Les Collections théâtrales

L’histoire du théâtre à la Bibliothèque historique

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris s’est, depuis sa création à la fin du 19e siècle, intéressée à tous les aspects de la vie de la capitale, et parmi eux, singulièrement au spectacle.

L’A.R.T. à l’Exposition universelle de 1937.

Cet intérêt s’est encore accru avec le versement en 1969 dans ses collections des riches fonds de l’Association des régisseurs de théâtre (A.R.T). Cette association de professionnels du spectacle, créée en 1911, avait constitué une importante bibliothèque de relevés de mise en scène et de documents de toute nature relatifs au spectacle : volumes imprimés, iconographie théâtrale, affiches, programmes et partitions musicales. A partir de 1946, la collecte des relevés de mises en scène se ralentit. L’A.R.T. poursuit alors son action en faveur de la préservation de la mémoire scénique en organisant la captation vidéo de spectacles dramatiques. En 1976, elle révise ses statuts, diversifie son recrutement, et devient Association de la régie théâtrale.

Quelques années avant d’opérer cette mutation, à la fin de l’année 1969, l’A.R.T. a déménagé à la Bibliothèque historique, ses collections devenant propriété de la Ville de Paris et l’association, qui continue d’exister, obtient la jouissance d’un bureau au sein de la bibliothèque.

En 2011 a été créé au sein de la Bibliothèque historique le département des Collections théâtrales, chargé de toutes les collections théâtrales de la bibliothèque, qu’elles proviennent ou non de l’A.R.T.

Une grande diversité de documents

Les Collections théâtrales de la bibliothèque ont la particularité d’englober une grande variété de types de documents, autour du spectacle vivant, essentiellement parisien.

Des séries de programmes, de coupures de presse, de billets, d’invitations et de documents publicitaires voisinent avec des ensembles de photographies, de dessins originaux, de textes dramatiques manuscrits, de correspondances, d’objets (accessoires de théâtre, objets-souvenirs, costumes de théâtre ou encore marionnettes), de maquettes en volume, de documents audiovisuels et de fonds d’archives.

Contenu et grandes thématiques

Les collections sont réparties dans deux grands ensembles :

  • d’une part le fonds général, organisé par types de documents : il s’agit essentiellement des relevés de mise en scène et des documents rassemblés par l’A.R.T. autour de ces relevés.
  • d’autre part les fonds spécifiques, fonds d’archives provenant d’une personnalité, d’un théâtre ou d’une association.

Le fonds général

Relevés de mise en scène

Le cœur des collections est constitué par la bibliothèque des relevés de mises en scène de pièces de théâtre et d’œuvres lyriques.

Dans ces relevés, généralement associés au texte ou au livret de l’œuvre, est consigné tout ce qui peut être utile à la représentation dramatique : description et plantation des décors, description des costumes, explication des trucages de machinerie, éclairage, musique, conseils de distribution et mouvements des acteurs en scène. Leur rédaction se développe à partir de 1830, pour permettre aux théâtres qui reprennent un opéra ou une pièce de théâtre de respecter la mise en scène de la création. Le relevé de mise en scène a une double fin pratique et conservatoire : il explique comment remonter la pièce, et garantit à l’auteur que son œuvre ne sera pas dénaturée par une mise en scène qu’il n’a pas approuvée.

La politique de collecte de l’A.R.T., menée dès 1911, l’amène à récupérer à la fois les bibliothèques de travail de régisseurs partant en retraite et des mises en scène contemporaines. Cette collecte n’a cependant rien d’exhaustif : seul un quart des mises en scène contemporaines de l’Entre-deux-guerres ont pu être collectées.

Les mises en scène ont été divisées en deux ensembles, décrits dans trois inventaires différents : dramatiques (théâtre parlé), titres de A à L et de M à Z, et lyriques (théâtre chanté).

Du côté du théâtre, 6 500 documents concernent les mises en scène de plus de 2 000 œuvres dramatiques, créées principalement à Paris, mais dont les relevés témoignent également de la circulation en province et à l’étranger, de 1850 à 1950 environ.
Du côté de l’opéra et de l’opérette, 2 600 documents témoignent des mises en scène de 700 œuvres lyriques datant en majorité du 19e siècle.

Photographies et dessins viennent enrichir la connaissance des spectacles que nous apportent ces relevés.

Dessins

Les quelque 3 500 dessins de la collection sont le plus souvent des maquettes planes réalisées pour la production d’un spectacle. La bibliothèque est bien pourvue en maquettes de costumes pour la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle.

