Albums d’images de Paris pour touristes au 19e siècle (2/2) : éditions parisiennes

La Bibliothèque historique vient de mettre en ligne plusieurs albums d’images destinés aux touristes, notamment anglais, de la première moitié du dix-neuvième siècle. Après un premier billet consacré aux albums londoniens, attardons-nous sur trois albums pour touristes, édités à Paris.


L’album de Damame-Démartrais

Connu comme peintre, Michel-François Damame-Démartrais (1763-1827)1 cherche à plaire aux touristes français et étrangers en faisant oublier les tribulations de l’Empire et publie en 1818 Paris et ses environs à plus de trente lieues à la ronde. Dans l’avant-propos, il dit avoir consacré “plus de trois années consécutives” à cet “ouvrage dispendieux”. De fait, il est rare de voir des planches d’aussi grandes dimensions (60 x 42 cm) : les frais évoqués renvoient-ils notamment à la fabrication d’une presse adaptée à un tel format ?

Dans la même ligne que ses homologues d’Outre-Manche, Damame avait déjà publié un album de Gravures avec explication d’une collection complète de différens genres de voitures en usage en Russie, et principalement à Saint-Pétersbourg en 1806, enrichi en 1811 de dizaines d’autres vues et désormais intitulé Collection complète des divers jardins et points de vues des maisons de plaisance impériales de Russie. Cette même année 1818, il publie aussi un album de Costumes du royaume de Naples. Il s’agit à chaque fois de gravures à l’aquatinte en couleurs, de la même manière que les Graphic illustrations d’après Demachy, que nous avons évoqué dans un billet précédent.

Damame-Démartrais, Droschki, gravure à l’aquatinte de la série des Différents genres de voitures en usage en Russie, 1806 (British Museum)

Pour cet album parisien, l’artiste cherche la reconnaissance officielle : il le dédicace au roi, comme il a dédicacé l’album napolitain à la duchesse de Berry. Un sous-titre emphatique le qualifie d'”ouvrage national de gravures”. Il recourt à l’un des grands imprimeurs à la mode, Firmin Didot, pour le texte. L’année suivante, il offre un exemplaire à l’Académie des beaux-arts, à la séance du 3 octobre 18192.

Comme dans les albums édités à Londres, le panorama de bord de Seine tient une grande place dans ce recueil. On retrouve les vues de l’Assemblée nationale, des quais du Louvre, ou de la Cité. Damame se distingue toutefois par une vue depuis l’Est, peu représenté en raison de l’absence de grands monuments aux programmes prestigieux.

On peut ainsi découvrir une rare vue des bâtiments récemment construits le long du tout neuf canal joignant l’Ourcq à la Seine (notre port de l’Arsenal actuel) : les Greniers d’abondance, décidés par Napoléon pour stocker du blé, réguler le marché et garantir ainsi une certaine stabilité des cours du grain pour la population parisienne. Ils avaient été construits à partir de 1807 par l’architecte Delannoy. La vue montre également les massifs quadrilatères de bois de chauffage et de construction empilés sur l’île Louviers devant l’Arsenal.

Comme chez Nattes, l’agrément vient pour une bonne part de la délicatesse des coloris et de leur fraîcheur intacte, mais le trait y est beaucoup plus sec et les compositions moins originales.


Le recueil de vues d’Henri Courvoisier édité chez Basset

La Bibliothèque historique achète en avril 1881 au libraire Baillieu un recueil de vues de Paris et de ses environs édité par Paul-André et André-Martial Basset. Il comprend 120 estampes numérotées de vues de Paris et des environs, d’après des dessins d’Henri Courvoisier-Voisin (1757-1830)3, gravées sur cuivre par une dizaine de graveurs peu connus : Dubois, d’Aubert fils, Eugène Aubert, Benoît, Blanchard aîné, Mme Boiris, Mme Boivin, Cropin, Nyon jeune, Guiguet, Marlier, Mercier, Michon, Rousseau.

Le père Paul André Basset semble avoir lancé la suite sous l’Empire. Elle aurait été poursuivie par son fils André-Martial, qui reprend le fonds en 1819 et s’en défait en 18334. On trouve ainsi plusieurs constructions édifiées ou transformées sous l’Empire : “Nouvelle galerie du Jardin des plantes”, “Nouvelle halle au vin”5, “Nouvel hôtel du Garde des corps sur le quai d’Orsay”6. Les quelques événements représentés datent de 1814 et de 1830.

