Grille par Maurice Alezra (BHVP, 8-TEP-020-062)

BH : Qu’est-ce qu’ils donnaient dans cette cave ?

NS : La cave c’était pour la programmation musicale. Les spectacles c’était en haut. En bas à la cave ils ont eu des problèmes, comme tous les cafés-théâtres d’ailleurs, pour des questions de sécurité, d’évacuation. Il y a des photos de Toto Bissainthe qui chante des chants haïtiens dans la cave, mais on n’a pas de photos du rez-de-chaussée de la Vieille Grille où on verrait vraiment la scène, sauf pour le spectacle de 1962, où la scène a l’air d’être tout au fond, avec le bar sur le côté.

BH : Donc il faut imaginer un endroit où les gens sont assis, consomment, et quelqu’un se produit sur scène et il faut que cette personne attire l’attention du public ?

NS : Je pense qu’ils ne servaient pas de consommations pendant les spectacles. Maurice Alezra trouvait très important que les spectateurs ne soient pas tous en rangs d’oignons face à la scène, mais qu’ils soient dans une disposition de type bistrot pour regarder le spectacle, ce qui fait qu’ils pouvaient aussi se regarder entre eux, échanger des petits signes, et pour lui c’est ça qui amenait une plus grande compréhension du spectacle. Ça se passe avant tout dans la salle, c’est la communication entre les spectateurs, et quelque chose nous fait rire, nous fait réfléchir, on fait signe à son voisin, on regarde la réaction des gens dans la salle, et après on en parle. C’est presque brechtien dans le sens où Alezra a envie que le spectateur soit actif et réfléchisse à ce qu’il voit, et dans cette perspective le lieu joue un rôle primordial, parce qu’une disposition « bistrot » amène naturellement le spectateur à regarder aussi son voisin et à échanger sur le spectacle avec lui.

Autoportrait de Maurice Alezra (BHVP, 8-TEP-020-063)

BH : Quel était le parcours de Maurice Alezra ?

NS : Il a fait plein de trucs, il a fait des études pour être couturier, il a joué dans quelques pièces, et puis il était fasciné par les cabarets, et il trouvait ça formidable justement parce que ça alliait le côté bistrot et le côté artistique. Il a ouvert un cabaret en 1956, donc 5 ans avant la Vieille Grille, avec sa compagne de l’époque. Finalement ils se sont séparés, il est assez pudique là-dessus mais on comprend que c’est pour ça qu’il est parti ouvrir un établissement ailleurs, et il a racheté cette épicerie-buvette. Pendant un an ça a tourné en tant que bistrot pour écouler le fonds de commerce, on voit d’ailleurs des photos avec Maurice Alezra à son bar à l’époque où la Vieille Grille ne donne pas encore de spectacles.

BH : Maurice Alezra n’était pas du tout élitiste, il voulait au contraire s’adresser au plus de gens possible.

NS : Oui, et c’est aussi pour ça que la convivialité est aussi importante pour lui, et il veut aussi éloigner à tout prix ce qui fait le rituel du théâtre au sens bourgeois du terme, où on s’habille de manière élégante, où on ne se parle pas trop, on joue un peu un rôle, et il dit « Je ne veux plus qu’on aille au théâtre par devoir, regarder quelque chose qui nous ennuie mais qui est connu et reconnu. » Et d’ailleurs la première pièce qu’il présente c’est une pièce à sketchs, un peu fouillis mais très conviviale, avec des chansons, des projections de dessins…

BH : Et il tient ça une vingtaine, une trentaine d’années ?

NS : Le premier spectacle c’est 1962. Après il y a des hauts et des bas parce que la Vieille Grille a été en gérance deux ou trois fois, mais pas pour des raisons financières, c’est vraiment pour des raisons de santé, même si on ne sait pas ce qu’il a eu. Mais à chaque fois il revient quelque temps plus tard, il reprend le théâtre. Déjà à partir des années 80 en général les cafés-théâtres sont en difficulté, en partie à cause d’un changement de statut. Lui, Alezra, a toujours été dans les règles, il a toujours payé ses comédiens, il ne faisait pas du tout passer le chapeau, ils avaient des cachets avec de vrais contrats, on retrouve les contrats d’ailleurs dans le fonds.

Licence temporaire d’entreprenariat de spectacles accordée en 1968 par le Ministère des affaires culturelles à Maurice Alezra (BHVP, 4-TFS-020-686)

BH : Dès le début ?

