Faire l’histoire de Paris : l’Ancien Régime (1/2)

En 2020, la Bibliothèque historique a proposé une exposition intitulée “Histoires de Paris” : cette dernière avait pour but de revenir sur l’écriture de l’histoire de Paris entre le 16e et le 20e siècle grâce aux livres d’histoire conservés à la bibliothèque. En plus de leur qualité esthétique, ces ouvrages richement illustrés permettent de comprendre l’évolution de l’historiographie en France car, du 16e siècle au 20e siècle, les méthodes et les archives utilisées par les historiens varient beaucoup. En quatre siècles, ce sont ainsi plusieurs versions de l’histoire de Paris qui se font jour, influencées par une méthodologie en perpétuelle évolution. Cet article se propose donc de revenir sur les ouvrages publiés sous l’Ancien Régime avant une deuxième partie qui sera consacrée aux productions de l’époque contemporaine.

Les Antiquitez de Paris

Le plus ancien ouvrage imprimé dédié à l’histoire de Paris depuis l’Antiquité paraît en 1532, avec La fleur des Antiquitez de Gilles Corrozet, à la fois auteur et libraire. Cette double casquette lui permet de modifier et de faire réimprimer régulièrement ce court ouvrage (70 pages) jusqu’en 1561. Son entreprise est représentative, à plusieurs titres, de la manière d’écrire l’histoire au 16e siècle, encore largement tributaire de l’héritage médiéval. Tout d’abord, Gilles Corrozet propose moins une histoire au sens moderne du terme qu’une chronique : les évènements, plutôt que d’être mis en perspective les uns avec les autres, sont simplement listés chronologiquement les uns après les autres. C’est aussi une histoire vue d’en haut qui est proposée : la majeure partie de l’ouvrage se contente de lister les rois de France successifs et leurs actions positives envers la capitale (fondations d’abbayes, etc.). Enfin, la documentation de Gilles Corrozet est parcellaire : son récit se fonde en sur une documentation transmise à l’oral ainsi que sur les Grandes Chroniques de France, rédigées entre 1270 et 1461. Cette histoire de Paris est donc loin d’être exempte d’erreurs : le meilleur exemple reste l’explication des origines de Paris où l’hypothèse la plus probable envisagée par Corrozet est ainsi celle qui ferait des Troyens les fondateurs de Lutèce.

Au 17e siècle, de nouvelles Antiquitez de Paris sont publiées à la suite de Corrozet : si elles reprennent le même format de chroniques, ces nouveaux ouvrages se distinguent par un recours à des sources archivistiques supplémentaires. En 1612, Jacques du Breul, bénédictin, profite ainsi de sa position d’archiviste à l’abbaye de Saint-Germain des Prés pour proposer son propre Théâtre des Antiquitez de Paris. Cette documentation lui permet d’écrire une histoire de Paris beaucoup plus fournie, courant sur 1300 pages.

A cette histoire écrite à partir des archives ecclésiastiques répond cinquante ans plus tard, en 1640, une histoire de Paris écrite grâce aux archives royales : c’est Claude Malingre, historiographe du roi, qui s’attelle à cette tâche avec Les Antiquitez de la ville de Paris et les Annales de la Ville de Paris en citant régulièrement chartes et ordonnances. Ces deux productions sont des éditions de prestige, grand format, qui témoignent de la nouvelle importance accordée à cette discipline. Les deux auteurs bénéficient d’un climat d’émulation intellectuelle important : durant le premier tiers du 17e siècle, la capitale voit fleurir de nombreuses assemblées savantes, comme l’Académie putéane, où les érudits peuvent venir confronter leurs idées.

Ces ouvrages, malgré leur relative austérité, sont déjà prisés de contemporains. L’exemplaire de la chronique Du Breul conservé à la bibliothèque a été ainsi amplement annoté par l’un de ses possesseurs au début du 18e siècle. Celui-ci ne se prive pas de corriger certaines dates en marge voir de mettre à jour les informations décrites dans l’ouvrage, près de cent ans après sa parution. Il indique ainsi que la salle du Grand Palais de Justice, décrite dans l’ouvrage, a été depuis brûlée et rebâtie.

Jacques du Breul, Théâtre des antiquitez de Paris, 1612, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 100 062 (avec les annotations de Caperon en marge)

La naissance d’une science historique au siècle des Lumières

A l’aube du 18e siècle, la méthodologie historique change progressivement : tout d’abord, le style des chroniques est désormais abandonné au profit de récits synthétiques ; par ailleurs, une importance renforcée est accordée à la preuve historique, qui croise désormais plusieurs fonds documentaires.

Le précurseur de ce mouvement se nomme Henri Sauval : de 1650 à 1675, ce dernier entreprend l’écriture d’une nouvelle Histoire de Paris en piochant dans des archives très variées, depuis les archives ecclésiastiques jusqu’à celles de la Cour des Comptes. Il ne se décide cependant jamais à publier ces recherches et meurt en 1676, son travail inachevé. Son collaborateur Claude-Bernard Rousseau reprend et complète son travail mais meurt à son tour en 1720. C’est finalement deux libraires, Moette et Chardon, qui permettront de mettre un point final à cette entreprise longue de plus d’un demi-siècle en publiant en 1724 trois volumes de l‘Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris. Preuve de la nouvelle importance accordée aux sources, un volume est entièrement consacré à l’édition des archives consultées par Sauval !

