L’Aiglon d’Edmond Rostand : une nouvelle acquisition pour la Réserve

Le 15 mars 1900, sur les planches du Théâtre Sarah-Bernhardt, se joue pour la première fois une nouvelle pièce d’Edmond Rostand, intitulée L’Aiglon. La célèbre tragédienne y tient le rôle-titre : celui de Franz, duc de Reichstadt et fils de Napoléon Ier. La pièce est un triomphe et, très vite, son texte est publié par l’éditeur Fasquelle. Celui-ci en fait imprimer plusieurs éditions, certaines tirées à plusieurs milliers d’exemplaires et destinées au grand public1. D’autres, au tirage plus confidentiel, sont destinées à des collectionneurs.

C’est justement un exemplaire d’une de ces éditions précieuses que la Bibliothèque historique a acquis en 2021. Spécialement imprimé pour Jules Huret, journaliste et chroniqueur théâtral au Figaro de 1899 à 1902, ce volume était pour lui une acquisition luxueuse, à la hauteur de son admiration pour Sarah Bernhardt, à laquelle il avait consacré un ouvrage en 18992.

Page de titre de L’Aiglon par Edmond Rostand, 1900, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-0429.

Des illustrations exceptionnelles

Pour cet exemplaire unique, Jules Huret recherche un grand raffinement : le livre est imprimé sur un papier de luxe, en gardant les marges d’impression, une caractéristique particulièrement recherchée des bibliophiles. Il fait aussi appel à plusieurs illustrateurs : en frontispice, il intègre une gravure réalisée d’après un dessin de la peintre Louise Abbéma, qui représente Sarah Bernhardt dans son costume de scène pour L’Aiglon. Surtout, il commande au peintre Albert Bligny plusieurs aquarelles, réalisées directement sur plusieurs pages dont celles introduisant les six actes. La plupart de ces dessins a vraisemblablement été croquée durant les soirs de représentation car le visage de Bernhardt dans le rôle-titre y est très facilement reconnaissable.

Une couverture signée René Lalique

Sa couverture d’origine, dessinée par le célèbre bijoutier et joaillier René Lalique, rend l’exemplaire plus précieux encore. Outre l’emploi d’une belle typographie, Lalique appose un aigle gaufré à la feuille d’or sur le plat supérieur. Le motif est la reproduction exacte de l’une de ses créations de bijoux, réalisée entre 1898 et 1900, dont Sarah Bernhardt devient la propriétaire à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900. Ce pendentif, par sa forme et sa propriétaire, devient ainsi l’incarnation parfaite de ce nouveau succès théâtral.

Cette couverture de René Lalique n’est cependant pas unique : on la retrouve également dans l’exemplaire de l’auteur Jean Richepin, conservé à la Réserve de la Bibliothèque historique3.

Une reliure précieuse

L’exemplaire imprimé pour Jules Huret se distingue enfin par une troisième particularité : sa riche reliure datée de 1924 et réalisée par le relieur Charles Meunier. Ce dernier crée une riche reliure pleine peau en maroquin vert, ornée de fers dorés à motifs végétaux. Les gardes ont été tapissées avec une soie brochée de couleur grenat et la tranche est par ailleurs dorée à la feuille d’or. L’ensemble est conservé dans un étui sur mesure.

Toutes ces caractéristiques font de cet Aiglon un exemplaire précieux, qui, après avoir partie de la collection du bibliophile Emmanuel d’André, rejoint la Réserve de la Bibliothèque historique.


  1. La Bibliothèque historique possède deux de ces exemplaires à grand tirage. []
  2. Jules Huret, Sarah Bernhardt, Paris : F. Juven, 1899, 106 p. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113098c, et également conservé à la Bibliothèque historique. []
  3. Bibliothèque historique, 8-RES-388. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search