Raymond Radiguet (1903-1923) : mourir à vingt ans et laisser une œuvre

Il y a cent ans, le 12 décembre 1923, le poète et écrivain Raymond Radiguet mourait à l’âge de 20 ans, d’une fièvre typhoïde trop tardivement diagnostiquée. L’exposition “Raymond Radiguet (1903-1923) : mourir à vingt ans et laisser une œuvre”, présentée de décembre 2023 à mars 2024 à la Bibliothèque historique, lui a rendu hommage.

Fils du caricaturiste de presse Maurice Radiguet, Raymond Radiguet, tour à tour illustrateur, poète, critique et romancier aura marqué le monde de la littérature par sa carrière courte mais prolifique, comme l’écrit Joseph Kessel : “Quel écrivain-né s’en va ! Mais il a déjà fait une œuvre à un âge ou d’autres commencent à y rêver.

Portraits

Né à Saint-Maur-des-Fossés, le 18 juin 1903, Raymond Radiguet a traversé le début du siècle de manière fulgurante par sa précocité. Tout comme sa courte vie, son apparence physique est curieusement insaisissable. D’une photographie à l’autre, c’est à peine s’il se ressemble. Ses contemporains s’accordent toutefois sur trois caractéristiques permanentes : un regard myope qui semblait fusiller tout le monde, des sourcils qui se rejoignaient en une taroupe fournie, une chevelure rétive où abondaient les épis.

On peut voir ici un groupe d’élèves de l’école de Saint-Maur, parmi lesquels figure Raymond Radiguet, assis en bas à droit, vêtu d’une chemise blanche e, âgé de 8 ou 9 ans. 

Raymond Radiguet à 8 ou 9 ans, avec quelques camarades de classe, à l’école de Saint-Maur-des-Fossés, vers 1911-1912.

Bibliothèque historique, MS-FS-05-EP-2995

Raymond Radiguet entre 1920 et 1923, Bibliothèque historique, MS-FS-05-EP-2983, MS-FS-05-EP-4544, MS-FS-05-EP-2998

Premières œuvres

Maurice Radiguet, le père de Raymond, est caricaturiste de presse ; pendant la Guerre de 14, il publie de nombreux dessins patriotiques. Ses contacts dans le monde de la presse permettent à Raymond de publier lui aussi quelques dessins, sous le nom de “Rajky”, « Rajki » ou encore « Rajk ». Il arrive que le père et le fils publient dans un même numéro de journal ; comme dans le journal « L’Intransigeant », tenu par André Salmon, où il publiera ses dessins de 1917 à 1918, ou encore dans Le Rire.

Le Rire : journal humoristique, Bibliothèque historique, 4-PER-2428

La notoriété littéraire de Radiguet repose sur ses deux romans, mais sa carrière a débuté avec des poésies de facture dadaïste. Grand admirateur de Guillaume Apollinaire, il lui adresse un poème qui s’ouvre sur les mots “un édredon rouge” et se referme sur une évocation des recherches poético-typographiques de Calligrammes. Mais Apollinaire croit qu’on se moque de lui et envoie promener le jeune poète ! Radiguet se tourne alors vers Max Jacob puis Jean Cocteau, qui le détournent de Dada et du surréalisme.

Guillaume Apollinaire, Alcools : poèmes 1898-1913, Extrait du poème “Zone”, Bibliothèque historique, 750774
 
SIC : sons, idées, couleurs, formes, Novembre 1918, Bibliothèque historique, 4-PER-3471

L’impressionnante culture littéraire de Raymond Radiguet lui permet d’aborder avec un égal bonheur le domaine de la critique, et il lui arrive fréquemment de publier des articles dans diverses revues. En 1920, il participe à une enquête de la revue Littérature, intitulée “Pourquoi écrivez-vous ?”. À cette grave question, il répond : “Demandez plutôt à vos lecteurs : pourquoi lisez-vous ?“.

