Éphémères et documentation

Un projet ancien et précurseur

La Bibliothèque historique est l’une des rares bibliothèques à disposer d’un département consacré à part entière à une typologie documentaire habituellement conservée au sein d’autres ensembles (services iconographiques, fonds d’archives…) ou totalement délaissée. Elle doit cette particularité à Marcel Poëte, qui y est nommé bibliothécaire en 1903 avant de devenir son directeur trois ans plus tard. Ce dernier explique dans une note publiée en 1906 par le Bulletin de la bibliothèque1 ses intentions pour l’établissement. Il y décrit notamment la collecte des « feuilles de la rue » qu’il entend lancer avec les moyens que l’administration voudra bien lui allouer. Ses motivations sont doubles : fournir aux historiens à venir du matériau sur le temps présent, des sources primaires, à l’image d’un service d’archives, et non plus seulement l’histoire déjà écrite dans les monographies et les revues ; les documents qu’il envisage de collecter échappent souvent aux obligations du dépôt légal et aux versements en services d’archives publiques. En constituant des sources sur le quotidien des Parisiens, il souhaite également ouvrir de nouveaux champs de recherche, en histoire sociale, économique et culturelle, et non plus seulement alimenter l’histoire traditionnelle : événementielle, diplomatique, militaire et politique.

En amont de l’École des Annales, sa vision paraît novatrice. Quelques années plus tôt, Léopold Delisle a lancé le service des recueils de la Bibliothèque nationale2 et le prédécesseur de Marcel Poëte à la Bibliothèque historique, Jules Cousin, a déjà ouvert des séries documentaires sur les rues de Paris et les personnalités parisiennes3. Mais c’est Marcel Poëte qui exprime avec le plus de clarté l’intérêt de ces nouvelles sources et qui en donne une liste :

Quel intérêt, par exemple, n’offrira pas un jour, au point de vue de l’histoire économique et du coût de la vie à Paris, une série de prospectus, réclames et catalogues de marchands, datée et classée suivant l’ordre alphabétique des genres de commerce et d’industries ? Et les lettres de part de décès de Parisiens ne fourniront-elles pas les plus précieux éléments pour l’histoire généalogique de Paris ou le mode de répartition des professions dans les familles ? Les canards populaires, les chansons des rues, la petite pièce qu’on crie sur les boulevards ne constituent-ils pas la notation précise d’un moment de la vie parisienne ?

Marcel Poëte

Des méthodes de collecte originales

Maintenant que les recherches sur les éphémères se sont développées4, il est possible d’en donner une définition plus précise. Produits pour une utilité immédiate (annoncer, convaincre, expliquer…), ils véhiculent une information rapidement obsolète. Leur conservation n’est pas prévue au-delà de la validité de leur contenu. Paradoxalement, alors qu’il s’agit d’objets courants de la vie quotidienne, quel que soit le nombre d’exemplaires à l’origine, ils peuvent donc devenir des objets de collection rares, et parfois chers. Mais au moment de leur diffusion, ils circulent gratuitement ou à un faible prix, selon des circuits informels, en dehors des voies éditoriales classiques ou officielles. Cela explique qu’ils échappent souvent aux circuits d’acquisition des établissements de conservation. Il s’agit d’imprimés, même s’ils comportent parfois des éléments manuscrits (formulaire imprimé rempli à la main). Ils connaissent un essor exceptionnel à partir de la Révolution industrielle et de l’explosion typographique qui l’accompagne. Ils sont le plus souvent de forme modeste, tant du point de vue de la qualité de leur support et de leur impression que de leurs dimensions, ce qui entraîne une certaine fragilité et contribue à leur rareté.

