Fédor Hoffbauer, le Paris historique en dessins

Environ 500 dessins de Fédor Hoffbauer (1839-1922), peintre d’histoire et de panoramas, qui consacra son œuvre à la reconstitution en image du Vieux Paris, ont été numérisés et mis en ligne sur le portail des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. Figure importante du milieu des sociétés savantes d’histoire de Paris, il est surtout l’auteur du majestueux ouvrage Paris à travers les âges, qui met en scène l’histoire de la capitale.

Fédor Hoffbauer dans son atelier, travaillant au plan en relief de devant la Cité en 1527 (Revue rhénane, 1924, n° 6, p. 347).

Hoffbauer, “habile artiste autant que savant archéologue”1

Né à Neuss en 1839, en Prusse rhénane, Theodor Joseph Herbert Hoffbauer est issu d’une famille aux origines hollandaise et russe, d’où le prénom Fédor qu’il adopte toute sa vie. Arrivé à Paris en 1851, à l’âge de douze ans, il consacre sa vie à l’histoire de la capitale et à son architecture. Il est naturalisé français en 1873.

Architecte de formation, son intérêt pour le vieux Paris prend forme au moment de la naissance d’une conscience archéologique et patrimoniale vis-à-vis du bâti ancien au 19e siècle, alors que les grands travaux haussmanniens transforment en profondeur l’apparence de la capitale. On a gardé peu de traces de son activité d’architecte. Il travaille le dessin dans l’agence de l’architecte Jean-Marie-Victor Viel et collabore à la réalisation du Palais de l’Industrie pour l’Exposition universelle de 1855, qui sera détruit à la fin du siècle pour céder la place au Grand Palais. Auprès de Pierre Manguin, il participe dans les mêmes années à la construction de l’hôtel Païva, aux Champs Élysées. Il exerce aussi à Deauville : un seul témoignage en subsiste, “La Casita”, maison inscrite à l’inventaire et construite en 1863. A partir de 1868, il délaisse son métier d’architecte pour réaliser des dessins à la demande de la Ville de Paris, soucieuse de fixer l’image du bâti en cours de transformation2.

Dès 1874, il est membre de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France (jusqu’en 1889), puis intègre progressivement d’autres sociétés savantes : la Société des amis des monuments parisiens (1886-1900 ; membre du comité en 1888-1896), de la Société historique du 6e arrondissement (membre fondateur, 1898-1922 ; membre du conseil d’administration). Enfin, il est nommé membre de la Commission du Vieux Paris en 1913. C’est bien pour son œuvre de dessinateur et de promoteur de l’histoire de Paris que Fédor Hoffbauer a marqué ses contemporains et est resté dans les mémoires.

Paris à travers les âges, “œuvre capitale”3

Son œuvre-phare, Paris à travers les âges. Aspects successifs des monuments et quartiers historiques de Paris depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, fidèlement resitués d’après les documents authentiques, est publiée d’abord entre 1875 et 1882 par l’éditeur Firmin-Didot. Richement illustré, l’ouvrage aborde en réalité une période plus longue que celle indiquée par son sous-titre, et remontant notamment jusqu’à la ville gallo-romaine.

Le livre se présente sous la forme de 14 fascicules, réunis en 2 volumes dans la 2e édition parue en 1885, qui sera définitive. Chaque fascicule traite d’un aspect de Paris ou d’un quartier, souvent représentatif d’une époque de l’histoire de la capitale. Les illustrations d’Hoffbauer sont au cœur de chaque livret : imprimées en couleur, elles rendent vivants les monuments et rues de Paris, quartier par quartier. Hoffbauer dessine, mais ne grave pas lui-même : les images sont reproduites en lithographie ou chromolithographie par une dizaine de graveurs, dont les plus connus sont Eugène Cicéri et Philippe Benoist (déjà connu pour le volume Paris dans sa splendeur, paru en 1861).

D’après Jules Cousin, qui rédige la préface, les dessins du Paris antique, médiéval et moderne sont bien la matrice du projet :

Le principal auteur, M. F. Hoffbauer, habile artiste autant que savant archéologue, a conçu le plan de l’ouvrage qu’il poursuit sans relâche depuis bientôt dix ans, tenant le crayon pendant que ses collaborateurs se repassaient la plume à tour de rôle. C’est, en effet, œuvre de dessinateur plutôt que d’écrivain, cette espèce de chronorama où les points de vue les plus pittoresques du vieux Paris apparaissent successivement, vieillissant ou plutôt rajeunissant d’âge en âge dans un même cadre rigoureusement fixe. Comme si le spectateur, placé à une fenêtre ouverte sur un point choisi de la cité, voyait se succéder sous ses yeux les aspects divers que ce même point de vue présenta de siècle en siècle.

