Joséphine Baker à l’honneur

Joséphine Baker, née en 1906 à Saint-Louis dans le Missouri, est une des figures majeures du spectacle parisien à partir de son arrivée en France en 1925 jusqu’à sa disparition en 1975. Vedette de la danse et du chant, première star noire en France, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, elle entre le 30 novembre 2021 au Panthéon. Sa carrière au music-hall comme son rôle dans la vie publique en France et sa vie privée sont représentés dans les collections de la Bibliothèque historique, grâce en particulier à la richesse du fonds de l’Association de la Régie théâtrale.

Cinquante ans de music-hall

Les années 1920 : La Revue nègre et les Folies-Bergère

En 1925, elle arrive en France à bord du paquebot Berengaria, pour se produire dans La Revue nègre au Théâtre des Champs-Élysées. Le programme du théâtre, dont la couverture est signée Paul Colin, propose une illustration différente de la célèbre affiche, conservée au Musée des Arts Décoratifs, dont Colin est également l’auteur1.

A partir de 1926, c’est aux Folies-Bergère qu’on retrouve Joséphine Baker, où elle devient meneuse de revue. Les luxueux albums illustrés de la revue des Folies-Bergère la mettent d’emblée à l’honneur2. Ces albums permettent de retracer les tableaux dans lesquelles apparaît la danseuse : dans La Folie du Jour, de Louis Lemarchand, elle porte une ceinture de banane, dans un décor de jungle, pour un tableau intitulé “Fatou”, et avec d’autres atours, dans plusieurs autres parties du spectacle : “La Boule de fleurs”, “Tout pour Joséphine”, “Sous un pont d’or”… Une belle caricature dessinée en 1927 par Pol-Rab la représente dans le célèbre costume de cette revue, qui ne fera qu’ajouter à sa célébrité déjà importante et qu’elle continuera à arborer dans la suite de sa carrière.

Durant l’année 1927, elle participe à la revue Un vent de folie avec un numéro intitulé Plantation : accompagnée par le Thompson Jazz Orchestra, elle enchaîne les acrobaties et les attitudes comiques3.

Les années 1930 : le Casino de Paris et La Créole

C’est sans doute pour la période des années 1930 que les collections de la Bibliothèque historique sont les plus intéressantes et variées : programmes, photographies, tickets d’entrée pour ses spectacles, partitions, etc. Fixée à Paris au début de la décennie, après et avant une période de tournées dans de nombreux autres pays, Joséphine Baker y connaît les succès qui marqueront l’ensemble de sa carrière.

Paris, qui avait connu Joséphine Baker comme “danseuse de bananes”, clou de deux revues des Folies-Bergère, fut surpris de la retrouver chanteuse et artiste dramatique dans la dernière revue du Casino de Paris, comme l’atteste la voix de toute la presse.

Joséphine, chanteuse !

“Joséphine Baker vue par son manager”, Joséphine Baker vue par la presse française, 1931.

Son arrivée au Casino de Paris, historiquement lié à Mistinguett, l’autre grande vedette féminine du music-hall parisien, ouvre une nouvelle période faste, pendant laquelle elle se réinvente comme chanteuse. Elle se produit dans deux revues : La Joie de Paris et La revue qui remue, et y interprète deux chansons célèbres : “J’ai deux amours”, qui lui deviendra irrémédiablement attachée, sur une musique de Vincent Scotto et des paroles de Géo Koger et d’Henri Varna, un des directeurs du Casino de Paris et “La Petite Tonkinoise“, déjà présente au répertoire de Mistinguett.

Billet du Casino de Paris, 1933, Bibliothèque historique, Dossier biographique Joséphine Baker, 4 BIO 00778

Le contexte est alors celui de l’Exposition coloniale de 1931 : la persona de Joséphine Baker, déjà chargée des représentations corporelles coloniales – nudité, exotisme, présumée sauvagerie de sa danse -, s’imprègne aussi de cette culture des colonies françaises à travers “La Petite Tonkinoise”. Joséphine Baker utilise ces stéréotypes non sans ambiguïté4. Le directeur du Casino de Paris lui offre un guépard nommé Chiquita, autre marqueur de ces stéréotypes, mais c’est avec un tigre qu’elle pose sur l’affiche de La Joie de Paris conservée dans nos collections5.

Elle reste deux ans la vedette de la revue, ce dont témoignent les programmes illustrés par Zig et par Paul Colin, qui reprennent avec des styles différents les caractéristiques de son personnage : coiffure moderne, silhouette élancée, nudité.


