Les collections imprimées

“Sigillum Iulii Cousin”, ex-libris de Jules Cousin représentant un cousin (insecte).

Les collections imprimées de la Bibliothèque historique trouvent leur origine dans la collection personnelle de Jules Cousin, premier directeur de la bibliothèque en 1871. Antérieurement existait une bibliothèque de la Ville de Paris, logée dans l’Hôtel de Ville, qui fut détruite dans l’incendie du bâtiment pendant la Commune en mai 1871. Jules Cousin, bibliothécaire de la Ville depuis le 18 septembre 1870, rédige alors à l’intention du préfet une « Note sur la destruction de la bibliothèque et les premières mesures à prendre pour la reconstituer ».

Il propose de remplacer la bibliothèque détruite en créant deux entités distinctes, une bibliothèque administrative, de service, non publique, annexée à l’Hôtel de Ville et une bibliothèque publique entièrement consacrée à l’histoire de Paris. Pour démarrer cette dernière, il offre comme premier fonds sa propre collection d’imprimés et d’estampes concernant Paris et son histoire. Précisément, Jules Cousin a donné 4 051 titres soit 5 473 volumes qui portent tous le tampon « Don de Mr. Jules Cousin » et dont certains portent en plus son ex-libris. Le premier registre de la bibliothèque détaille l’apport personnel de Jules Cousin divisé en trois parties : Histoire de Paris – Bibliographie générale – Livres ajoutés depuis la donation générale.

Constitution des collections

De 1871 à 1914, sous l’autorité de Jules Cousin d’abord puis de Marcel Poëte, les collections imprimées connaissent un accroissement considérable.

Jules Cousin met en place une politique d’acquisitions active grâce à des crédits importants alloués par le Conseil municipal. Dès le mois de septembre 1871, les premières acquisitions sont renseignées dans le registre d’entrée. Le 14 mai 1872, le premier registre est ainsi complet avec l’inscription de 5 400 volumes.

Jules Cousin n’hésite pas parfois à acheter sur ses propres deniers et continue à offrir ponctuellement des ouvrages. La troisième partie du registre de la donation Cousin est ainsi complétée jusqu’en 1879.

Jules Cousin suscite également de nombreux dons et legs. En 1881, il attire le don du comte Alfred de Liesville. Plusieurs milliers de livres, brochures et journaux concernant principalement la Révolution française et dans une moindre mesure les révolutions de 1848 et 1870 rejoignent les collections imprimées. A l’image de celui de Jules Cousin, ce don peut être considéré comme un autre don fondateur de la bibliothèque en participant considérablement à l’accroissement numérique des collections et en faisant alors de l’histoire de la Révolution française une spécialité secondaire de la bibliothèque après celle de l’histoire de Paris.

Les collections imprimées bénéficient également d’un contexte propice de production éditoriale sur Paris, son histoire et son historiographie, lié à l’émergence d’associations d’érudits et de sociétés savantes. En 1874, Jules Cousin promeut la fondation de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France et contribue activement à son Bulletin par des articles variés sur des lieux, des personnalités ou des documents parisiens. Jusqu’au début du 20e siècle, ce sont environ une douzaine de sociétés locales d’histoire de Paris qui voient également le jour. Elles publient chaque année de copieux bulletins qui viennent enrichir les collections imprimées de la bibliothèque.

Jules Cousin procède au premier classement de cette collection d’imprimés : il élabore un catalogue réparti en 12 chapitres subdivisés en 160 séries embrassant l’histoire de Paris dans toutes ses branches. Lorsque Jules Cousin quitte ses fonctions en 1892, la bibliothèque compte alors 100 000 volumes.

En 1897, la Ville achète la collection Nadar consacrée à l’aérostation et l’histoire de l’aéronautique qui vient compléter de façon originale les collections imprimées. Cette collection, en effet, ne documente pas seulement l’aventure de son ballon Le Géant , parisienne à ses débuts, ou l’expérience des aérostiers durant le Siège de Paris mais embrasse de façon large l’histoire de la navigation et des voyages dans les airs.

En 1908, Alphonse Ochs (1851-1932), diamantaire parisien de confession juive et dreyfusard, donne à la Bibliothèque historique son importante collection sur l’affaire Dreyfus constituée à partir de 1898 (année de la médiatisation de l’Affaire avec la parution du fameux « J’accuse » de Zola dans la revue L’Aurore) en rassemblant tout ce qui paraissait dans le monde entier sur Dreyfus. A côté de manuscrits et de plusieurs milliers de cartes postales, 2 000 livres et 250 volumes de coupures de presse composent cet ensemble documentaire.

