Les affiches de la Révolution française

La collection d’affiches de la période révolutionnaire conservée à la Bibliothèque historique constitue un ensemble remarquable, composé de plus de 2 250 pièces. Ce corpus rassemble des placards imprimés entre juillet 1789 et le 10 novembre 1799, lendemain du coup d’État de Napoléon Bonaparte, qui témoignent du foisonnement politique des années révolutionnaires, mais aussi de la vie quotidienne, notamment des habitants de Paris.  

Espaces de conflictualité et reflets des aspirations d’un peuple qui conquiert sa liberté d’expression, les murs urbains prennent pendant la Révolution la couleur de l’opinion publique. Les affiches rassemblées dans la collection de la Bibliothèque historique donnent à voir un échantillon varié des placards d’une époque qui redéfinit les contours de la production imprimée.

Majoritairement constituée d’affiches acquises à la fin du 19e siècle, cette collection a fait l’objet d’un travail de classement et de signalement dans le cadre d’un stage de 4 mois réalisé par Olivier Bedoin à la Bibliothèque historique début 2021. Disposant désormais de notices en ligne, ces affiches sont consultables en salle de lecture, au même titre que les très riches ensembles sur la Révolution conservés par la Bibliothèque historique1.

La Révolution ou le règne du “citoyen lecteur”

Parce qu’elle conditionne la validité des lois à leur publicité et qu’elle donne à chacun la possibilité d’imprimer ses idées, la Révolution française bouleverse profondément la pratique de l’affichage public qui connait alors un essor sans précédent.

En 1789, l’Assemblée nationale déclare que “tout citoyen peut parler écrire et imprimer librement”. Cette nouvelle liberté de la presse, couplée à la disparition des corporations de métiers provoque une forte augmentation du nombre d’imprimeurs amateurs ou professionnels. En 1790, la chambre syndicale parisienne dénombre 200 ateliers dans la capitale. La production d’affiches, rapides à imprimer et peu couteuses, y occupe une place essentielle. Partout, les murs se couvrent de placards devenant peut-être “l’espace le plus libre de la Révolution”2. Dès 1791, l’essor de ces publications éphémères conduit l’Assemblée à édicter une série de règles contraignant le droit d’affichage. Elles ont pour objectif de distinguer les affiches officielles des placards privées mais également d’éviter les attroupements liés à des lectures collectives.

Société fraternelle des deux sexes, Bibliothèque historique, 4-AFF-004792

En révolution, les usages de l’affiche sont multiples. D’abord, elle permet aux jeunes institutions politiques d’assoir leur légitimité en publiant leurs délibérations. De plus, l’affiche donne une notoriété nécessaire à la loi qui doit être connue de tous pour être réellement applicable. Les clubs et sociétés publiques, comme celui des Cordeliers, s’emparent également de l’affiche et de son accessibilité vis-à-vis de la population pour imprimer leurs débats et mobiliser l’opinion. Ces usages ne sont pas exclusifs aux révolutionnaires radicaux. Selon l’historien Laurent Cuvelier, entre mai 1790 et juillet 1792, les partisans de Louis XVI font imprimer plus de 200 000 affiches dans le cadre d’une grande campagne médiatique contre les jacobins3.

Surtout, l’affiche devient un moyen de dénoncer ses adversaires, de réfuter les accusations portées contre soi et d’entretenir sa notoriété. Ces placards, signées ou anonymes, peuvent être l’œuvre de citoyens ordinaires des faubourgs comme de personnages politiques de premier plan. Ils rendent compte de la démocratisation de la parole permise par la Révolution. « Personne ne se tait »4, les calomnies et leurs répliques tapissent les murs et saturent l’espace public. Enfin, il faut noter la présence d’affiches privées, annonces de ventes ou publicitaires, qui ont intégré le paysage urbain depuis la seconde moitié du 17e siècle.

