L’Iconographie du vieux Paris d’Alfred Bonnardot

Eustache Le Sueur, Plan du couvent des Chartreux, (Musée du Louvre, INV 8048)

Nous ne saurions trop conseiller à qui s’intéresse à des représentations de monuments disparus de Paris d’éplucher les 24 articles de l’Iconographie du vieux Paris, écrits par Alfred Bonnardot (1808-1884), immortel historien de la topographie du Paris ancien1. Malheureusement publiés en feuilletons dans la Revue universelle des arts de son ami Paul Lacroix, de 1855 à 1864, ces articles ont fini par y rester enfouis, échappant à l’attention des historiens de la topographie de Paris depuis quelque temps.

Ces articles visaient à établir un répertoire de vues anciennes de Paris, à la fois des vues générales et panoramas tels que les différents arts avaient pu en fournir – peintures et arts graphiques, mais aussi vitraux ou monnaies – et vues resserrées de monuments. L’entreprise de Bonnardot prend deux formes :

  • le recensement de peintures et de recueils de dessins et d’estampes, qu’il établit chronologiquement ;
  • le répertoire alphabétique par monuments, énumérant les vues successives qu’il a recensées, publié jusqu’à la lettre I.

Tout est consultable sur Gallica, en plein texte de surcroît. On peut bien sûr s’amuser à lire les articles à l’intérieur des numéros de la revue, mais Émile Le Senne, ce grand collectionneur d’histoire de Paris, a eu la bonne idée de les assembler en un volume également consultable sur Gallica (BnF, 8-Z- Le Senne, 3628)2.

Nous avons jugé utile de remettre ce bel ensemble à l’honneur en en fournissant la liste. En effet, la transversalité du regard de Bonnardot est restée rare, et il n’est pas simple de retrouver rapidement pour un monument donné les vues anciennes existantes. Une monographie historique sur le Pont-Neuf, sur le Palais de justice, fournira bien entendu un nombre étendu d’images, mais si l’on n’en dispose pas sous la main, et tant qu’il n’existe pas un vaste moteur de recherche combinant à la fois les ressources numériques des bibliothèques et des musées d’art et d’histoire, le recours à Bonnardot continuera de s’avérer utile. Au-delà même du recensement effectué, la finesse de son regard et l’étendue de ses connaissances sur le Paris ancien lui faisaient repérer dans une image la particularité disparue, ou la particularité datable. Sa curiosité s’étendait jusqu’au Paris de son enfance et aux nouveaux médias, et il traite ainsi des Bains chinois, et de daguerréotypes.

Source: Le vieux papier, janvier 1911, en tête de l’article nécrologique de Victor Perrot

Un inconvénient notable des recensements de Bonnardot réside dans le changement de la localisation, de l’appellation ou de l’attribution des œuvres qu’il évoque. Cet écueil peut toutefois être compensé en gardant à l’esprit que certaines œuvres ont depuis intégré des collections publiques :

  • les œuvres de sa propre collection sont passées en bonne partie au Musée Carnavalet, qui a largement acheté à sa vente des 15-17 mai 1888 (voir le catalogue en ligne) ;
  • les 1 500 dessins de Paris de la collection d’Hippolyte Destailleur (1822-1893) qu’il cite régulièrement ont été achetés par la Bibliothèque nationale de France, et sont tous consultables sur Gallica.

Le recensement de peintures, dessins et estampes, et autres objets d’art

Le répertoire des monuments et sites parisiens

Approche chronologique

Édifices par ordre alphabétique

Les manuscrits de Bonnardot à la Bibliothèque historique

Bonnardot n’a pas poursuivi plus loin ses publications. Mais ses recherches étaient consignées dans quatre volumes de notes, récupérés par son biographe Victor Perrot et donnés à la Bibliothèque historique en 1914.

Ils forment les cotes 8-MS-460 à 8-MS-463 :

  • Vues générales et partielles. Monuments particuliers dans l’ordre alphabétique. A-C (8-MS-460)
  • Vues générales et partielles. Monuments particuliers dans l’ordre alphabétique. D-J (8-MS-461)
  • Vues générales et partielles. Monuments particuliers dans l’ordre alphabétique. J-P (8-MS-462)
  • Vues générales et partielles. Monuments particuliers dans l’ordre alphabétique. P-Z. Bois de Boulogne et de Vincennes (8-MS-463)
  • Iconographie des environs de Paris, catalogue de dessins et estampes relatifs aux localités du département de la Seine hors des fortifications » (8-MS-464).

Pour se guider dans une recherche d’images sur un bâtiment de Paris, nous vous conseillons de voir également ce billet : Rechercher des renseignements sur un bâtiment parisien.

  1. Sur Bonnardot, voir la vivante biographie que lui consacre Victor Perrot, son continuateur pour l’iconographie de Paris, en 1911 dans Le vieux papier, p. 301-319, consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6567405p/f69. Victor Perrot tenta notamment de reprendre l’entreprise avec la revue de sa Société d’iconographie parisienne, mais celle-ci ne dura que deux ans, de 1908 à 1910. []
  2. La Bibliothèque historique en possède également une version en volume, cote 930895. []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search