La Bibliothèque historique de 1871 à nos jours : chronologie

19e siècle

1871
Hippolyte Blancard, [Paris. Hôtel de ville. Façade. Vue prise de la rue de Rivoli], vue stéréo négative sur verre au collodion sec, postérieure au 28 mai 1871, Bibliothèque historique, NV-014-5642.

La bibliothèque de la Ville de Paris, constituée pour l’usage interne de l’Hôtel de Ville, est entièrement détruite dans l’incendie qui ravage l’Hôtel de Ville, le 24 mai, à la fin de la Commune de Paris1. Environ 120 000 volumes disparaissent.


Le 6 octobre 1871, le Journal Officiel indique “La bibliothèque publique de la ville de Paris, entièrement anéantie dans l’incendie de l’Hôtel de Ville, est actuellement en voie de réorganisation à l’hôtel Carnavalet, à côté du musée municipal. Une bibliothèque administrative pour le service des bureaux resterait seule, à l’avenir, annexée à l’Hôtel de Ville”2. Ce sera chose faite en 1872, quand le préfet de la Seine Jean Say acte sa reconstitution et la scission en deux bibliothèques distinctes : la Bibliothèque administrative, non publique, au sein de l’Hôtel de Ville et la Bibliothèque historique, publique, à l’hôtel Carnavalet.

La Bibliothèque historique n’est ainsi jamais créée officiellement, elle est considérée comme la suite de la bibliothèque précédente, même dans sa nouvelle spécialisation.


Nommé bibliothécaire de la Ville de Paris, chef du bureau des bibliothèques, en juin 1871, Jules Cousin (1830-1899) entreprend de reconstituer le fonds de la bibliothèque disparue dans l’Hôtel de Ville. À partir de sa propre collection, comptant environ 6 000 volumes et 10 000 estampes, il mène une politique d’acquisition très active, avec l’aide de Léopold Delisle (1826-1910), administrateur de la Bibliothèque nationale, qui lui propose plusieurs reversements. En 1881, le don Liesville accroît significativement les collections de la bibliothèque d’environ 30 000 pièces sur la Révolution française (imprimés et estampes).

1874

Le 4 janvier, la bibliothèque ouvre au public, dans l’ancien salon de Madame de Sévigné. Elle compte alors 18 000 ouvrages et quelques 8 000 estampes.

La même année est fondée la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, dont Jules Cousin est l’un des promoteurs.

1897-1898

Acquis en 1896 par la Ville de Paris, l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, voisin de l’hôtel Carnavalet3, devient la nouvelle implantation de la bibliothèque, qui y reste jusqu’en 1968.


La séparation en des locaux distincts prépare la distinction administrative entre le musée Carnavalet et la bibliothèque, de même que la délimitation des missions et des collections. En 1897, pendant une phase de transition, Paul Le Vayer, déjà conservateur des collections historiques, est chargé des travaux historiques et de la bibliothèque historique tandis que Georges Cain, dont le poste de conservateur-adjoint est alors créé, est chargé de l’administration et de l’acquisition des collections du musée4.

Au 1er janvier 1898, les deux institutions sont définitivement séparées administrativement par arrêté du Préfet de la Seine5. Le Vayer prend alors le titre d’inspecteur des Travaux historiques, conservateur de la Bibliothèque historique, et Georges Cain celui de conservateur du Musée Carnavalet.

Pour répondre aux besoins du public, on s’attache également à élargir les horaires d’ouverture de la bibliothèque, qui ouvrait jusqu’alors de 11 heures à 16 heures. A partir de l’été 1897, elle ouvre à 9 heures toute l’année, et ferme à 18 heures en été, à 16 heures en hiver6.

C’est le début d’une période importante d’acquisitions et d’inventaire pour la bibliothèque : manuscrits, iconographie (cartes postales, photographies d’Atget et de Lansiaux, estampes…) viennent accroître les collections. En 1899, la bibliothèque reçoit d’importants dons : un ensemble de doubles du British Museum, constitué de 25 000 pièces relatives à la Révolution française.


20e siècle

1903

Nommé à la Bibliothèque historique, Marcel Poëte (1866-1951), en devient en 1906 le directeur. C’est lui qui initie et systématise la collecte d’éphémères (tracts, prospectus, billets…) documentant la vie parisienne, rassemblés au sein du département des Actualités. Entre 1907 et 1913, il organise annuellement une exposition sur l’histoire de Paris. Il crée également un enseignement d’histoire de Paris en 1904, visant notamment à orienter les lecteurs :

L’enseignement que nous inaugurons aujourd’hui présente un caractère tout particulier. C’est la première fois, à ma connaissance, qu’est institué dans une bibliothèque un cours destiné à faciliter les recherches du public qui fréquente ce dépôt. A notre époque de véritable fièvre pédagogique, à un moment où, sous les formes les plus variées, l’instruction est libéralement donnée à toutes les classes de la société, il peut paraître surprenant qu’on n’ait pas encore songé à interrompre le silence des bibliothèques, pour y enseigner la manière d’utiliser les ressources d’études qu’elles offrent.

Marcel Poëte, “Leçon d’ouverture du cours d’introduction à l’histoire de Paris professé à la Bibliothèque de la ville”, Revue internationale de l’enseignement, t. 48, juillet-décembre 1904, p. 324.
1917

Par arrêté préfectoral du 9 février, la bibliothèque prend le nom d’Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaine de la ville de Paris, marquant ainsi le développement pendant toute la direction de Marcel Poëte d’une politique documentaire tournée vers l’urbanisme contemporain, notamment par la collecte directe de documents auprès d’un nombre étendu de municipalités françaises et étrangères.