A la suite de l’œuvre fondatrice de Jules Cousin, la direction de Marcel Poëte (1903-1930), comme en témoigne son Rapport sur la réorganisation de la Bibliothèque et du Service des travaux historiques en 1906, donne une impulsion nouvelle à la bibliothèque et à ses collections. M. Poëte met l’accent sur une collecte dont la part rétrospective, déjà largement acquise, n’est plus majoritaire, réunissant tous les matériaux pour servir à l’histoire du Paris présent créant un service des Actualités et œuvre pour faire de la Bibliothèque historique un véritable centre d’études parisiennes. Historien, fondateur en France de l’histoire de l’urbanisme, responsable d’un cours public sur l’histoire de Paris puis titulaire, à partir de 1914, d’une chaire d’histoire de Paris à l’École Pratique des Hautes Études, il renomme, en 1917, la Bibliothèque historique en Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines de la Ville de Paris. Les ouvrages et revues collectés concernent alors tout à la fois Paris, son évolution passée et présente, et l’étude des villes et des phénomènes urbains en général. De très nombreux titres, souvent issus de presses municipales, françaises et étrangères, entrent pendant cette période, surtout par voie d’appel aux dons et par échanges. Cette orientation élargie est abandonnée après le départ de Marcel Poëte et, en 1941, la Bibliothèque redevient Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Durant l’Entre-deux-guerres, la politique d’achats est moins active du fait de crédits municipaux moins importants. Les dons ou legs de collectionneurs, amateurs d’histoire, membres de sociétés savantes, amis de la bibliothèque se poursuivent et enrichissent régulièrement de façon ponctuelle ou continue les collections, comme par exemple celui de l’éditeur Georges Decaux (1845-1914), comprenant plus de 3 000 ouvrages. Le versement de papiers d’archives d’historiens s’accompagne parfois d’importantes bibliothèques. En 1931, les archives et la bibliothèque de l’historien du travail Georges Renard (1847-1930) viennent compléter les collections. En 1949, le legs de Paul Jarry (1879-1949), membre de la Commission du Vieux-Paris et de la société Le Vieux Montmartre, fait entrer une importante bibliothèque assez encyclopédique contenant notamment des ouvrages et revues sur Montmartre et ses environs.

En 1946, un legs important, celui de la collection d’ouvrages, périodiques, brochures, dossiers de presse, archives et manuscrits rassemblée par la féministe Marie-Louise Bouglé (1883-1936), remis par son mari André Mariani, vient enrichir la bibliothèque. Environ 5000 ouvrages et 336 titres de périodiques, certains très rares, quelques-uns en langues étrangères, ouvrent les collections imprimées à l’histoire des femmes et du féminisme.

A partir de 1969, suite à l’installation de la bibliothèque dans l’Hôtel Lamoignon, une politique d’acquisitions intensive reprend. Elle se caractérise plus par la collecte d’études historiques sur Paris et sa région que par celle de sources (qui avait pleinement occupé Jules Cousin et Marcel Poëte).

Dans la lignée des prédécesseurs, l’idée est encore de former un ensemble documentaire complet et autonome sans tenir compte de ressources extérieures d’où l’achat de monographies d’histoire générale, d’histoire de l’art dépassant le fait parisien, d’instruments généraux de recherche historique, d’outils bibliographiques historiques larges et d’abonnements à de la presse scientifique et généraliste pas uniquement spécialisée sur Paris.

De plus, les dimensions théâtrale et littéraire de la bibliothèque se renforcent, suite au don de l’ART en 1969 et à l’achat de deux prestigieuses bibliothèques littéraires (celle de Guillaume Apollinaire en 1990 et celle de Jean Cocteau à partir de 1996), et orientent les acquisitions vers des ouvrages, revues et journaux ayant trait aux arts du spectacle, aux mouvements littéraires et artistiques du 20e siècle.

Des collections pour faire l’histoire de Paris et sa région

D. Michel Félibien, Histoire de la Ville de Paris…, Paris, 1725.
Gilles Corrozet, La Fleur des antiquitez, singularités et excellences de la noble et triumphante ville et cité de Paris…, Paris, 1555.

La collection d’imprimés est d’envergure encyclopédique pour tout ce qui traite du Paris passé, majoritairement de la fin du 18e siècle au début du 20e siècle, avec des périodes particulièrement riches : la Révolution française, les révolutions du 19esiècle, le Siège de Paris et la Commune.

Toute la production éditoriale produite depuis le 16e siècle et allant jusqu’aux études historiques les plus récentes documentent l’histoire de Paris dans toutes ses dimensions, de l’histoire topographique à l’histoire politique, religieuse, économique, sociale et culturelle.

