Trésors du quotidien

En janvier 2019, la Bibliothèque historique est installée depuis 50 ans dans l’Hôtel de Lamoignon. A cette occasion, notre salle de lecture bénéficie d’une cure de jouvence. Des festivités marquent sa réouverture en octobre et nous choisissons comme sujet pour la présentation de documents que nous renouvelons trois à quatre fois par an dans les vitrines de l’accueil, de mettre en valeur notre collection d’éphémères, particularité forte de l’établissement, et de rendre hommage à celui qui l’a initiée au début du 20e siècle, son directeur, Marcel Poëte. En écho à l’exposition « Trésors », qui marque la réouverture de la bibliothèque après la rénovation de l’accueil fin 2017, le parcours s’intitule « Trésors du quotidien ». À l’opposé des manuscrits prestigieux et autres ouvrages de réserve également conservés par l’établissement, il invite à découvrir un patrimoine à la fois familier et méconnu. Au travers de 13 vitrines thématiques, abordant chacune une activité quotidienne, un maximum de types documentaires est présenté, l’objectif étant d’en montrer la diversité, et non leur importance relative dans la collection. L’équipe du département a effectué un important travail de sélection afin de présenter les pièces les plus attractives et les plus évocatrices possible, ne reflétant là non plus pas tout à fait la réalité de la collection, où les documents non illustrés sont plus nombreux que ce qu’en laissent percevoir l’échantillon de 235 documents finalement choisis.

Retrouvez ci-dessous les photos des vitrines et le texte des cartels.


Comment permettre aux historiens à venir d’étudier la vie quotidienne des Parisiens ? C’est avec ce souci nouveau que le directeur de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris au début du 20e siècle, Marcel Poëte, lance une collecte de “pièces de la rue”. Voici d’ailleurs comment il l’exprime dans un article publié en 1906 :

Quel intérêt, par exemple, n’offrira pas un jour, au point de vue de l’histoire économique et du coût de la vie à Paris, une série de prospectus, réclames et catalogues de marchands, datée et classée suivant l’ordre alphabétique des genres de commerce et d’industries ? Et les lettres de faire-part de décès de Parisiens ne fourniront-elles pas les plus précieux éléments pour l’histoire généalogique de Paris ou le mode de répartition des professions dans les familles ? Les canards populaires, les chansons des rues, la petite pièce qu’on crie sur les boulevards ne constituent-ils pas la notation précise d’un moment de la vie parisienne ?  

Marcel Poëte, «  Rapport présenté par M. Marcel Poëte au nom de la commission de réorganisation de ce service », Bulletin de la Bibliothèque et des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1906, n°1, p. XIV-XVI.

Ces éphémères, documents utilitaires, diffusés le plus souvent gratuitement, généralement fragiles et destinés au rebut, convergent donc vers la bibliothèque durant tout le 20e siècle et constituent aujourd’hui une collection originale estimée à environ 550 000 pièces, exceptionnelle source pour les historiens du fait économique, de la société et de la vie culturelle à Paris durant le dernier quart du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle. À travers l’évocation des activités les plus quotidiennes des habitants de la capitale, telles que le travail, l’alimentation ou les divertissements, nous vous invitons à découvrir quelques échantillons de ces trésors du quotidien.    

Échanger des nouvelles  

Sélection de faire-part, cartes de visites, publicités concernant les échanges postaux.

Jusque dans les années 1970, avant que le téléphone n’équipe les foyers, l’échange de nouvelles passe principalement par l’écrit. Y compris à faible distance, dans Paris, on s’envoie télégrammes et cartes postales. La haute société développe dès le 19e siècle des usages mondains de l’écrit qui se démocratisent ensuite : faire-part pour les décès, les mariages et, dans une moindre mesure, les naissances – nous en conservons quelques dizaines de milliers… -, cartes de visites pour laisser un message à une personne absente de son domicile, cartons d’invitation pour annoncer les jours de visite ou convier à des événements plus exceptionnels. Ces “travaux de ville” font la fortune d’imprimeurs spécialisés. Imprimeurs et papetiers sont d’ailleurs parfois de grands pourvoyeurs de documents pour les collections d’éphémères quand, cessant leur activité, ils font don de leur “fonds d’atelier”.    

