Les dernières transformations de l’hôtel d’Angoulême-Lamoignon

L’amputation progressive de l’hôtel (1774-1834)

Après la vente par les Lamoignon de leur hôtel en 1774, celui-ci passe entre les mains de différents propriétaires successifs de la fin du 18e siècle et du 19e siècle. Comme les Lamoignon, ces nouveaux propriétaires n’y résident pas mais le mettent en location. Le premier à prendre possession des lieux est Claude Le Boursier de 1774 à 1795 : ce dernier n’apporte pas de modifications considérables au bâtiment mais se contente de faire construire un petit immeuble dans le jardin afin d’augmenter la rentabilité du lot. Toujours en quête de profit, il revend également une partie de la cour basse de l’hôtel en 1786 : l’État cherche alors à agrandir l’emprise de la prison de la Force, voisine, qui vient d’ouvrir en 1783 en remplacement de la prison Saint-Martin. La prison sera active jusqu’à sa destruction en 1845 : aujourd’hui, la seule trace de l’établissement dans le paysage est le pignon adossé aux murs de la Bibliothèque historique.

Plan de Verniquet, 1791 : l’hôtel d’Angoulême-Lamoignon n’est pas figuré sur le relevé mais est mitoyen de la prison de la Force, à l’angle de la rue Pavée et de la rue des Francs-Bourgeois.
Photographie des années 1950 montrant le dernier pan de mur subsistant de l’hôtel de la Force (dossier interne, Bibliothèque historique)

L’hôtel passe ensuite entre les mains de la famille Mainville en 1795. Cet achat donne lieu à une description très précise des lieux :

Une grande cour, basse-cour et puits en icelle, 9 remises et un grand jardin, bâtiment en aile à droite et à gauche de ladite grande cour, corps de logis principal au fond entre ladite cour et le jardin construit en pierre de taille et distribué, savoir un rez-de-chaussée élevé de plusieurs marches en 3 appartements décorés avec étage souterrain où sont les cuisines, offices indépendants et robinet en chaque cuisine, caves au-dessous dont les berceaux sont en pierre de taille, 3 escaliers au premier étage, 4 appartements dont 2 en aile, 3 autres appartements aux 2 étages […].

Cité par Alexandre Gady, Rue des Francs-Bourgeois, p. 81

Un plan cadastral dressé aux alentours de 1830 permet de se rendre compte de l’emprise de l’hôtel d’Angoulême-Lamoignon au début du 19e siècle : on retrouve la forme caractéristique de l’hôtel, qui encercle sa cour principale, ainsi qu’une cour basse supplémentaire, plus petite, qui sert aux communs. Dans le jardin, on distingue toujours un plan d’eau (aussi appelé “canal”), le petit immeuble d’habitation érigé par Le Boursier à la fin du 18e siècle et une tourelle servant de poulailler et de pigeonnier.

Plan cadastral, Archives Nationales, F3185_2

Cette physionomie, relativement inchangée depuis le début du 17e siècle, connaît une modification d’ampleur en 1834. À la mort de Mainville, il est en effet décidé, pour faciliter la passation d’héritage entre ses nombreux enfants, d’amputer l’hôtel d’une partie de son jardin et de détruire l’aile sud. Trois nouveaux lots sont dessinés à l’est du jardin, donnant sur la rue Sainte-Catherine (aujourd’hui rue de Sévigné) et des immeubles y sont construits. À la suite de cette vente, le jardin de l’hôtel (actuel jardin Mark-Ashton) acquiert la forme étroite qu’il arbore toujours.

Le jardin en 2023 (Clément Dorval/Ville de Paris)

Un immeuble d’habitation populaire au 19e siècle

À partir de 1842, l’hôtel passe dans les mains de la famille Pruneau puis de leurs héritiers, les Gaudin. Cette famille est probablement à l’origine d’une modification, aujourd’hui disparue : l’aile Charles de Valois est rhabillée d’une balustrade ainsi que d’un décor central dans un goût néo-classique propre au 19e siècle. Ce décor perdure ensuite jusqu’à la rénovation de l’hôtel d’Angoulême-Lamoignon au milieu du 20e siècle, comme en attestent plusieurs relevés de façade et photographies1.

L’aile Charles de Valois dans la Revue générale de l’architecture et des bâtiments publics, vol. 26, planche 30.
Aile Charles de Valois prise en photo par l’agence Lapi (collection Roger-Viollet)

L’hôtel est dès lors subdivisé en des lots toujours plus petits, qui permettent la location à un grand nombre de personnes. Jusqu’ici loué à des locataires plutôt prestigieux, appartenant aux élites intellectuelles ou artistiques de la capitale, l’origine sociale des occupants se diversifie progressivement. À partir de 1839, apparaissent ainsi les premiers commerçants avec un quincaillier nommé Maincent ou encore un marchand de papier, Prot, et l’année suivante, le serrurier Favaud

Ci-contre : Hôtel Lamoignon. au début du 20e siècle, avec une enseigne de bonnetier à l’encoignure de la rue des Francs-Bourgeois. Collection Roger Viollet.