Papillon de la Résistance, 11 novembre 1943

La constitution de la collection de la Bibliothèque historique emprunte à plusieurs moyens, à commencer par la collecte volontaire des bibliothécaires, qui s’adressent aux potentiels producteurs-donateurs. Leurs efforts quotidiens n’ont pas laissé de trace que nous ayons déjà relevée. Mais des moments de mobilisation plus intense, quand l’actualité fait ressortir l’intérêt de la collecte documentaire, nous sont parfois parvenus des témoignages de la prospection effectuée auprès des associations, des commerces et de tout organisme susceptible de diffuser des « pièces de la rue ». Ainsi en va-t-il de la période de la Première Guerre mondiale. L’ensemble d’éphémères de cette époque, à présent complètement classé et inventorié, nous a également permis de percevoir le rôle de la Société des amis de la bibliothèque dans la collecte documentaire : non seulement elle diffuse dans sa propre sphère relationnelle des courriers similaires à ceux de la bibliothèque, mais elle compte aussi dans ses rangs des amateurs, eux-mêmes collectionneurs susceptibles de donner leur propre moisson documentaire. La collection regorge en effet de pièces portant des marques de provenance de particuliers, au rang desquels on compte Adolphe L’Esprit, Edgar Mareuse, Henry Vivarez, Philippe Deschamps, Jean Lorenzi, la famille Dujardin, le docteur Vimont, Alexis Tumbeuf… Certains ensembles sont restés groupés du fait de leur cohérence thématique et on peut facilement associer des noms à des typologies ou des thématiques, comme Edgar Mareuse aux menus de banquets de sociétés artistiques et littéraires ou Philippe Deschamps aux souvenirs des relations franco-russes. Mais la plupart des collections privées ont été dispersées en fonction des sujets documentés par les pièces et des recherches plus poussées, en particulier dans les registres d’entrée de la bibliothèque, restent à mener pour comprendre les modalités d’arrivée de ces ensembles (dates, versements unique ou multiples, natures des pièces…) ; cependant, des sondages montrent qu’il est difficile d’identifier des documents derrière des mentions nécessairement globalisantes et flous (« un lot de menus », « une centaine de factures »…) et l’on comprend qu’un numéro d’entrée n’ait pas été reporté sur l’ensemble des pièces !

Bon de soupe des repas populaires du 4e arrondissement, 1915, document provenant de la collection d’Adolphe L’Esprit
Société des amis de la Bibliothèque de la Ville de Paris, liste de documents pouvant être donnés à la Bibliothèque de la Ville de Paris, 1915-1918

Marcel Poëte prévoit un dernier moyen d’accroissement pour les dossiers d’« actualités » – c’est ainsi que la collection se nomme quelques années après sa création, d’après la section consacrée aux « pièces de la rue » dans les expositions annuelles présentant au public les dernières acquisitions de la bibliothèque – : il s’agit d’une revue de presse effectuée à partir de journaux locaux.

Sources primaires, éphémères à proprement parler, et sources secondaires, coupures de presse et extraits de monographies, se côtoient donc dans la collection.

Une amplitude chronologique fluctuante

Collecte volontaire et revue de presse sont aujourd’hui arrêtées, et ce depuis la fin des années 1990 ou le début des années 2000, peut-être parce que le développement du numérique a laissé penser à l’extinction prochaine des éphémères papier. On comprend à la physionomie générale de la collection que les efforts d’enrichissement ont été irréguliers au fil du temps, selon l’intérêt des bibliothécaires et les moyens alloués au département. Sans doute cette chronologie s’inscrit-elle dans l’histoire plus générale de l’établissement. Sous réserve de recherches plus approfondies, on peut dire que, passée l’impulsion première donnée par Marcel Poëte, qui porte ses effets jusqu’à la Première Guerre mondiale, le volume des entrées décline au fil du temps, avec un sursaut certainement au moment de la Deuxième Guerre mondiale et un essoufflement très net par la suite. La période la mieux documentée correspond donc aux deux premières décennies du XXe siècle. Les entrées du temps de Jules Cousin, parfois encore « cachées » dans des portefeuilles au sein du fonds général d’imprimés, et les collections de particuliers amassées antérieurement à la création des « actualités » permettent de couvrir assez bien le dernier quart du XIXe siècle, par exemple les Expositions universelles de 1878 et 1889, et, par exception, des périodes plus anciennes, comme avec les factures de commerce, qui remontent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Des thématiques peuvent avoir bénéficier d’enrichissements systématiques plus récents, comme la série sur les élections alimentée jusque dans les années 1990, à une époque où le département semble avoir été divisé entre « actualités anciennes », sans doute consacrées au classement de la première collecte, et « actualités modernes », sans doute tournées vers la collecte contemporaine et la revue de presse. Mais une grande partie des pièces, notamment les plus récentes, n’ont pas encore été classées et sont conservées dans des boîtes sur lesquelles ne figurent aucune mention. Leur traitement conduira peut-être à réviser le profil chronologique de la collection.  

