Brûlants papiers

L’un des trésors de la Bibliothèque historique est formé des 2 000 feuillets de procès-verbaux des délibérations de la Commune de Paris de 1871, source primordiale de l’activité et des réflexions ayant occupé le bref gouvernement révolutionnaire. Ces procès-verbaux ne furent pas loin de disparaître.

Le sauvetage des papiers

Le 22 mai 1871, Gustave Mayer (1834-1905), ami de Charles Amouroux secrétaire de la Commune, passe à l’Hôtel de Ville ramasser ces comptes rendus détaillés des 31 séances du Conseil de la Commune, qu’il  sent en danger, et les cache chez lui. Bien lui en prend, l’Hôtel de Ville est incendié deux jours après.

Séance du 27 avril :

“Le citoyen Courbet demande qu’on exécute le décret de la Commune sur la démolition de la colonne Vendôme. On pourrait peut-être laisser subsister le soubassement de ce monument, dont les bas-reliefs ont trait à l’histoire de la République ; on remplacerait la colonne par un génie représentant la révolution du 18 mars. J.-B. Clément insiste pour que la colonne soit entièrement brisée et détruite.”

Bibliothèque historique, 2-MS-RES-063.

À la mort d’Amouroux en 1885, et le calme revenu, Mayer devenu syndic du Conseil municipal veut en faire don à la Ville : le Conseil de Paris, qui préfère, semble-t-il, se distancer de l’épisode révolutionnaire, “n’a pas paru en faire grand cas”, écrit Mayer neuf ans après. Il conserve heureusement les papiers, et les offre finalement en 1894 “comme l’un des témoins de l’histoire de notre cher Paris” à la jeune Bibliothèque historique, créée à la suite de l’incendie, qui s’occupe activement à collecter des sources sur l’histoire de Paris, y compris les plus contemporaines.

Lettre de Gustave Mayer à Lucien Faucou en 1894, où il lui dit avoir voulu les donner à la Ville une première fois et la tiède réception qu’il a reçue, Bibliothèque historique, 2-MS-RES-089

Les 2187 feuillets avaient été reliés par la bibliothèque en trois volumes. Ils ont été récemment déreliés afin de permettre leur numérisation: certains papillons de papier devaient être décollés des marges pour rendre le feuillet du dessous visible. Les séances s’échelonnent du 28 mars au 21 mai, presque toujours quotidiennes, mais avec quelques trous (17, 29-30 avril, 1er, 3, 11, 18, 20 mai), et quelques cas de séance nocturne se terminant à l’aube (“la séance est levée à 7h”), s’ajoutant à la séance de la journée (29, 30, 31 mars, 12, 15, 18 avril). A compter du 18 avril, s’ajoutent en général au procès-verbal des notes préparant le compte-rendu analytique destiné au Journal officiel et parfois des pièces annexes, propositions déjà rédigées par leurs auteurs et lues en séance ou courriers adressés au Conseil. L’écriture très rapide et peu formée des procès-verbaux n’est pas toujours très commode à lire, à l’inverse des comptes rendus qui sont normalement une mise au net. Mais il arrive que ceux-ci soient à leur tour repris et lourdement annotés.

Compte-rendu analytique de la séance du 22 avril 1871. Les reprises insistent sur l’attitude contradictoire de Félix Pyat, membre de la Commune et rédacteur du quotidien Le Vengeur :
“Vermorel : Citoyens, je crois que la publicité est en elle-même sa moralité. Nous avons reçu la démission de Félix Pyat, mais cela ne le dispense pas de la responsabilité des actes auxquels il a participé. Le Vengeur d’hier blâme avec force la suppression de plusieurs journaux. Je tiens à constater que cette mesure vient de Félix a été approuvée ici par le citoyen Pyat et qu’il en a même dans une certaine mesure pris l’initiative. quoiqu’il ne fasse plus partie de cette commission, il n’a pas le droit de réfuter cette mesure.
Il faut qu’on le sache, et je demande que cette observation, qui est une observation de moralité politique, soit insérée à l’Officiel”

Un long travail d’édition

Ce n’est qu’après-guerre, en 1924, que l’édition de cette source importante commence, assurée par Gabriel Henriot et Georges Bourgin, jeunes historiens formés à l’École des chartes, tous deux nés après les événements. Le deuxième volume, celui des séances du mois de mai, ne parut qu’en 1945, les deux auteurs étant alors assistés d’Amédée Dunois, l’éditeur de l‘Histoire de la Commune de Lissagaray.