NS : Dès le début, oui, et dès l’ouverture il a demandé une licence pour donner des spectacles et des concerts dans son établissement, à la différence de beaucoup de ses confrères qui ont simplement investi les lieux, l’administration n’étant pas trop regardante. Sauf qu’en 1978 le Groupement des Institutions Sociales du Spectacle (GRISS) dit que maintenant que les cafés-théâtres sont reconnus et ont du succès, ils devraient payer normalement leurs comédiens (ce qui se défend) mais aussi faire attention aux normes de sécurité, alors qu’il y en a qui sont de simples caves avec un tout petit escalier, sans système anti-fumée ou alors approximatif. Plusieurs établissements doivent fermer à cause de cette démarche du GRISS, mais de toute façon le mouvement s’essouffle parce que le café-théâtre devient un peu une mode, il y en a beaucoup qui ne privilégient pas la qualité et qui deviennent juste des petits théâtres privés. Alezra, lui, essaie de résister à cette tendance, et c’est aussi ça qui fait qu’il est de plus en plus en difficulté.

BH : Il tient jusqu’à quand, finalement ?

NS : Il passe vraiment la main en 1999, et on voit le changement d’orientation en 2000, où pendant un moment il y a des gens qui font des sortes de cafés-sciences à la Vieille Grille.

BH : Ça c’est une période de transition.

NS : Oui, parce que ça ne marche pas, apparemment, et après c’est repris par une troupe qui s’était produite plusieurs fois à la Vieille Grille, qui est le Théâtre à Bretelles. Là ça va continuer, non sans difficultés, avec beaucoup d’éclectisme parce que le Théâtre à Bretelles (qui est le duo Anne Quesemand – Laurent Berman) donne un peu de tout, des pièces, des musiques du monde, des chants yiddish car ils sont très attachés à la culture juive, comme l’était d’ailleurs Alezra.

BH : Cette troupe, ils font beaucoup de spectacles pour enfants ?

NS : Oui, et même s’ils ne se définissent pas comme ça, ils sont assez affiliés au théâtre d’objets, il y a des petites maquettes, des petites constructions. A la fin des années 2000, il y a de plus en plus de tracts, qui devaient être distribués au public ou affichés, qui disent en fait « Aidez-nous ». Et on constate que le prix d’entrée augmente de plus en plus, ce qui montre qu’ils ont de plus en plus de mal à amortir le coût des spectacles. Et ça s’arrête en 2018, ça ferme, d’autant qu’en 2019 Anne Quesemand décède, si bien que le lieu est revendu et devient cette librairie-café.

BH : On se dit quand même que c’est un peu miraculeux d’avoir tenu presque 40 ans avec tellement de difficultés, des hauts et des bas tout le temps…

NS : On voit que Maurice Alezra se bat avec l’administration tout le temps, il envoie des lettres partout… Je n’arrive pas encore à comprendre comment il a eu toute cette énergie et tout ce temps (peut-être parce qu’il dormait très peu) pour, en plus de la Vieille Grille, mener ce projet fou de rouvrir le Concert Mayol, faire des tournées en Amérique, établir une Maison de la Culture en Amérique pour promouvoir la culture française… Ce projet de faire des spectacles sur des bateaux de croisière aussi. Et en même temps demander sans cesse des subventions.

BH : Qu’il obtient, d’ailleurs.

NS : Qu’il obtient. Le temps aussi de défendre ses artistes, pour lesquels il était un peu impresario, il allait voir la SACEM, la SACD… Au départ c’était assez compliqué, surtout pour les one man/woman shows parce que c’était nouveau, la SACEM et la SACD se tiraient dans les pattes pour savoir qui devait gérer les droits de ces spectacles qui n’étaient pas considérés comme des pièces de théâtre, et on ne peut pas dire non plus que c’était des numéros de chant. La Vieille Grille a eu une impressionnante longévité par rapport à d’autres cafés-théâtres, peut-être en partie à cause de son éclectisme.

Le théâtre de la Vieille-Grille dans l’histoire des cafés-théâtre

BH : Le traitement de ce fonds a donné lieu à un mémoire de M2. Est-ce que tu as pris des notes au fur et à mesure de ton travail ?