Cette évolution de l’hôtel Lamoignon s’accélère dans les années 1850, lorsque le rez-de-chaussée de l’aile Charles de Valois est percé afin que les boutiques donnent directement sur la rue des Francs-Bourgeois, ce que déplore Lorédan Larchey, bibliothécaire.

Un des beaux hôtels historiques du Marais, l’hôtel Lamoignon, le digne voisin de l’hôtel Carnavalet, vient de voir son rez-de-chaussée encanaillé par le percement d’une boutique, d’une infâme boutique qui prend effrontément jour sur la rue des Francs-Bourgeois.

Revue anecdotique, 1860, p. 81

L’hôtel Lamoignon devient ainsi un vrai melting-pot social, reflet de son quartier : en 1860, Hippolyte Vannier, professeur de comptabilité, partage les lieux avec Levincent, juge de paix du 7e arrondissement mais aussi Grondard, peintre en bâtiment. Quelques années plus tard, en 1867, c’est au tour d’Alphonse Daudet de s’installer dans l’un des étages de l’hôtel Lamoignon avec sa famille jusqu’en 1874. Ses voisins sont François Verrut, fabricant de bonnet, Bottollier et Chandet, passementiers, Doubledent, droguier et Verdot, tenancier d’une pension d’après l’annuaire Didot-Bottin de 1870.

Ci-contre : lettre à en-tête de Jules Dujardin, représentant l’échauguette (Bibliothèque historique, Département des Ephémères).

Ces différents commerces altèrent considérablement l’aspect extérieur de l’hôtel qui se recouvre d’enseignes et de publicités. Comme le résume H. Bazin en 1904 :

L’hôtel de Diane de France est aujourd’hui partagé entre plusieurs industriels, et sa cour est encombrée d’un matériel de peintre en bâtiments. 

Les monuments de Paris, souvenirs de 20 siècles
L’hôtel Lamoignon au début du 20e siècle (Bibliothèque historique, CPA-3410)
Des échafaudages dans la cour de l’hôtel Lamoignon au début du 20e siècle (Bibliothèque historique, CPA-3410)

Restaurer une ruine

Ces multiples aménagements et usages du bâtiment accélèrent sa dégradation matérielle et dès les années 1870, le classement de l’hôtel Lamoignon est envisagé2.

Ne pouvait-on, cependant, rêver d’une réhabilitation de la vieille demeure ? Dans le temps même où la ville commençait d’aménager son musée municipal, la question fut posée : « Lamoignon » ne pourrait-il assurer un jour, au-delà de la rue des Francs-Bourgeois, l’extension de « Carnavalet » ?

Surirey de Saint-Remy, “La bibliothèque historique de la Ville de Paris”. Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 2, 1969

L’idée reste cependant au point mort pendant un demi-siècle : un premier projet de classement est lancé en 1887 mais n’aboutit pas, faute de l’accord des propriétaires successifs et seule la façade est inscrite à l’inventaire supplémentaire en 1927. Il faut donc attendre que la Ville de Paris devienne propriétaire de l’hôtel en 1928 pour que ce projet voie enfin le jour. L’achat est finalement précipité par le souhait du dernier propriétaire, M. Bellat, de faire surélever l’immeuble et d’en construire un nouveau dans la cour. Ce projet inquiète notamment le Préfet de la Seine Paul Bouju ainsi que l’architecte des Monuments historiques André Hallays.

[…] Bref le vieil hôtel désormais invisible de la rue perdra tout son caractère et toute sa beauté. … Ne pourrait-on pas mettre immédiatement sur les listes de l’inventaire la totalité de l’immeuble et étudier tout de suite les moyens d’assurer un classement général d’accord avec la Ville de Paris qui a le plus grand intérêt à ne pas laisser élever cet immeuble rue des Francs-Bourgeois […] Il y a urgence extrême.

La Ville de Paris, après quelques hésitations, finit par faire une proposition avantageuse à Bellat en lui proposant d’échanger l’hôtel Lamoignon contre cinq lots encore à bâtir, de superficie équivalente, situés porte de Champerret.3. Dix ans plus tard, le 28 février 1937, l’hôtel Lamoignon obtient enfin un classement partiel aux Monuments historiques pour sa façade, ses toitures, les deux pavillons d’escaliers, l’aile Charles de Valois, le portail d’entrée et le salon lambrissé du premier étage4.