« Arrête, lis et médite », des subterfuges pour capter l’attention des citoyens

Sous la Révolution les affiches prennent de nouvelles formes. La mise en page et les caractères d’imprimerie évoluent vers un style plus épuré dont la modernité tranche avec les fastes de l’Ancien régime. Ces transformations esthétiques ont fait l’objet d’études fournies dans le cadre d’une exposition réalisée au musée de la Révolution française de Vizille en 19985.

La multiplication des affiches instaure une sollicitation à outrance de l’attention des citoyens. Pour se distinguer, les producteurs réinventent la mise en page des placards et des intitulés en forme d’injonctions apparaissent. “Arrête, lis et médite” titre ainsi une affiche anonyme alertant sur les dangers de la contre-révolution.

Arrête, lis et médite. De l’état de la France et surtout de Paris, si la contre-révolution s’effectuait [Juin 1797 ?]. Bibliothèque historique, 4-AFF-004916

L’affiche comme artefact : collages et mentions manuscrites

L’intérêt des affiches réside parfois dans leur matérialité. Les traces de colles, les fragments d’autres placards précédemment collés au même mur sont intéressantes comme témoignage de la diffusion de ce média.

Mentions manuscrites au dos d’une annonce de vente.

Outre les subterfuges typographiques susmentionnés, les affiches sont en effet soumises à l’arrachage ou la dissimulation par d’autres plus récentes. Le premier phénomène est notamment évoqué par Marat dans une affiche de la collection. Il y accuse madame Roland de « dilapider les biens de la nation à soudoyer deux cents mouchards pour arracher les affiches de l’Ami du peuple ». Si ces affiches arrachées ne laissent gère de traces dans les collections, ce n’est cependant pas le cas des collages successifs. La dissimulation par superposition transparaît sur certains documents conservés dont les versos révèlent les fragments d’autres placards.

Par ailleurs, plusieurs affiches comportent des inscriptions manuscrites. Il s’agit régulièrement d’un usage postérieur comme papier de remploi. Toutefois, d’autres mentions proviennent parfois de l’imprimeur ou du colleur d’affiches. Dans le dernier cas, elles nous informent sur la quantité de placards imprimés et leurs lieux d’affichage, prenant alors la valeur d’« archives urbaines »6.

La collection de la Bibliothèque historique

Des provenances diverses

À la différence de la collection Portiez de l’Oise conservée à la bibliothèque de l’Assemblée nationale, la collection d’affiches révolutionnaires de la Bibliothèque historique ne provient pas d’un donateur unique. La collection s’est formée progressivement par divers dons et par des acquisitions onéreuses entre la fin du 19e siècle et la première moitié du 20e siècle.

On peut néanmoins distinguer trois origines principales. La plus ancienne et la plus importante en nombre est constituée par la donation d’Alfred de Liesville en 18817. Conservateur-adjoint du fondateur de la Bibliothèque historique Jules Cousin, il rassembla au cours de sa vie plusieurs dizaines de milliers d’objets en lien avec la Révolution, très représentés tant dans les collections du musée Carnavalet, que dans celles de la Bibliothèque historique.

Une partie des affiches provient de la vente de la collection du marquis Turgot en 18898. Enfin, on relève aussi la présence de placards légués à la Bibliothèque par le collectionneur Adolphe L’Esprit, dans les années 1900-1930.

Des acquisitions plus récentes auprès de libraires viennent ponctuellement enrichir cette collection.

