Les acquisitions de photographies de 2021

Les photographies entrées cette année viennent enrichir, pour une quinzaine d’entre elles, les collections documentant l’histoire de Paris du 19e au 21e siècle, tandis qu’un ensemble de plusieurs milliers de documents complète le fonds André Zucca (1897-1973), acquis par la Bibliothèque en 1986.

Le château de Longchamp

Ce bel ensemble de 13 photographies, sans équivalent connu, nous est parvenu dans son album d’origine, sans mention de son ancien possesseur. Il documente vers 1870 l’ancien pavillon de Longchamp et son parc : ce petit château, édifié sur le domaine de l’ancienne abbaye de Longchamp devenu propriété de la Ville de Paris en 1852, est commandé par le préfet Haussmann à l’architecte Gabriel Davioud en 1856.

Le jeune architecte, l’un des plus importants collaborateurs d’Haussmann dans les transformations de Paris, est chargé de bâtir selon les souhaits de l’empereur une élégante villa et d’aménager son parc de trois hectares.

À l’achèvement des travaux, Napoléon III surprend Haussmann en lui révélant que la nouvelle résidence, qu’il croyait édifier pour le jeune prince impérial, lui était secrètement destinée dès l’origine. Heureusement surpris, Haussmann craint aussi de faire des jaloux par un tel témoignage de sa faveur auprès de l’empereur. Il  accepte cependant ce cadeau généreux et réside à Longchamp chaque été de 1858 à 1870.

Le perron du château

Le pavillon, propriété de la Ville de Paris, est mis à la disposition d’Haussmann dans des conditions très avantageuses, la Ville prenant en charge l’entretien du bâtiment et de son parc, la fourniture et l’entretien de son mobilier. Certaines photographies de l’album nous montrent un bel équipage au perron du château, la salle à manger dressée pour un service et un personnage en sévère robe noire aux allures de gouvernante.

À la chute de l’Empire, le pavillon n’est plus entretenu et, au début du 20e siècle, après sa rénovation, il est acheté par le parfumeur René Coty. Ce dernier, souhaitant finalement une résidence plus moderne et plus vaste, décide en 1923 de le démolir et fait construire à son emplacement le château actuel. Redevenu propriété de la Ville de Paris, le château abrite depuis 2018 la fondation Goodplanet fondée par Yann Arthus-Bertrand.

Diptyque Notre-Dame

À cette entrée s’ajoute l’acquisition, auprès de Cyrus Cornut, de deux photographies réalisées en 2019 et 2020, l’une le soir de l’incendie de Notre-Dame, juste après la chute de la flèche, l’autre un an plus tard, en plein confinement.

Cyrus Cornut, dyptique Notre-Dame (2019-2020)

La ville est l’un des thèmes récurrents du travail de Cyrus Cornut (né en 1973), qui porte sur elle le regard particulier d’un photographe architecte de formation. Ici, le soir de l’incendie, il saute sur un scooter pour se rendre dans le centre de Paris mais choisit de ne pas rejoindre la foule massée autour de Notre-Dame. Saisi par la fascination des spectateurs place de l’Hôtel de Ville, il convainc l’un des habitants des immeubles qui longent la place de lui donner accès à son appartement. De ce point du vue en léger surplomb, il réalise une photographie dans une perspective qui rappelle les photographies de la place après l’incendie de l’Hôtel de Ville en 1871. Dans un renversement imprévisible, ce n’est pas ici l’Hôtel de Ville reconstruit et immaculé qui attire le regard, mais l’arrière-plan où brûle Notre-Dame.

Un an plus tard, Paris est désertée et confinée par la pandémie due au Covid-19. Le photographe retourne sur les lieux de son premier cliché et réalise une nouvelle photographie depuis le même immeuble, d’autant plus saisissante qu’elle forme un contraste absolu avec la précédente.

Fonds André Zucca

La Bibliothèque historique fit l’acquisition en 1986 d’un vaste ensemble de négatifs photographiques d’André Zucca (1897-1973) auprès de ses enfants. Alors que la numérisation n’existait pas encore, en accord avec la famille du photographe, la Bibliothèque organisa le tirage de chacun des 23 000 négatifs acquis afin d’en en assurer la communication auprès du public. Elle fit également saisir les légendes contenues dans les soixante volumes de planches-contacts pour signaler le fonds dans son catalogue. Dans les années 2000, ces négatifs furent numérisés, et les planches-contacts qui leur correspondent ont été récemment inventoriées en vue de leur numérisation prochaine.

À l’initiative de la fille du photographe, Nicole Zucca, un don de la famille a permis cette année de compléter les négatifs de plusieurs milliers de documents de nature variée, archives, épreuves originales, albums, négatifs. S’y ajoutent plusieurs volumes de maquettes d’un ouvrage que le photographe lui-même avait conçu sur son œuvre. Le fonds ainsi complété couvre l’ensemble de l’œuvre du photographe sur plus de quatre décennies, des années 1920 aux années 1960.



Citer ce billet
bdelepine (2022, 27 janvier). Les acquisitions de photographies de 2021. L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search