Quatre livrets de mise en scène de Cyrano de Bergerac

Lucien Métivet, Cyrano de Bergerac, Tournée Moncharmont et Luguet, 1898, Bibliothèque Forney, AF 91231 GF

A la fin du 19e siècle, le dramaturge conçoit son œuvre comme un tout et, en collaboration avec le directeur du théâtre et le régisseur, supervise le plus souvent de près la mise en scène de son texte. Cette mise en scène est destinée, sinon à rester invariable, du moins à servir de référence pour les reprises et les tournées de la pièce, et à demeurer pour la postérité, car elle fait partie intégrante de l’œuvre. C’est bien ainsi qu’Edmond Rostand conçoit son travail artistique, lui qui, lorsqu’il écrit, imagine un spectacle total, avec les intonations et les déplacements des personnages, les costumes et les décors. « Il veut que rien ne soit livré au hasard, que tout soit prévu et établi à l’avance1 ». Il est donc impossible d’étudier une pièce de théâtre comme Cyrano de Bergerac, comédie héroïque d’Edmond Rostand créée le 28 décembre 1897, sans s’intéresser de près à sa mise en scène, le texte dramatique n’étant qu’un des multiples éléments de l’œuvre.

Comment, plus d’un siècle plus tard, avoir une idée de la mise en scène d’un spectacle, par essence mouvant et éphémère ? En un temps où captations visuelles et sonores en sont à leurs balbutiements, les didascalies du texte, quelques photographies et dessins peuvent certes aider l’imagination. Ce sont surtout les livrets de mise en scène qui constituent une source inestimable. Cette question de la notation et de la transmission du mouvement d’un spectacle s’est en effet posée depuis le 18e siècle. De façon systématique depuis les années 1830, la pratique s’est généralisée de rédiger des livrets ou relevés de mise en scène, où est noté tout ce qui ne figure pas dans le texte dramatique et peut être utile à la représentation : description et plantation des décors, description des costumes, explication des trucages de machinerie, éclairages, musique, conseils de distribution et mouvements des acteurs en scène. Ces opuscules, qui peuvent prendre des formes différentes, ont le plus souvent une diffusion restreinte, et leur conservation est aléatoire. La bibliothèque de l’Association des régisseurs de théâtres, dont la mission première était de rassembler ces livrets de mise en scène, et dont le fonds a été donné à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, conserve quatre rares exemplaires de livrets de mise en scène de Cyrano de Bergerac, témoignant de la mise en scène de la création et de ses évolutions dans la première moitié du 20e siècle2.

Le livret de mise en scène de la création

Le premier et le plus précieux de ces exemplaires (4-TMS-00631) se présente sous la forme d’une copie manuscrite sur citation de répliques, réalisée par l’atelier de copie professionnelle Pillot au moment de la création de la pièce, sans doute début 1898.

Livret de mise en scène rédigé par Louis Péricaud, 1898, 4-TMS-00631
Livret de mise en scène rédigé par Louis Péricaud, 1898, 4-TMS-00631

Cette copie porte en outre des annotations à l’encre rouge ou noire et au crayon, précisant la mise en scène.

Livret de mise en scène rédigé par Louis Péricaud, 1898, acte 1, scène 1, 4-TMS-00631
Louis Péricaud, 4-TEP-003802

Le livret est complété par une lettre du 11 février 1898 à un destinataire non identifié, signée du régisseur du théâtre de la Porte Saint-Martin, Louis Péricaud (1835-1909), également titulaire du rôle de Montfleury dans la pièce, responsable de l’exécution de la mise en scène et de sa notation.

Lettre autographe de Louis Péricaud, 11 février 1898, 4-TMS-00631

Péricaud s’adresse sans doute à un autre régisseur qui va reprendre la pièce et précise certaines indications de la mise en scène : « Dans la précipitation qu’a mis le copiste, il a négligé, omis et rétabli certaines choses annulées. Je vais les remettre au point ». Ce livret a été donné en 1946 à la bibliothèque de l’Association des régisseurs de théâtres par la veuve de Franck Morel (1857-1944), régisseur de tournées, qui y a apposé le cachet de sa bibliothèque professionnelle. On retrouve le même cachet sur 4 feuillets de notations musicales conservées avec ce livret de mise en scène : il est cependant difficile d’affirmer de façon certaine que ces parties de musique de scène sont celles de la création3.