Le dossier formé par les dessins et gravures du quartier de la Bastille constituent un bon exemple de cette méthode, illustrant la forteresse et ce qui lui a succédé, de 1420 à 1878. Les dates ne sont pas choisies selon les grandes dates de l’histoire événementielle (1789 n’est pas représenté par exemple) mais en fonction de ce que l’artiste juge le plus représentatif d’un état spécifique du monument et de la topographie des environs. Les différentes planches sont accompagnées d’une table explicative, qui décrit ce que nous voyons.

Outre ces choix de cadrage, Hoffbauer incorpore aussi à l’intérieur de chaque fascicule des plans chronologiques des quartiers. Jules Roche décrit ainsi le procédé, avant la parution du livre, dans un rapport au Conseil municipal de la Ville de Paris4 :

Une feuille de papier opaque représente, en noir, le quartier ou le monument ancien ; par exemple : la Bastille en 1320 et la Bastille en 1765. A ce plan est adaptée une feuille transparente portant elle-même, en rouge, le plan actuel de la place de la Bastille et de ses alentours. On rabat le plan transparent sur le plan opaque, et les modifications opérées, les différences et les rapports entre l’ancien état des lieux et l’état contemporain surgissent ainsi aux regards avec autant de clarté que de précision.

Jules Roche, Rapport sur une demande de souscription en faveur de Paris à travers les âges, 1880

Dans la préface, Jules Cousin évoque le lectorat potentiel de l’ouvrage, en écrivant qu’il “tiendra sa place tout aussi bien dans la bibliothèque de l’homme d’étude que sur la table de salon des gens du monde”. La liste des auteurs atteste en effet d’une volonté de proposer une synthèse d’histoire de Paris pour un lectorat dépassant le cercle feutré des érudits parisiens. Hoffbauer rassemble les textes de plusieurs auteurs, qui ne sont pas nécessairement historiens au sens strict, mais appartiennent tous aux sociétés savantes parisiennes. Si l’on considère le plan de l’ouvrage dans son ensemble, il s’organise autour de 14 contributions :

  • Volume I
    1. Paris gallo-romain, Lutèce, par Albert Lenoir
    2. Histoire de l’Hôtel de Ville, par Paul Lacroix
    3. Le Palais de Justice et le Pont-Neuf, par Edouard Fournier
    4. La Cité, entre le Pont Notre-Dame et le Pont au Change, par Jules Cousin
    5. Notre-Dame, l’Hôtel-Dieu et les environs, par Edouard Drumont
    6. Histoire du Louvre et de ses environs, par Edouard Fournier
    7. Histoire du Grand Châtelet et de ses environs, par Alfred Bonnardot
  • Volume II
    1. Le Cimetière des Innocents et le quartier des Halles, par l’abbé Valentin Dufour
    2. Le Temple, la place Royale et le Marais, fascicule non signé
    3. La Bastille, l’hôtel Saint-Paul, l’Arsenal, par P. L. Jacob [pseudonyme de Paul Lacroix]
    4. Le Petit Châtelet et l’Université, par Charles Jourdain
    5. L’Hôtel de Nesle, le Pré aux Clercs, Saint-Germain des Prés, par Alfred Franklin
    6. Le Palais des Tuileries, par Lazare-Maurice Tisserand
    7. Le Palais-Royal et ses environs, par Edouard Fournier

Dans cette liste, on relève évidemment aujourd’hui la présence d’Edouard Drumont, journaliste et futur polémiste antidreyfusard, qui fonde quelques années plus tard le journal antisémite La Libre Parole. Il est alors connu comme chroniqueur d’art et est l’auteur d’un guide aux accents nostalgiques intitulé Mon vieux Paris (1879). La majorité des auteurs sont des familiers du milieu des sociétés savantes parisiennes, en particulier des bibliothécaires ayant une activité de polygraphe : Jules Cousin, qui signe en tant que “bibliothécaire-conservateur de l’hôtel Carnavalet”, en référence à sa double fonction de directeur de la bibliothèque et du musée historiques d’alors ; l’abbé Valentin Dufour, qui officie à la bibliothèque du chapitre de Notre-Dame, Paul Lacroix, conservateur à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui signe un texte de son nom propre et un autre sous pseudonyme ; Edouard Fournier, bibliothécaire du Ministère de l’Intérieur et enfin Alfred Franklin, bibliothécaire puis administrateur de la Mazarine. On relève que le thème attribué à chacun correspond à la spécialisation de leur institution d’origine, à l’exception de Fournier, qui aborde des sujets plus divers.

