Les affiches de la Commune de Paris

Au sein de la collection d’affiches typographiques de la Bibliothèque historique, les affiches de la Commune forment un ensemble exceptionnel. Si seule une petite cinquantaine de ces affiches sont numérisées, le corpus représente aux alentours de 800 affiches différentes, dont la quasi intégralité des près de 400 affiches “officielles”, imprimées entre le 19 mars et le 28 mai 1871.

“Le passé renaît dans ces feuilles militantes qui sentent la poudre du combat…”1

Les Murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871, édité par la Publication de la Librairie illustrée.

Avant d’évoquer les affiches elles-mêmes, un détour par leur fortune critique immédiatement après les événements s’impose. On doit à l’éditeur Armand Le Chevalier la publication en deux volumes in-4° des Murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871 [à consulter sur Gallica], dès 1874, qui rassemblent des fac-similés de très nombreuses affiches typographiques classées chronologiquement, au jour le jour, allant de la proclamation de la IIIe République le 4 septembre 1870 à la fin de la Commune, à la fin du mois de mai 18712. Présenté comme le “complément indispensable” d’un ouvrage rédigé par Jules Claretie intitulé L’Histoire de la Révolution de 1870-1871, la conception de ce recueil s’inspire des Murailles révolutionnaires de 1848 préfacées par Alfred Delvau et publiées en 1851.

Les Murailles politiques montrent un grand nombre des acteurs à l’origine de l’impression des affiches de la période : gouvernement de la Défense nationale, commandement prussien, gouvernement de Versailles, gouvernement de la Commune de Paris, mairies d’arrondissement… Le recensement est méticuleux : presque toutes les affiches numérotées de la Commune y apparaissent, ainsi que des affiches d’arrondissement, de province et versaillaises3.

Dans sa préface à l’ouvrage, Claretie insiste sur l’importance de l’affiche pour la connaissance de l’histoire immédiate, mais ne mentionne pas la source des affiches qu’il reproduit, pourtant intéressante eu égard au tumulte des événements. L’éditeur indique néanmoins dans une préface antérieure : “Un ardent collectionneur a mis à notre disposition la précieuse collection, collection sans lacunes4, qu’il a commencée dès cette époque”5. On en a retrouvé la trace : il s’agit d’Ernest Maindron, plus connu comme collectionneur d’affiches illustrées6. A la date de publication des Murailles politiques, cette collection d’affiches de 1870-1871 est toujours en sa possession : il la donne à la Bibliothèque historique en 1898, probablement encore augmentée après plus de vingt ans de collection7. Ce don ne représente toutefois qu’une partie des affiches conservées aujourd’hui, aux origines diverses.

La recherche sur les provenances amène à étudier l’histoire matérielle des documents. Une histoire parfois pittoresque dans le cas du don Maindron, collectionneur qui ne se limite pas à l’achat de documents auprès de librairies ou d’autres amateurs, mais enrichit sa collection en allant se servir directement sur les murs de Paris. Le journaliste Jean Coudray rapporte une anecdote : alors que Maindron enlève une déclaration placardée sur les murs du lycée Louis-le-Grand, il se fait “accompagner” par des gardes nationaux soupçonneux jusqu’à la mairie du 5e arrondissement : “Mes deux gardes du corps s’obstinaient à ne voir en moi qu’un “infâme réactionnaire” ou un “assassin de Versailles”. Quand il leur fut expliqué que je n’étais qu’un simple collectionneur, quelque choses comme un être inférieur qu’on pouvait sans grand danger pour la commune laisser librement circuler dans la ville, ils se retirèrent, non sans manifester leur surprise8.” Bien que romancé, le récit met en évidence le fait qu’une partie des affiches de notre collection a été effectivement collée sur les murs de Paris.