C’est cependant pour la seconde moitié du 20e siècle, que la collection de maquettes est quantitativement la plus riche. L’action de l’A.R.T., depuis 1969, consiste pour une bonne part à faciliter l’acquisition gratuite ou onéreuse d’archives de professionnels du spectacle, dont nombre de scénographes et décorateurs. Sont ainsi notamment entrées dans les collections de la bibliothèque 900 maquettes de Jacques Marillier (1924-2002), 160 maquettes de Jacques Noël (1924-2011), 125 maquettes d’Agostino Pace, une centaine de maquettes de Jean-Denis Malclès (1912-2002) et 63 maquettes de Claudie Gastine.

Grâce aux dons de deux critiques dramatiques à l’A.R.T., Édouard Beaudu (1879-1960) et Jean Raphanel (1867-1935), près de 300 caricatures de presse qui croquent principalement des artistes de music-hall de l’entre-deux-guerres enrichissent le fonds de dessins originaux du département des collections théâtrales.

Pol Rab. Max Dearly dans Chonchette, 1925.
Photographies

Les 40 000 photographies de la collection, de 1870 à nos jours, sont réparties dans deux séries principales : portraits de personnalités du spectacle, à la ville comme dans leurs divers rôles, classées par nom de personne et photographies de scène classées par titres de pièce. A ces deux séries s’ajoutent quelques photographies de lieux de spectacle parisiens. Le fonds a été alimenté pour les années 1920 et 1930 par la documentation apportée par Beaudu et Raphanel. Il est également très riche pour la période d’après 1945.

Programmes et presse

Les 60 000 programmes, billets et documents publicitaires et 600 dossiers de coupures de presse de 1850 à nos jours, classés par théâtre, constituent une mine de renseignements sur les salles parisiennes, y compris les plus obscures.

Programme du Parc-Casino des Eaux-Vives, Genève, 1910.

L’importante collection d’affiches de spectacle provenant en grande partie de l’A.R.T. est maintenant gérée par le département de l’Iconographie de la bibliothèque.

Objets et maquettes en volume

Outre quelques objets-souvenirs, pièces de costumes et accessoires de théâtre, la Bibliothèque historique a acheté ou reçu en don de l’A.R.T. plus de 200 maquettes en volume de décors de théâtre. Le fonds, toujours en accroissement, concerne une quarantaine de théâtres parisiens et une demi-douzaine de théâtres étrangers. On y distingue un bel ensemble sur le théâtre privé parisien de 1940 à 1970, avec notamment les décors de Jacques Noël pour la création des pièces d’Eugène Ionesco dans les années 1950 et 1960, ceux de Jean-Denis Malclès pour les créations de Jean Anouilh, ceux d’André Acquart (1922-2016) et Jacques Noël pour Jean-Marie Serreau dans les années 1950, ensemble auquel il faut ajouter les décors des pièces montées au Théâtre de la Colline sous la direction de Jorge Lavelli de 1987 à 1996.

Les fonds spécifiques

A ce fonds général, viennent s’ajouter une soixantaine de fonds d’archives spécifiques, dont la description vient enrichir chaque année le catalogue. On peut citer notamment les fonds des archives de l’ART, du théâtre de Poche (1942-2011) et du théâtre du Châtelet, des scénographes Amable (1846-1916) et Françoise Darne, de la costumière Pascale Bordet, du réalisateur de cinéma Raymond Bernard, et des metteurs en scène Jean-Marie Serreau et Georges Werler.

Gaston Baty, photographie figurant dans son dossier d’adhérent à l’A.R.T., 4-TFS-003-0803.
Marionnette fleur, fonds André Verdun.

Parmi les fonds importants en attente ou en cours de traitement, il faut noter les fonds Jean Mercure (1909-1998), metteur en scène et directeur du Théâtre de la Ville, Maurice Jacquemont (1910-2004), directeur du studio des Champs-Elysées pendant près de 30 ans, le fonds des Tournées Baret, qui ont eu près de 100 ans d’existence depuis 1891, celui des Frères Jacques, quatuor vocal actif de 1945 à 1982 ou encore le fonds du marionnettiste André Verdun (1932-2005), riche notamment de 340 marionnettes.

Accroissements d’aujourd’hui

L’action de l’A.R.T. pour susciter des dons ou favoriser des achats d’archives continue aujourd’hui, et est devenue l’une de ses missions principales. Les collections théâtrales de la Bibliothèque historique sont ainsi constamment enrichies. Parallèlement, la Bibliothèque historique mène une politique d’acquisitions patrimoniales en lien avec ce pôle théâtre, orientée essentiellement vers l’histoire de la mise en scène et du théâtre privé parisien, y compris celle des petites salles de café-concert et de music-hall des 19e et 20e siècles.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pauline Girard (14 septembre 2020). Les Collections théâtrales. L'échauguette. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxdr


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gaultier-Voituriez Odile dit :

    Bravo Pauline pour ce panorama passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search