Radiguet, Cocteau et leur bande d’amis

Raymond Radiguet en toréador, à la foire de Montmartre, 1920, Bibliothèque historique,
MS-FS-05-EP-2886
Jean Cocteau et Raymond Radiguet, vers 1920,
Bibliothèque historique, MS-FS-05-EP-1940
Jean Cocteau en toréador, à la foire de Montmartre, 1920, Bibliothèque historique,
MS-FS-05-EP-0757

En 1919, Max Jacob recommande Raymond Radiguet, alors âgé de seize ans, à Jean Cocteau. Leur première rencontre a dû avoir lieu chez Max Jacob lui-même ou lors d’une matinée poétique en mémoire à Guillaume Apollinaire, le 8 juin 1919, à la galerie Léonce Rosenberg. C’est le début d’une relation tant littéraire que personnelle. Cocteau considère son jeune protégé à la fois comme un disciple et comme un maître : les influences littéraires et esthétiques sont réciproques ; ils collaborent même ensemble en 1920, en écrivant une saynète à 4 mains intitulée Le Gendarme incompris. En septembre 1920, Cocteau et Radiguet écrivent encore ensemble Une soirée mémorable, ainsi que le livret d’opéra-comique Paul et Virginie, dont Érik Satie doit composer la musique. Ils créent également ensemble le journal ouvertement anti dadaïste, Le Coq, qui va devenir Le Coq parisien et ne va durer que huit mois.

Le Coq, Bibliothèque historique, 2-PER-1515 (RES)
Le Coq, Bibliothèque historique, 2-PER-1515 (RES)

Cocteau a beaucoup écrit sur son “disciple et maître”. Des textes en prose, telle l’allocution prononcée au Collège de France le 3 mai 1923 sous le titre D’un ordre considéré comme une anarchie ; mais surtout des poèmes, dont 2 seulement furent publiés du vivant de Cocteau, en 1925, dans Le Roseau d’or, et en 1927, dans Opéra.

Jean Cocteau. Lettres à sa mère, Eugénie Cocteau, Bibliothèque historique, MS-FS-05-3368 ;
Jean Cocteau. Opéra. Raymond Radiguet : brouillons, textes, Bibliothèque historique, MS-FS-05-0074 ; Jean Cocteau. Portrait de Raymond Radiguet, Bibliothèque historique, MS-FS-05-8353 ;
Jean Cocteau. Le Mystère de Jean l’Oiseleur. Monologues (1924-1925), Bibliothèque historique, MS-FS-05-8357

Cocteau et Radiguet aiment faire la fête avec leurs amis artistes qui ont pris le nom de “samedistes”, à la fois parce qu’ils se réunissent le samedi soir et qu’ils constituent la “SAM”, ou “Société d’Admiration Mutuelle”… Entre 1920 et 1923, Raymond Radiguet quitte régulièrement Paris pour des séjours vacanciers, dans le Var (Carqueiranne, Pramousquier, Le Lavandou), à Besse-en-Chandesse (Puy-de-Dôme), et surtout au Grand Piquey (Gironde), en compagnie de Jean Cocteau et de leurs amis les plus proches : Georges Auric, Jean et Valentine Hugo, Pierre de Lacretelle, François de Gouy d’Arsy et Russell Greeley… Si ces séjours sont sources de loisir et de délassement ils sont également studieux pour lui, il en profite souvent pour consacrer des jours entiers à écrire, en compagnie de Cocteau ; c’est d’ailleurs lors de ces escapades loin de Paris, que voit le jour les premières esquisses de son roman le plus “sulfureux”.