L’arrivée à la Bibliothèque historique de la plupart des autres affiches n’est pas documentée à ce jour, celles-ci ne portant pas de numéro d’inventaire ou d’estampille autre que celle de la Ville de Paris9. Elles portent néanmoins des mentions manuscrites qui témoignent d’un usage spécifique d’imprimerie et les singularisent au milieu d’une collection comportant de nombreux doublons. S’il est rare de trouver des corrections du texte, on relève toutefois des annotations. Au verso, on trouve des bons à tirer, signés de membres du comité central de la Garde nationale puis de la Commission exécutive, ou de la main de Louis-Guillaume Debock, ouvrier typographe qui dirige l’Imprimerie nationale dont s’est emparée la Commune le 18 mars 1871. Ce sont des militants agissants de la Commune que l’on observe au travail en parcourant les documents.

Affiches numérotées et affiches non officielles

La collection rassemble 800 affiches uniques mais plus de 2000 exemplaires au total10. Il faut distinguer deux ensembles : les affiches “officielles” ou, plus justement, numérotées, et les affiches “non officielles”11.

Les affiches numérotées de l’Imprimerie nationale

Les affiches émises par le gouvernement de la Commune de Paris et tirées sur les presses de l’Imprimerie nationale12 forment le premier groupe d’affiches. Elles sont presque toutes imprimées sur fond blanc et sont numérotées de la 5e à la 400e. Cette collection est l’une des plus complètes connue : il manque seulement trois numéros à la Bibliothèque historique (les n° 104, 356 et 396), qui rassemble donc 397 affiches numérotées13. Si l’on compte parfois un seul exemplaire d’un numéro, d’autres sont présents jusqu’à 14 exemplaires, représentant une moyenne de 4,5 exemplaires par numéro.

Du point de vue formel, les affiches évoluent au fil des 68 jours d’impression : la numérotation, apparue à partir du n° 5, est au départ très discrète, en bas et à droite de l’affiche. A partir du n° 34, jusqu’au n° 400, le numéro d’ordre est doublé en en-tête, encadrant les mots “République française. Liberté – Égalité – Fraternité. Commune de Paris”. Ces numéros servent à identifier immédiatement qu’il s’agit d’affiches sortant de l’Imprimerie nationale. La manière de dater les affiches varie également avec, sporadiquement, l’adoption du calendrier républicain : en témoignent plusieurs affiches datées de floréal ou prairial an 79, référence marquée à la Première République.

Les circonstances dictent le contenu de ces affiches officielles. La tenue des élections et la mise en place de nouvelles institutions dominent dans les premiers temps, avant les annonces de réorganisation des administrations et des premières mesures de la Commune. A partir du milieu du mois d’avril, ce sont les sujets militaires qui prennent le dessus, alors que l’armée versaillaise s’organise pour reprendre la ville. Le rôle d’information se mêle alors à l’effort de propagande anti-versaillaise : l’affiche est alors un acteur à part entière du mode de gouvernement de la Commune. “L’exaltation et l’aveuglement”14 marquent le style des dernières affiches, montrant l’esprit de résistance éperdu des insurgés.

Les autres affiches parisiennes

Le second groupe est composé des affiches “non officielles”, moins connues et moins étudiées que les prestigieuses affiches de l’Imprimerie nationale. Elles sont issues d’imprimeries parisiennes diverses, certaines exerçant sous forme coopérative. On compte près de 400 affiches uniques dans la collection, avec un peu plus d’un exemplaire en moyenne par affiche, pour un total de 539 affiches.

Principalement éditées à l’initiative des mairies d’arrondissement, ces affiches émanent également d’associations, de syndicats, des légions de la garde nationale fédérée ou de groupes d’opinions. Elles sont alors le plus souvent imprimées sur fond coloré, ce qui les différencie des affiches numérotées. Type de papier et typographie apparaissent de moindre qualité que pour les affiches de l’Imprimerie nationale. Les sujets sont régulièrement des rassemblements ou des réunions. L’information a une portée moins large, symboliquement et numériquement, que celle des affiches officielles, mais montre l’appropriation des pratiques et revendications politiques par les habitants ainsi que la mise en place des mesures dans les quartiers.

Archives de l’affichage de la Commune

Outre les affiches elles-mêmes, des archives concernant l’affichage ont également été conservées. Leur apport est précieux pour comprendre la manière dont le texte des affiches numérotées est établi, quelles sont les relations entre le pouvoir exécutif de la Commune et l’Imprimerie nationale, ou encore pour connaître le tirage des affiches.