Travailler  

Sélection de documents concernant le travail : catalogue d’habits professionnels, formulaires de placement, tracts syndicaux…

Les traces écrites de cette activité pourtant omniprésente dans le quotidien des Parisiens sont assez ténues dans notre collection d’éphémères. Quelques cartes professionnelles provenant sans doute de dons de particuliers ou des attestations d’employeur mêlées aux factures de commerce au sein des papiers à en-tête témoignent du travail dans les entreprises. Surtout, les catalogues d’habits professionnels et les formulaires de bureaux de placements rendent compte du grand nombre de domestiques à Paris à la Belle Époque, ainsi que de la pénibilité et de la précarité de l’emploi en général. Des tracts syndicaux nous ramènent d’ailleurs à une époque antérieure aux avancées sociales du Front populaire et de la Libération.

Se déplacer  

Sélection de documents concernant les transports : tickets de métro, horaires de transports, permis de circulation…

Certaines thématiques documentées par notre collection d’éphémères doivent beaucoup aux collectionneurs privés. C’est le cas des déplacements dans la capitale avec l’impressionnant ensemble de titres de transports donné à la bibliothèque par la famille Dujardin, puis complété et classé par Jean Legendre. On y voit se succéder les réseaux d’omnibus, de tramways et de métro ayant émaillé la capitale ainsi que les différentes compagnies les ayant exploités. La collection comprend également des cartes d’accès ou des billets spéciaux, réservés en particulier aux professionnels ; le nom et le visage d’Alexis Tumbeuf, piqueur des Ponts et chaussées, revient régulièrement, comme sur ce permis de circulation permanent délivré par la Compagnie générale des bateaux parisiens. Des indicateurs horaires pour Paris et sa banlieue viennent compléter cet ensemble, parfois maculés de traces d’usage, parfois aussi illustrés que des guides touristiques.    

Aller à l’école  

Sélection de documents concernant l’école : couvertures de cahiers, certificat d’étude, bons points…

Sans doute entrées à la faveur de dons de particuliers, ces pièces nous plongent dans le quotidien des petits écoliers de la capitale. Cahiers de composition soigneusement remplis à la plume, abécédaires, bons points, couvertures de cahiers aux sujets édifiants, programmes de remises de prix, étiquettes collées dans les livres distribués comme récompenses, diplômes de certificat d’études primaires témoignent de l’école ouverte à tous et empreinte des valeurs d’effort et de mérite telle qu’elle se développe durant tout le 19e siècle grâce aux lois Guizot, Duruy et Ferry.    

Faire ses comptes  

Sélection de documents concernant concernant l’économie domestique : carnets, publicités, bons d’achats…

La gestion de l’argent du foyer constitue une activité quotidienne cruciale. En attestent quelques livres de comptes de particuliers. Il s’agit parfois de carnets distribués comme cadeaux à la clientèle par des enseignes parisiennes, où se mêlent conseils d’économie domestique et publicité. De même que les factures de commerces parisiens, que nous conservons par milliers, ces sources contribuent à donner aux historiens une idée de l’évolution du coût de la vie. Tracts ou bons d’achats émanant de coopératives ou d’associations d’entraide reflètent la recherche d’économie d’une partie des Parisiens tandis que notre abondante documentation financière, provenant principalement d’organismes bancaires, témoigne de pratiques d’épargne et d’investissement plus ou moins hasardeuses.    