Les derniers noms sont des figures connues de l’histoire de Paris : le collectionneur et grand iconographe Alfred Bonnardot, auquel nous avons déjà consacré un article sur ce blog ou encore Albert Lenoir, archéologue, fondateur du Musée de Cluny et éditeur de la Statistique monumentale de Paris. Parmi les officiels, on compte Lazare-Maurice Tisserand, chef du bureau des travaux historiques de la Ville de Paris et Charles Jourdain, haut fonctionnaire de l’Instruction publique, qui rédige, en toute logique, la partie consacrée à l’Université.

D’autres réalisations au service de l’histoire de Paris

Alors qu’il avait déjà été chargé en 1877 de réaliser le calque pour le fac-similé d’un des plus anciens plans de Paris connu, le plan de Truschet et Hoyau dit plan de Bâle, la réalisation de l’œuvre magistrale qu’est Paris à travers les âges fait d’Hoffbauer une référence incontournable dans le milieu des sociétés parisiennes d’érudition de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle.

En 1904, il fait paraître un nouvel ouvrage dont il signe les illustrations ainsi que le texte, Les rives de la Seine à travers les âges.

Au sein de la Commission du Vieux Paris, dont il devient membre à partir de 1913, son expertise de dessinateur et de peintre est reconnue et sollicitée. On le propose par exemple pour réaliser une copie des peintures murales de l’ancien couvent des Carmélites de la rue Chapon, mises au jour après la démolition de l’immeuble voisin, afin d’en conserver un “souvenir” au Musée Carnavalet5. Les projets de la Commission, faute de moyens, ne sont cependant toujours suivis d’effets et cette commande n’a pas laissé de traces matérielles. Seule la photographie (sans doute moins onéreuse ?), qui répond de plus en plus au besoin de représenter le Vieux Paris en train de disparaître, documente alors ces vestiges.

La Ville de Paris lui passe commande à plusieurs reprises, pour des séries d’aquarelles que conserve le Musée Carnavalet, de vues reconstituées du Vieux Paris ou encore d’événements comme la réception à Paris des officiers de marine russes en 1893.

Des tableaux monumentaux : le Diorama et l’Exposition Universelle de 1889

De 1882 à 1885, Hoffbauer expose au diorama du Carré Marigny, construit par Charles Garnier, huit tableaux monumentaux qui vulgarisent pour le grand public les apports de Paris à travers les âges. Les tableaux représentent Paris à la fin du 4e siècle, et surtout aux 16e et 17e siècles, période de prédilection de l’artiste.

Si l’affiche annonce avec emphase qu’ils sont “grandeur nature” (en réalité, 4 mètres de large par 3 mètres de haut), le dispositif d’exposition reste néanmoins impressionnant, ce dont témoigne l’éclairage prévu pour la scénographie. Le Journal des artistes en donne la description suivante :

[…] ils sont éclairés au moyen de 309 lampes, système Edison, alimentées par des accumulateurs et une puissante machine à vapeur. Cet éclairage perfectionné n’avait jamais été employé jusqu’à ce jour dans les Dioramas ; il donne aux tableaux l’illusion de la réalité. Du reste, il est impossible d’établir aucune comparaison ; les anciennes exhibitions transparentes d’autrefois ne ressemblaient en rien au Diorama de Paris à travers les âges, dont les toiles, loin d’être transparentes, sont éclairées par réflexion.

Alphonse Bouvret, Journal des artistes, 22 août 1885

Contrairement aux vues présentes dans le livre, les tableaux de l’exposition font la part belle à des pages d’histoire connues du grand public, en situant la topographie dans des événements célèbres tels que la Saint-Barthélemy, l’entrée d’Henri IV dans la capitale ou encore l’arrestation de Ravaillac.

Après l’exposition, les toiles sont stockées à l’entrepôt Saint-Bernard, qui appartient à la Ville de Paris. A plusieurs reprises, la Commission du Vieux Paris, du vivant puis après le décès de l’artiste, tente de récupérer et faire restaurer les tableaux, notamment avec le concours de son fils Charles, également peintre6. Leur prise en charge ne semble jamais s’être concrétisée et ne subsistent du diorama que des affiches et le livret explicatif vendu aux visiteurs.


