Pauline Viardot à la Bibliothèque historique

Tony Rouge, Pauline Viardot, 4C-EPP-2796.

Pauline Garcia-Viardot (1821-1910), cantatrice et compositrice, est la benjamine d’une famille de musiciens. La mort prématurée de son père, le chanteur Manuel Garcia (1775-1832) et de sa sœur aînée, la cantatrice Maria Malibran (1808-1836), disparue à 28 ans, précipite son entrée dans la carrière lyrique. Sa voix de mezzo, sa sensibilité et son intelligence ont marqué ses contemporains, notamment George Sand avec qui elle a entretenu toute sa vie une relation privilégiée. Mariée à 19 ans à l’écrivain Louis Viardot, de 20 ans son aîné, elle est une figure importante du milieu artistique et intellectuel français de la deuxième moitié du 19e siècle.

Les archives de Pauline Viardot, ont été relativement bien conservées et transmises par ses descendants. Les fonds les plus importants se trouvent aujourd’hui à la Houghton Library à Harvard, à la BnF (Départements des Manuscrits et de la Musique) et à la Bibliothèque du Conservatoire national supérieur de musique de Paris.

Le modeste mais intéressant gisement de documents autographes de la Bibliothèque historique, inédits pour la plupart, complète ces ensembles et semble avoir échappé aux biographes de l’artiste1.

De Pauline Viardot, la BHVP conserve ainsi une trentaine de lettres, principalement adressées à George Sand et à sa famille, notamment à Maurice Sand, fils de George, et à son épouse Lina. Ces documents font partie du fonds George Sand, archives et manuscrits provenant d’Aurore Sand, fille de Maurice et Lina, et arrivés à la bibliothèque entre 1953 et 19552.

Pauline Viardot et George Sand

L’amitié de l’écrivaine et de la musicienne, débutée en 1839 et ponctuée par plusieurs séjours à Nohant de la famille Viardot, a duré toute leur vie. George, fascinée par le génie de son amie, s’en est inspiré pour son roman Consuelo (1843). L’échange de correspondance entre les deux femmes, du temps où les lettres étaient encore entre les mains de leurs familles, a été partiellement édité par Thérèse Marix-Spire, qui s’est volontairement concentrée sur les années 1839-18493, laissant de côté de nombreuses lettres, dont celles de la BHVP.

Dans l’une d’elle, de George Sand à Pauline (Sand-NA-0298), récemment acquise et datée de 1850, celle-ci demande à la cantatrice d’auditionner le chanteur Pierre Laurent (1821-1854), afin de “l’aider à s’établir à Paris” où sa femme, la comédienne Marie Laurent (1825-1904), créatrice du rôle de Madeleine Blanchet de François le Champi en 1849, “est fixée par ses engagements”4.

Il faut signaler également un dossier autour de la collaboration des deux artistes pour l’adaptation en opéra-comique de La Mare au diable, projet finalement non réalisé, comportant aux côtés de manuscrits du livret, une lettre de Pauline à George évoquant son engagement au Théâtre Lyrique “de beaucoup le plus artistique de Paris” pour jouer Orphée (Sand-O-0123), et 3 lettres à Gustave Vaëz, le collaborateur de Sand dans cette affaire, datant de l’été et l’automne 1859. Cet ensemble a été récemment bien étudié et partiellement édité par Véronique Bui5

Sand-O-0123, lettre de Pauline Viardot à propos de La Mare au diable

Pauline appellera toujours George “ma chère Ninounne”, comme du temps de leur jeunesse, ainsi qu’en témoigne une autre lettre, du 9 mai 1871, envoyée de Londres. Chassée par les suites de la guerre franco-prussienne, la famille Viardot avait dû quitter Baden-Baden où elle s’était établie les années précédentes, perdant dans cet exil une bonne partie de ses moyens d’existence. La relative discrétion des Viardot au cours de cet exil londonien causa l’annonce erronée de la mort de la cantatrice dans un article du Temps du 28 avril 1871, annonce à la suite de laquelle Pauline Viardot reçut du continent d’innombrables lettres d’amis et de connaissances. À George Sand, qui s’est inquiétée comme les autres, elle répond avec humour : “Je ne sais pas pourquoi on a voulu me faire mourir sans m’en demander la permission”, elle décrit l’incertitude de sa situation, ajoutant : “Ce qu’il y a de bien certain, c’est qu’il faut que je travaille pour faire aller le pot au feu”, et rêve de reprendre la vie d’avant avec la dame de Nohant. “Si le bonheur faisait que nous puissions retourner à Paris, vous nous verriez bientôt arriver à Nohant vous donner une bonne bigeade.”, conclut Pauline qui adopte volontiers le parler berrichon (Sand-G-5854).

