La Commune dans les collections de la Bibliothèque historique

À l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de la Commune de Paris, nous vous proposons une sélection des sources originales de l’histoire de la Commune dans les collections de la Bibliothèque historique.

Outre les ouvrages et revues postérieurs publiés sur cette période, dont on peut trouver les références sur le catalogue des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris, la Bibliothèque conserve un fonds patrimonial de grande ampleur au sujet de la Commune que le présent article ne présente pas exhaustivement.

Les soixante-douze jours de l’insurrection parisienne ont laissé de nombreuses traces sous forme de textes, imprimés ou manuscrits, et d’images, dessinées, gravées ou photographiques, abondamment représentées dans les collections de la Bibliothèque historique. Créée peu après les événements de 1871, cette dernière s’est intéressée dès la fin du 19e siècle à la conservation de ces archives d’une histoire alors très contemporaine.

Cette sélection rassemble des sources conservées à la Bibliothèque historique réparties en fonction de leur typologie documentaire :


Les manuscrits

Les manuscrits et archives rédigés pendant la Commune de Paris ou portant sur celle-ci sont nombreux à la Bibliothèque historique, et répartis dans le fonds général des manuscrits. Cette liste est donc une sélection.

Une partie des papiers sur la Commune sont cependant regroupés et grossièrement classés par thème. Ce lot d’archives diverses récoltées pendant un siècle (1870-1970 environ) correspond à la section 27 de la classification Cousin, “Histoire de Paris : 1870-1871”1. Ces pièces ont été reliées en volumes thématiques (Bibliographie, Administration, Organisation, Vie civile, Vie militaire, etc.) qui forment les cotes Ms 1122 à Ms 1131, suivis de volumes sur le Journal officiel et l’Imprimerie nationale, les Ms 1132 à Ms 1134, et de collections de papiers regroupés par personnalités, les Ms 1135 à Ms 1143.

On y trouve une typologie variée de documents : de la correspondance de personnalités (Gustave Courbet, Louise Michel, Édouard Vaillant, Félix Pyat…) et d’inconnus, des pièces d’associations (clubs), d’administrations… Les deux tiers de cet ensemble sont numérisés et disponibles sur le portail des Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris.

Les procès verbaux

L’un des trésors de la Bibliothèque historique est formé des quelques 2 000 feuillets de procès-verbaux des délibérations de la Commune de Paris de 1871, source primordiale de l’activité et des réflexions ayant occupé le bref gouvernement révolutionnaire. Ces procès-verbaux ne furent pas loin de disparaître.

Les séances s’échelonnent du 28 mars au 21 mai, presque toujours quotidiennes.

Ces papiers sont aujourd’hui numérisés et consultables sur notre portail.

🔗 Pour en savoir plus sur les procès-verbaux de la Commune et l’histoire de l’édition de ces documents, consulter le billet précédent sur le carnet : “Brûlants papiers”, https://bhvp.hypotheses.org/3035.

Les témoignages de Parisiens

La Bibliothèque historique conserve dans ses collections de manuscrits de nombreux témoignages de Parisiennes et Parisiens. Ce sont des journaux intimes, des récits ou de la correspondance, sur la vie quotidienne dans la capitale ou sur des événements ou des périodes exceptionnelles.

Les témoignages portant sur la Commune de Paris ne sont pas regroupés ni signalés comme tels dans l’inventaire des manuscrits. Ils peuvent être repérés au fil des recherches dans la section Archives et Manuscrits du portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. En voici un recensement non exhaustif.