1934 est l’année d’un projet d’envergure pour Joséphine Baker : au Théâtre Marigny, elle interprète La Créole, opérette adaptée d’Offenbach6. Le livret est réécrit : l’action se déroule à la Jamaïque en 1843 (et non en Guadeloupe en 1685 comme dans l’œuvre originale) et des personnages sont ajoutés ce qui provoque des modifications musicales substantielles.

Une centaine de photographies de scène accompagnent le relevé de mise en scène du spectacle conservé à la Bibliothèque historique7. L’opérette inspira aussi à Cadette Simon-Ducuing un dessin de Joséphine Baker dans un costume folklorique, acquis par la Bibliothèque en 19718. Signalons également un livret de mise en scène contenant des affichettes du spectacle9.

Elle retrouve les Folies-Bergère en 1937 pour une revue intitulée En super folies. Le spectacle joue sur les succès antérieurs de l’artiste, comme le montre un petit programme illustré d’une photographie du décor, où Joséphine apparaît au centre de la scène.

De l’après-guerre à la dernière revue de Bobino

La carrière de Joséphine Baker reprend dans l’après-guerre à Paris, tout en restant jalonnée de tournées internationales. Pour les années 1950, la correspondance de son habilleuse Ginette Renaudin, acquise par la Bibliothèque historique en 2015 et prochainement cataloguée10, témoigne de cette vie de tournées et ses moments remarquables, notamment lorsque la jeune femme indique que “Madame” l’a invitée à venir saluer en fin de spectacle !

Dès la fin des années 1940, Joséphine Baker est néanmoins confrontée à la maladie, qui l’empêche régulièrement de se produire sur scène et la contraint à des adieux répétés. Elle revient à plusieurs reprises au music-hall, notamment en raison de ses besoins d’argent, rattrapée par son train de vie et le coût de fonctionnement de son domaine des Milandes.

Parmi les moments marquants de cette période de sa carrière, elle officie en tant que “Madame” Loyal au gala annuel de l’Union des artistes à deux reprises, en 1961 et 196211. Des clichés des répétitions, issues du fonds photographique France-Soir, la montrent notamment en plein apprentissage du dressage des chevaux du cirque. On peut aussi mentionner ses fréquentes apparitions à la télévision, par exemple pour la cabaret de la télévision lors du réveillon 1953.

C’est finalement en 1975, à Bobino, qu’elle se présente pour la dernière fois sur scène. L’affiche laisse peu paraître l’âge de la danseuse – 70 ans -, encore très vive d’après la critique.

Joséphine à Bobino, Bibliothèque historique, 4-AFF-002407-(16)


Vie publique et vie privée

Devenue française en 1937 après son mariage avec Jean Lion, Joséphine Baker s’engage pour son pays d’adoption pendant la Seconde Guerre mondiale en rejoignant la France libre. Le seul témoignage de cette période dans les collections de la Bibliothèque historique est une photographie de Serge de Sazo (1915-2012) du 14 mai 1945, pendant un défilé militaire des troupes alliées sur les Champs-Élysées, sur laquelle on voit l’artiste résistante féliciter un jeune soldat12.

Son implication dans le mouvement des droits civiques aux États-Unis marque ses engagements de l’après-guerre. Ils sont représentés dans les archives photographiques France-Soir13 ainsi que dans le dossier biographique sur l’artiste, riche en coupures de presse sur cette période collectées à l’époque par la Bibliothèque historique.

Jacques Boissay, Le 4 juin 68, manifestation gaulliste, Joséphine Baker (Bibliothèque historique, Fonds France-Soir, 4-FSN-000228-16)

Suite logique de son passé de résistance, elle participe au défilé gaulliste parisien du 4 juin 1968, symbole du retour à l’ordre après les manifestations de mai 1968. Elle est également présente lors de défilés commémoratifs de la Libération de Paris.

L’intérêt journalistique pour les activités de la star explique le foisonnement des autres documents, outre le spectacle et la vie politique, conservés sur la vie de Joséphine Baker. Les épreuves du fonds photographiques France-Soir rendent compte de l’attraction de la presse et du public pour les faits et gestes de l’artiste, lors d’événements heureux ou plus tragiques : déplacements, dîners et cérémonies, mariages et divorces, adoptions, maladie, retours à la scène…

Dépliant pour le domaine des Milandes, de l’époque où Joséphine Baker et sa famille y résident (fin années 1950-début années 1960)

On peut s’attarder en particulier sur sa vie aux Milandes, propriété située à Castelnaud-la-Chapelle en Dordogne où elle séjourne à partir de 1938. Un dépliant présente les lieux et les visites disponibles pour les admirateurs et admiratrices de la vedette14.