NS : Moi-même au départ je ne savais pas comment faire vu que c’était assez énorme, je ne savais pas quel genre de plan adopter. Finalement j’ai résolu de faire juste un plan chronologique parce que c’était le plus intéressant et aussi parce que j’ai fait l’histoire de la Vieille Grille mais en la replaçant quand même dans l’histoire du café-théâtre. Avec un plan chronologique, on retrouve les grandes périodes. Il y a les années 70, là où un procès est fait à plusieurs cafés-théâtres, les années 80 où les cafés-théâtres perdent le procès qu’ils avaient gagné en première instance, et leur déclin progressif, le fait qu’il y a beaucoup de cafés-théâtres qui ferment dans les années 90 ou qui se transforment en théâtres privés, qui n’ont plus du tout le même statut.

BH : Avant de t’occuper du fonds tu t’étais renseignée sur l’histoire du café-théâtre. Mais à l’époque, où est-ce que tu trouvais tes sources ?

NS : Il y a un petit Que sais-je sur le café-théâtre qui dit des choses intéressantes mais qui ne cite pas du tout ses sources. Ça aide tout de même pour avoir une histoire un peu globale. Il y a aussi des livres, mais qui sont plutôt des répertoires des principaux cafés-théâtres avec quelques photos. A la Bnf on trouve des recueils d’articles de presse. Il existe un livre-témoin sur le Café de la Gare, mais il n’y a pas de travail universitaire sur le café-théâtre, pas de thèse, pas d’articles, sauf un article de colloque sur le Café de la Gare, qui est assez tâtonnant parce qu’il dit lui-même qu’il y a très peu de sources. En fait, il y a des documents, mais surtout dans des archives privées.

Synopsis du projet d’histoire des cafés-théâtres par Maurice Alezra (BHVP, 4-TFS-020-964)

Il y aussi quelques mémoires dont celles de Bernard Da Costa qui a ouvert un café-théâtre en 1966. C’est assez intéressant parce que c’est un livre [Histoire du café-théâtre, éd. Buchet-Chastel] qui donne beaucoup d’informations, surtout sur son café-théâtre à lui, et dans les rares pages où il évoque la Vieille Grille, il dénigre beaucoup Maurice Alezra en disant qu’il n’avait aucune vision artistique. Je me suis même demandé s’il n’avait pas écrit ce livre pour dire « C’est moi qui ai inventé le café-théâtre » alors que dès 1962 il y avait marqué « café-théâtre » dans la Vieille Grille.

BH : Ça a un peu marché, apparemment.

NS : Ça a marché ! Da Costa a complètement occulté Alezra, et même dans les interviews des années 70 de la troupe du Splendid, par exemple, quand on leur demande d’où vient le café-théâtre, ils répondent « Je crois que ça vient de Bernard Da Costa ».

BH : Il a manqué quelque part un livre de Maurice Alezra pour…

NS : Oui, un livre qu’il était en train d’écrire mais qu’il n’a jamais fini.

BH : Dans le fonds que tu as traité, il y a un morceau de ce qu’aurait pu être ce livre…

NS : Il a essayé de l’écrire, avec une autre personne qui malheureusement n’est jamais nommée. Il ébauche une histoire du café-théâtre où lui, pour le coup, n’a aucun mal à admettre qu’il est l’héritier d’une tradition de cabaret, de café-concert, de music-hall… Il a été complètement occulté, et c’est fou parce que son établissement a duré des dizaines d’années alors que Bernard Da Costa, le café-théâtre qu’il a ouvert (même si par la suite il a été dans d’autres) ça a duré trois mois, et pourtant c’est lui qui est reconnu comme ayant fondé le premier café-théâtre, ce qui est factuellement faux.

Menu de la Vieille Grille (BHVP, 8-TFS-020-097)

BH : L’impression que j’ai au sujet de la Vieille Grille par rapport aux autres cafés-théâtres, c’est que c’est celui qui était resté le plus « café ». Je ne me rends pas compte si au Café de la Gare il y avait aussi des gens attablés qui consommaient.

NS : Au Café de la Gare non, ils ont un peu détourné la notion de café pour des raisons administratives, pour être catégorisés comme établissement de consommation et pas de spectacle, parce que sinon c’était plus compliqué. Eux ils distribuaient de la soupe à l’entracte ou à la fin du spectacle, et un gobelet de vin, mais c’était pour la forme. Il n’y avait pas du tout de tables où manger, c’était des gradins. Pareil le Splendid, quand ils ont ouvert ils distribuaient un peu tout et n’importe quoi pour dire que c’était un café-théâtre, ça pouvait être des bonbons, des glaces, des biscuits, mais ce n’était pas du tout un café ou un bistrot. Et d’ailleurs au fil des années les cafés-théâtres ont été de plus en plus théâtres et de moins en moins cafés.