TémoignageCoteLien vers la notice
Claude Bézat : « Épisodes des deux sièges : défense du fort de Montrouge, 1871 par ex. commandant supérieur du fort. Commune révolutionnaire de Paris »4-MS-FG-00302https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-NF01/BHPNF010004
Correspondance de la famille de Boistertre8-MS-1342 à 1346https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG01/BHPFG0100274
Charles-Louis Chassin : lettres reçues en 1871, puis en prison ; notes de prison avril-mai 1871 Ms 1401https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG01/BHPFG0100833
Correspondance entre Charles Delescluze à Paris et la famille Franconie, établie à Cayenne en Guyane, où Delescluze avait passé cinq ans en exilMs 1472https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG01/BHPFG0101964
Lettres écrites par Paul Du Boys, commerçant, 303, rue Saint-Denis, à son fils Sylvius, pendant le siège de Paris et la Commune 8-MS-1075https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B15337
Lettres de Barthélémy Hauréau, de Paris, puis de Versailles, à sa femme et à sa fille, août 1870 – 31 mai 1871. Barthélemy Hauréau était alors directeur de l’Imprimerie nationaleMS 1113, fol. 57https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B15431
Alphonse Hirsch : lettres reçues en 1871 ; lettres reçues à Versailles pendant la Commune ; lettres de Hirsch à sa mèreMS 1143https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B16070
Mme E. Jovier : journal, et lettres écrites à la comtesse de La Roche, 22 mars-24 mars 1871 ; 21-26 mai 1871 MS 1113, fol. 250https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B15434
Correspondance de Léon Laurent-Pichat avec sa famille, 1866-1885. Laurent-Pichat est le directeur de la Revue de Paris.4-MS-FS-07-6https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FS11/BHPFS07-00020
Lettres d’Hippolyte Lucas à son épouse, 15 novembre 1870-27 mars 1871. Lucas était bibliothécaire à l’ArsenalMS 1113, fol. 214https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B15433
Émile Maury : « Mes souvenirs sur les événements des années 1870-1871. Émile Maury, fourrier au 204 e bataillon de la garde nationale de Paris. Dédiés à François Maury, mon fils… 1908 »8-MS-1801https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B15346
Eugène Mellet, tapissier-décorateur : « Journal des événements auxquels j’ai participé pendant la Commune de 1871 », concernant la paroisse Saint-Louis-en-l’Ile, 7 avril — 18 mai 18718-MS-1211https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B16385
Correspondance particulière de Nadar, 1870-1871, en fin d’un recueil de correspondance sur les ballons en 1870-1871MS-NA-471https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG06/BHPFG063522O
Jérôme Pichon: journal des événements de la Commune dans l’île Saint-LouisMS 2341, fol. 355https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FG09/BHPFG0110578
Ensemble de lettres adressées à George Sand concernant la guerre de 1870 et la CommuneSand-G-0699 à Sand-G-1011https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FS03B/BHP097766
Lettres concernant l’architecte Paul Sédille et sa famille, signées Soyer, Reynaud, A. Sédille, 19 février 1870-3 juin 1871Ms 1113, fol. 349-394https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B/D55B15438

Des fonds d’archives notables : Édouard Moreau de Bauvière, Marcel Cerf

Parmi les fonds d’archives et de manuscrits conservés à la Bibliothèque historique, deux sont à signaler plus particulièrement pour leur richesse sur le sujet de la Commune de Paris : les papiers d’Édouard Moreau de Bauvière (1838-25 mai 1871), journaliste contemporain des événements, et ceux de l’historien Marcel Cerf (1911-2010).

Lettre du Commandant Boudin à Madame Bourgeois, la tante d’E. Moreau de Bauvière, 8 juin 1871
Lettre du Commandant Boudin à Madame Bourgeois, la tante d’E. Moreau de Bauvière, 8 juin 1871

Moreau de Bauvière est un artiste prolifique, écrivain, chroniqueur, parolier et compositeur. Ses archives des années 1870-1871 comprennent un émouvant journal sous forme de lettres adressées à partir d’août 1870, à son fils Abel âgé seulement de quelques mois. Il est alors membre du 183e bataillon de la Garde nationale. Pendant la Commune, il est élu au Comité central. Le 25 mai 1871, il est arrêté à son domicile par les troupes versaillaises et fusillé à la caserne Lobau.

Le commandant Boudin écrit que Moreau était un “charmant causeur, il abordait toutes les questions avec la même facilité. Quant à ses idées politiques, elles se résumaient en ces deux mots : honnêteté et philanthropie, ce qui vous prouve qu’il voyait les choses bien plus en poète qu’en homme ordinaire”.

La vie de Moreau de Bauvière a été retracée par l’historien Marcel Cerf, dont la bibliothèque conserve également les dossiers de travail sur l’histoire de la Commune. C’est par son intermédiaire que les papiers de Moreau ont pu entrer en 1971 dans les collections de la bibliothèque.

