Albums d’images de Paris pour touristes au 19e siècle (1/2) : éditions londoniennes

Parallèlement à la mise en ligne des recueils d’estampes de Janinet, la Bibliothèque historique vient de mettre en ligne plusieurs albums d’images destinés aux touristes, notamment anglais, de la première moitié du dix-neuvième siècle. Nous présentons ici deux de ces volumes qui ont la particularité d’avoir été édités à Londres :


L’album de John-Claude Nattes

John Claude Nattes (1765 – Londres, 1822) est un peintre de paysages, aquarelliste et illustrateur, membre fondateur de la Old Watercolours Society, connu pour ses paysages des différentes régions de Grande-Bretagne et du nord de la France1.

L’album de vues intitulé Versailles, Paris and Saint-Denis or a series of views from drawings made on the spot, by J. C. Nattes, illustrative of the capital of France and the surrounding places with an historical and descriptive account est suffisamment frappant pour mériter une analyse du grand iconographe du Paris ancien, Alfred Bonnardot. Il lui consacre en 1864 un article entier de sa série “Iconographie du vieux Paris”, publiée dans la Revue universelle des arts de Paul Lacroix. Bonnardot repère un détail permettant de dater les dessins : les machines servant à préparer la construction du pont des Arts, bâti entre 1802 et 1804 (voir plus bas la planche no 18). Par ailleurs, la période de la paix d’Amiens (mars 1802-mai 1803) délimite très probablement les dates possibles du séjour de Nattes à Paris.

Bonnardot décrit l’édition de la traduction française assurée par un certain L. J. Gérard, qui parut parallèlement sous le titre Versailles, Paris, et Saint Denis, ou, Une suite de vuës d’après des desseins par J.C. Nattes, pour servir à l’illustration de la capitale de France et des environs. Le texte porte notamment sur les traces de la récente Révolution à Versailles et Paris. On ne s’étonnera pas qu’un album pour touristes anglais, s’adressant à un public principalement aristocratique au sein d’un pays en guerre avec la France depuis 1793, soit nettement hostile à la révolution accomplie en France.

Si l’album est relativement connu, c’est dû au grand charme de ses illustrations, aux compositions élaborées, à la douce vivacité des couleurs restées intactes, et au pittoresque des sujets choisis, en particulier des vues de la Seine. Il alterne des vues rapprochées des ponts vus depuis la rivière même, ou des quais peuplés de gens au travail, dans des situations détaillées et des environnements beaucoup plus réalistes que ceux qui peuplaient les vues de Silvestre ou de Pérelle au 17e siècle.

Laissons parler Bonnardot, qui analyse les planches avec sa finesse coutumière :

Elles sont gravées à l’aquatinte avec ciels et masses coloriés par impression et retouchées au pinceau de manière à figurer des aquarelles d’un ton chaud, trop chaud quelquefois, à la manière des décors de théâtre. Elles sont toutes numérotées et signées au bas de la ligne d’encadrement : J.-C. Nattes del. / Hill aquatinta […] Leur publication isolée fut achevée vers 1810 ; alors on les accompagna d’un texte in-folio splendidement imprimé. Ce texte s’étend d’abord longuement sur le château et les jardins de Versailles et sur les événements qui s’y passèrent au commencement de la Révolution. Le narrateur qui se met en scène annonce que son voyage à Versailles et à Paris avait pour but spécial de visiter les localités où s’accomplit le grand drame dont la famille royale fut victime. […]
A propos de plusieurs planches, nous citerons les explications naïves et peu françaises du texte qui s’y rapporte. Ces commentaires ont une actualité assez piquante ; ils attestent que ces vues ne sont pas des copies serviles et que leur peu d’exactitude tient seulement à la négligence et à la précipitation de l’artiste, qui semble avoir visité au pas de course nos quais et quelques édifices de la capitale.
Il résulte de son récit qu’il s’arrêta d’abord à Versailles, puis vint par Louveciennes et Saint-Cloud au pont de Neuilly, traversa Paris et fit des excursions, à Arcueil, Charenton, Saint-Denis et Montmorency….

