Paris “en manière d’aquarelle” à la fin du 18e siècle

La fin du 18e siècle voit un certain renouvellement des représentations de Paris par l’estampe, dont témoignent sept albums de la Bibliothèque historique récemment mis en ligne. Ils regroupent plusieurs centaines de planches gravées par l’un des grands noms de l’estampe en couleurs en France, Jean-François Janinet (1752-1814)1. Elles mettent un accent particulier sur l’architecture de bâtiments individuels, isolés au sein de la grande ville : Paris vu comme un écrin de joyaux d’architecture disséminés, plutôt que comme une unité urbaine prestigieuse ou pittoresque, que le 19e siècle s’emploiera à faire valoir.

Vues pittoresques des principaux édifices de Paris, un des frontispices pouvant servir à introduire les séries des aquatintes en manière d’aquarelle gravées par Jean-François Janinet dans les années 1780-1790. Autour d’une vue de Paris rappelant les paysages d’I. Silvestre du 17e siècle, un encadrement néo-classique très à la page.

Les dessins d’architecture de Jean-Nicolas-Louis-Durand

La Grand-salle du Palais, reconstruite par Salomon de Brosse après l’incendie de 1618. Une des rares représentations qui permettent d’y voir les étals des libraires montés tout autour des piliers, avec les clients mêlés aux magistrats et au personnel du Palais. Dessin de Durand, gravé par Janinet, aquatinte éditée par Esnauts et Rapilly avant 1793.

Janinet entame dans la décennie 1780 des séries de représentations de monuments de Paris, publics et privés, qu’il continue et enrichit jusque sous l’Empire avec l’aide de quelques élèves ou suiveurs. Il grave des dessins fournis par l’architecte Jean-Nicolas-Louis-Durand (1760-1834), alors professeur d’architecture à l’École polytechnique. Celui-ci entend-il remplacer le célèbre volume de L’Architecture française dessiné par Daniel Marot et édité par Jean Mariette en 1727 qui faisait connaître les grands monuments et hôtels particuliers de Paris en 500 planches ? Il reprend un bon nombre des sujets de cette série de référence, pièces obligées du Paris royal (Palais de justice et Sainte-Chapelle, Notre-Dame, Hôtel de ville, Louvre, Luxembourg), notamment tel qu’il s’est développé à l’âge classique (les portes et les places royales, les Invalides). Mais il opère une sérieuse mise à jour en recentrant le regard sur les grandes constructions du 18e siècle: les bâtiments publics bien sûr, comme la Halle au blé, l’hôpital de la Charité, la Monnaie, l’École de médecine, la Bourse, l’Odéon, montrant ainsi la variété des programmes dont est désormais responsable l’autorité publique. De plus, comme le faisait Marot, il publie également un grand nombre d’hôtels particuliers. Ce ne sont plus les mêmes toutefois.

Les bâtiments choisis datent des vingt dernières années2. On y retrouve les œuvres de son maître Boullée, dont il montre l’hôtel Demonville rue d’Anjou et l’hôtel Alexandre, dans le même quartier Saint-Honoré/Madeleine en expansion, mais aussi celles de Claude-Nicolas Ledoux (l’hôtel Guimard) et de Jean-Jacques Lequeu (l’hôtel de Montholon boulevard Poissonnière) – précieux témoignages d’un temps important de l’architecture française que les développements de Paris au 19e siècle ont fait disparaître pour une bonne part. Leur introduction dans ces Vues des plus beaux édifices publics et particuliers de la ville de Paris témoigne de la fierté qu’ils pouvaient susciter chez un professionnel comme Durand, qui fait presque de la série un recueil de modèles idéaux.

Une architecture controversée

Tous les observateurs de Paris n’en jugeaient pas pour autant ainsi, et ils font l’objet d’un chapitre vindicatif du Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier qui, derrière les œuvres d’art, ne voit que des repères de mauvais riches3 :

“La belle rue que forment tous ces bâtimens nouveaux ! Que le coup d’œil en est régulier & magnifique! Quel est cet hôtel qui s’élève ? Qui doit l’habiter ? C’est un homme qui a laissé mourir dans les hôpitaux une foule de soldats languissans. A côté est l’hôtel d’une courtisanne, dont l’adresse a rassemblé une immense fortune4… Ces hôtels si brillans au dehors, recèlent des êtres séparés de la multitude autant par leur froide insensibilité que par leur opulence. Pas un de ces bâtimens qui ne soit cimenté de larmes. L’un a fait disparoître des voitures de farine ; l’autre a conduit une légion de commis aux aides. Là est un intendant qui a traité une province comme un pays ennemi. A qui appartiennent tous ces beaux hôtels? A des usuriers, à des concussionnaires, à des agioteurs, à d’infatigables agens d’oppression.”5.