Organisation de la collection

Institutions nationales et locales

Les affiches ont été regroupées au maximum par producteur quand elles ont été imprimées à l’initiative d’une institution, et par catégories géographiques ou thématiques dans les autres cas. Le plan de classement général se décline ainsi :

Décret de la Convention relatif aux créances sur les ennemis de la République…, février 1794, Bibliothèque historique, 4-AFF-003349 (collection Liesville)
  • Actes de la monarchie
  • Assemblées nationales constituante et législative (1789-1792)
  • Convention nationale (1792-1795)
  • Directoire (1795-1799)
  • Justice révolutionnaire
  • Paris
  • Départements
  • Domaines nationaux
  • Economie et finances
  • Enseignement
  • Opinions politiques
  • Placards mortuaires
  • Publicité
  • Ventes
  • Théâtre

La majorité de la collection est constituée d’affiches officielles, principalement issues des institutions créées pendant la Révolution. Le cadre de classement suit ainsi l’évolution politique et administrative de la période.

Une première série rassemble tous les actes royaux (ordonnances, lettres patentes, proclamations et déclarations du roi) et les documents émanant d’administrations existant sous l’Ancien Régime (Conseil d’Etat, autorités judiciaires et administratives locales comme les bailliages et prévôtés). On retrouve ensuite les placards imprimés sous les Assemblées législative et constituante (1789-1792), puis sous la Convention nationale (1792-1795) et enfin le Directoire (1795-1799). Chacune de ces grandes séries rassemble les affiches d’actes législatifs (lois et décrets du pouvoir législatif) mais également les imprimés émanant des comités, des ministères et des citoyens envoyés en mission à cette période (lettres des ministres, rapports et extraits de procès-verbaux…). On peut relever un ensemble intéressant d’affiches de la fin de l’année 1792 présentant l’opinion de plusieurs députés sur le jugement de Louis XVI9.

Ces placards, imprimés sur papier blanc, permettent de constater la transformation des ornements à la suite du changement de régime politique. Après la chute de la royauté, les insignes de la monarchie disparaissent des publications officielles et sont remplacées par des symboles républicains (piques, bonnets phrygiens, allégorie de la justice). Cette symbolique nouvelle est particulièrement visible sur les affiches des représentants de la Convention nationale envoyés dans les départements et aux armées.

Chargés de faire appliquer les décisions de l’assemblée dans des régions qui lui sont parfois hostiles, ces missionnaires de la République aux pouvoirs considérables sillonnent la France, imprimant ainsi la Révolution « dans l’espace et les consciences »10. La Bibliothèque conserve plus de 150 affiches classées par missions qui rendent compte de l’action extraordinaire de ces députés sur tout le territoire français.

Les placards des administrations de départements, délibérations de districts et de communes constituent également une série comprenant près de 250 documents. Ils sont classés par département et chronologiquement.

Affiches parisiennes

Affiche du Comité du District des Prémontrés de la Croix-Rouge, 21 juillet 1789, Bibliothèque historique, 4-AFF-003919

De 1789 à 1790, Paris est administrée par une municipalité provisoire, venue se greffer sur la prévôté des marchands d’Ancien régime. La loi du 27 juin 1790 donne une organisation nouvelle à la Commune de Paris qui se maintient jusqu’en 1795. Sous le Directoire, en vertu de la loi du 11 octobre 1795, la municipalité unique est supprimée et la capitale est divisée en douze arrondissements pourvus chacun d’une administration municipale. Ces évolutions politiques et administratives sont représentées par plus de 500 affiches produites par les administrations de la ville et du département de Paris.

On y retrouve de nombreux extraits de délibérations des représentants de la commune ainsi que des convocations imprimées par les districts et sections à l’occasion d’élections mais aussi des adresses du maire à ses concitoyens. Ces placards donnent à voir le quotidien des Parisiens. Les questions relatives à l’acheminement des subsistances, au contrôle des attroupements ou à la régulation des jeux d’argent sur la voie publique y sont abondamment traitées.

Procès et ventes de biens nationaux

Les séries suivantes sont organisées thématiquement. L’une d’entre elles, consacrée à la justice, contient notamment les affiches de plus de cinquante jugements prononcés par le Tribunal révolutionnaire. Certaines rendent publiques des condamnations retentissantes comme celles de Jean-Sylvain Bailly, des Girondins ou encore de Marie-Antoinette.