Alfred Bonnardot, “Iconographie du vieux Paris”, in Revue universelle des arts, 1864, p. 268-285, consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5408647x/f321.item

La trace d’un bâtiment éphémère

L’œil aiguisé de Bonnardot lui fait repérer entre autres un élément d’architecture insolite sur la planche no 14 de la Pompe à feu du Gros-Caillou (rive gauche, vers les Invalides). Cette colonnade nous a arrêtés également il y a quelques mois, à propos d’une vue strictement contemporaine de Thomas Girtin (1775-1802), issue d’un autre album anglais intitulé A Selection of twenty of the most picturesque views in Paris and its environs, drawn and etched in the year 1802.

D’après l’échange sur Twitter qui suit, cette colonnade était située à l’emplacement de la manufacture des tabacs construite peu d’années après. Par ailleurs, une vue du quai d’Orsay de Demachy conservée au Musée Carnavalet2 montre que cette colonnade n’existait pas en 1789. Son existence éphémère a empêché ce curieux bâtiment d’être identifié jusqu’à présent.

Bonnardot propose une fonction et même une attribution prestigieuse à cette curieuse composition :

On aperçoit plus loin sur la berge une sorte de portique isolé composé de quatre colonnes grandioses ressemblant assez à un débris de temple antique. C’est probablement à ce détail que se rapportent ces lignes du texte : “En se rapprochant d’avantage de Paris, on remarque une guinguète3 bâtie sur un plan plus étendu que celles de Belleville et de la Barrière blanche. C’est l’architecte Ledoux qui en a donné les dessins ; mais cet artiste, se livrant toujours trop à la fécondité et à l’étendue de son imagination, a construit cet édifice sur des proportions et dans un style peu analogues à sa destination. Ce n’étoit pas dans un bâtiment qui a l’apparence d’un palais qu’il devoit placer les scènes grotesques dont ces lieux sont ordinairement le théâtre. Aussi la populace parisienne semble s’en écarter comme par instinct, et elle va chercher dans des endroits beaucoup moins remarquables par l’élégance de leur structure les plaisirs bruyants qui lui conviennent.”

Alfred Bonnardot, art. cité, p. 274, consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5408647x/f323.item

Le travail des lavandières

Les planches s’attardent à plusieurs reprises sur le travail des lavandières en bord de Seine, particulièrement nombreuses et actives dans le secteur Cité-Concorde.

La vue sous le Pont-Neuf (no 18), et celle au pont Saint-Michel (no 19) montrent clairement une passerelle traversant la rivière pour leur permettre d’accéder aux bateaux plats où elles pouvaient battre le linge.

Les “cagnards” de l’Hôtel-Dieu, ces ouvertures voûtées des fondations donnant directement sur la rivière, ont rarement été représentés d’aussi près. En 1774, Jaillot, dans ses Recherches critiques, historiques et topographiques sur la ville de Paris les définit ainsi : “Cagnard est un vieux mot qui signifie un lieu sale, plein d’ordures & d’immondices, tels que sont ceux qu’on voit au-dessous des maisons qui sont sur les Ponts & sous les arches sous lesquelles l’eau ne coule pas”4.

Ces vues resserrées à hauteur d’eau sont rares. Nattes en a réalisé un autre dessin, conservé par le Victoria & Albert Museum, qu’il n’a pas utilisé pour l’album. Il représente le pont de l’Hôtel-Dieu et derrière, le Petit-Pont et le pont Saint-Michel.

Ces scènes contribuent largement au charme de l’album, comme à son intérêt documentaire, et Nattes aurait pu s’en vanter tout autant que l’éditeur des Graphic illustrations qui fait valoir dans le titre de cet ouvrage les “characteristic figures in the foregrounds”.


Graphic illustrations of the most prominent features of the French capital

Très discrètes, ces Graphic illustrations of the most prominent features of the French capital with characteristic figures in the foregrounds ne portent aucun nom d’artiste sur la page de titre. Les planches, elles, sont signées “S. Porter sculpsit”, “Sparrow sculpsit”, “Dadley sculpsit” ou “Angus sculpsit”. Ce dernier est probablement William Angus (1752-1821), dessinateur et graveur britannique. Nous n’avons pas identifié les autres graveurs.

L’une au moins des planches provient d’un dessin de Pierre-Antoine Demachy (1723-1807), auteur de nombreuses vues de Paris, notamment de panoramas de quais. Il est tentant de lui attribuer l’ensemble des dessins des aquatintes du recueil – technique décidément en vogue au tournant du siècle pour la veduta. Les dessins qu’on conserve de lui au Musée Carnavalet ou dans la collection Destailleur de la BnF ne correspondent toutefois pas à ceux de notre album, et ne peuvent confirmer cette attribution.