Aujourd’hui, des dons peuvent encore être accueillis favorablement pour couvrir des thématiques ou des périodes encore peu documentés ou bien enrichir des ensembles déjà existants ; en 2016, par exemple, une soixantaine de buvards publicitaires ont rejoint la bibliothèque, donnés par un collectionneur. Des acquisitions onéreuses ponctuelles sont également effectuées dans le même esprit, en privilégiant des lots, comme des factures de commerces en 2017 et 2019, ou en complétant des ensembles déjà décrits, comme les cartes de restaurants, sans risquer de doublonner l’existant.  

Album de vignettes acquis en 2016

Classement et inventaires

Dès le temps de Marcel Poëte, semble-t-il, il a été choisi d’appliquer aux éphémères collectés le cadre de classement thématique de Jules Cousin. Composé de 160 séries, il avait été mis au point pour ordonner les manuscrits et les imprimés donnés à la Ville par le bibliothécaire et on peut encore en percevoir l’organisation au début du fonds général de la bibliothèque. Mais toutes les séries ne coïncident pas avec un type d’éphémères : par exemple, la première, consacrée à la bibliographie sur Paris, n’a pas d’usage dans le département ; deux séries contigües peuvent être fusionnées ou, au contraire, il a parfois fallu décomposer une série, dans laquelle les documents étaient trop nombreux, comme la série 120, relative aux commerces parisiens. Pendant longtemps, aucun autre traitement n’a été envisagé pour les « actualités ». Lorsque Henry de Surirey de Saint-Remy, directeur de la bibliothèque au moment de son emménagement dans l’Hôtel de Lamoignon en 1969, décide de l’implantation des collections dans les nouveaux magasins, il attribue à la collection un espace proche de la salle de lecture car, dit-il, « [il] n'[en] existera jamais ni catalogue, ni inventaire » et les bibliothécaires qui en ont la charge font l’aller-retour entre les lecteurs et les réserves, comme des documentalistes.

Depuis 2012, actant peut-être ainsi leur patrimonialisation, la bibliothèque s’est engagée dans le signalement systématique des éphémères, les faisant entrer dans le catalogue informatisé, à l’image de l’ensemble des autres documents de la bibliothèque. Les chantiers sont parfois choisis en fonction de l’actualité (centenaire de la Première Guerre mondiale, cinquantenaire de Mai 68) ou de l’intérêt actuel des chercheurs (éphémères relatifs au cinéma, éphémères relatifs aux restaurants, menus de banquets). Le mode de description choisi emprunte au monde des archives avec la réalisation d’inventaires en EAD par typologies documentaires (faire-part de décès, menus de banquets) ou par thématiques (expositions universelles, grands magasins) ; les documents y sont dans la mesure du possible regroupés en dossiers par producteurs, correspondant aux unités de communication ; ces dossiers sont souvent organisés de manière géographique, reflétant l’organisation administrative de la ville (arrondissement, rues), pour répondre aux nombreuses demandes de recherches portant sur un quartier ou une adresse. Les ensembles plus sériels de dossiers documentaires portant sur des lieux ou des personnalités n’ont pas d’intérêt à être signalés dans des inventaires structurés hiérarchiquement ; c’est pourquoi ils font l’objet d’un catalogage plus classique en Unimarc, dans des notices de recueils factices sans lien entre elles. De la même manière, quand la volumétrie des coupures de presse ayant alimenté les dossiers d’une série est importante, comme dans le cas de la Première Guerre mondiale, elles ont été séparées des éphémères à proprement parler, à fois parce que la nature de ces deux types de sources est différente et parce que la cohabitation de papier journal et de documents parfois précieux posent problème du point de vue de la conservation ; elles font alors aussi l’objet d’un catalogage en Unimarc. Chaque chantier s’accompagne du reconditionnement des documents selon des principes actuels de conservation préventive.  