La préface est ainsi explicite et illustre bien toute l’ambition de ce projet à l’aune des nouvelles exigences scientifiques :

Il a fallu se contenter jusqu’à présent de ce que Corrozet et Bonnefons ont écrit mais les ouvrages sont si succincts qu’ils ne méritent pas d’être appelés Histoires […] Du Breul l’a emporté sur ses prédécesseurs […] Malingre qui lui a succédé n’a fait que le copier […] Tous ces livres peuvent suffire pour acquérir des connaissances superficielles mais comme maintenant, surtout en matière d’Histoire, on veut tout approfondir, nous nous sommes portés avec plaisir à donner l’Histoire et Recherches des Antiquités de Paris par Monsieur Henri Sauval […]

Préface â l’ouvrage d’Henri Sauval

Un an plus tard, une autre aventure éditoriale aboutit à la parution d’une Histoire de la ville de Paris, écrite par Félibien et Lobineau. Cette publication trouve son origine dès 1711, date à laquelle Jérôme Bignon, prévôt des marchands de Paris décide de financer une nouvelle Histoire de Paris ; une commande est donc passée à Dom Michel Félibien, savant bénédictin qui vient de se faire connaître pour son Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys en France en 1706. Comme Sauval, Félibien meurt cependant prématurément en 1719 et c’est donc Lobineau qui achève le manuscrit. Il faut encore attendre une campagne de souscription en 1722 (l’ancêtre du crowdfunding) pour que l’ouvrage voit enfin le jour en 1725. Pour se distinguer de son concurrent paru un an plus tard, l’Histoire de Paris de Félibien peut jouer sur plusieurs avantages marketing : plus volumineux, l’ouvrage est aussi abondamment illustré. Surtout, une nouvelle science historique fait son apparition dans ces pages : en plus d’exploiter les manuscrits de Sauval, Félibien rajoute un compte-rendu des dernières découvertes archéologiques réalisées en 1711 au chevet de Notre-Dame de Paris. On y trouve ainsi la première représentation figurée de l’autel des Nautes, une offrande faite par la confrérie des bateliers de la Seine à l’empereur Tibère au 1er siècle (aujourd’hui conservé au musée de Cluny). Cet intérêt fait écho à la place grandissante prise par l’archéologie au 18e siècle, notamment à la suite de la découverte de Pompéi. Pour les plus curieux d’entre vous, cet ouvrage ancien est disponible à l’emprunt, gratuitement et pour tous, à la bibliothèque !

Malgré l’incendie en 1737 de la chambre des Comptes qui réduit en cendre une partie des archives parisiennes, la deuxième moitié du 18e siècle est marquée par l’écriture d’histoires de Paris encore incontournables aujourd’hui. Celle publiée entre 1772 et 1775 et écrite par Renou de Chauvigné, dit Jaillot, en est un parfait exemple : il reprend la librairie de son père, Hubert Jaillot, éditeur de cartes et plans et publie des Recherches critiques, historiques et topographiques sur la ville de Paris. Il propose ici un travail de fourmi, énumérant l’histoire de Paris, quartier par quartier, rue par rue, en proposant plusieurs plans. Ses recherches poussées dans des institutions publiques et privées lui permettent ainsi d’énumérer tous les propriétaires d’une parcelle.

Quand la banlieue entre dans l’histoire

La même exigence scientifique procède aux premières publications portant sur l’histoire de la région parisienne. Le premier à s’intéresser à cet espace est l’abbé Jean Lebeuf, qui, par curiosité, se lance dans la rédaction de notices pour l’ensemble des villages d’Ile-de-France. Il lui faudra dix ans de recherches – et d’excursions –  dans tous les villages alentour, pour terminer finalement l’Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris (15 volumes in-12°, les deux premiers consacrés à Paris, et les 10 suivants à la banlieue). Son ouvrage reste une source indispensable pour ces localités souvent minuscules, encore très mal documentées, et dont les archives ont aujourd’hui disparu pour une bonne part.

Les quatorze volumes de l’Histoire de la ville et du diocèse de Paris par Lebeuf, Bibiothèque historique de la Ville de Paris, 1947

L’érudition est la même que chez Félibien (les sources sont indiquées en marge à la page près), mais la maniabilité du format permet aussi un usage touristique : le lecteur peut se lancer dans une série de promenades et lire sur place les notices détaillant l’apparition de tel village et les événements marquants qui ont pu le traverser, l’architecture et les rites de l’église paroissiale, l’histoire de l’abbaye ou du château voisins, et aussi les “curiosités naturelles” du site. En somme, un premier Guide bleu mâtiné d’Encylopedia Universalis !

Son entreprise novatrice est poursuivie au début du 19e siècle par Dulaure : (presque) ingénieur, (presque) géomètre, conventionnel jacobin, journaliste et pamphlétaire, il passe à la postérité avec des volumes d’histoire anecdotique sur Paris et sa région. Après avoir écrit une histoire de Paris, il enchaîne ainsi en 1825 avec une Histoire physique, civile et morale, des environs de Paris en 7 volumes, orné de nombreuses gravures. Dulaure et son éditeur Guillaume font appel au dessinateur Christophe Civeton qui entame ainsi une prolifique carrière de paysagiste des monuments de Paris et de l’Île-de-France.

Bibliographie : pour aller plus loin


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Duprat (17 février 2022). Faire l’histoire de Paris : l’Ancien Régime (1/2). L'échauguette. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxev


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search