Raymond Radiguet sur le bac au Piquey (Gironde), vers 1920, Bibliothèque historique, MS-FS-05-EP-2982
Raymond Radiguet, Georges Auric et Jean Cocteau sur une voiture à cheval, 1920-1923, Bibliothèque historique, MS-FS-05-EP-2993
Jean et Valentine Hugo, Pierre de Lacretelle, Raymond Radiguet, 1921-1922, Bibliothèque historique, MS-FS-05-EP-3733

Le diable au corps

Sa liaison en pleine guerre, à l’âge de 14-15 ans, avec Alice Saunier, épouse du soldat mobilisé Gaston Serrier, inspire à Radiguet un roman auquel il travaille entre 1919 et 1921. Bernard Grasset mène pour le lancer une campagne publicitaire sans précédent, qui irrite quelque peu les critiques ; l’ouvrage paraît le 10 mars 1923, dans un parfum de scandale qui n’est pas dû tant à la thématique de l’adultère ou à l’âge du protagoniste, qu’à la présentation d’un mari trompé tandis qu’il risque sa vie pour défendre la patrie. Adapté en 1947 au cinéma par Claude Autant-Lara et porté par le jeune Gérard Philipe et Micheline Presle, le film suscite le même scandale que le roman, dans cette période d’après-guerre.

Raymond Radiguet. Œuvres. I-XIII Le Diable au corps, Cahiers de brouillons autographes, Bibliothèque nationale de France, NAF 18765, numérisé sur Gallica

Radiguet et les femmes 

Bien qu’il soit mort si jeune, Radiguet eut le temps d’avoir plusieurs liaisons féminines : d’avril 1917 à août 1918 avec Alice Saunier (“Marthe” du Diable au corps) ; de juin 1921 à mai 1922 avec l’artiste britannique Mary Beerbohm. En 1919, il tombe vainement amoureux de l’artiste Irène Lagut. En janvier 1923, il rencontre Bronja Perlmutter (future femme de René Clair), qu’il parle d’épouser.

En janvier 1920, la poétesse britannique Béatrice Hastings, ancienne maîtresse d’Amedeo Modigliani, jette son dévolu sur lui : elle a 41 ans, lui 17. Les nombreuses lettres que Béatrice Hastings lui adresse témoignent d’un équilibre psychique passablement fragile.

Béatrice Hastings. Lettres à Raymond Radiguet, Bibliothèque historique, MS-FS-05-7783

Le Bal du comte d’Orgel

À partir de mai 1922, Radiguet s’attèle à un second roman, qui transpose dans le monde contemporain l’intrigue de La Princesse de Clèves. Il en rédige deux versions puis dicte la troisième au cours de l’été 1923 à Georges Auric, qui la tape à la machine. Bernard Grasset en fait imprimer un premier jeu d’épreuves, que Radiguet commence à corriger à la fin octobre ; sa maladie puis sa mort empêchent l’achèvement de ce travail. Ce sont Cocteau et Joseph Kessel qui se chargent d’élaborer la version publiée à titre posthume le 5 juillet 1924 – version qui s’écarte sensiblement du texte originel de Radiguet.

Jean Cocteau. Lettres à sa mère, Eugénie Cocteau, 1923,
Bibliothèque historique, MS-FS-05-3369
Le bal du Comte d’Orgel / Raymond Radiguet ; préface et dessins de Jean Cocteau,
Bibliothèque historique, 755377 (RES)

Une mort prématurée

À l’automne 1923, alors que Raymond Radiguet vient à peine de s’installer à l’hôtel Foyot avec Bronja Perlmutter, celui-ci se met à boire beaucoup. Il est ébranlé coup sur coup par le suicide de son ami Emmanuel Faÿ, puis par celui du fils de Léon Daudet à seulement 15 ans. Il a de la fièvre – c’est la typhoïde. Il est hospitalisé le 2 décembre. Il a des crises de délire. Il meurt le 12 à 5 heures du matin, en chambre d’isolement – contagiosité oblige.

Cocteau n’est pas là. N’assiste pas aux funérailles. Mais les lettres qu’il envoie à sa mère tout au long du mois de janvier 1924 jalonnent son travail de deuil : “Ma tristesse, mon désespoir sont atroces” ; “Les larmes et la douleur m’éreintent” ; “Je ne souffre même pas – je suis ailleurs”…

Faire-part de décès de Raymond Radiguet,
Bibliothèque historique, MS-FS-05-6550

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Jolivet (1 juillet 2024). Raymond Radiguet (1903-1923) : mourir à vingt ans et laisser une œuvre. L'échauguette. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ws8


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search