Programme du cinéma du Cirque d’hiver, 1915, 4-DEP-004-157
Série de 6 insignes cartonnés vendus lors de la Journée du Poilu les 25 et 26 décembre 1915, 2-DEP-001-065

Communication des documents

Dès lors qu’un dossier est muni d’une cote (…-DEP-…, …-BIO-…, …-TOP-… ou …-DOC-…) et que sa description apparaît dans le catalogue en ligne, les lecteurs sont autonomes pour en demander la communication en salle de lecture. Mais pour l’ensemble, encore volumineux, des séries non traitées, ils restent tributaires de l’équipe du département des éphémères et de la documentation, joignable par l’adresse générique de la bibliothèque (bhvp@paris.fr), qui les renseigne à distance sur l’existence de boîtes ou de dossiers correspondant à leurs recherches et leur donne rendez-vous pour le jour où les documents intéressants peuvent être sortis à leur intention. Souvent, même lorsque les séries ont été classées et inventoriées, il reste à charge pour le lecteur de dépouiller une certaine quantité de documents car la volumétrie de la collection, aujourd’hui estimée à 550 000 pièces – mais ce chiffre est à considérer avec prudence car qui ira jamais compter toutes les coupures de presse ? – rend inenvisageable une description à la pièce.

Numérisation et valorisation

C’est la raison pour laquelle on privilégie des projets de valorisation de la collection s’appuyant sur des sélections : une numérisation, comme celle qui a été réalisée pour les éphémères des restaurants, nécessite un traitement pièce à pièce ; en revanche, l’exposition virtuelle sur le quotidien des Parisiens pendant la Grande Guerre met en lumière un échantillon des ressources de la bibliothèque sur le sujet. De manière générale, les éphémères sont très sollicités pour la médiation de l’histoire auprès du grand public : simples feuillets, faciles à manipuler ou à exposer, ils séduisent parfois par leur esthétisme, mais plus souvent encore par leur force d’évocation et d’identification car ils renvoient à des réalités familières.  

Page d’accueil de l’exposition virtuelle sur le quotidien des Parisiens pendant la Grande Guerre

L’exceptionnelle collection d’éphémères de la Bibliothèque historique sort donc progressivement de l’ombre. Au fil de la mise en ligne des inventaires et des notices, on espère que les travaux d’historiens imaginés par Marcel Poëte se multiplieront et que le temps libéré par la recherche et la communication directe des documents aux lecteurs permettra de se tourner de nouveau vers l’enrichissement de l’ensemble.

  1. « Rapport présenté par M. Marcel Poëte au nom de la commission de réorganisation de ce service », Bulletin de la Bibliothèque et des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1906, n°1, p. XIV-XVI. []
  2. Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », L’éphémère, Revue de la Bibliothèque nationale de France, n°10, 2002, p. 51-56. []
  3. Victor Fournel, « La bibliothèque de l’hôtel Carnavalet et son bibliothécaire », Le Français, 29 octobre 1878. []
  4. Voir l’état des lieux établi par le programme de recherches PatrimEph. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bravo Séverine pour cette valorisation des éphémères qui nous tiennent tant à cœur !

Répondre à Gaultier-Voituriez Odile Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search