La destination de cette nouvelle acquisition reste quelques années en suspens et plusieurs propositions sont faites comme d’en faire une extension du musée Carnavalet ou d’y installer le lycée Victor Hugo ; c’est finalement le projet d’y installer la Bibliothèque historique, installée alors rue de Sévigné dans l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, qui remporte la mise en 1940. Cette nouvelle soulève de nombreux mécontentements chez certains des locataires qui résident toujours dans l’hôtel Lamoignon : la société Dauteville et Lebas, spécialisée dans le matériel avicole, se plaint ainsi de ne pas pouvoir retrouver un bail équivalent alors que l’hôtel Lamoignon offre le double avantage d’avoir de spacieuses caves pour le stockage tout en restant un bâtiment de prestige, qui fait mouche auprès de leurs clients fortunés5. La Ville de Paris reste cependant ferme sur ses positions et arrange le dédommagement des locataires.

En 1941, un premier projet assez abouti est esquissé pour la Bibliothèque : l’architecte Paquet propose un premier plan de restauration, incluant déjà la construction de nouveaux espaces pour y ranger les documents. Il recense aussi les espaces à détruire en raison de trop grandes dégradations.

Plan de la restauration de l’hôtel Lamoignon conçu par Paquet en 1941 (Archives de Paris, 3574 W 57)
Plan de masse des espaces à détruire, notés A, B et C, conçu par Paquet en 1940 (Archives de Paris, 3574 W 57)

Seuls le pavillon du jardin et l’aile séparant les deux parties de la cour ont le temps d’être détruits en 1941 avant que la Seconde Guerre mondiale ne vienne mettre un coup d’arrêt à ce projet : l’hôtel Lamoignon devient même temporairement un abri anti-aérien en 1943.

L’Hôtel Lamoignon utilisé comme abri anti-aérien en 1943 (dossier interne, BHVP)

Il semble que rien ne se soit produit pendant la guerre puis les années suivantes, faute de crédits. Les travaux ne reprennent pour de bon qu’en 1952 et ils ne manquent pas : il faut restaurer les couvertures des toitures, les vitres, les étaiements des escaliers. Les pierres de taille doivent être restaurées sur la façade et l’échauguette et posées sur la façade en pas de bois donnant sur la rue des Francs-Bourgeois. L’intérieur du rez-de-chaussée est également entièrement détruit, ainsi que l’escalier ancien de Charles de Valois qui était pourtant classé ; enfin, un an plus tard, les poutres peintes sont découvertes et inscrites quelques années plus tard à l’inventaire des Monuments historiques6.

Hôtel Lamoignon en 1952 durant la restauration (source inconnue)

Outre la rénovation du vieil hôtel, les travaux sont caractérisés par la construction d’une toute nouvelle aile, dans le prolongement du corps de logis principal, afin de l’adapter aux usages de la Bibliothèque et notamment à la nécessité d’avoir des espaces de stockage. Le plan proposé en 1941 est également mis à jour en 1955 pour tenir compte des remarques des conservateurs de la Bibliothèque.

L’inauguration du nouveau bâtiment est enfin possible en 1969 : l’institution reçoit alors la visite du ministre de la Culture en place, André Malraux, qui visite les espaces rénovés ainsi que la toute nouvelle aile construite en prolongement du principal corps de bâtiment et au sud de la cour principale pour recevoir du public.

La rénovation de 2017 et 2019 : les derniers travaux

La Bibliothèque historique garde pendant près de cinquante la physionomie qui était la sienne lors de sa réouverture en 1969 : son espace d’accueil en particulier est largement occupé par une mezzanine et des meubles à fiches, qui permettent de s’orienter dans les collections, selon les pratiques alors en vigueur.

La modification des usages des lecteurs nécessite cependant en 2017 de repenser les lieux : si l’espace d’accueil et la salle de lecture conservent une bonne partie du mobilier des années 1960, conçus par les services de menuiserie de la Ville de Paris, des modifications importantes sont apportées. Certains meubles à fiches, devenus obsolètes avec la mise en place d’un catalogue informatisé, sont retirés de l’espace pour pouvoir installer des nouveaux postes informatiques, des vitrines pour des expositions ainsi que le fonds de prêt de livre anciens.

Accueil de la Bibliothèque historique en 2021 (crédits : Stéphane Mouchmouche)

L’aile sud, jusque-là dédiée à la consultation des plans et de livres en libre accès devient un espace presse et une cafétéria.

Pour parachever cette entreprise, la salle de lecture connaît aussi une rénovation en 2019.



Citer ce billet
Julie Duprat (2024, 29 février). Les dernières transformations de l’hôtel d’Angoulême-Lamoignon. L'échauguette. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxlo

  1. Surirey de Saint-Rémy, La Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Hôtel de Lamoignon, 1969, p. 23 []
  2. César Daly, Revue générale de l’architecture, tome XXVIII, p. 102 []
  3. Surirey de St-Remy, La bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1969, p. 47-62 []
  4. Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie, dossier Hôtel Lamoignon, 75104-4-60 []
  5. Archives de Paris, 3574 W 57, Enquête administrative de 1930 []
  6. Tout le dossier de restauration peut être consulté à la Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie, dossier Hôtel Lamoignon, 0081/075-04/0037 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search