La suite n’est pas entièrement due à Courvoisier : trois estampes sont réalisées d’après des dessins de Garnerey, une d’après La Gardette, une d’après Alexandre. Enfin, après ces 120 planches numérotées, notre volume renferme 19 autres vues de Courvoisier sur des villes européennes, Saint-Pétersbourg, Moscou, Vienne, et Londres.

Depuis un siècle, la famille Basset s’était spécialisée dans l’édition d’estampes populaires. Elle avait notamment édité dans les décennies précédentes des vues d’optique7. Cette production mêlait vues de monuments et vues d’actualité, comme dans ce recueil de Courvoisier. On pourrait ainsi le regarder comme une actualisation de la série des vues d’optique : on y retrouve les mêmes grands bâtiments parisiens et châteaux avoisinants (Versailles, Vincennes, Meudon, Saint-Cloud, ou encore Montmorency détruit en 1817), le même recours à la couleur, le même type de dessin, assez schématique et parfois approximatif.

Les événements sont peu nombreux et focalisés sur l’année 1814 : “le jour du Te Deum que l’empereur de Russie a fait chanter pour son entrée à Paris le 4 avril 1814“, le retour de Louis XVIII et la remise des clefs de Paris, et, en janvier 1815, la translation des cendres de Louis XVI et de Marie-Antoinette à Saint-Denis. Ils prennent la place des feux d’artifices donnés à l’Hôtel de Ville pour des noces ou des baptêmes royaux, ou de catastrophes comme l’incendie de la foire Saint-Germain. La planche d’actualité la plus récente reproduit un dessin de Mavski gravée par Cropin, “S.A.R. Mgr le Duc d’Orléans lieutenant général du royaume se rendant à l’Hôtel de Ville” [le 30 juillet 1830].

Comme dans la série des vues d’optique, quelques endroits atypiques figurent à côté des grands monuments ou bâtiments publics. Ainsi cette image de procession religieuse au Mont-Valérien, témoignant de la “reconquête” catholique menée à Paris, montre à l’arrière du calvaire la pension récemment construite pour la Légion d’honneur, qui venait d’être transformée en caserne.

Plus inattendues, trois images de deux parcs de loisirs, comme nous dirions aujourd’hui, celui de Belleville et le Jardin Beaujon aux Champs-Élysées. Elles montrent divers jeux, dont ces montagnes russes, auxquelles on monte par une rampe parallèle, ou par un escalier intérieur.

Ci-dessous, sur la gauche, le carrosse royal et son escorte arrivant au jardin, mais la figure du roi n’y est pas discernable, et l’événement n’est clairement qu’un prétexte à représenter l’endroit. Derrière à droite, on distingue clairement le château d’eau en forme de moulin gothique.

Le cimetière du Père-Lachaise fait son apparition dans la liste des sites remarquables de Paris, lancé par la vogue romantique pour les lieux mélancoliques. Quelques théâtres également et les Bains chinois, les Grands boulevards focalisent petit à petit l’attention touristique sous la Monarchie de Juillet, comme on le voit par exemple quelque temps plus tard dans les aquatintes de Frédéric Martens.


Les vignettes de la Collection des principaux monumens et vues des environs de Paris des éditeurs Vallardi

C’est un parti commercial inverse que suivent les frères Vallardi8, importants éditeurs d’estampes de Milan, qui ouvrent vers 1814 une succursale à Paris au 5 boulevard Poissonnière : le tout petit format.

Ils éditent à part les 64 vignettes (8 x 6 cm) qui ont servi de planches d’illustration à l’Itinéraire du voyageur à Paris, ou description de tous ses monuments et de toutes ses curiosités9 publié en 1819. Cette Collection des principaux monumens et vues des environs de Paris (nouveau titre) est complétée de 28 planches, dont la publication s’étale jusqu’en février 182910. Elle est menée en co-édition avec Colnaghi de Londres, détail soulignant s’il en était besoin la vocation touristique du volume. Une série particulière de 12 planches sur le Père-Lachaise, devenu un lieu d’excursion à la mode, la complète encore en 183011.

Ce choix de la petite image de lieu touristique fait penser à ce qui deviendra quelques décennies plus tard la carte postale. On peut apparemment n’acheter qu’une imagette, s’il l’on en croit l’avertissement porté en tête de l’Itinéraire : “On pourra toujours se procurer séparément du texte, et au choix, les Vues du présent Itinéraire”.