En 1959, la famille Baker-Bouillon est reçue à l’Hôtel de Ville de Paris (Bibliothèque historique, Fonds France-Soir)

C’est aux Milandes que sont élevés les douze enfants qu’elle adopte dans le monde entier avec son mari Jo Bouillon. Cette famille atypique que Joséphine Baker appelle sa “tribu arc-en-ciel” ne manque pas d’attirer la curiosité de la presse, d’où de nombreuses images.

Ses nombreux déplacements internationaux sont également l’occasion de photoreportages, ainsi que ses représentations lorsque des personnalités célèbres figurent dans le public, à l’image de membres de la famille royale britannique. Les cérémonies officielles auxquelles elle assiste figurent aussi en bonne place dans le fonds, à l’occasion lorsqu’elle prend part à des œuvres caritatives.

Le duc et la duchesse de Windsor saluent l’artiste. (Bibliothèque historique, Fonds France-Soir)

Lorsque Joséphine Baker disparaît en avril 1975, ses funérailles à la Madeleine drainent une foule considérable de Parisiens et de célébrités venus lui rendre hommage, parmi lesquels les bienfaiteurs et amis de la fin de sa vie, la princesse Grace de Monaco et l’acteur Jean-Claude Brialy.


L’aura d’une star d’exception dans l’Entre-deux-guerres

Les collections sur Joséphine Baker conservées à la Bibliothèque historique mettent également en lumière un aspect moins connu de sa carrière : la construction de sa propre image, notamment au tournant des années 1930, passée sa révélation dans La revue nègre. Elle s’approprie différents canaux de diffusion afin de modeler de plus en plus l’image qu’elle renvoie d’elle-même, prélude à des engagements politiques personnels, comme antiraciste et résistante.

Dès ses premiers spectacles en France, Joséphine Baker suscite des commentaires et un intérêt qui dépassent le succès de ses performances sur scène. Son image se décline par exemple sur des modèles de Siégel, spécialiste du mannequin réaliste, photographiés par André Vigneau en 192815. On trouve une autre utilisation publicitaire de son nom avec la gomina (ou brillantine) Bakerfix, mentionnée dans les programmes de ses revues16.

Dans la construction de son image médiatique, la représentation de sa silhouette et de sa coiffure est en effet particulièrement importante : elle sera fréquemment dessinée avec ses boucles bien dessinées et plaquées ou symbolisées par ses longues jambes. Ce style iconique apparaît par exemple dans une chromolithographie de 1931 de Jean Dunand17.

Référence en matière de mode, Joséphine Baker ira même jusqu’à porter des tenues à sa propre gloire, comme sur cette photographie des années 1950 où l’imprimé de sa robe rappelle les dessins de Paul Colin, et montre son attachement à cette période fondatrice de son mythe.

On peut certainement attribuer à sa personnalité hors-normes la publication, très tôt dans sa carrière de ses mémoires (elle n’a alors que 21 ans !). Dès 1927, Marcel Sauvage, journaliste du quotidien L’Intransigeant, publie chez l’éditeur Kra à Paris18 un volume recueillant ses souvenirs, dans lequel Joséphine raconte son enfance, ses débuts en Amérique et son arrivée en Europe19. Le livre est toutefois remarquable d’abord par les illustrations qu’il contient – trente dessins de Paul Colin – et par le reste de son contenu : conseils de beauté et de cuisine, reproductions de lettres d’admirateurs et d’admiratrices qui sollicitent rendez-vous et photographies dédicacées.


L’aura considérable de Joséphine Baker se mesure aussi à l’aune de publications nombreuses, variées et qui témoignent du contrôle de l’artiste sur sa propre image à partir des années 1930.

Si la déclinaison de ses attitudes en photo-cartes publicitaires pour le Casino de Paris reste classique20, le fait qu’elle dispose aux alentours de 1932 d’une société d’édition de partitions à son nom, basée à Paris et à Milan, montre combien son influence s’est étendue en seulement quelques années21.

Une brochure intitulée Joséphine Baker vue par la presse française rassemble, comme l’indique son titre, les critiques (plutôt élogieuses) sur l’artiste, une formule auto-promotionnelle originale. Cet ouvrage devenu rare montre l’impact de Joséphine Baker sur son époque à travers les commentaires et les controverses qu’elle suscite. La société d’édition qui commercialise la brochure semble créée à l’unique fin de faire la promotion de l’artiste : sa seule autre parution connue est un roman “d’après une idée de Joséphine Baker”, Mon sang dans tes veines, écrit par plusieurs auteurs dont le manager de la star, Giuseppe Abatino22.

