11 novembre 1931 : Fête de la paix. Souvenir d’un événement redécouvert dans les archives de Jeanne Mélin

Depuis l’année 1922, le 11 novembre, jour anniversaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, est institué pour « célébrer la commémoration de la victoire et de la paix », ainsi que pour rendre hommage aux morts. Dans les années 1930, ce jour de commémoration du conflit est l’occasion pour les militants et militantes pacifistes de se mobiliser pour faire connaître leurs idées.

Jeanne Mélin, pacifiste et féministe

Pacifiste et militante féministe, Jeanne Mélin (1877-1964) crée le Cercle Pax Occident-Orient en 1931 afin de fédérer les groupements pour la paix, encore trop isolés pour être largement suivis. À l’époque politiquement fragile de l’Entre-deux-guerres où l’opinion publique est divisée sur la nécessité politique d’une paix commune et fraternelle, Jeanne Mélin veut réveiller les consciences.

Le Cercle Pax Occident-Orient, créé pour unir le mouvement pacifiste français

Au début de l’année 1931, Jeanne Mélin traverse une grande période de dépression : la société et les décisions politiques ne répondent pas à ses idéaux. Elle désire une société où la guerre est abolie et le partage équitable des richesses entre tous les citoyens, où hommes et femmes sont traités à égalité. Utopie ? Elle ne le croit pas, et, malgré les moments de découragement et de désillusion qu’elle connaît en quittant certaines associations militantes comme la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, elle ne renonce pas.

Après cette période d’introspection où elle se consacre à l’écriture sans toutefois recevoir l’accueil attendu, elle décide d’agir à nouveau publiquement pour la cause pacifiste. Elle constate amèrement la tiédeur des associations féministes pour soutenir l’opposition à la guerre, dans la continuité du pacte de paix Briand-Kellogg signé en 1928, aussi démissionne-t-elle de toutes les associations dont elle était membre. Il devient pour elle nécessaire de mener une action pacifiste de masse pour fédérer les partis et organiser une conférence mondiale pour le désarmement.

Jeanne Mélin crée le Cercle Pax Occident-Orient le 7 mai 1931 dans un restaurant oriental du IXe arrondissement de Paris. Le nom choisi témoigne de sa volonté d’unifier le monde, de lier étroitement deux extrêmes, l’Orient et l’Occident, dans une même volonté de paix, d’universalisme et de fraternité. Le but de cette association est strictement pacifiste : il s’agit d’accueillir et de fédérer des pacifistes étrangers, d’organiser un réseau pacifiste par une production littéraire, des réunions, des voyages, dans l’idée d’une fédération européenne.

Pour diriger le Cercle, elle s’entoure de personnalités comme le journaliste Gustave Fabius de Champville, nommé Président et de l’avocat André Cahen, Secrétaire général.

Trois réunions mensuelles, amicales, sont organisées à Paris auxquelles participent des militants et militantes français et étrangers. Chacune est l’occasion d’un débat autour d’un thème prédéfini, comme le désarmement universel ou la création d’une Fédération économique européenne.

La Parade de la Paix le 11 novembre 1931

Le 11 novembre 1931, pour la commémoration de l’Armistice, le Cercle organise une Parade de la Paix à Paris. Les participants invités, délégués de différentes ligues pacifistes françaises et étrangères, se retrouvent à 14 heures 30 au siège du Cercle, situé 8 rue de Châteaudun dans le 9e arrondissement.

Ces dames peuvent venir en chaussures à talon, car la parade se déroule en autocars recouverts de slogans féministes et pacifistes.

Sous les ovations de la foule, le cortège se dirige jusqu’au Champ de Mars, devant la Tour Eiffel où fut chantée la « Fraternité universelle » en 1790, lors de la Fête de la Fédération.

À l’arrivée de la parade, l’écrivain Gustave Fabius de Champville prononce un discours devant un large auditoire. Dans la continuité des rassemblements révolutionnaires de 1790, il rappelle les vertus de la Paix, de la fraternité universelle, celle qui « lie les hommes et prépare des lendemains meilleurs »1.