BH : Je suppose que l’appellation café-théâtre recouvrait des réalités différentes ?

NS : Au départ il y avait en gros trois types de cafés-théâtres. D’abord ceux qui étaient juste des tout petits théâtres, ensuite ceux qui étaient des bistrots investis par du théâtre, c’est par exemple Bernard Da Costa qui a demandé à un patron de café « Est-ce que je peux jouer chez vous ? », et le troisième type, plus hybride, comme la Vieille Grille, qui est dès le départ un lieu où on peut à la fois boire, manger, et regarder un spectacle.

BH : Et cette tradition-là, elle a un peu disparu, est-ce qu’il en reste quelque chose ?

NS : Aujourd’hui ce qu’on appelle cafés-théâtres et comedy clubs, c’est là où il y a du one-man show, du stand-up. On ne mange pas forcément dans la salle, dans les petits oui (même si en général il y a une pause, on ne commande pas au bar pendant que quelqu’un se produit sur scène), et dans ceux qui sont un peu plus grands il y a une salle en haut ou une arrière-salle, on y mange et après on va voir le spectacle. Ce sont les nouveaux cafés-théâtres qui sont comme ça, mais on n’y donne plus de pièces de théâtre, ce sont uniquement des seuls en scène. Je sais que quand je parle à des gens de mon âge de café-théâtre, ils entendent uniquement les cafés-théâtres de maintenant, à savoir là où on peut faire du stand-up, avec la possibilité de consommer.

BH : Quand quelqu’un voudra s’attaquer à une histoire plus fouillée du café-théâtre, comment est-ce qu’il faudra qu’il fasse ?

NS : Il faut commencer par recueillir les témoignages, ce qui n’est pas évident parce qu’il y a des témoins qui sont complètement tombés dans l’oubli, ou ceux qui ne sont pas tombés dans l’oubli sont difficiles à contacter justement parce qu’ils sont trop connus. Certains sont morts, comme Romain Bouteille en 2020, je me suis dit « Zut, j’ai loupé quelque chose parce qu’il aurait eu beaucoup de choses à dire », mais il y a encore beaucoup de paroles à recueillir, et il y a aussi ce qu’ont gardé les gens, des photos, de la documentation personnelle, donc c’est surtout du côté des archives privées qu’il faut aller voir.

BH : Et justement, ton stage t’a également ouvert des perspectives sur la consultation des archives.

NS : Oui, ce stage et aussi le fait d’être entrée en master Archives qui est assez peu connu et où assez peu d’étudiants veulent aller et c’est dommage (on était deux l’année dernière). Déjà c’est assez impressionnant de se dire « Je vais consulter des archives », et moi-même je m’imaginais la consultation d’archives comme quelque chose de très compliqué où on t’emmène dans une petite salle, tu dois signer plein de papiers et on te surveille. En fait c’est très facile de consulter des archives, très facile de se faire faire une carte des bibliothèques de la Ville de Paris, c’est gratuit, ça prend une minute, et après on va sur le catalogue en ligne, on repère les documents qu’on veut consulter, on les demande, on nous les apporte, parfois on nous donne des gants pour les photos non protégées… C’est ouvert à tout le monde, et ça on ne le sait pas assez, je l’ai vraiment découvert dans mes cours sur les archives. Sinon je ne savais pas du tout que ça se passait comme ça. Il y a des gens que j’ai croisés à la Bibliothèque historique qui ne savaient même pas qu’elle propose des archives, que ce n’est pas seulement une bibliothèque.

BH : Et en plus, les archives sont maintenant présentes sur le catalogue en ligne.

NS : Oui, on peut donc savoir ce qu’il y a, c’est assez bien fait, bien répertorié, avec toutes les cotes… Il faut le dire aux gens !


L’inventaire complet du fonds du théâtre de la Vieille Grille, réalisé par Noor Sellier, est à retrouver sur le catalogue des Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris.



Citer ce billet
fdelabretoigne (2023, 23 novembre). Le théâtre de la Vieille Grille. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxg5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search