Sand-G-5854
Sand-G-5854

Maurice et Lina Sand

Lettres familières

Après la mort de George Sand en 1876, Pauline a continué à entretenir des relations affectueuses et quasi fraternelles avec Maurice, fils de George, qui a seulement deux ans de moins qu’elle, et après la mort de ce dernier en 1889, avec sa veuve Lina et ses deux filles Aurore et Gabrielle.

La BHVP conserve une douzaine de lettres adressées au couple entre 1873 et 1894. Le ton familier témoigne de la chaleur et de l’intimité des relations, que le temps n’a pas affaiblies, et nous donne un aperçu de l’ambiance régnant dans ces deux familles d’artistes. Le 30 décembre 1879, Pauline écrit : “Mes chers amis, c’est désolant de ne pas se voir”, incriminant la maladie qui l’a empêchée de sortir, ainsi que sa fille Marianne. “Dès que le tohu-bohu du 1er de l’an sera passé, je connais quelqu’un qui ira vous donner des fricassées. Préparez vos museaux !” (Sand-H-0871). Les lettres réitèrent de chaleureuses invitations à des soirées, à des visites estivales à Bougival, dans la propriété des Viardot : “Comment gros paresseux, vous ne pouvez pas vous arranger de façon à quitter vos oreillers avant 9hres pour prendre le train de 9hres et demie et nous arriver pour dix et ½ ? Fi des dormeurs. Si vous vous décidez à faire cet effort surhumain, prévenez moi mardi soir afin que nous prions les poules de Bougival de bien vouloir pondre quelques œufs de plus !” (Sand-H-0620).

Lina et Maurice ne manquent pas un événement familial qui touche la famille Viardot, naissance, mariage, décès… La naissance de la deuxième petite-fille de Pauline Viardot, Marcelle Chamerot, en 1879, n’a pas été sans mal : “24 heures de souffrance et les fers ! C’a été long ! Nous sommes tous heureux  et… moulus.” (Sand-H-0820). En 1881, Pauline annonce les fiançailles de sa fille Marianne avec le compositeur Alphonse Duvernoy, et les commentaires dont elle accompagne cette nouvelle renvoient en filigrane au douloureux épisode de la rupture en 1877 des précédentes fiançailles de Marianne avec Gabriel Fauré. Duvernoy “est un homme charmant, bon, plein d’esprit, distingué, fort bien de sa personne […] Il lui convient, il nous convient sous tous les rapports”. (Sand-H-0874).

Sand-H-0874
Sand-H-0870

Enfin en 1883, elle ne manque pas de les prévenir de l’agonie de son mari Louis Viardot (Sand-H-0870).

1883 est une année noire pour Pauline, qui perd également son ami de toujours, Ivan Tourgueniev. Abandonnant son appartement rue de Douai, rempli de souvenirs artistiques et amicaux, elle commence une nouvelle vie boulevard Saint-Germain, sans doute plus mélancolique. Le travail lui est un remède souverain. Ainsi écrit-elle à Lina Sand en 1894 à propos de l’acteur Sully-Lévy, un vieil ami de la famille Sand, de 7 ans son cadet : “Ce loir paresseux a été obligé de déployer une activité incessante […] Je suis sûre que ce travail forcé lui fait grand bien – et lui fait oublier ses bobos – il n’a plus le temps de les sentir ni de se plaindre. À la bonne heure ! Plus on vieillit et plus il faut travailler, chacun à sa façon, c’est le seul, le vrai, l’unique moyen de ne pas sentir le poids de l’âge” (Sand-H-0821).

Échanges de procédés entre dessinateurs

Enfin, parmi ses multiples talents, Pauline Viardot possède celui de dessinatrice. Son humour, bien perceptible dans ses lettres, s’exprime en caricatures inspirées6. Un échantillon de cette production, dont une partie se trouve au Musée de la vie romantique, est conservé dans le fonds Sand de la BHVP : on y découvre, croqués par Pauline, Maurice Sand, “Mamita” la mère de Pauline dont la ressemblance avec sa fille est frappante, et enfin les “chiens de la maison”, c’est à dire les chiens de Nohant, Marquis et Dib.

En écho à ces trois caricatures, figure un portrait de la cousine de Pauline Viardot, la cantatrice Antonia Sitches de Mendi, réalisé par Maurice Sand en septembre 1844 à Courtavenel. La famille Viardot venait alors d’acquérir cette propriété, au grand dam de George Sand qui craignait à raison de moins les voir à Nohant, et Maurice était venu en ambassadeur à la place de sa mère7. Un portrait de Pauline Viardot par Maurice est par ailleurs conservé au Musée de la vie romantique.