Deux volumes manuscrits rassemblent les lettres échangées entre le Comité central et l’Imprimerie nationale15. Certaines de ces lettres sont très simples : le texte de l’affiche y est consigné, les missives demandent la composition d’une affiche ou sont des accusés de réception, tamponnées par les administrations concernées. D’autres sont des consignes transmises à l’Imprimerie nationale, ordonnant par exemple de réaliser rapidement le collage des affiches. Une dernière catégorie d’échanges montre la forte implication de Debock, qui, soucieux du bon emploi des ressources des ateliers, propose des modifications, pour réaliser des économies autant que pour diffuser le plus largement possible l’information.

D’autres manuscrits portent aussi sur les affiches16. Ce sont des bordereaux de livraison d’affiches, des commandes de rames de papier passées par des ateliers coopératifs auprès de l’Imprimerie nationale pour les affiches et bulletins électoraux.

Ces documents sont nécessaires à la compréhension de la circulation des affiches dans la ville, entre les différents acteurs – exécuteurs, ouvriers-typographes et ateliers, récepteurs – et dans les différents lieux où elles sont distribuées et placardées.

Comme l’évoquaient Magali Gouiran et Nathalie Jakobowicz, archives, exemplaires différents et annotés des affiches nous invitent à une “plongée dans le monde des imprimeurs et des afficheurs”17 : plongée qui se révèle exceptionnelle pour cette période riche d’émancipation politique et professionnelle.


Trouver une affiche de la Commune sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris

Les affiches de la Commune, numérotées ou non, sont cataloguées : leurs notices sont consultables en ligne sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Elles sont communicables en salle de lecture.

Lorsqu’elles comportent un numéro ou une date, ces informations sont reportées dans le titre du document. Ainsi une recherche “Affiche Commune 15 avril 1871” permet de faire ressortir les 6 affiches parues ce jour-là, dont une est numérisée.

Quelques autres collections d’affiches de la Commune

Nous avons tenté de recenser d’autres ensembles remarquables d’affiches de la Commune qu’on peut trouver à la fois en archives, bibliothèques ou musées, principalement en Île-de-France. Les affiches numérotées sont les plus fréquentes dans ces collections.


Sources et bibliographie

Manuscrits sur l’affichage pendant la Commune de Paris : BHVP, Ms 1124 ; Ms 1133 ; Ms 1134. D’autres recueils du Fonds général des manuscrits consacrés à la période (Ms 1122 – 1152) peuvent également porter sur le sujet, de manière plus sporadique.

Claretie Jules, Murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871, Paris : Publication de la Librairie illustrée, [18..-19..]. Consulter dans Gallica.

Le Guillou, Yves, Bibliothèque historique de la Ville de Paris : rapport de stage, Enssib, 1998, en ligne : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61706-bibliotheque-historique-de-la-ville-de-paris-rapport-de-stage.pdf

Longeard, Gwladys, « L’Imprimerie nationale pendant la Commune de 1871 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2005/1 (no52-1), p. 147-174 [en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2005-1-page-147.htm].

Rougerie, Jacques, “L’affiche, outil de gouvernement sous la Commune”, Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, catalogue de l’exposition à l’Hôtel national des Invalides, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, du 14 novembre 2012 au 24 février 2013, Paris : Gallimard/BDIC, p. 47-53.