La technique choisie reste très traditionnelle, voire archaïque pour la période de la Restauration : de la gravure au burin, en noir et blanc donc, due à Louis Durau, réalisée d’après plusieurs dessinateurs, dont deux Italiens : Hédouin, Chazal, Santi et Toselli. Les sujets choisis sont les mêmes que la série de Courvoisier : grands monuments et places, nouvelles réalisations de la fin du 18e siècle ou de l’Empire (barrières, ponts, canal, place du Château d’Eau), et à nouveau quelques théâtres. Comme chez Courvoisier, surgit inopinément la vue des “Montagnes”, qualifiées cette fois de “françaises” du jardin Beaujon aux Champs-Élysées, qui n’appartenait pas à l’Itinéraire et reçoit le “N° 0”.

On trouve dans ce recueil deux monuments voisins qui n’apparaissent pas chez les autres : les Thermes romains et l’hôtel de Cluny, auxquels commencent à s’intéresser les antiquaires. Il est probable que l’attention des Vallardi ait été attirée par les illustrations de l’Histoire de Paris de Dulaure12 dues aux dessins de Christophe Civeton, l’un des plus actifs producteurs de vues de Paris alors.


D’autres albums de vues de Paris de la même période

Le présent billet ne prétend pas constituer une bibliographie des albums de vues de Paris de la période de l’Empire et de la Restauration. Signalons toutefois dans les collections de la bibliothèque d’autres titres parus dans la même période, qui n’ont pas fait l’objet d’une numérisation. Ils ne sont pas consacrés uniquement à Paris et à ses environs, mais portent aussi sur des thèmes particuliers (barrières de Paris, Révolution française) :

  • Lagier de Vaugelas, et Couché fils, Soixante vues des plus beaux palais, monuments et églises de Paris, cathédrales et chateaux de la France, gravées par Couché fils, et dessinées sous sa direction. Avec leurs explications tirées des meilleurs auteurs. [Entre 1818 et 1822]. Comprend 39 planches pour Paris, consultables sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6458521x/f257 (BHVP RESERVE 916227 et 1525)
  • J.-L.G.-B. Palaiseau, La ceinture de Paris, ou recueil des barrières qui entourent cette capitale, Paris, Gastel, 1819, 48 planches gravées au trait montrant les pavillons de barrière d’octroi du Mur des fermiers généraux, bâtis par Claude-Nicolas Ledoux (BHVP, 4 exemplaires dont l’un avec le prospectus). Consultables à la pièce sur Gallica.
  • La Bibliothèque historique conserve également un recueil de gravures aquarellées sur les barrières, exemplaire unique, prochainement consultable en ligne : Vues extérieures des anciennes barrières de Paris, vers 1800 (BHVP, 8-MS-3162)
  • Les célèbres Tableaux historiques de la Révolution française montrent principalement des scènes parisiennes dans des environnements très détaillés : dessins de Jean-Louis Prieur (65 conservés au Musée Carnavalet, CAR.D.07700 à CAR.D.07765) gravés par Pierre-Gabriel Berthault et Jean Duplessi-Bertaux, publiés en 1798 (BHVP, 1-RES-109, FM 619, et 1-MON-32680 à 32683), puis de 1804 à 1817. Consultables à la pièce sur Gallica ou sur le portail des collections de Paris Musées.

Références bibliographiques des albums numérisés


  1. Voir sa notice biographique dans le Bénézit , consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3045714p/f25.item.r=b%C3%A9n%C3%A9zit%20dictionnaire. []
  2. Procès-verbaux de l’Académie des beaux-arts, 1816-1820, Paris, 2002, p. 379 []
  3. Voir sa notice biographique dans le Bénézit, consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3042184b/f1056.image.r=courvoisier. []
  4. D’après la notice d’autorité du Catalogue général de la BnF. []
  5. Sur l’emplacement actuel de l’Institut du monde arabe et du campus Jussieu. []
  6. Construit en 1807, sur l’emplacement de la Caisse des dépôts, quai Anatole France. []
  7. Liste des vues d’optique éditées chez Basset conservées à la Bibliothèque historique. []
  8. Sur les frères Vallardi, éditeurs, marchands et collectionneurs, voir la notice du répertoire Lugt oline, des Marques de collection. []
  9. Bibliothèque historique de la Ville de Paris, fonds Cousin, 1539. []
  10. D’après les mentions dans la Bibliographie de la France. []
  11. Principaux monuments funéraires des cimetières de Paris. []
  12. Jacques-Antoine Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris,… ornée de gravures représentant divers plans de Paris, ses monuments et édifices principaux, Paris, 1823-1824 []

Juliette Jestaz

Conservatrice des manuscrits, livres rares et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Référente d'histoire de Paris pour la bibliothèque

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search