Les sources imprimées témoignent de la vie parisienne dans tous ses aspects quotidiens, à la fois individuels et collectifs, de la culture, du divertissement à la circulation et aux transports en passant par la famille, le logement, la santé, la mode, l’alimentation, la gastronomie, les métiers et les commerces, l’action politique et citoyenne, le travail, l’école, les prisons…

Les différentes facettes de cette collection sur l’histoire de Paris et sa région se composent de :

  • factums, actes royaux, libelles, pamphlets avec notamment un fonds de plus de 3 000 mazarinades, une collection de 22 700 actes administratifs de l’Ancien Régime, regroupés en 218 volumes classés chronologiquement, constituée par Charles Ycart (1675-1740), avocat au Parlement, et deux ensembles de publications et de pièces considérables sur le jansénisme et sur les Jésuites et leur interdiction en 1762 ;
  • histoires et dictionnaires de Paris, de la Fleur des Antiquitez de Paris de Gilles Corrozet ou l’Histoire de la Ville de Paris composée par D. Michel Félibien à la collection Nouvelle histoire de Paris (1970-2003) ;
  • armoriaux et généalogies ;
  • biographies, correspondances et mémoires ;
  • traités d’architecture, recueils de modèles, monographies d’édifices, de quartiers, de rues, d’architectes, d’équipements ;
  • guides spécialisés ou à destination des touristes en français ou en langues étrangères, récits de voyageurs étrangers ou provinciaux à Paris ;
  • livres de photographies de 1859 à nos jours ;
  • œuvres d’écrivains majeurs et mineurs ;
  • partitions musicales et textes de chansons ;
  • catalogues raisonnés d’artistes ;
  • 3 500 catalogues de vente aux enchères de livres provenant essentiellement de la collection du baron Jérôme Pichon (environ 120 catalogues) et de celle d’Edgar Mareuse (2707 catalogues) ;
  • catalogues d’exposition et en particulier les expositions universelles de 1855, 1878, 1889, 1900, 1937, l’exposition des arts décoratifs de 1925, l’exposition coloniale en 1931.

A cela répondent d’importantes collections de périodiques allant du simple numéro isolé à la longue série de numéros en fascicules ou reliés en plusieurs volumes.

Des nombreux bulletins d’unions et syndicats professionnels aux revues de mode (La coiffure parisienne illustrée), musicales (Ce que Paris chante), gastronomiques (Les Bouchons : chroniques halliennes), sur les transports (Revue des transports parisiens et de la banlieue) …., la variété des titres (parfois rares) est à l’image de la diversité des aspects abordés de la vie parisienne.

Histoire locale et histoire nationale s’y confondent souvent. Le Mercure françois, considéré comme la première revue française, La Gazette de Théophraste Renaudot, premier journal français, et Le Journal de Paris, premier quotidien français, sont présents dans les collections. La Bibliothèque historique est particulièrement riche en journaux de la Révolution française, en journaux politiques de 1848, de 1870 et de la Commune (dont certains naissent et meurent durant ces périodes agitées) ainsi qu’en nombreux titres de la presse satirique illustrée du 19e siècle (La cravache parisienne (Paris. 1876), La vache enragée journal intermittent ...). Elle conserve par ailleurs d’émouvants témoignages à travers sa collection de journaux de tranchées de la Première Guerre mondiale.

De très nombreux titres documentent et témoignent de l’histoire très locale, celle d’un territoire (Paris-Passy, La Revue de l’Est), d’un quartier (Mon quartier : Bel-Air, Bercy, Picpus, Quinze vingtsMontmartre illustré), d’un arrondissement (L’informateur du XIVe, Parisiens du 10e), d’un boulevard (L’Echo du Boul’ Mich’), de communautés spécifiques (L’Auvergnat de Paris, Le journal des Lorrains de Paris). La Bibliothèque conserve un ensemble de plus de  300 titres différents de bulletins paroissiaux (comprenant près de 15 000 fascicules) de Paris et de la région parisienne, couvrant les années 1900 à 1940.

Almanachs et annuaires sont également une composante importante des collections : almanachs royaux, littéraires, politiques, satiriques …, annuaires concernant des professions spécifiques (bouchers, boulangers), de clubs, de cercles, d’écoles …, une collection assez fournie pour Paris d’annuaires Didot-Bottin (Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration 1857-1908, Annuaire du commerce Didot-Bottin 1909-) riches en informations biographiques, topographiques et commerciales.

Les collections de périodiques comportent enfin de nombreuses revues d’histoire plus ou moins spécialisées et notamment les publications des sociétés savantes parisiennes et franciliennes du 19e siècle à nos jours.

Des collections théâtrales

Dès sa fondation, la Bibliothèque, dans sa collecte de tout témoignage sur quelque aspect que ce soit de la vie parisienne, s’intéresse au spectacle et acquiert textes dramatiques et ouvrages sur le théâtre. Marcel Poëte crée un service qui fait entrer de manière systématique les œuvres théâtrales représentées à Paris et ayant été éditées à Paris.