Certaines de ces créations ne sont aujourd’hui connues que par ces séries de Janinet et Chapuy.

Un Panthéon de papier des architectes français du deuxième 18e siècle

A côté de ces créateurs un peu atypiques, on retrouve les autres maîtres de cette fin du 18e siècle : Soufflot (le Panthéon), Bélanger (le jeu de paume du comte d’Artois6, Brongniart (l’hôtel Saint-Foix à la Chaussée d’Antin, le lycée Condorcet), Charles De Wailly (l’hôtel Pajou rue de la Boétie et l’Odéon), Chalgrin (Saint-Philippe-du-Roule et la restauration de l’Odéon incendié), Verniquet (l’amphithéâtre du Jardin des plantes). Les dessinateurs Antoine Sergent-Marceau et François-Martin Testard, les architectes Garbizza et Mopillé contribuent dans les années 1800 à la dernière mise à jour, celle du Paris impérial : le premier Arc de triomphe7, le péristyle de la Madeleine de Guillaume Couture, la fontaine du Châtelet de Bralle et celle du Château d’eau8 de Pierre-Simon Girard, la chapelle des Tuileries et l’arc de triomphe du Carrousel de Percier et Fontaine, la Chancellerie de la légion d’honneur de Pierre Rousseau9 – imposant ensemble auquel répond symboliquement une planche unique annonciatrice du Paris qui s’en va qui occupera tellement les décennies suivantes: une dernière représentation du Temple, détruit en 1809 pour couper court aux pèlerinages royalistes. Justement cette vue avec son cadrage asymétrique et ce point de vue excessivement fuyant contraste nettement avec le parti abstrait du dessin d’architecture en élévation frontale souvent choisi par Durand et ses collaborateurs pour les bâtiments publics. Les séries des vues en médaillon utilisent beaucoup plus les points de vue obliques.

La rotonde du Temple était un bâtiment à vocation commerciale, construite par Pérard de Montreuil en 1788.
Elle servit de halle à la fripe, et fut remplacée en 1809.

Les séries et leurs usages

On pourrait s’étonner de la sévérité de ce choix de représentations pour des estampes qui s’adressaient au public des amateurs et des touristes. Les bâtiments sont souvent détachés de leur environnement, et leur monumentalité est accentuée par la toute petite taille des figures placées devant.

Toutes les pièces ne sont pas dessinées par Durand, ni gravées par Janinet, mais la cohérence des partis de représentation et des sujets, ainsi que les numérotations des séries, rendent tentant de les considérer dans leur ensemble. A côté de Janinet, les estampes sont signées des graveurs Charles Descourtis, Guyot, Mlle Bellet, et de Joseph Le Campion. On peut distinguer :

  • une série de 41 estampes assez grandes, dessinées par Durand et gravées par Janinet10, publiées “chez Esnauts et Rapilly, rue St. Jacques, à la Ville de Coutances, n° 259. Avec Privil. du Roi” : 30 de format ovale, et 11 rectangulaires dans une numérotation continue où ne figurent que des bâtiments publics ou collectifs11 (BHVP, 3-RES-010) ;
  • une deuxième série de bâtiments publics, de format rectangulaire assez grand, terminée dans les années 1806-1810 d’après quelques dates de dépôt légal12, 88 images de 23-24 x 28-29 cm environ n’utilisant que le gris, dessinées par Durand, Garbizza, Mopillé et gravées par Janinet ou Jean-Baptiste Chapuy (BHVP, 2 exemplaires, 3-RES-095 et 3-RES-096) ;
  • une série de petits médaillons de 10 centimètres de diamètre, où apparaissent 24 hôtels particuliers, publiée “chez Esnauts et Rapilly, rue St. Jacques, à la Ville de Coutances, n° 259. Avec Privil. du Roi”, [1784-1793 ?], 73 médaillons de 10 cm (BHVP, 8-RES-0377 ; on trouve quelques-unes de ces planches aussi dans le recueil factice 2-RES-065)13. En dehors de Janinet, on trouve quelques vues gravées par Sergent, Roger et Le Campion selon les mêmes techniques ;
  • une série de 110 petits médaillons de 11 centimètres, “chez Les Campion frères rue Saint-Jacques à la Ville de Rouen, avec privilège du Roy” (BHVP, 8-RES-0378 et 8-RES-0380, respectivement 86 et 110 planches dont les numéros manquent parfois)14, qui n’est pas une simple copie de la série précédente: les sujets sont en général les mêmes, mais les vues diffèrent parfois, et les coloris sont plus variés.