Se vêtir  

Sélection de documents concernant l’habillement : catalogues, patrons, marque-page, éventail…

La documentation publicitaire, catalogues et prospectus, relative au commerce textile constitue une série très volumineuse au sein de notre collection d’éphémères. Elle illustre bien l’essor de la confection à la fin du 19e siècle dans les grands magasins et dans des enseignes spécialisées comme La Belle Jardinière ou High Life Tailor. Des cadeaux commerciaux de grande qualité esthétique – images chromolithographiées, marque-pages, calendriers, éventails… – parfois collectionnés dès leur diffusion, témoignent des efforts déployés pour fidéliser la clientèle de la Belle Époque. D’autres documents, comme des carnets d’échantillons ou ce patron d’après-guerre, prouvent aussi la permanence plus ou moins vive de la couture à domicile.    

Remplir ses devoirs de citoyen et s’entraider  

Sélection de documents concernant la vie citoyenne et associative : timbres, cartes d’électeur ou d’adhérent, vignettes de conscrits, menus de banquet…

La vie des citoyens parisiens comme celle des autres Français est ponctuée d’importantes étapes, de l’enregistrement à l’état civil des naissances, mariages, décès, à la participation aux scrutins électoraux, en passant par la conscription pour les hommes. Certains documents rappellent l’existence du tirage au sort jusqu’en 1905 : les conscrits désignés pour le service arborent alors leur numéro sur une grande vignette épinglée sur leur chapeau. À la fin du 19e siècle, la volonté de revanche sur la Prusse conduit à la création de sociétés de préparation militaire, où l’on s’exerce avant même l’âge de la conscription. L’histoire électorale de la capitale est plus singulière car, si nous conservons des documents pour les scrutins nationaux depuis la fin du 19e siècle, les premières élections municipales n’ont lieu à Paris qu’en 1977. Voici quelques exemples de marketing politique des premiers candidats à la Mairie. Notre collection est également très riche de documents provenant des associations de bienfaisance : nombreuses dès la fin du 19e siècle, ces initiatives privées en faveur des plus démunis sont ensuite relayées par les pouvoirs publics, notamment dans les bureaux de bienfaisance d’arrondissement. La solidarité entre Parisiens s’exprime aussi à travers des réseaux d’entraide professionnels ou régionaux : une bonne part de la population est originaire de “province” et aime à se retrouver entre Alsaciens, Aveyronnais ou Auvergnats.    

Se soigner et prendre soin de soi  

Sélection de documents concernant l’hygiène et la santé : publicité médicale, pharmaceutique et cosmétique.

L’impressionnante masse de publicité médicale et pharmaceutique amassée au sein de notre collection d’éphémères s’explique en grande partie par le fait que ce secteur est pionnier en matière de réclame. Très tôt, dès la première moitié du 19e siècle, les médecins et les pharmaciens rivalisent d’arguments et d’astuces visuelles pour promouvoir leurs services et leurs produits. Au fil de l’élévation du niveau de vie général, la population se soucie davantage de sa santé et consacre un budget croissant aux soins du corps. Dans la capitale de l’élégance, la cosmétique prend son essor et bénéficie des services de grands illustrateurs pour habiller et vanter ses savons, parfums et autres lotions.    

Se loger

Sélection de document concernant le logement : avis de ventes immobilières, documentation commerciale sur l’énergie, l’hygiène et le mobilier…

Les problèmes de logement sont récurrents à Paris, en particulier à la Belle Époque, où la population de la capitale atteint un maximum historique (2,9 millions d’habitants à la veille de la Première Guerre mondiale). Les provinciaux affluent à Paris pour y chercher de meilleures conditions d’existence. Ils trouvent un toit provisoire dans des pensions populaires avant de pouvoir déménager et devenir locataires. Les nombreux avis de ventes immobilières que nous conservons, avec leur description, voire le plan des logements, nous donnent une idée de l’habitat parisien moyen, où règne la figure centrale du concierge. La documentation commerciale nous permet quant à elle d’apprécier l’arrivée progressive du confort moderne dans les logements : gaz remplaçant le charbon, électricité, toilettes et salle de bain individuelles, mobilier plus confortable, téléphone…    