La Bibliothèque conserve notamment :

  • deux importants recueils de théâtre et de ballet des collèges de Paris et de province aux 17e et 18e siècles, des collections Orléans et Lefèvre de Caumartin ;
  • le répertoire dramatique de Louis Péricaud (1835-1909), représentant 267 volumes de productions parisiennes du 19e siècle ;
  • celui d’un certain Clément Borie, relié en 460 recueils et classé par théâtre de Paris entre 1850 et 1904 ;
  • le « recueil dramatique » d’Edgar Mareuse (1848-1926), entré par legs en 1927, comprenant plus de 6000 pièces classées dans l’ordre chronologique.

Cette spécialité se précise en 1969 quand l’Association de la Régie Théâtrale (ART) donne à la Ville l’ensemble de sa bibliothèque. Nombreux textes de pièces et partitions musicales, livres et journaux sur le théâtre en général, sur les théâtres parisiens ainsi que des ouvrages documentant les spectacles montés par les membres de l’ART rejoignent ainsi les collections de la Bibliothèque historique. A la suite de ce don, les collections imprimées s’enrichissent également d’ouvrages arrivés avec des fonds d’archives provenant d’une personnalité (José de Bérys, Jean Piat …), d’un théâtre ou d’une association culturelle.

Des collections littéraires

Au-delà de la littérature ancienne collectée comme un des aspects de la vie parisienne, la dimension littéraire de la bibliothèque se développe progressivement tout au long du 20esiècle tout d’abord par l’arrivée de certains manuscrits, comme ceux de Flaubert, et d’archives littéraires.

Du coté des imprimés, on peut évoquer le dépôt par le Musée Galliera de son fonds Anatole France en 1947 puis la donation Aurore Sand en 1953. Mais ce sont les achats en 1990 de la bibliothèque de Guillaume Apollinaire et celle de Jean Cocteau en 1996 qui consacrent la Bibliothèque historique comme une des grandes bibliothèques littéraires françaises.

Ces deux grands ensembles attirent à leur suite les dons de spécialistes de la littérature, en 1997, la collection rassemblée par Pierre-Marcel Adéma (1912-2000), en 2000, les papiers et la bibliothèque de Claude Pichois (1925-2004), en 2004, la bibliothèque de travail de Michel Décaudin (1919-2004).

Divers autres dons, legs et achats enrichissent les collections imprimées d’autres bibliothèques littéraires. Entrent ainsi :

  • En 1989, par achat, une collection de 450 ouvrages consacrés à François Villon réunis par son bibliographe Rudolf Sturm ;
  • en 1991, la bibliothèque de Louis Guillaume (1907-1991) par legs de sa compagne ;
  • en 1992, par don de sa petite-fille, 94 livres de Renée Vivien (1877-1909) tous reliés de maroquin violet par Louis Lazare Creuzevault ;
Reliures de maroquin violet du don Renée Vivien.

Le département des Imprimés

Les collections d’imprimés sont aujourd’hui estimées à environ 300 000 ouvrages et 6 500 titres de périodiques dont 208 abonnements courants.

3 000 ouvrages dits usuels, (monographies générales sur Paris, dictionnaires, bibliographies, bulletins des sociétés d’arrondissements) sont en libre accès dans la salle de lecture.

Le fonds de prêt de la Bibliothèque historique

Depuis 2017, la bibliothèque propose, au prêt à domicile et en libre consultation dans les espaces d’accueil, environ 1000 ouvrages (livres et revues) du 17e siècle à 1960 issus de collections de doubles.

Les collections d’imprimés sont référencées dans le catalogue des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Les périodiques sont de plus en cours de signalement dans le SUDOC (près de la moitié des titres y est déjà présente).

Depuis 2008, la politique documentaire de la Bibliothèque historique s’est recentrée sur les principales thématiques qui font sa spécificité : histoire de Paris et de l’Ile-de-France, les spectacles à Paris et la vie littéraire parisienne fin 19e-20e siècle en lien avec les fonds conservés ainsi que la photographie et les photographes parisiens en écho aux très riches collections photographiques que la Bibliothèque possède.

La politique d’acquisitions de la Bibliothèque historique est définie de façon concertée avec celles de la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville et la Bibliothèque Forney, deux autres bibliothèques du réseau des bibliothèques spécialisées et patrimoniales de la Ville de Paris, avec lesquelles elle partage sur certaines périodes et certains aspects de l’histoire parisienne des collections complémentaires.

Différentes campagnes de numérisation sont régulièrement menées pour mettre en valeur ces collections imprimées : les Journaux de tranchées lors du centenaire de la Guerre de 1914-1918, en cours les annuaires commerciaux Didot-Bottin pour Paris et les bulletins des sociétés historiques d’arrondissement, en 2019 la presse locale montmartroise de la fin du 19e siècle, en 2021 plusieurs titres de journaux nés durant la Commune.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search