Publicité, marques, mode, livres à sa gloire : en parallèle de ses activités sur scène ou au cinéma, Joséphine Baker développe son image, montrant ainsi la volonté d’écrire sa propre histoire.


  1. Paul Colin est aussi l’auteur d’un album, Tumulte noir, composé de 45 lithographies, réalisé en 1927, réédité en 2011. Cette réédition est conservée à la Bibliothèque Forney. []
  2. Bibliothèque historique, La Revue des Folies-Bergère, Paris : Paris Art Éditions, 1923-1928, 142443. []
  3. Cet orchestre peu documenté figure, d’après le British Film Institute, dans le film muet La revue des revues de Joe Francis de 1927, où Joséphine Baker interprète son propre rôle. []
  4. A ce sujet, voir notamment l’article de Chloé Leprince, “Seins nus, bananes et métissage : derrière Joséphine Baker, l’histoire d’une préférence coloniale”, Franceculture.fr, 25 août 2021, en ligne : https://www.franceculture.fr/histoire/seins-nus-bananes-et-metissage-derriere-josephine-baker-lhistoire-dune-preference-coloniale. []
  5. Bibliothèque historique, 0-AFF-000387. []
  6. Sur l’interprétation de La Créole par Joséphine Baker et sa signification culturelle, on peut lire Andy Fry, « “Du jazz hot à La Créole“: Josephine Baker Sings Offenbach », Cambridge Opera Journal, vol. 16, no 1, 2004, p. 43‑75. []
  7. Bibliothèque historique, 1 programme et 116 photographies positives en noir et blanc (photos de scène) de la production au Théâtre Marigny avec Joséphine Baker, 4-TMS-04178 (RES). []
  8. Bibliothèque historique, Dessin de Cadette Simon-Ducuing, vers 1934, 2-TMD-00200. []
  9. Bibliothèque historique, Libretto dactylographié de La Créole, 1934, 4-TMS-04177 (RES). []
  10. L’ensemble de cette correspondance contient 129 lettres, datées de 1950 à 1956. []
  11. Voir les programmes du Gala de l’Union des artistes, années 1928 à 1981 conservées à la Bibliothèque historique : https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0001977941. []
  12. Bibliothèque historique, 1 photographie, 4-ENA-00176-0064. []
  13. Dossiers en cours de traitement. []
  14. Bibliothèque historique, Dossier biographique Joséphine Baker, 4 BIO 00778. []
  15. Bibliothèque historique, [Lieu non identifié. Mannequins Siégel à l’effigie de la danseuse et chanteuse Joséphine Baker (1906-1975)], 3 tirages gélatino-argentiques en noir et blanc d’André Vigneau (1892-1968), 4C-EPF-007-0785, 4C-EPF-007-0786, 4C-EPF-007-0787. []
  16. Voir aussi cette publicité de 1940 présente dans un programme du Théâtre du Châtelet de la collection Rondel de la BnF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105099440/f23.image. []
  17. Bibliothèque historique, Dossier biographique Joséphine Baker, 4 BIO 00778. []
  18. Une production variée caractérise cette maison d’édition, mais on peut signaler la publication de biographies de personnalités du monde de la culture, par exemple en 1928, sur Colette, autre vedette du music-hall en son temps, et sur Charlie Chaplin. []
  19. Les Mémoires de Joséphine Baker, Paris : Kra, 1927, 189 p., Bibliothèque historique, 625790 []
  20. https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0002026413.locale=fr / 4-TEP-000637 : 75 photos []
  21. Signalons également la collection de partitions de Joséphine Baker de la Médiathèque musicale de Paris, évoquée par Noël Lopez : “Dis-moi Joséphine !”, article sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris, https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/decouverte/focus/dis-moi-josephine. []
  22. La Camara et Giuseppe Abatino, Mon sang dans tes veines : roman d’après une idée de Joséphine Baker, Paris : Les Éditions Isis, 1931, 178 p., illustrations de G. de Pogedaïeff, conservé à la Bibliothèque Marguerite-Durand. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Daniélou (29 novembre 2021). Joséphine Baker à l’honneur. L'échauguette. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxen


Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11 décembre 2021

    […] de Joséphine ? Découvrez affiches, photos, programmes de théâtre dans les collections de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.Joséphine Baker, née en 1906 à Saint-Louis dans le Missouri, est une des figures majeures du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search