Boire et manger  

Sélection de documents concernant l’alimentation : publicités, menus de restaurants…

Activité quotidienne s’il en est, l’alimentation occupe une place très importante dans notre collection d’éphémères. Marcel Poëte ne se trompe pas en imaginant que ce type de sujets intéressera les historiens à venir : il s’agit en effet d’un thème de recherches actuellement très dynamique. La documentation publicitaire permet de reconstituer le paysage des commerces d’alimentation de la capitale, du plus modeste marchand de vin à la grande épicerie fine des beaux quartiers. Vous noterez l’inventivité et le soin qu’on apporte à la Belle Époque à la production de catalogues, prospectus, affichettes,  emballages et autres documents promotionnels. Notre collection comprend également quelques témoignages de la vie des marchés parisiens, comme cette planche de tickets de placier au Carreau du Temple.  Dans une ville où les repas sont majoritairement pris à l’extérieur, les documents émanant des restaurants font également le bonheur des historiens de l’alimentation et de la gastronomie. Cet ensemble exceptionnel de près de 8 000 pièces couvre tout type d’enseignes, de la plus simple cantine ouvrière distribuant aux portes des ateliers des aperçus des prix, aux établissements de luxe éditant des menus raffinés collectionnés dès leur diffusion, en passant par la traditionnelle brasserie parisienne imprimant parfois sa carte sur une papeterie publicitaire.    

S’amuser  

Sélection de documents concernant les loisirs des enfants : catalogues et images de jouets, programmes de spectacles pour le jeune public et puzzle….

De même que les adultes, les enfants représentent pour le commerce triomphant de la Belle Époque un débouché formidable. Ils deviennent donc la cible d’une publicité extrêmement soignée, comme le prouvent ces jolis catalogues de jouets des grands magasins. Les images chromolithographiées distribuées chaque jeudi dans les boutiques visent à fidéliser la clientèle des mères de famille à travers leur progéniture, avide de compléter leur collection. Notre fonds renferme également des programmes de divertissement destinés spécialement au jeune public, notamment dans les parcs et jardins de la capitale, ainsi que quelques spécimens de jeux de société, en particulier des éditions souvenirs de grands événements, comme ce puzzle représentant des pavillons de l’Exposition universelle de 1878.    

Se divertir  

Sélection de documents concernant les spectacles : programmes sous diverses formes, billets…

Théâtres, cinémas, cirques, cafés-concerts, bals, guinguettes, parcs d’attractions, skatings-rinks, vélodromes et autres enceintes d’événements sportifs… Les lieux de divertissement ne manquent pas dans le Paris de la Belle Époque et notre collection d’éphémères ne dément pas cette image de ville de plaisirs. Les liens étroits de la Bibliothèque historique avec l’Association de la Régie théâtrale expliquent en grande partie notre richesse en matière de programmes de théâtre. Notre série sur le cinéma constitue également une source exceptionnelle par l’ancienneté et la rareté des documents qu’elle comprend. On remarquera enfin notre collection de livrets de chansons, vendus dans les rues de la capitale pour faire reprendre en chœur aux passants des refrains populaires.    

Se cultiver  

Sélection de documents concernant la culture et sa transmission : documentation sur des conférences, des expositions…

Capitale du divertissement, Paris l’est aussi de la culture : un réseau très dense de musées, de galeries, de bibliothèques, de librairies, de maisons d’éditions ou encore de sociétés savantes se met en place durant les 19e et 20e siècles, au fil de l’élévation du niveau d’instruction général de la population. Notre collection en rend compte, notamment à travers la documentation émanant des sociétés de conférences et l’abondante série de cartons d’invitation et de catalogues de galeries d’art. Bien représentative de cette foisonnante offre culturelle parisienne, l’affiche annonçant les conférences de Marcel Poëte à la Bibliothèque historique, qu’il transforme en Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines, nous permet de rendre hommage à l’initiateur de notre collection d’éphémères.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search