Un témoin énigmatique de la lutte pour le vote des femmes en Grande-Bretagne

L’inventaire des archives d’Arria Ly (1881-1934), l’un des multiples fonds d’archives de féministes réunis par Marie-Louise Bouglé dans sa bibliothèque, a permis de découvrir, parmi ses manuscrits et sa correspondance, un objet à première vue insolite, qui s’est avéré de surcroît rarissime.

Mrs Golliwog, Bibliothèque historique, Fonds Arria Ly.

Suspendue à une épingle, la figurine, en métal émaillé et qui mesure 2 cm de haut, est inspirée du personnage de Golliwog, comme l’indique le titre Mrs Golliwog porté sur le carton support. Ce personnage noir, apparu en 1895 dans un livre anglais pour enfants, connaît un grand succès au début du 20e siècle dans les pays anglo-saxons. Sa popularité est telle que des produits dérivés de “Golly” sont créés : poupées et autres jouets trouvent leur place dans les chambres d’enfants ; la publicité, les cartes postales et même le papier peint s’en emparent. à partir des années 1950, le caractère plus raciste que bon enfant de la poupée Golliwog sera peu à peu dénoncé et celle-ci fera l’objet de controverses régulières qui se poursuivent encore aujourd’hui.

Datant de 1909, au plus fort de la popularité de Golliwog, en voici donc une version féminine, alors qu’il est habituellement un personnage masculin. Notre Mrs Golliwog est vêtue de vert, violet et blanc, couleurs emblématiques des suffragettes anglaises, adoptées sous l’impulsion de la Women’s Social and Political Union (WSPU), une des principales organisations féministes britanniques. Elle est Member of Parliament (M.P.) pour Holloway Castle. Dans cette prison pour femmes, située dans le nord de Londres, sont régulièrement enfermées, à partir de 1905, les suffragettes anglaises arrêtées à la suite des actions de contestation qu’elles organisent sur la voie publique pour la défense du mouvement Votes for Women. La flamboyance rousse de la chevelure est soulignée par l’expression “Ginger for Pluck”.

La découverte de cette broche nous invite également à celle de son expéditrice à Arria Ly, dénommée Katharine Manson, qui l’a envoyée à la journaliste toulousaine au cours de leurs échanges épistolaires, entre mars 1909 et janvier 1910. Plus connue sous son nom de jeune fille de Katharine Gatty (1870-1952), cette féministe anglaise, journaliste et conférencière, est alors membre active de la Women’s Freedom League (WFL), organisation militante née d’une scission avec la WSPU en 1907.

Katharine Manson est emprisonnée un mois à Holloway, dont elle sort en mars 1909. Afin de rallier l’opinion publique à la cause du droit de vote des femmes, elle donne aussitôt des conférences pour relater son expérience de la prison, vêtue en tenue de prisonnière (in Prison Garb).

Tract pour la conférence de Katharine Manson et Miss Schofield, Bibliothèque historique, Fonds Arria Ly.
Invitation à une conférence de Katharine Manson, Bibliothèque historique, Fonds Arria Ly.

Les archives d’Arria Ly nous dévoilent un émouvant ensemble de 9 lettres autographes de Katharine Gatty-Manson, écrites en français entre mars 1909 et janvier 1910. Deux missives sont des cartes photographiques, l’une la représente portant une pancarte Votes for Women avec d’autres militantes, la seconde est un portrait en pied de son mari, John Manson, secrétaire de la Men’s League for Women’s Suffrage, qui la soutient activement dans son combat. Leur correspondance témoigne du retentissement international des actions des suffragettes anglaises et de leurs emprisonnements. Katherine Manson relate à la française la dureté de ses conditions de détention, mais aussi le soutien chaleureux des partisans de cette cause à sa sortie. Elle évoque sa codétenue Una Duval, ainsi que le mari de celle-ci, Victor Duval. « Nos prisons sont honteuses ! écrit-elle, Je suis toute prête d’y rentrer encore au mois de juillet si on m’arrête ». Effectivement, elle sera à nouveau emprisonnée en 1911 et 1912. A Arria Ly qui l’informe d’une pétition qui circule en France, la suffragette anglaise lui répond : « Je dois vous dire combien votre pétition m’intéresse. Dans le temps, j’ai fait ça, moi aussi ! En 1887, en 1890, en 1893, 1894, et 1905 et 1906 – j’en ai obtenu des millions, je crois ! Nos membres de Parlement n’y font pas attention ! Il faut leurs déranger. Vous êtes plus civilisés en France. Ici il faut du désordre, de la violence, être prête à se risquer la vie, ou du moins la liberté. C’est détestable, mais ça réussit ! » (sic).

Katherine Manson joint à ses lettres, certaines écrites sur des cartes postales éditées par la Women’s Freedom League, quelques tracts et annonces de ses activités, ainsi que cette petite broche. Mais quel message incarne-t-elle ? Il s’agit d’un objet modeste, sans doute vendu bon marché par des marchands ambulants et s’adressant à une clientèle populaire. Est-il un détournement satirique des nombreux modèles d’insignes, pour la plupart en forme de bouton ou de drapeau, utilisant les trois couleurs et le slogan emblématiques, portés pour affirmer son soutien au mouvement Votes for Women ? La représentation d’une suffragette en Golliwog, ainsi que la couleur rousse de la chevelure non coiffée, marquent-elles une volonté d’enlaidissement et de dénigrement de leur féminité, qui se retrouve fréquemment dans les nombreuses caricatures des féministes de l’époque ? Une femme noire membre du Parlement !, cette représentation a-t-elle pour but de dénoncer le soi-disant extrémisme et l’irréalisme des défenseurs du vote des femmes ?

La correspondance de Katharine Manson ne nous renseigne pas. Seuls deux autres exemplaires de cette broche, très usés, ont été repérés lors de passages en ventes, et le nôtre, d’une grande fraîcheur, est le seul recensé internationalement dans une collection publique. Cette rareté rend difficile sa contextualisation et par là même son interprétation. Qu’elle soit d’un bord comme de l’autre, cette petite broche est bien l’insigne de la détermination sans faille des femmes engagées dans ce long combat pour le droit de vote des femmes, né dans la seconde moitié du 19e siècle et qui connaîtra sa première victoire en Grande-Bretagne en 1918.  


Vous pouvez retrouver ce dossier de correspondance à la BHVP, dans le fonds Arria Ly des archives de la bibliothèque Marie-Louise Bouglé, à la cote [4-MS-FS-15-1262].

Nous remercions chaleureusement nos correspondantes anglaises Elizabeth Crawford, auteur du site https://womanandhersphere.com et Beverley Cook du Museum of London, spécialistes des mouvements suffragistes, pour leur précieuse aide.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search