Le charme des planches tient en fait à leurs couleurs, dues tout entières à l’art de Janinet puis de Le Campion. Janinet avait mis au point une technique dite “à la manière d’aquarelle” qui entend donner à la bien nommée “aquatinte” l’illusion du lavis tout juste posé à la main. Des ciels légers aux couleurs changeantes, des personnages vêtus de couleurs claires animent ainsi discrètement ces imposants monuments. Chaque couleur avait sa plaque, apposée grâce à un strict système de repérage à la pointe d’aiguille en marge des feuilles, et le dessin était tracé non à la pointe mais au pinceau trempé dans un mélange mordant le cuivre.15

La série des petits médaillons répond peut-être à un autre usage, celui d’orner des couvercles de boîte. Les autres productions de Janinet, des scènes de genre, aux coloris beaucoup plus raffinés, étaient utilisées dans ce contexte,16 et il a pu vouloir diversifier son offre avec cette série d’architecture. Les légendes portant l’ensemble des signatures (dessinateur, graveur, libraires) laissent aussi à penser qu’on prévoyait pour chaque image un destin individuel, plutôt qu’une vie collective en album comme elles nous sont parvenues. La part plus importante d’architecture privée de cette série est-elle à comprendre dans ce contexte ? Le format rond et la petite taille imposent tous deux un cadrage très serré qui pourrait donner l’impression de les regarder par une lorgnette ou de façon subreptice – comme le suggère même parfois ça et là une planche.

Vue depuis une fausse ouverture circulaire de l’hôtel Thélusson, de Ledoux, n° 3 de la série Le Campion (BHVP, 8-RES-0378 et 8-RES-0380)

Telles quelles, grandes ou petites, rondes, rectangulaires ou ovales, les vues de Durand et Janinet ou de leurs collaborateurs nous donnent à voir un Paris de monuments idéels, intemporels dans leur style classique dépourvu d’ornements, et presque extraits de l’espace de la ville. La Révolution allait s’agiter ou s’agitait invisible autour d’eux, mais Janinet en a réservé la vision pour une tout autre suite de son œuvre. Les ronds de papier subsistent, alors que les monuments de pierre ont pour une bonne part disparu.

  1. Sur Janinet, voir M. Barbin, “Jean-François Janinet”, Dictionary of art, 2003, consulté sur Grove art online le 03/04/2021. []
  2. Y compris des bâtiments apparemment plus anciens comme l’hôtel de Lassay et l’hôtel de Bourbon, largement remaniés dans les années 1760-1780 []
  3. Tableau de Paris, Amsterdam, 1783, tome VII p. 88 “Hôtels nouveaux”. []
  4. Allusion probable à l’hôtel de l’actrice Sophie Guimard. []
  5. Allusions à Bergeret, receveur général des finances, au banquier suisse Thélusson ? []
  6. Actuel Théâtre Déjazet, 41 boulevard du Temple. []
  7. L’arc de plâtre, construit pour l’entrée de Marie-Louise à Paris en 1810. []
  8. La place de la République actuelle. []
  9. Hôtel particulier construit en 1790, reconverti en 1804. []
  10. Sauf la 40e de la place Graslin à Nantes dessinée par Hénon et gravée par Descourtis. []
  11. A l’exception des hôtels de Lassay et de Bourbon. []
  12. Quelques planches proviennent de la série précédente, comme l’Entrée du Trésor public, par la rue Vivienne, ex-n° 37 en couleurs devenu n° 51 en gris. Pour les dernières créées, voir la base Image of France dépouillant la Bibliographie de la France, consultée le 1/4/2021. []
  13. Il provient de l’artiste romantique Thomas Boys, dont il porte l’ex-libris manuscrit avec la date de 1832. []
  14. Le 2e exemplaire portant en tête un frontispice rapporté avec l’adresse “Chez Lamy quai des Augustins 1792” []
  15. Pour l’explication détaillée du procédé employé par Janinet, voir le catalogue de l’exposition Exposition d’œuvres d’art du XVIIIe siècle à la Bibliothèque nationale : catalogue : miniatures, gouaches, estampes en couleurs françaises et anglaises 1750-1815, Paris, 1906, p. 97, consultable sur Gallica. []
  16. Une note manuscrite de Jules Cousin en tête d’un des volumes les dénomme également “dessus de boîtes”. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search