  1. Préface des Murailles politiques de la France pendant la Révolution de 1870-1871 de Jules Claretie, 1874. []
  2. Ces Murailles ont connu plusieurs éditions sous des titres un peu différents, par deux maisons d’édition, d’abord Le Chevalier puis la Publication de la Librairie illustrée. []
  3. Il ne sera question dans ce billet que des affiches éditées par la Commune et ses sympathisants parisiens : la Bibliothèque historique conserve d’autres ensembles d’affiches de cette période, notamment pour le Siège de Paris, les élections législatives de 1871 ou encore des affiches versaillaises, qui représentent plusieurs milliers d’affiches et sont en attente de traitement. []
  4. Cette affirmation est à nuancer notamment au regard de la collection d’affiches de la Bibliothèque historique, qui comprend environ une centaine d’affiches non répertoriées dans l’édition. []
  5. Préface de l’éditeur des Murailles politiques de la France depuis le 4 septembre 1870, édition Armand Le Chevalier. []
  6. Jean Coudray, “Un décolleur d’affiches”, Journal des artistes, 14 février 1885, rubrique “Notes d’un collectionneur”, en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4576929c/f3. []
  7. D’après le registre d’entrée de la Bibliothèque, mai 1898. A cette occasion Maindron fait également don de nombreux journaux et “pièces diverses” de la même période. []
  8. Jean Coudray, “Un décolleur d’affiches”, art.cit. []
  9. Quelques affiches portent une estampille des Archives générales de la Préfecture de la Seine, également présente sur des exemplaires de la collection des Archives de Paris, comme cette affiche du 19 mars 1871. On compte également quelques affiches issues du fonds Marcel Cerf, photographe et historien de la Commune de Paris, entré en 2010. []
  10. Bien que très complète, elle n’est pas exhaustive : en attestent les Murailles politiques dans lesquels on trouve environ 15% de documents non répertoriés à la Bibliothèque et inversement une partie des affiches de la collections n’apparaissent pas dans l’ouvrage. []
  11. Ces autres affiches sont aussi en partie des affiches “officielles”, émanant d’autorités publiques différentes de la série numérotées ou simplement issues d’imprimeries diverses. []
  12. Alors installée à l’hôtel de Rohan, à côté des Archives nationales. []
  13. Pour comparaison, les Archives nationales 296 et La Contemporaine environ 200, d’après l’étude réalisée par Y. Le Guillou lors du traitement de la collection en 1998, ayant fait l’objet d’un mémoire à l’Enssib : Y. Le Guillou. Bibliothèque historique de la Ville de Paris : rapport de stage, Enssib, 1998 [en ligne : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61706-bibliotheque-historique-de-la-ville-de-paris-rapport-de-stage.pdf]. Depuis cette étude, on a également repéré la collection des Archives municipales de Saint-Denis, riche de 266 affiches, celle du Musée Carnavalet, d’une centaine d’exemplaires numérotés, un ensemble de 84 affiches à la Réserve de la BnF et un volume relié de la Bibliothèque de l’Arsenal contenant plusieurs exemplaires de chaque affiche numérotée, potentiellement complet. Mise à jour du 22 novembre 2021 : On peut également signaler la collection de l’Assemblée nationale, riche de 285 affiches : https://www.pop.culture.gouv.fr/gallery/619b9db3a3ba910e23a3b718. []
  14. Béatrice Fraenkel, “Ecrire, lire, agir pendant la Commune de Paris : Louise Michel et Prosper Lissagaray”, Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, catalogue de l’exposition à l’Hôtel national des Invalides, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, du 14  novembre 2012 au 24  février 2013, Paris : Gallimard/BDIC, p. 63. []
  15. Bibliothèque historique, Ms 1133 et 1334. []
  16. Notamment sous la cote Ms 1124. []
  17. Magali Gouiran, Nathalie Jakobowicz, “Annotations et corrections : quelques affiches de la Commune de Paris”, Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, op. cit., p.87. []
  18. Elle n’a pas été consultée pour la rédaction de ce billet. []

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 juin 2021

    […] La bibliothèque historique de la Ville de Paris (@bibhistorique) conserve l’une des collections d’affiches numérotée de la Commune les plus complètes en collection publique. Ces affiches imprimées, ont tenu une place très importante dans l’espace public pendant l’insurrection. Elle conserve aussi une source importante pour l’histoire de ces affiches : leurs minutes et la correspondance du Comité central de la Garde nationale puis de la Commission exécutive avec l’Imprimerie nationale. Une cinquantaine des affiches de la Commune sont numérisées sur le portail des bibliothèques spécialisées. On peut aussi en consulter sur la bibliothèque numérique de @LaContempo_BAM et sur @GallicaBnFInformations sur cette collection dans le carnet de recherche L’échauguette  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search