Alfred de Musset

À cet ensemble de documents témoignant des relations de Pauline avec la famille Sand, il faut ajouter quelques lettres à des destinataires variés, dont la liste figure en fin d’article. On peut signaler deux copies dactylographiées de lettres adressées à Caroline Jaubert, proche d’Alfred de Musset, par Pauline et sa mère en 1838 et 1839, aux temps où la jeune femme faisait un début triomphal à Paris sous le nom de Pauline Garcia et fascinait le poète (4-MS-FG-00223).


Etienne Carjat, Pauline Viardot, 4C-EPP-2797.

Portraits photographiques

Si les portraits de Pauline Viardot sont abondants et aisément accessibles, les deux photographies de format carte conservées à la BHVP dans un bel état de fraîcheur semblent être sans équivalent : un portrait d’Étienne Carjat, dont il existe une autre version au Musée Carnavalet (PH10522) la montre de profil en robe hispanisante entre 1861 et 1865 (4C-EPP-2797, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0001797474).

Le portrait très vivant réalisé par Tony Rouge entre 1867 et 1871 rend mieux justice à son modèle (4C-EPP-2796, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0001797473).

Liste des lettres autographes conservées à la BHVP

Tous les documents cités ci-dessous sont décrits dans le catalogue en ligne des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris.

Lettres de Pauline Viardot
  • Famille Sand :
    • À George Sand : 2 lettres, [1859], Sand-O-0123 et 1871, Sand-G-5854
    • À Maurice et Lina Sand : 12 lettres, [1873-1896], Sand-H-0620 à Sand-H-0622, Sand-H-0819 à Sand-H-0822, Sand-H-0870 à Sand-H-0874
    • À Aurore Sand : 1 lettre, Sand-L-0141
  • Autre correspondants :
    • Balendard, 1 lettre, 1886, Sand-H-0619
    • Étienne Carraby-Caussin, 1 lettre, Ms 3036, f°72
    • Albert Carré, 1898, 1 lettre, 8-TMS-05736
    • Arthur Dandelot, 1902, 2 lettres, 4-TMS-05726-(001-003).
    • Mme Charles Floquet, 3 lettres, Ms 3057, f° 154-157
    • Monval, 1 lettre, Ms 3119, f. 281
    • Gustave Vaëz, 3 lettres, Sand-O-0124 à Sand-O-0126
    • Non identifié, 1 lettre, 1896, 8-MS-FG-00351
  • Copies dactylographiées de lettres :
    • 4 lettres de Pauline Viardot à Caroline Jaubert, 4-MS-FG-00223
Lettres à Pauline Viardot :
  • de George Sand : 1 lettre, Sand-NA-0298
  • de Charles Maynes Young : 1 lettre, 1842, Sand-M-0285
Lettres à propos de Pauline Viardot :
  • de Claudie Viardot à Aurore Sand, Sand-L-0142

  1. Patrick Barbier, Pauline Viardot, Paris, Grasset, 2009. Gustave Dulong, Pauline Viardot, tragédienne lyrique, Paris, Association des amis d’Ivan Tourgueniev, 1987. Michèle Friang, Pauline Viardot. Au miroir de sa correspondance, Paris, Hermann, 2008. []
  2. Voir les 4 inventaires du fonds en ligne : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FS03A, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FS03B, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FS03C, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMSUP-751045102-FS03D. Jean Dérens, “Les archives George Sand à la Bibliothèque historique de la ville de Paris”, Revue des deux mondes, septembre 2004, p. 179-190. []
  3. George Sand et Pauline Viardot, Lettres inédites de George Sand et de Pauline Viardot : 1839-1849, éd. par Thérèse Marix-Spire, Paris, Nouvelles éditions latines, 1959. []
  4. George Sand, Nouvelles lettres retrouvées, éd. par Thierry Bodin, Paris, Gallimard, à paraître. Merci à Thierry Bodin de nous avoir communiqué la notice consacrée à cette lettre avant sa parution. []
  5. Véronique Bui, “La Mare au diable ou l’impossible opéra-comique”, in Catherine Nesci et Olivier Bara dir., Écriture, performance et théâtralité dans l’oeuvre de George Sand, Grenoble, UGA éditions, 2014, p. 285-304. []
  6. Henri de Curzon, “Les dessins de Madame Viardot”, Musica, février 1903, n°5, p. 68-70. []
  7. Ces dessins ne sont pas décrits dans le catalogue en ligne et sont consultables sur rendez-vous. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search