D’autres tableaux de grand format nous sont toutefois parvenus. Pour l’Exposition universelle de 1889, qui marque le centenaire de la Révolution française et la mise en place de la jeune Troisième République, la municipalité commande à Hoffbauer un tableau pour le pavillon de la Ville de Paris, dans la section du Service du plan de Paris : ce sera La Bastille et ses environs en 1789, qui a pour pendant la Vue de la place de la Bastille et de ses environs en 1889 d’Émile Hochereau et Eugène Bourgeois. Dans la même section, deux vues de l’Ouest de Paris, réalisées par Hoffbauer, sont aussi présentées : Vue des seigneuries de Clichy et de Monceau en 1789 et en 1889, exposées aujourd’hui dans l’Hôtel de Ville de Clichy, et dont la Bibliothèque historique conserve deux reproductions photographiques d’époque.

Dans les années qui suivent l’Exposition, les tableaux du quartier de la Bastille sont installés dans l’Hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, à l’entrée des salles de lecture de la Bibliothèque historique qui s’y trouve alors. Ils sont aujourd’hui visibles dans l’Hôtel Lamoignon, dans les espaces d’accueil de la Bibliothèque.

En 1896, la Ville de Paris passe de nouveau commande à Hoffbauer de six tableaux de la banlieue avant et après l’annexion des communes limitrophes en 1860, en vue d’une exposition à Chicago. On connaît ainsi une paire de tableaux qui représente Bagnolet en 1789 et 1889, aujourd’hui conservée par le service du Patrimoine de la ville. Les autres vues ne sont pas répertoriées à ce jour.

Citons enfin un tableau conservé au Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris (FMAC), dépôt des Archives de Paris,, qui représente l’île Louviers au Moyen Âge. Il s’agit aussi probablement d’une œuvre de commande de la Ville, potentiellement présentée en complément des grands tableaux de l’Exposition de 18897.

Le plan-relief de l’île de la Cité

Avec son fils Charles, Hoffbauer réalise aussi un plan-maquette ou plan relief de l’île de la Cité en 1527 (date du début de la démolition du Louvre médiéval), qui l’occupe de nombreuses années, notamment pendant la Première Guerre mondiale.

Elle est achetée par un collectionneur new-yorkais, Rodman Wanamaker, qui en fait don au musée Carnavalet, où elle est aujourd’hui visible au premier sous-sol.

Photographie conservée à la Bibliothèque historique, coloriée à la gouache de la maquette de l’île de la Cité exposée au Musée Carnavalet.


Au-delà de Paris, d’autres histoires

Hoffbauer s’intéresse aussi à des sujets qui dépassent Paris et l’Île de France. La topographie d’abord : il s’attelle à des vues de Lourdes pour un livre de Daniel Barbé Lourdes hier, aujourd’hui, demain, paru à Bordeaux en 1893, ou encore à des représentations de la ville de Rome. Avec l’abbé Henri Thédenat, il conçoit ainsi un livre intitulé Rome à travers les âges, publié chez Plon-Nourrit, qui prend modèle sur Paris à travers les âges, sans avoir la même ambition (1 seul volume de 155 pages). Plusieurs dessins conservés à la Bibliothèque historique documentent la préparation des illustrations, illustrant notamment le Forum et les vestiges antiques.

Il apporte aussi son concours à l’illustration de livres vulgarisant l’histoire de France pour le grand public, en particulier des planches en noir et blanc ou en couleur pour l’Histoire de France illustrée de Maxime Petit, publiciste et avocat, qui paraît chez Larousse en 1909. Cette histoire très grand public du roman national fait la part belle aux images, faisant juxtaposer les reproductions d’œuvres d’art des différentes périodes et les reconstitutions d’Hoffbauer. Ce dernier est mentionné comme une autorité dans la préface – alors que l’auteur du texte n’est même pas cité. Les éditeurs vantent les qualités scientifiques, pédagogiques et esthétiques de ses dessins : “L’auteur de Paris à travers les âges, F. Hoffbauer, s’inspirant des données les plus sérieuses, a reconstitué pour chaque grande période des scènes et des tableaux où revivent, dans leur milieu même, les Français des divers “états”. Cette suite de compositions en couleurs, absolument inédites et que complète une série de planches retraçant l’histoire du costume et du mobilier, présente un intérêt artistique et éducatif (…)”((Préface des éditeurs, Petit (Maxime). Histoire de France Illustrée. Paris : Larousse, 1909.)).

La collection de dessins de la Bibliothèque historique

Environ 500 dessins de Fédor Hoffbauer sont conservés à la Bibliothèque historique. La majeure partie d’entre eux sont des calques, jaunis et fragiles, ou des dessins au crayon, au lavis ou à l’aquarelle dont la numérisation rend possible enfin une consultation sans dommage pour les documents physiques. Cette mise en ligne permet également de rassembler l’œuvre de l’artiste, disséminée dans plusieurs collections parisiennes. A quelques exceptions près, il s’agit pour la plupart de dessins aboutis, destinés à la gravure.