En cas de condamnation à mort, les biens mobiliers et immobiliers des prévenus – c’est aussi le cas de ceux des nobles émigrés – sont séquestrés et vendus au profit de la nation. Plus d’une centaine d’annonces de ventes de biens nationaux, majoritairement parisiennes, sont conservées par la Bibliothèque historique. Elles sont regroupées dans une série spécifique et classées topographiquement puis au nom de l’ancien détenteur des biens. Ces affiches nous renseignent sur la vie matérielle des nobles de la fin du 18e siècle, dont les possessions sont listées avec précision.

Condamnation à mort de Jean-Sylvain Bailly par le Tribunal criminel révolutionnaire, Bibliothèque historique, 4-AFF-003761

Affiches d’opinion

Les affiches d’opinion constituent l’ensemble le plus original de la collection, qui rassemble plus de 150 adresses politiques formulées par des clubs et des personnalités révolutionnaires.

Souvent imprimées sur du papier coloré pour se distinguer des productions officielles ces affiches permettent de s’imprégner de l’esprit de la période. Elles traitent de l’égalité des sexes, de l’abolition de l’esclavage, de nouvelles techniques militaires ou encore des finances de l’Etat. Elles visent à stimuler le civisme des passants régulièrement invités à rester sur leurs gardes, s’interroger, voir se révolter. Surtout, elles accusent et réfutent les calomnies qui s’énoncent par milliers.

A l’instar d’Olympe de Gouges, dont les placards prennent le nom de « cris », nombre d’auteurs conçoivent l’affiche comme une manière de s’exclamer et de partager le plus rapidement possible leur sentiment sur les événements récents. « Ah! Vous passez à l’Ordre du jour quand on vous demande des comptes ! » titre ainsi une adresse anonyme destinée aux députés de l’Assemblée nationale. Plus énigmatiques, des placards en forme de poème comme cette « Proclamation des principes républicains » viennent s’agréger au fourmillement révolutionnaire.

Signe que l’affiche à cette période n’est pas l’apanage des révolutionnaires mais est aussi un moyen de communication pour les royalistes, on trouve également dans la collection quelques affiches contre-révolutionnaires. L’une est relative au siège de Toulon par la Convention, alors tenue par les forces britanniques, les deux autres commémorent, en Angleterre et aux Antilles, le souvenir de Louis XVI. Ces dernières sont les seules affiches postérieures à l’année 1793 uniquement datées selon le calendrier grégorien.

Affiches du quotidien : vie économique, société, publicité et spectacles

Les derniers ensembles de l’inventaire recouvrent des affiches très variées. Une série rassemble les placards émanant d’institutions financières ou reliées à la trésorerie nationale. Une autre se concentre sur les affiches publicitaires et notamment les prospectus de journaux. On y trouve par exemple l’annonce du premier numéro du Journal d’histoire naturelle dont le naturaliste Lamarck est l’un des rédacteurs.

On peut enfin souligner la présence d’affiches théâtrales très diverses allant de l’annonce de représentations au Théâtre des Associés à la vente aux enchères de cette même salle. On trouve également un prospectus signalant la vente de la publication de L’Ami des Lois de Jean-Louis Laya, comédie jouée peu avant l’exécution de Louis XVI, interdite par la Commune de Paris pour trouble à l’ordre public dix jours après sa première représentation.

Imprimées au crépuscule du 18e siècle dans l’espoir de saisir le regard des passants, ces affiches nombreuses et variées attirent, aujourd’hui encore, notre attention. Leur consultation pourra permettre la réalisation d’études inédites au croisement des histoires urbaine, de l’imprimerie et de la Révolution.


Lien vers l’inventaire dans le portail des Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMNOV-751045102-ZFU.