Cette publication constitue une grande nouveauté pour la Commission des recherches sur l’histoire de Paris chargée de publier les sources d’histoire de Paris pendant la Révolution, qui n’avait pas eu à se pencher encore sur de l’histoire contemporaine1. Composée de spécialistes d’histoire de la Révolution française, elle était engagée depuis vingt ans dans des entreprises monumentales : le Répertoire général des sources manuscrites de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, mené par Alexandre Tuetey (11 volumes, 1890-1914), la Bibliographie de l’histoire de Paris pendant la Révolution française, menée par Maurice Tourneux (5 volumes, 1890-1913), et surtout les Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution, menée par Sigismond Lacroix et René Farge2 (2 volumes, 1899 et 1920). Mais en dépit du parallèle évident, la Commune de 1871 est sentie comme un sujet particulièrement sensible. Le projet de publication est âprement débattu au sein d’une séance de 1911, qui nous est connue par les notes prises par René Farge, conservées à la bibliothèque3.

“Opinions violentes”, “sujet délicat”, dit Léonce Levraud, président du Conseil municipal4 ; cela “fera scandale”, dit Baudouin5. “Document intéressant, vivant”, il reste des témoins oculaires, “c’est maintenant qu’une édition critique peut être faite”, contredit Vermorel. “Les gouvernements despotiques éteignaient les Lumières. Pourquoi sous la République, les citoyens n’auraient donc pas le droit d’être renseignés sur des événements auxquels certains vivants ont participé ?” ; “Plus les événements ont suscité de passions et de légendes, plus la vérité historique est utile”, appuie Alphonse Aulard, spécialiste de la Révolution française et cofondateur de la Ligue des droits de l’homme.

L’édition ne sera “ni une glorification, ni un dénigrement”, pose finalement la Commission en principe6.

Notes de René Farge rendant compte des débats de la Commission des travaux historiques en 1911, Bibliothèque historique, Ms 1679.

Les acteurs des séances

Question intéressante que celle des survivants : parmi eux, certains avaient finalement fait carrière, obtenu des mandats électoraux, bref étaient devenus des notabilités7. En 1911 vivaient encore deux élus de la Commune, signataires de ces procès-verbaux :

  • Georges Arnold (1837-1912), un des membres importants du groupe, plus tard architecte de la Ville de Paris, auteur d’un monument à Jean-Baptiste Clément ;
  • Édouard Vaillant (1840-1915), un des élus de la Commune, qui avait été député de la Seine en 1893.

Mais au-delà des seuls membres du Conseil de la Commune, les personnalités impliquées, parfois citées dans les relevés des séances, ne manquaient pas :

  • Jean Allemane (1843-1935), officier fédéré dans le 5e arrondissement pendant la Commune, condamné aux travaux forcés à perpétuité, puis amnistié, alors député de Paris ;
  • Zéphirin Camelinat (1840-1932), qui dirigea la Monnaie pendant la Commune, puis député de la Seine en 1885, alors trésorier de la SFIO ;
  • Alphonse Humbert (1846-1922), qui publia Le Père Duchêne pendant la Commune, plus tard président du Conseil municipal de Paris (1893-1894) ;
  • Edmond Lepelletier (1846-1913), que la Commune nomma conservateur du palais du Conseil d’État, plus tard député de la Seine (1902-1906), chevalier de la Légion d’honneur ;
  • Paul Reclus (1847-1914), qui tenta de reconstruire l’enseignement de la Faculté de médecine pendant la Commune et participa aux combats. Dernier survivant du trio formé avec ses frères Élie et Élisée, il était alors membre de l’Académie de médecine, professeur à la Faculté de médecine et chirurgien-chef de l’Hôtel-Dieu ;
  • Henri Rochefort (1831-1913), le célèbre journaliste, ex-député de la Seine (1885-1886).

À noter qu’une traduction complète en russe fut faite par l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de l’URSS en 1959-1960, nouvel exemple de la persistance de la haute valeur idéologique de ces papiers.

Ceux-ci sont aujourd’hui numérisés et consultables sur notre portail.


  1. Fondée le 26 mai 1887, cette Commission travaille parallèlement à celle des Travaux historiques, qui traite des sources des périodes antérieures. Le 19 mai 1908 son objet avait été étendu à l’histoire contemporaine (voir le Bulletin municipal officiel du 23 avril 1908 p. 1982, cité dans le Bull. de la Société d’histoire de Paris, 1908 p.168) : était-ce en vue déjà de la publication des procès–verbaux de la Commune de 1871 ? []
  2. René Farge (1872-1923), archiviste aux Archives de la Seine. []
  3. BHVP, Ms 1679, folios 1-12. []
  4. Levraud, jeune, avait participé de façon discrète à la Commune, en dirigeant une ambulance, autrement dit une infirmerie (Dictionnaire de biographie française, 2020). []
  5. Peut-être Eugène Baudouin, maire de Vanves et conseiller général de la Seine. []
  6. Un des chauds partisans de cette édition fut James Guillaume (1844-1916), historien de la Révolution qui participait à la commission. Voir l’intéressant article de Jean-Charles Buttier, citant longuement un texte de Guillaume de 1911 où il décrit sa redécouverte des manuscrits qu’il venait de consulter à la bibliothèque et qu’il a confrontés au texte des séances du Journal officiel. []
  7. Les liens suivants renvoient vers les notices biographiques du Maitron. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search