Marcel Cerf (1911-2010) fut tour à tour projectionniste de cinéma, photographe et historien. Descendant de Marcel Vuillaume, ingénieur et pamphlétaire engagé dans la Commune de Paris, il se passionne très tôt pour cette période historique et écrit plusieurs ouvrages notables dont Maxime Lisbonne, le d’Artagnan de la Commune de Paris et Édouard Moreau de Beauvière, l’âme du comité central de la Commune de Paris.

Ses papiers comprennent quelques pièces originales, telles des affichettes ou des photographies mais aussi des manuscrits de personnalités de la Commune, comme les mémoires de Maxime Lisbonne, qu’il a édités. On trouve également dans ce fonds tous ses dossiers de travail, classés par lieux, par personnalités ou par sujets. Il a également collecté des documents traçant la mémoire et l’historiographie des événements. Ce fonds a été offert en 2010 à la Bibliothèque historique par Claudine Cerf, sa fille.

Les images

La brièveté de l’événement ne se prête pas à la réalisation de grandes œuvres peintes ou sculptées sur le vif. Plus proches de la représentation du réel et aux techniques de reproduction ou d’exécution rapides, ce sont la photographie, la gravure et, dans une moindre mesure, le dessin, qui prennent le pas sur les arts majeurs dans la représentation de l’événement2.

Les deux thèmes qui dominent cette production iconographique sont les caricatures et les images des ruines issues des incendies de la fin de la Commune. C’est à un véritable foisonnement de ces images multiples que l’on assiste alors, contrastant avec l’interdiction de représenter la Commune qui aura cours jusqu’au début des années 1880, entre censure officielle et autocensure des artistes.

Les photographies

Les photographies conservées dans les collections sont particulièrement intéressantes car elles représentent l’imagerie souvenir répandue sur le sujet (portraits, reconstitution des événements, incendies et ruines) mais aussi des images du quotidien des habitants, et des actions révolutionnaires, comme les barricades ou la chute de la colonne Vendôme3. En raison du mode de constitution de ces collections et de l’histoire de leur traitement bibliographique, elles sont souvent indexées concurremment comme relevant du Siège et de la Commune de Paris, quand bien même les dates des clichés seraient plus précises dans les notices. Les recherches thématiques au catalogue sont donc à affiner.

Deux grands ensembles sont à signaler : ceux des photographes Hippolyte Blancard et Bruno Braquehais. Hippolyte Blancard (1843-1924), pharmacien, photographie les destructions de la guerre franco-prussienne dans les environs de Paris en janvier et février 1871, puis documente les événements parisiens pendant et après la Commune. S’il ne peut pas photographier les combats, il choisit de représenter les « gens tels qu’ils étaient » (J. Baronnet). Blancard est en mai 1871 à la cité ouvrière située non loin de la cartoucherie Rapp. Cette dernière employait des centaines d’ouvriers à proximité de l’École militaire ; en explosant, elle a soufflé tout le quartier. En juin 1871, après la fin des combats, Blancard immortalise une jeune femme à la porte Maillot. Il installe aussi, comme d’autres photographes, son appareil au pavillon central du palais des Tuileries incendié. Ce fonds comprend plus de 600 négatifs verre au collodion sec, dont des vues stéréoscopiques. Il est partiellement numérisé.

Un autre grand témoin est le photographe Bruno Braquehais (1823-1875)4. Photographe remarqué à l’Exposition universelle de 1867, Braquehais délaisse son studio pour les rues de Paris en ce printemps 1871. Les tirages conservés à la Bibliothèque historique montrent des acteurs, surtout des anonymes, de la Commune. Une suite de clichés, certains non signés, illustre la chute de la colonne Vendôme au cœur de la capitale. Cette série enregistre presque l’évènement étape par étape : avant, pendant et après la grande cérémonie publique du 16 mai 1871. Braquehais préfigure ici ce que sera, selon J.-C. Gautrand, le photojournalisme. Plusieurs clichés portent sur les dommages des bombardements et des incendies.

Bombardement, incendies et ruines font partie de l’iconographie de la Commune de Paris la plus répandue, dès la fin des événements. La Bibliothèque historique conserve plusieurs albums et livres collectant ou reproduisant des photographies qui les représentent.