1935

Jean-Louis Vaudoyer (1883-1963), directeur du musée Carnavalet, réunit à nouveau la direction du musée et de la bibliothèque.

1941

À la suite de l’action de Jean de La Monneraye, responsable de la bibliothèque, par arrêté préfectoral du 25 septembre, l’Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaine de la Ville de Paris disparaît : la bibliothèque reprend son nom. La Monneraye devient l’année suivante directeur de l’établissement, désormais définitivement distinct du musée.

Le programme de rénovation de l’hôtel Lamoignon, acquis en 1928 par la ville de Paris, commence.

1946
Bannière de la société Le Suffrage des Femmes, Bibliothèque historique, fonds Marie-Louise Bouglé.

Don du fonds Marie-Louise Bouglé (1883-1936), militante féministe, par son époux André Mariani.

Le fonds comprend les livres acquis par Marie-Louise Bouglé : la quasi-totalité des livres de femmes parus entre 1910 et 1940, de très nombreux livres parus avant 1910, des traités et manuels d’éducation, études de droit de la la famille, classiques misogynes…

On y trouve également que des recueils biographiques, des autographes, des objets et des fonds d’archives de différent-e-s féministes, telles qu’Hubertine Auclerc, Louise Bodin, Jeanne Bouvier, Marthe Bray, Ferdinand Buisson, Henriette Coulmy, Gabrielle Duchêne, Mme Fornet-Kainddler, Marguerite Guepet, Caroline Kauffmann ou encore Jeanne Melin.

1947-1954

Entrée du fonds George Sand, par achat et don.

Portrait de George Sand par Nadar, 1864, BnF, Gallica.

Outre les œuvres imprimées de Sand et les ouvrages qui lui sont consacrés à son époque, ainsi qu’à sa famille, le fonds comporte des manuscrits, notamment de son œuvre littéraire, sa correspondance et des papiers de famille.

1969

La bibliothèque s’installe dans l’hôtel Lamoignon, transformé et auquel a été adjointe une aile moderne. L’inauguration a lieu le 30 janvier, en présence du ministre des Affaires culturelles André Malraux.


Le fonds de l’Association de la régie théâtrale (ART), fondée en 1920, rejoint la bibliothèque, en faisant un lieu important pour les archives théâtrales.

1975-1981

Publication du catalogue des manuscrits de la bibliothèque, en deux volumes, dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (tomes LIX et LX).

1985

Jean Derens devient directeur de la Bibliothèque et l’oriente vers la littérature et la reliure d’art contemporaines. Une politique intensive d’exposition est mise en place, mettant en valeur notamment les fonds collectés et le travail de relieurs et relieuses d’art.

1987

Arrivée du fonds des archives photographiques de France-Soir, couvrant la période 1929-1980 : on y trouve également les archives photographiques d’autres journaux dont Jean Prouvost avait été le directeur.

Après la liquidation judiciaire de ce titre historique de la presse quotidienne française, un deuxième ensemble est acquis par la Ville de Paris en 2012, portant sur les années 1960-2000, jusqu’à l’introduction de la photographie numérique au journal.

1990

Deux ensembles remarquables sont acquis par la bibliothèque :

  • la bibliothèque de Guillaume Apollinaire, riche d’environ 5 000 livres ;
  • le fonds Jean Cocteau, réunissant des manuscrits de l’ensemble de l’œuvre de l’auteur (poésie, roman, théâtre, musique, dessin, cinéma, vie littéraire), la correspondance reçue par Cocteau, ses journaux personnels, des photographies, ainsi que sa bibliothèque (environ 5 000 titres).

1992

Ouverture de la galerie rue Malher, où seront organisées de nombreuses expositions jusqu’à sa fermeture en 2015.


21e siècle

2008

Le catalogue des ouvrages imprimés de la bibliothèque est mis en ligne dans le catalogue collectif des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Les années suivantes voient la mise en ligne des premiers documents numérisés ainsi que la publication d’inventaires d’archives et de manuscrits, travaux qui sont le quotidien de la bibliothèque aujourd’hui.

2017

L’accueil de la bibliothèque est rénové : ses espaces sont repensés pour s’accommoder à de nouveaux usages et proposer de nouveaux services.

La bibliothèque inaugure son fonds de prêt de livres anciens, constitué de doubles des collections.

2019

Après l’accueil de la bibliothèque, c’est la salle de lecture qui connaît des travaux de rénovation.

La salle de lecture fin 2019.
  1. La bibliothèque issue du legs d’Antoine Moriau, qui avait un temps été entreposée à l’Hôtel Lamoignon, ne faisait déjà largement plus partie des collections de cette bibliothèque, ayant été pour partie saisie à la Révolution et transférée à l’Institut de France, et pour partie dispersée. []
  2. Voir le Journal Officiel du 6 octobre 1871 : Gallica. []
  3. Le Bulletin municipal officiel du 10 juillet 1897 mentionne la “création , dans la maison communale rue de Sévigné n°25, d’un passage reliant l’hôtel Carnavalet à l’hôtel Lepeletier de Saint-Fargeau”, Gallica. Cette galerie est ouverte au public et permet la circulation entre les services []
  4. BMO du 10 juillet 1897, p. 2237, Gallica. []
  5. On note au passage que la séparation se fait entre d’une part, le service des Travaux historiques et la bibliothèque et d’autre part le musée. BMO du 29 décembre 1897, p. 3963, Gallica []
  6. BMO du 29 décembre 1897, p. 3963, Gallica []

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search