La première édition avait été publiée en 1815 par Howlett et Brimmer à Londres. Celle-ci, due à la maison Harper l’année suivante, laisse à penser que l’album connut du succès, quelques mois après que Waterloo avait rendu la France à nouveau accessible aux Anglais après douze ans de fermeture. Ces deux éditeurs pratiquaient jusqu’alors la publication d’albums d’images des pays alliés : The costume of the Russian Empire, 73 gravures, 1803, avec description en français (la langue internationale alors) et en anglais5, et Sketches of military costume in Spain and Portugal, 18106.

A la manière de celui de Nattes, cet album ne se tourne pas vers les réalisations de l’Empire dans Paris : ni Arc de triomphe du Carrousel, ni place du Châtelet, Palais de la chancellerie (hôtel de Salm) ou agrandissements du Louvre. Les bâtiments figurant sur les planches pourraient, comme chez Nattes, être présentés dans leur état des années 1802-1803.

L’album s’attache néanmoins essentiellement au cœur du pouvoir napoléonien, le secteur Louvre-Tuileries-Champs-Élysées, auquel sont consacrées huit des douze planches. Il donne aussi deux panoramas depuis le Nord et le Sud. Le panorama depuis Montmartre est un point de vue classique depuis celui donné par Mathieu Merian en 16207.

D’après Demachy ?, View of Paris from Mont-Martre, gravure sur cuivre, Paris, 1816

Le panorama depuis le Sud est une vue beaucoup plus rare car les points culminants de la rive gauche (la Butte aux cailles à 63 mètres d’altitude, et Montsouris à 78 mètres) sont beaucoup plus bas que Montmartre qui culmine à 128 mètres et donne à voir Paris beaucoup plus facilement. Les moulins du premier plan sont ceux de la Butte aux cailles, rappel que les pentes de Montmartre et de Belleville n’étaient pas les seules à en accueillir. Ils font écho à une rare vue dessinée d’Israël Silvestre du 17e siècle.

D’après Demachy ?, View of Paris from the South boulevard, gravure sur cuivre, Paris, 1816
Israël Silvestre, Moulins de l’hôpital, dessin, 17e siècle (BnF, Gallica, Destailleur Paris, t. 4, 729)

D’autres albums édités à Londres

  • Thomas Girtin, A Selection of twenty of the most picturesque views in Paris and its environs, drawn and etched in the year 1802, Londres, M.-A. et John Girtin, 1803 (BHVP 1-RES-157 et FM 8106) : 20 planches gravées à l’aquatinte, dont l’une est évoquée plus haut. Une des aquarelles originales est conservée au Fitzwilliam Museum (Cambridge, Royaume-Uni) : View of the Louvre and the Pont des Tuileries from the Pont Neuf (cam.ac.uk)
  • Picturesque tour of the Seine from Paris to the sea with particulars historical and descriptive by M. Sauvan, London : R. Ackermann, 1821. (BHVP, 2-RES-016)

Références bibliographiques des albums numérisés


  1. Voir sa notice biographique dans le Bénézit sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3042452d/f362.image.r=nattes. []
  2. Pierre-Antoine Demachy, “Le Quai d’Orsay (7ème arrondissement), l’hôtel de Lassay, le Palais Bourbon, vus du Quai des Tuileries (1er arrondissement)”, dessin, Musée Carnavalet, no d’inventaire : D.3324. []
  3. “a public house, or place of entertainment for the lower classes”, dit le texte anglais ; la traduction guinguette correspond probablement au mot entendu par Nattes, et paraît plus appropriée que le nom actuel de pub. []
  4. Jaillot, Recherches critiques, historiques et topographiques sur la ville de Paris, 1774, vol. 18, p. 97, consultable dans Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96597834/f106. []
  5. Voir l’exemplaire numérisé de la Wellcome Library : https://wellcomecollection.org/works/b8g7pc39/items. []
  6. Voir l’exemplaire numérisé de la Bibliothèque nationale du Portugal : https://purl.pt/23418/1/index.html#/1/html. []
  7. J. Boutier, Les plans de Paris, des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 2002, no 54. []
  8. Giovanni Vendramini 1769-1839, graveur et imprimeur de portraits et surtout connu pour une grande scène de bataille en aquatinte, L’invasion de Seringapatam. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search