On peut souligner l’action des Appert dans la production de l’imagerie souvenir. Eugène Appert (1830-1890), photographe expert auprès du tribunal de la Seine, a réalisé de nombreux portraits de Communards dans les prisons versaillaises. La Bibliothèque historique est l’une des institutions qui conserve ce type de portraits cartes, près de soixante en l’occurrence.

Pour sa série Les crimes de la Commune, Eugène Appert puise dans cette masse de visages photographiés et conçoit avec son frère Ernest divers photomontages représentant des événements parisiens dramatiques. L’ensemble aurait été commandée par Adolphe Thiers en réaction à l’insurrection parisienne.

Les estampes

Récemment mises à l’honneur dans le documentaire Les Damnés de la Commune5, les gravures de l’époque sont extrêmement nombreuses et bien représentées dans nos collections. Si ce documentaire met en scène des lithographies réalistes, afin de rendre hommage à la mémoire du peuple parisien, c’est pourtant en particulier l’image satirique politique et polémique qui circule en masse au moment des événements, dans la continuité des journaux satiriques illustrés du 19e siècle. Les formats utilisés diffèrent cependant de cette tradition car le besoin de diffuser des images dans l’urgence conduit les imprimeurs et les artistes à les éditer en feuilles plutôt qu’accompagnées d’articles6 : ce sont parfois des séries thématiques, parfois des images isolées. Tous les sujets et situations d’actualité, comme les personnages – personnalités politiques ou types parisiens -, font l’objet de caricatures.

Dès l’entrée en guerre et les premiers échecs militaires français, les artistes exploitent l’outrance visuelle permise par ce média, exerçant d’abord la charge contre l’ennemi prussien, puis contre l’Empire et enfin contre le gouvernement de la Défense nationale. La violence de la satire contribuera dans les années suivantes à dévaluer cette production, jugée inesthétique et immorale, assimilée au vandalisme de la Commune dans l’historiographie versaillaise. Ce sont notamment les procédés stylistiques caractéristiques de ces gravures qui sont mis en cause : l’utilisation des registres pornographique ou scatologique, l’animalisation ou la végétalisation des personnes, l’hypertrophie des membres du corps… Ces manières de signifier la dégradation des sujets caricaturés sont vues comme représentatives de la chute des valeurs morales issue de l’insurrection parisienne.

A la fin du 19e siècle, la Bibliothèque fit l’acquisition d’une vingtaine de volumes de la collection de Maurice du Seigneur, portant sur la guerre franco-allemande, le Siège de Paris et La Commune. Ces grands recueils rassemblent plus de 2 000 gravures, disponibles en ligne, et sont une matière très riche pour l’histoire des représentations. S’il est parfois difficile de dater avec précision les caricatures, certains graveurs comme Alfred Le Petit inscrivent couramment la date en bas de leurs dessins. Les références à des événements précis permettent aussi de déterminer plus assurément si l’on est face à des gravures de la période du Siège ou de la Commune.

Classés thématiquement, les recueils couvrent la production de nombreux graveurs importants de cette époque : Alfred Le Petit, Alexandre Dupendant, Hector Moloch, Faustin, Paul Klenck… On peut signaler en particulier les volumes portant sur les caricaturistes, sur les hommes de la Commune, sur les derniers combats et les ruines ou sur les portraits de personnalités diverses.

Les dessins

Au sein d’une iconographie dominée par les gravures satiriques, les dessins originaux sont nettement plus rares : ce n’est ainsi qu’un florilège que nous présentons ici. Ces dessins de rues représentant les insurgés sont souvent le fait de de lithographes également connus pour leurs caricatures.

La série de “Six dessins de communards” d’Alexandre Dupendant donne à voir ces scènes de rues et des personnages en action, par exemple sur les barricades7. Dupendant (1831-1884) était décrit comme “un artiste bohême”, “plein de talent naturel”, s’était formé seul, à l’écart des ateliers.

Outre cette série, Dupendant est aussi l’auteur de portraits à l’aquarelle de communards et de communardes très vifs, intéressants parce qu’il y rassemble tant des anonymes incarnant des types de communard-e-s, et notamment des femmes (les fameuses “pétroleuses”), que les représentants politiques et militaires de la Commune (Jules Allix, Gustave Courbet, Jaroslaw Dombrowski, etc.). Ces aquarelles sont rassemblées dans un volume qui n’est pas encore numérisé8.