Musique de scène de la création ?, 4-TMS-0631
Théâtre de la Porte Saint-Martin, 520e de Cyrano, CPA-4219

Les livrets de mise en scène du début du 20e siècle

Cette mise en scène manuscrite a manifestement servi de référence aux autres livrets présents dans la bibliothèque de l’Association des régisseurs de théâtre, sous forme de textes imprimés avec des annotations manuscrites : le nombre de livrets originaux en circulation étant restreint, les régisseurs de tournées se contentent souvent d’en recopier les indications sur un exemplaire du texte imprimé de la pièce. L’un de ces exemplaires (8-TMS-00429), dont la provenance est pour l’instant inconnue, et qui, antérieur à 1935, est impossible à dater avec précision, reproduit presque exactement les indications de la création ainsi que les plantations de décors.

Livret de mise en scène anonyme, début du XXe siècle, 8-TMS-00429

Les deux autres exemplaires présentent avec la mise en scène originale, sur laquelle ils s’appuient également, un peu plus de différences.

L’un (8-TMS-00430), donné à la bibliothèque de l’Association des régisseurs de théâtre en 1931, est un document de travail rédigé et utilisé par le régisseur Edouard Cassin (1870-1933) entre 1919 et 1930 pour des représentations en province et à Paris dans les théâtres de quartier. Les plantations de décor sont simplifiées, des coupures du texte sont marquées, avec soin, certaines étant notées comme « coupure faire par Mr Rostand »

Edouard Cassin, 4-TFS-003-0689
Livret de mise en scène d’Edouard Cassin, entre 1919 et 1930, 8-TMS-00430

Le second livret (4-TMS-00630) a été établi très proprement pour être conservé et servir de référence. Il est constitué du texte de la pièce dans l’édition luxueuse illustrée parue chez Lafitte en 1910, enrichie de pages dactylographiées sur lesquelles sont notées les indications de mise en scène avec des numéros de renvoi au texte. Si les plantations de décor en sont absentes, ce livret comporte en revanche des indications précises sur les éclairages, la composition de l’orchestre pour la musique de scène, les costumes et les accessoires, indications qui ne figurent pas dans les autres documents. La provenance de ce volume est inconnue. Il pourrait s’agir d’une fixation de la mise en scène de la reprise de la pièce en 1913 avec Charles Le Bargy, mise en scène à laquelle Rostand a également pris part, ainsi que le rapporte un journaliste en 19394.

Livret de mise en scène anonyme, après 1910, 4-TMS-00630

L’étude comparative de ces quatre relevés de mise en scène permet de reconstituer plus précisément le spectacle qui sous-tend le texte dramatique, dans la conception de son auteur. Elle peut montrer également la permanence de la mise en scène de la création, qui sert de référence absolue dans une tradition scénique qui n’envisage de s’éloigner des conceptions du dramaturge que bien des années après sa disparition. Ces documents méconnus constituent un maillon essentiel dans l’étude de l’œuvre la plus célèbre d’Edmond Rostand. Ils conduisent également à s’interroger sur l’attitude des professionnels vis-à-vis de la mise en scène originale. Dans une pièce comme Cyrano, où le spectaculaire et l’histoire jouent un grand rôle, la mise en scène n’est-elle pas intrinsèquement liée au texte, et n’est-elle pas particulièrement difficile à réinventer ?



Citer ce billet
Pauline Girard (2022, 3 février). Quatre livrets de mise en scène de Cyrano de Bergerac. L'échauguette. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxet

  1. Pierre Mortier, « Je sais tout interviewe Edmond Rostand », Je sais tout, 15 nov. 1905, p. 438. []
  2. Sur l’histoire de l’Association des régisseurs de théâtre, voir Françoise Pélisson-Karro, Régie théâtrale et mise en scène. L’Association des régisseurs de théâtre (1911-1939), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014. []
  3. Voir Pauline Girard et Bérengère de l’Épine, « Typologie d’un manque ? Les partitions de musique de scène dans le fonds de l’Association de la régie théâtrale », dans Sylvie Douche (dir.) Musiques de scène sous la IIIe République, Lyon, Microsillon éditions, 2018, p. 225-242. []
  4. Lugères, « Quand Edmond Rostand surveillait la mise en scène », L’Ordre, 18 janvier 1939. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search