Une nouvelle entrée dans nos collections : la Revue de la femme (1926-1930)

Cette année, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a vu s’enrichir sa collection de La Revue de la femme grâce à un don généreux. Fondée en décembre 1926, dans la France des années folles, La Revue de la femme fait partie de ces titres qui témoignent d’une véritable volonté d’émancipation de la femme à travers son épanouissement dans tous les domaines. Malgré son existence éphémère, avec seulement 37 numéros publiés entre 1926 et 1930, cette publication demeure exceptionnelle par sa qualité et sa rareté. Ainsi, la BnF et la Bibliothèque historique sont les seules institutions à conserver ce titre dont la version numérique peut être consultée sur Gallica1.

Bulletin de souscription, La Revue de la femme, n°1, 1926, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 2-PER-1250

Une revue moderne

Dès son premier numéro, la revue se propose de se faire l’écho des nouvelles aspirations de la femme « en traitant sans exclusion tous les sujets qui l’intéressent ». Elle concilie également modernité et tradition car « être avant tout, partout, en tout, essentiellement féminine » est le premier principe directeur de La Revue de la femme. Publié tous les mois, le magazine s’adresse à un lectorat issu essentiellement de la bourgeoisie. La mode occupe une large place mais, comme annoncé, d’autres sujets y sont abordés tel que : l’art de vivre, la décoration, le sport, la vie politique ou le cinéma.

Chaque numéro s’ouvre avec rubrique intitulée « La femme du jour » dédiée aux personnalités de la vie politique, intellectuelle, artistique ou sportive. Ainsi, le second numéro consacre une chronique à la reine Marie de Roumanie en évoquant son engagement politique. Des portraits, d’Anne de Noailles, de Josephine Baker ou d’Isadora Duncan sont proposés dans les numéros suivants.

Tous les numéros sont richement illustrés de dessins et photos. On peut y trouver les croquis de SEM, mais aussi les photos d’une jeune photographe américaine, Thérèse Bonney. Installée à Paris dès 1919, Thérèse Bonney collabore à des magazines français et américains. Passionnée par l’art déco et le passage vers des formes géométriques, elle fonde en 1923 le premier service de presse illustrée américain en Europe spécialisé dans l’architecture et le design. Proche du milieu artistique parisien de l’époque, elle nous a laissé une riche série de clichés conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. La Revue de de la femme lui doit la première de couverture de son 17e numéro ci-contre.

Quand La Revue de la femme rencontre La Gazette du bon ton

Très vite, La Revue de la femme tente de s’imposer comme le magazine féminin par excellence. Cette ambition se traduit notamment par une collaboration avec de nombreuses personnalités journalistiques : Marcel Prévost et André Maurois signent ainsi la rubrique « La femme et la vie », et Jean Labusquière, ancien directeur de La Gazette du bon ton, coordonne la rubrique « La Mode ». Ce rapprochement avec l’ancienne équipe éditoriale de La Gazette du bon ton est loin d’être anodin : éditée entre 1912 et 1925, cette revue de mode a marqué la presse féminine de l’époque. Alliant luxe et esthétisme, elle est source d’inspiration pour la jeune publication qui reprend d’ailleurs plusieurs de ses codes. Ainsi, une partie des créateurs mis en avant par La Gazette du bon ton tel que Jeanne Lanvin, Doucet, Poiret ou encore Worth, le sont également par La Revue de la femme. On peut aussi y admirer des modèles plus originaux, adaptés à la femme moderne comme les créations de Sonia Delaunay qui y voit un moyen de donner vie à ses œuvres picturales.

Publicité Jeanne Lanvin, La Revue de la femme, n°12, 1927, Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2-PER-1250)

La Revue de la femme, Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2-PER-1250)

Cet héritage trouve son aboutissement en mai 1927, à l’occasion du 6e numéro lorsque la rédaction de La Revue de la femme annonce la publication d’un numéro spécimen de La Gazette du bon ton ainsi que sa reprise. Aucun numéro de 1927 de La Gazette du bon ton n’étant consigné, nous ignorons cependant tout quant à la suite de ce projet qui témoigne des ambitions de La Revue de la femme.

Des ambitions avortées à la veille des années 1930

La même année, en février 1927, le magazine annonce la création du prix de littérature publicitaire Beaumarchais, en collaboration avec l’agence publicitaire L’Encartage. Parmi les participants, on retrouve le nom d’Anne de Noailles, mais aussi de Colette qui signe un texte consacré aux Soieries Ducharne qui reflète sa vision du luxe.  

La Revue de la femme, n°4, 1927, Bibliothèque historique de la Ville de Paris (2-PER-1524)

Ces ambitions sont cependant de courte durée : en 1929, le krach boursier marque le début de la Grande dépression qui touche, entre autres domaines, celui de la mode. Après quatre années de parution, La Revue de la femme publie donc son dernier numéro en avril 1930. Retenons donc les termes dans lesquels le quotidien Le Siècle annonçait sa sortie en mars 1927 « une revue non seulement élégante et luxueuse, mais hardie, originale, ouverte à la vie autant qu’à l’esprit moderne … Le plaisant s’y joint au sévère et le sévère même y est plaisant ».

  1. Les collections de la BnF et de la BHVP, sont partielles mais se complètent, à l’exception des numéros 25, 34 et 37, manquants dans les deux cas. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search