Dans ce même genre des “types” parisiens, on peut citer un beau recueil de 22 dessins et aquarelles de Bertall, intitulé “Le personnel de la Commune”9. Les personnages emblématiques de la Commune sont sortis du contexte de la barricade ou de la rue ; toutefois le style de la représentation s’écarte des portraits caricaturaux. Bertall (1820-1882), dessinateur du journal satirique Le Grelot, était pourtant plutôt hostile à la Commune10. Ces dessins furent édités en volume sous le titre Les Communeux de Paris, types, physionomies, caractères en juillet 1871.

Citons enfin pour compléter un recueil d’une cinquantaine dessins à l’encre ou au crayon11, de plusieurs mains anonymes, couvrant à la fois le Siège de Paris, la Commune et les mois suivants de l’année 1871, les croquis représentent des événements davantage que des portraits de communards.

Dessin à l’encre de la démolition de la colonne Vendôme, 8-ICO-0077

Les cartes et plans

La bibliothèque propose une dizaine de plans établis après les événements de la Commune, indiquant les emplacements des bombardements ou insistant sur les destructions.

On peut citer en particulier :

Paris en mai 1871. Plan indiquant les opérations de l’armée contre l’insurrection, L. Meunier et P. Rouillier, 1872, G 305

Les affiches typographiques

Au sein de la collection d’affiches typographiques de la Bibliothèque historique, les affiches de la Commune forment un ensemble de plus de 2 500 pièces. Si seule une petite cinquantaine de ces affiches sont numérisées, le corpus représente aux alentours de 800 affiches différentes, dont la quasi intégralité des près de 400 affiches “officielles”, imprimées entre le 19 mars et le 28 mai 1871 par l’Imprimerie nationale12. Outre ces affiches bien connues, la collection rassemble également quelques centaines d’affiches des mairies d’arrondissement ou d’associations.

Deux affiches officielles et numérotées (sur fond blanc) et une affiche plus locale (sur fond violet)

Ces affiches de la Commune, numérotées ou non, sont cataloguées : leurs notices sont consultables en ligne sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Elles sont communicables en salle de lecture.

Lorsqu’elles comportent un numéro ou une date, ces informations sont reportées dans le titre du document. Ainsi une recherche « Affiche Commune 15 avril 1871 » permet de faire ressortir les 6 affiches parues ce jour-là, dont une est numérisée.

🔗 Pour plus de détails sur la collection d’affiches et la question de l’affichage à Paris pendant la Commune, consulter le billet précédent sur le carnet : “Les affiches de la Commune de Paris”, https://bhvp.hypotheses.org/3260.

Les documents éphémères

Le département des éphémères et de la documentation conserve environ 3 mètres linéaires de petites pièces datant du Siège et de la Commune. En raison de la difficulté à dater ce type de documents de la vie quotidienne, les deux épisodes sont en effet mêlés dans la même série ; il semble même que certains formulaires, utilisés notamment pour l’organisation du rationnement, aient pu être réutilisés d’une période à l’autre. Ces pièces couvrent principalement la thématique des subsistances et celle de l’organisation militaire de la capitale, avec de nombreux documents produits par la Garde nationale. La collecte de pièces originales est complétée par une revue de presse. L’ensemble est en cours d’inventaire.

Mémoires concurrentes de la Commune : dans ce tract de propagande, sans doute diffusé rapidement après les événements, c’est la figure du Communard criminel et incendiaire que l’on entend diffuser. On apprécie la mise en abîme d’un document éphémère dans un autre…
Mémoires concurrentes de la Commune : 20 ans plus tard, les associations républicaines et amicales d’anciens communards peuvent célébrer le souvenir de cet épisode historique en partageant un banquet et en dansant.

Les journaux

La Bibliothèque historique conserve d’importantes collections de presse ancienne. Parmi elles, on trouve de nombreux titres nés, et bien souvent morts, sous la Commune de Paris. Une requête au catalogue permet de les identifier.

