Deux manuscrits de George Sand complètent les collections de la Bibliothèque historique

Deux manuscrits de pièces de théâtre inédites de George Sand sont entrés cette année à la bibliothèque et rejoignent le fonds consacré à ses œuvres. Ils furent tous deux écrits pour le petit théâtre qu’avaient créé Sand et son fils Maurice dans la maison familiale de Nohant. Maurice participait à l’écriture des pièces, jouait souvent le rôle principal et mettait en scène famille et amis, ou dirigeait les marionnettes.

George Sand, Le Dalès, 1857 (Sand-NA-293 et 294)

Le premier manuscrit, Le Dalès (1857), traite d’un sujet fantastique et historique à la fois, dont l’action se déroule à Harlem pendant les années 1650. Les Pays-Bas anciens ont été peu exploités dans la littérature française du 19e siècle, à la notable exception d’une suite de poèmes de Gaspard de la nuit (1842), de La Tulipe noire d’Alexandre Dumas (1850), et du drame de Nerval, L’imagier de Harlem (1851). Mais l’imagination féconde de George Sand s’empare du paisible Âge d’or hollandais pour y situer une histoire méphistophélique, où une figure maléfique, jouée par son fils Maurice, prend le pouvoir sur une famille et la ruine.

Il s’agit d’une simple création pour le théâtre familial de Nohant, où elle donne libre cours aux rebondissements et à son goût pour le drame fantastique, sur lequel elle avait écrit un essai seize ans plus tôt. Le manuscrit doit faire l’objet d’une édition en 2021.

George Sand, Mario, 1856 (Sand-NA-291)

Le deuxième manuscrit, Mario (1856), ressortit à la veine comique et picaresque, de théâtre populaire presque, que les productions familiales de Nohant ne dédaignaient pas d’aborder. Cette histoire du jeune Mario puise dans les clichés de l’enfant enlevé par des bohémiens et de conflit comique entre les deux méchants. Le manuscrit n’est que pour partie rédigé, et témoigne de la part d’improvisation qui pouvait être laissée à tel acteur doué de la petite troupe.

Jane Essler pose en costume de Mario dans “Ces Beaux Messieurs de Bois Doré” de George Sand à l’Ambigu en avril 1862. Photographie d’Etienne Carjat. Ville de Paris/Bibliothèque Marguerite Durand.

La réalisation sert de trame dans les mois qui suivent à Sand pour écrire un de ses grands romans historiques, Ces beaux messieurs du Bois-Doré, qui donnera lieu à son tour – de Nohant à l’Odéon – à une adaptation pour la scène parisienne.


Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Dubois dit :

    Bonjour, merci pour cet éclairage intéressant sur les achats de manuscrits de George Sand. Le titre du roman n’est-il pas plutôt “Les beaux-messieurs de Bois-doré” ?

  2. Véronique Bui dit :

    Merci Madame Jestaz pour cette information et pour la présentation très précise de ces deux documents précieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search