La Pax-Marseillaise

Des vers pacifistes sont déclamés, suivis d’un concert qui se clôt par la chanson « Pax-Marseillaise » reprise en chœur par l’assemblée.

Connaissez-vous cette version pacifiste de la Marseillaise, réécrite par Jeanne Mélin ? L’air est le même que l’hymne national, mais le texte patriotique est ici adapté aux enfants pour en gommer tout esprit guerrier. Dans l’esprit de la Ligue Internationale des Combattants pour la Paix, créée cette même année 1931 par le journaliste Victor Méric, la chanson se veut aussi une critique de l’engagement militaire. Toutes les consciences, surtout les plus jeunes, doivent être touchées et émues !

I
Enfants de toutes les Patries
Le jour de gloire est arrivé
Pour triompher des tyrannies
L’étendard d’union est levé (bis)
Entendez-vous dans ces campagnes
Chanter, joyeux tous les soldats
Ils vont revenir dans vos bras
Presser vos enfants, leurs compagnes
Refrain
Aux urnes, citoyens, désarmez vos nations
Votons, semons,
Qu’un blé de paix féconde nos sillons.
II
Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis
Tremblez, vos projets fratricides
Vont enfin recevoir leur prix (bis)
En votant, on va vous combattre.
Car voici de jeunes héros
Le monde en produit de nouveaux
Qui ne voudront jamais se battre.
Refrain
III
Amour nouveau de la Patrie
Soutiens et guide notre cœur.
Liberté, liberté chérie
Donne en tous pays le bonheur (bis)
Sous l’olivier, que la victoire
Réponde à tes nobles accents
Que tes ennemis délirants
Voient ton succès et notre gloire.
Refrain

L’après-midi s’achève place de l’Étoile, où des enfants menés par différentes délégations déposent une gerbe d’olivier sur la tombe du soldat inconnu, symbole du sacrifice de la jeunesse au nom de la barbarie des hommes.

L’événement connaît un grand retentissement dans la presse, au-delà des bulletins militants. Si certains journaux sont enthousiastes, comme La Française qui fait la publicité de l’événement dès le 31 octobre, ou Paris-Soir qui inclut une photographie de la manifestation dans sa rétrospective en image des commémorations internationales, publiée le 13 novembre 1931, d’autres sont plus mitigés : L’Œuvre du 12 novembre 1931 indique ainsi que la “manifestation n’eut pas l’ampleur qu’on aurait désirée ; mais c’est un commencement, et il faut souhaiter que l’an prochain on organise une grande fête qui marquera mieux que des parades guerrières le sens de cette journée”.

Les sceptiques de la paix restent favorables à une sécurité nationale sans condition, même si elle nécessite un engagement conflictuel et le déploiement des armées. Or, les associations pacifistes ne veulent plus de cette barbarie et redoutent de retomber dans l’horreur d’une autre guerre. Outre la commémoration de l’armistice, le contexte de la fin de l’année 1931 est aussi celui de la tenue prochaine, à partir de février 1932, de la Conférence mondiale du désarmement de Genève de la Société des Nations. La manifestation du Cercle Pax Occident-Orient vise ainsi à mobiliser l’opinion publique quant aux enjeux diplomatiques de la militarisation des sociétés et de la prolifération de l’armement, en particulier en Europe et en Asie (le Japon vient alors d’envahir la Mandchourie).

Du rassemblement républicain du 11 novembre, Jeanne Mélin a voulu une réunion de toutes les générations et de tous les pays dans l’esprit du slogan pacifiste : “La guerre doit être supprimée !”. Le Cercle Pax-Occident-Orient continua son activité jusqu’en 1934.


Jeanne Mélin a collecté une abondante documentation sur la vie associative et politique de la première moitié du 20e siècle. Ses archives, dont l’inventaire sera publié en 2022, font partie de la bibliothèque Marie-Louise Bouglé conservée à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris depuis 1946.

  1. Le texte du discours est conservé dans le fonds Jeanne Mélin. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search