Cette presse a été en partie numérisée par la Bibliothèque nationale de France pour Gallica. Commun Patrimoine, la bibliothèque numérique patrimoniale de Plaine Commune, propose aussi nombre de ces titres dans sa collection thématique. La campagne de numérisation de la Bibliothèque historique s’est donc concentrée sur quelques titres plus rares :

Les imprimés

Depuis ses débuts, la Bibliothèque historique conserve des livres sur la Commune, dont les premières éditions datent de l’année 1871. Les ouvrages sont répartis dans le fonds général ainsi que dans certains fonds plus spécialisés comme les fonds Jules Cousin, Liesville, Marcel Cerf et le fonds Georges Aillaud, entré en 2018 à la BHVP. Le fonds général s’enrichit régulièrement de publications récentes d’études sur la Commune grâce aux acquisitions courantes.

La recherche avancée par sujet ( « Paris (France) — 1871 (Commune) » et « Communards ») et par nom de fonds (menu déroulant) se fait sur le catalogue des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. A noter que la notice de certains ouvrages comporte la version numérisée issue de Gallica.

Un choix de livres anciens est empruntable dans notre fonds de prêt à la cote Siège et Commune de Paris.

On peut classer les types d’imprimés anciens utilisables comme outils et sources sur la Commune comme suit13 :


Revenir au sommaire

  1. Jules Cousin, premier directeur de la Bibliothèque historique entre 1871 et 1893, avait établi une classification en 160 sections, où se succèdent parties chronologique, topographique et thématique. []
  2. Voir en particulier sur ce sujet Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans images ? Politiques et représentations dans la France républicaine (1871-1914), Seyssel : Champ Vallon, 2004, p. 59-62, ainsi que Jean-Pierre Arthur Bernard, “La destruction de Paris”, dans Les deux Paris : les représentations de Paris dans la seconde moitié du 19e siècle, Seyssel : Champ Vallon, 2001. []
  3. Deux références bibliographiques sont disponibles à la Bibliothèque historique sur les photographies de la Commune : La Commune photographiée, catalogue d’exposition, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2000, et Jean Baronnet, Regard d’un Parisien sur la Commune : photographies inédites de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Paris, Gallimard, 2006 []
  4. Braquehais était sourd, particularité soulignée par une biographie dessinée qui lui est consacrée, L’œil sourd de la Commune, de Sandrine Allier-Guepin. []
  5. Disponible sur Arte, issu du roman graphique éponyme de Raphaël Meyssan, disponible dans les bibliothèques parisiennes. []
  6. Bertrand Tillier, La Commune de Paris, révolution sans images ?, op. cit., p. 72-73. []
  7. Cette série figure dans un des recueils d’images rassemblées par Maurice Duseigneur, précédemment cité et numérisé. []
  8. Bibliothèque historique, 2-RES-098. []
  9. Bibliothèque historique, RESERVE 551490. []
  10. Voir la notice biographie de Bertall du Maitron : https://maitron.fr/spip.php?article182619, notice BERTALL (Albert d’Arnoux dit). []
  11. Bibliothèque historique, 8-ICO-077. []
  12. Sur l’histoire de l’Imprimerie nationale pendant cette période, on consultera avec profit l’article de Gwladys Longeard, « L’Imprimerie nationale pendant la Commune de 1871 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2005 (no 52-1), p. 147-174 [en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2005-1-page-147.htm]. []
  13. Pour les ouvrages anciens comme plus récents, on consultera avec profit la bibliographie critique de la Commune de Robert Le Quillec, dont la dernière édition date de 2006. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Moreau dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette utile et agréable présentation.

    Une suggestion : ne pourriez vous y ajouter une référence à cette plaque (peut-être la première mais peu connue), toujours apposée sur une bâtiment municipale du 19°, signalée par un article de l’Aurore du 5 septembre 1903 ?

    Bon courage
    Marc Moreau

    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plaque_1_rue_de_la_Solidarite.jpg
    https://www.retronews.fr/journal/l-aurore-1897-1914/5-septembre-1903/1/867617/1?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%25229%2520rue%2520David%2520d%2527Angers%2522%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D1%26searchIn%3Darticle%26tota

    • Claire Daniélou dit :

      Bonjour,

      C’est fait avec l’ajout de votre commentaire, pour lequel nous vous remercions. Cette plaque précède celle du mur des Fédérés, apposée en 1908, ou celle, beaucoup plus récente, de la rue de la Fontaine-au-Roi, installée en 1991.

      Bien cordialement,
      La Bibliothèque historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search