Leur acquisition par la Bibliothèque est issue de plusieurs dons : l’un par l’artiste lui-même, en août 19118, complété par un don plus important réalisé par sa fille en 19529 et des acquisitions onéreuses ponctuelles par la Bibliothèque10.

Mention dans le registre d’entrée de la Bibliothèque historique en 1911

La mise en ligne des dessins numérisés donne une visibilité nouvelle aux inédits, qui sont nombreux. Citons entre quelques exemples comme cette maquette pour un programme officiel représentant l’île de la Cité, la maquette d’un album inabouti “Promenades archéologiques dans l’ancien Paris“, portant les armoiries de la Ville de Paris et figurant une belle gargouille de Notre-Dame au premier plan, ou encore des scènes d’histoire de France aux vives couleurs, sans doute élaborées pour un livre jamais édité. On peut aussi mentionner les dessins illustrant l’histoire du théâtre parisien, un projet abandonné en 1914 du fait la Grande Guerre.

Cette collection présente aussi l’intérêt de mettre en lumière le processus de travail de l’artiste. Les différentes étapes d’exécution du dessin apparaissent à travers la réalisation des calques, des lavis à grand traits, ou encore de l’utilisation de la photographie, qui témoignent de ses méthodes et phases de travail.

La série conservée sur le Pont au change en est un exemple remarquable : le passage du calque à au dessin au crayon montre l’évolution de sa réflexion sur la forme du bâtiment sur pilotis, dans la partie gauche du dessin.

De l’ébauche et l’œuvre définitive, en passant par la lithographie, les reconstitutions anciennes d’Hoffbauer sont devenues elles-mêmes des objets d’histoire, inscrits dans l’historiographie de leur temps, attirée par le pittoresque et le romantique d’un Paris révolu.


Références

Œuvre graphique de Fédor Hoffbauer

Bibliographie

La bibliographie liée à cet article est à consulter sur Zotero :


  1. Jules Cousin, Préface à Paris à travers les âges. []
  2. Funck-Brentano (Frantz), « Les artistes rhénans en France. Fédor Hoffbauer », La Revue rhénane, no 6 (1924), p. 347‑351. []
  3. Le Corbeiller (Maurice) et Capitan (Louis), “Discours prononcés par M. Le Corbeiller, Vice-Président de la Commission et par M. le docteur Capitan, aux obsèques de M. J.-H. Hoffbauer”, Commission du Vieux Paris, Procès-Verbaux, no 7 (1922), p. 129‑132. []
  4. Conseil municipal de Paris “Rapport présenté par Jules Roche, au nom de la 2e Commission, sur une demande de souscription présentée en faveur de l’ouvrage Paris à travers les âges”, annexe au procès-verbal de la séance du 20 décembre 1880, à retrouver sur Gallica []
  5. “À propos de deux peintures murales de l’église des Carmélites de la rue Chapon”, Procès-verbaux de la Commission du Vieux Paris, séance du 9 mai 1914, en ligne sur Gallica []
  6. Voir notamment le procès-verbal de la séance du 26 janvier 1924 []
  7. Le Bulletin municipal décrit ainsi plusieurs autres aquarelles exposées dans la section du plan de Paris, “Afin de laisser des documents à ceux qui s’intéressent à l’histoire de la Ville et aux peintres qui seront plus tard tentés de reprendre cette tâche de restitution du passé, des aquarelles représentent les zones avoisinant les fortifications, les quartiers en formation. Ces aquarelles, ainsi que deux fusains, sont répartis dans dix cadres contenant vingt-quatre dessins. Ce travail devrait être complété sur bien des points de la ville dont l’aspect aura changé d’ici à la fin du vingtième siècle.”, BMO, 30 octobre 1889, à consulter dans Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62957390/f4.item.zoom []
  8. Numéro d’inventaire 42082, 25 août 1911, “139 pièces, dessins, calques et plans concernant Paris. Don de M. Hoffbauer”. Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Registre d’entrée n°39234 à 46247, 1906-1918. []
  9. Ce don n’est pas répertorié au registre d’entrée. []
  10. Notamment 3 aquarelles en 2004, n° d’inventaire 75131. []
  11. Nous remercions Melaine Bétoule, archiviste de la commune de Clichy, pour ses indications sur ces 2 tableaux. []

Claire Daniélou

Conservatrice des bibliothèques, responsable du département de l'Iconographie et des Cartes et plans de la BHVP

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search