Acquisitions 2020 en Iconographie : des jeux et des affiches

En 2020, des jeux de différentes époques et de différentes formes sont venus rejoindre nos collections iconographiques.

Le plus ancien d’entre eux, datant du milieu du 19e siècle, nous emmène en promenade à la Ménagerie du Jardin des plantes à travers de petites estampes vivement colorées, collées sur des pièces de bois. Les pièces représentent en majorité les animaux mais aussi des éléments de décor du jardin, ses visiteurs et son gardien. Presque toutes les pièces sont pourvues d’une légende, ce qui permettait aux enfants d’identifier les animaux et les scènes.

Le voyage se prolonge avec trois autres jeux de société mettant en scène les transports et la modernité, sous la forme de jeux de plateau.

C’est d’abord le ballon dirigeable qui est mis à l’honneur dans les années 1900, dans un jeu de parcours de chez Saussine, éditeur pionnier du jeu de société en France. L’emblématique métro parisien est aussi représenté dans les années 1930 avec ce jeu « humoristique d’actualité » (il s’agit d’éviter le contrôleur), consistant en une planche en trois volets, dont le premier doit être découpé pour obtenir les pions, le wagon et le dé.

S’ajoute enfin un voyage au long court sous forme de jeu de l’oie avec “Uma viagem a Paris”. Témoignage original de la diplomatie culturelle du temps de la Libération, ce jeu de l’oie uruguayen en langue portugaise, nous emmène de l’Amérique du Sud à la Tour Eiffel en 1945.

Uma viagem a Paris, vers 1945.

De nouvelles affiches viennent compléter nos travaux en cours, sur les affiches de l’Ancien Régime, à l’image de ce placard de vente de marchandise de friperie de la rue Saint-Antoine daté de 1786, qui décrit les lots d’une vente aux enchères.

Placard de vente de marchandises de friperie de la rue Saint-Antoine, 1786

Les théâtres sont également représentés. Deux projets d’affiches dessinés, du début du 20e siècle, nous montrent des lieux de spectacles parisiens disparus. Le premier était destiné au théâtre de la Roulotte qui s’installa sur les terrains de l’Exposition universelle de 1900, tandis que le second reproduit la façade du Caveau du Chat noir.

On retrouve le Chat noir pour un célèbre spectacle d’ombres, La Marche à l’étoile, “mystère en dix tableaux” montré pour la première fois en 1890. Les silhouettes dessinées d’Henri Rivière sont reprises sur l’affiche du programme : elles racontent la marche d’une succession de personnages, à la suite des bergers, vers la crèche de Noël. Face au succès, la direction annonce que les « représentations continueraient jusqu’à nouvel ordre » : elles se poursuivront en tournée et au Chat noir jusqu’en 1897.

Affiche pour “La Marche à l’étoile”, entre 1890 et 1897.

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Roisin, Jutta dit :

    Vous adressez votre” lettre” à mon mari qui s’intéresse surtout au Musée des Invalides. Pour avoir été pendant + de 30 ans “Amis de la BHVP” et “Amis du Musée Carnavalet”, je serai ravie de recevoir votre lettre d’information en cadeau de la journée de la femme!

    • Claire Daniélou dit :

      Bonjour Madame,
      Votre demande a été transmise aux personnes concernées.
      Cordialement,
      La BHVP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search