Affiches, dessins et jeu : les collections d’iconographie s’enrichissent en 2021

Parmi les acquisitions de l’année 2021, une quinzaine d’affiches de petit format, illustrées ou typographiques, trois ensembles de dessins et un jeu de société ont rejoint les collections du département de l’Iconographie.

Affiches

Les affiches nouvellement acquises viennent principalement s’intégrer à des ensembles existants. Les travaux de signalement achevés ou encore en cours ont permis d’identifier des pièces intéressantes pour compléter la collection.

Une affiche de publicité médicale du 18e siècle a ainsi rejoint les placards et affiches d’Ancien Régime. Elle fait la promotion d’une sorte de ceinture de contention herniaire, vendue rue Saint-André des Arts, représentée par une gravure sur bois. Cette illustration réaliste est remarquable sur ce type de document, habituellement uniquement agrémenté d’ornements typographiques, et atteste du caractère précurseur de la publicité médicale pour l’ensemble des dispositifs promotionnels.

Les affiches des spectacles sont également bien représentées, de la fin du 18e siècle aux années 1950.

Une affichette d’adjudication, notamment pour des salles de spectacle et des cafés situés Boulevard du Temple, témoigne des changements de propriétaires des théâtres parisiens pendant la période d’intense activité dramatique qu’est la Révolution.

Pour les années 1880-1910, les nouvelles acquisitions concernent les soirées montmartroises. Sont ainsi évoquées à travers des affiches typographiques le Divan japonais, alors dirigé par Jehan Sarrazin, qui imite le style d’une affiche électorale pour promouvoir son établissement, ou le fameux Bal des Quat’Z’Arts. Les textes, au style humoristique, édictent les règles prévues de ces bals des étudiants des Beaux-Arts, qui se déroulent en 1903 à l’Elysée-Montmartre et en 1905 Salle Wagram. Chaque année, une thématique choisie par les organisateurs décide des costumes et du déroulé des événements : ici, il s’agit du “Moyen Âge à la blague en Europe” et de la “décadence romaine”. La mention du nu “proscrit” ou “interdit” pour les costumes est une allusion à la tournure orgiaque que prenaient régulièrement ces bals, faussement démentie dans ces affiches.

La collection d’affiches de spectacle de Paris s’enrichit de deux pièces mises en scène dans les théâtres de la Rive gauche, toutes deux des années 1950 : une affiche de La Putain respectueuse et de Huis-clos, pièces de Jean-Paul Sartre, reprises toutes deux au théâtre de la Gaîté-Montparnasse, vers 1950 dans le cadre d’un festival dédié à l’auteur, et une affiche du Ping-pong, pièce d’Arthur Adamov mise en scène par Jacques Mauclair en 1955 au théâtre des Noctambules, situé rue Champollion.

Mentionnons encore deux nouvelles entrées : il s’agit d’affiches commerciales, illustrées et en couleur, l’une faisant la promotion des Tentes Guilloux, dont le magasin se trouvait au 131 rue Montmartre dans les années 1900, l’autre concernant la promotion immobilière de lotissements du quartier Chennevières de Conflans-Sainte-Honorine, datant des années 1920.

Dessins

Les Jolies femmes de Paris

Ce dessin à l’aquarelle, datant du milieu du 19e siècle (entre 1840 et 1850 ?) est bien mystérieux. S’il s’intitule “Les jolies femmes de Paris”, ce n’est pas un éloge mais bien des portraits-charges qui sont férocement produits par un auteur anonyme. Les femmes sont attablées ensemble, les plus âgées figurent au centre, les plus jeunes en bas, comme des enfants jouant sous la table. Ce salon de femmes de lettres parisiennes n’est malheureusement pas encore identifié : les textes manuscrits qui entourent les personnages devraient pouvoir avec le temps nous révéler l’identité des protagonistes ! Autre hypothèse : y aurait-il également des figures masculines caricaturées en femmes ?

Les jolies femmes de Paris

Dessins d’Alfred Grévin

Un ensemble de 77 dessins d’Alfred Grévin (1827-1892), fondateur du musée de cire qui porte son nom, mais aussi dessinateur et créateur de costumes de théâtre, fait aussi partie des acquisitions de 2021. Ces dessins au crayon ou à la gouache – le recueil compte également une épreuve rectifiée par l’auteur – étaient certainement pour la majorité destinés à la presse : Grévin a en effet réalisé de nombreuses caricatures pour le Journal amusant, Le Charivari ou encore le Journal pour rire, dans lesquels il s’est fait le chroniqueur des mœurs parisiennes et du théâtre des années 1860-18801. Une partie des dessins représente également des dessins de costumes, pour des rôles, pièces ou bals non identifiés.

Les Terrassiers de Paris

Six dessins de petit format, aux couleurs vives, documentent le travail des terrassiers de Paris, chargés des travaux de voirie et de pavage. Au format carte postale, il s’agit sans doute de maquettes publicitaires. Sans qu’on puisse avec certitude les lui attribuer, elles rappellent le style du peintre Emile-Henri Blanchon (1845-19..), auteur d’un décor pour la galerie Lobau de l’Hôtel de Ville de Paris. D’après la présence du Petit Palais, on peut les dater autour l’année 1900.

Le Jeu des monuments de Paris

Le jeu des monuments de Paris. Chromolithographie représentant l’Hôtel de Ville, collée sur le couvercle de la boîte.

Venant s’ajouter aux jeux anciens conservés par la Bibliothèque historique, ce Jeu des monuments parisiens est un bel exemple de jeu de cubes en bois figurant plusieurs lieux emblématiques de la capitale aux alentours de 1885. A la manière d’un puzzle, les différentes faces de chaque cube permettent de reconstituer des vues de monuments de Paris, chaque scène étant également reproduite sur des planches-guides chromolithographiées. Défilent ainsi l’Hôtel de Ville (reproduit également sur le couvercle de la boîte), la Tour Saint-Jacques, l’église Saint-Sulpice, Notre-Dame, le Palais de la Cité et Dôme des Invalides.

Le Dôme des Invalides, chromolithographie découpée et collée sur des cubes de bois.


Citer ce billet
Claire Daniélou (2022, 10 janvier). Affiches, dessins et jeu : les collections d’iconographie s’enrichissent en 2021. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxeq

  1. On peut retrouver ces caricatures et dessins humoristiques dans un recueil conservé au département des Estampes de la BnF, disponible dans Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53086948d. []

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search