Bibliographie indicative :

Catalogues d’exposition :

L’Affiche en Révolution, textes réunis et présentés par Alan Marshall et Thierry Gouttenègre, avec la collaboration de René Blanchard, Carla Hesse, René Ponot, Dominique Poulot, Pierre Rétat, Vizille : Musée de la Révolution française, 1998.

La Révolution s’affiche : la collection d’affiches révolutionnaires de l’Assemblée nationale, catalogue de l’exposition à l’Assemblée nationale, du 21 septembre au 15 novembre 2019, Paris : Fayard.


Articles et monographies sur l’affiche et l’affichage :

Chappey, Jean-Luc, “Placards, journaux muraux et affiches politiques sous la Révolution”, Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, catalogue de l’exposition à l’Hôtel national des Invalides, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, du 14  novembre 2012 au 24  février 2013, Paris : Gallimard/BDIC, p. 26-30.

Cuvelier, Laurent, “Du chant du coq au chant du coquin. Affichage et communication royaliste à Paris en 1791”, Annales historiques de la Révolution française, n° 403, 63-78.

Cuvelier, Laurent, “La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIIe siècle”, La Révolution française, n°18, 2020

Dorigny, Marcel, “Les affiches révolutionnaires à la bibliothèque de l’Assemblée nationale”, Annales historiques de la Révolution française, Paris, avril-juin 1988.

Gervereau, Laurent, Terroriser, manipuler, convaincre. Histoire mondiale de l’affiche politique, Paris : Somogy, 1996.

Mercier, Louis-Sébastien, Le Nouveau Paris, Paris : Fuchs, C. Pougens et C. F. Cramer, 1797, 6 volumes [volume 5 : chapitre CCXVI, Affiches sur les murs : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64383987].

  1. On peut citer en particulier les Papiers Palloy, les nombreuses pièces rassemblées dans le fonds général des manuscrits (II) : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/FRCGMBPF-751045102-01B, ainsi qu’une typologie variée de documents – cartes, partitions et chansons, périodiques et livres imprimés, etc. -, qu’on retrouve notamment via ce lien de recherche : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/permalink/P-4d7f79a9-89c5-4e27-a1e4-482d2e952655. []
  2. Anne Simonin « La loi s’affiche » dans La Révolution s’affiche : la collection d’affiches révolutionnaires de l’Assemblée nationale, catalogue de l’exposition à l’Assemblée nationale, du 21 septembre au 15 novembre 2019, Paris : Fayard p.13 []
  3. Cuvelier, Laurent  “Du chant du coq au chant du coquin. Affichage et communication royaliste à Paris en 1791.” Annales historiques de la Révolution française, n° 403, 63-78. []
  4. Laurent Cuvelier « Les on dit, Rumeurs et calomnies par voie d’affiche pendant la Révolution française » dans La Révolution s’affiche : la collection d’affiches révolutionnaires de l’Assemblée nationale, p. 35. []
  5. L’Affiche en Révolution. Textes réunis et présentés par Alan Marshall et Thierry Gouttenègre, avec la collaboration de René Blanchard, Carla Hesse, René Ponot, Dominique Poulot, Pierre Rétat. Vizille, Musée de la Révolution française, 1998, 128 p. []
  6. Laurent Cuvelier, « L’affiche d’avant l’affiche. Biographies d’une archive urbaine », Histoire urbaine, 2020/3 (n° 59), p. 85-103. DOI : 10.3917/rhu.059.0087. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2020-3-page-85.htm []
  7. L’ensemble de la donation Liesville, composée d’environ 30 000 volumes, 15 000 estampes, est rentrée sous un numéro d’inventaire unique : 13681. []
  8. Achat au libraire Durel, affiches entrées également sous un seul numéro d’inventaire : 20753. []
  9. Bibliothèque historique, 4-AFF-003367 à 4-AFF-003375. []
  10. Mazauric Claude et Michel Biard, “Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795)”. In : Annales historiques de la Révolution française, n° 331, 2003. p. 177-182. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search