Une féministe oubliée : Céline Renooz (1840-1928)

Les archives de Céline Renooz sont arrivées à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris grâce au legs en 1946 de la bibliothèque de Marie-Louise Bouglé (1883-1936) qui avait rassemblé avec passion et détermination de nombreuses archives afin de documenter l’histoire des premiers féminismes. On y retrouve donc les livres, dossiers biographiques, manuscrits et fonds d’archives de célèbres personnalités du féminisme comme Hubertine Auclert mais aussi des fonds plus confidentiels comme ceux d’Arria Ly, Jeanne Bouvier, Marthe Bray, Caroline Kauffmann ou encore Céline Renooz.

Céline Renooz était une féministe différentialiste1 mais elle fut aussi naturaliste, physicienne, écrivain et conférencière… Elle s’est en outre consacrée à des problèmes réputés insolubles et a bataillé pour imposer ses points de vue sans craindre de marcher à l’encontre des idées reçues. Trop vite tombée dans l’oubli, les archives et théories de Céline Renooz méritent donc d’être redécouvertes.

Un esprit scientifique

Née à Liège en 1840, Céline Renooz est la 7e enfant d’une riche famille bourgeoise. Sa mère est la fille d’un médecin parisien, Louis-Jean Maugé, et son père, Emmanuel-Nicolas Renoz est un notaire libéral et patriote belge qui eut une grande influence sur sa fille.

En 1859, Céline Renooz, âgée de 19 ans, épouse l’ingénieur espagnol Angel Muro (1839-1897), fils d’un riche banquier. Commence alors une période assez mouvementée et difficile, car son mari se révèle être un mari infidèle notoire. Elle séjourne de longues périodes en Espagne et donne naissance à 4 enfants : Marie (1860-1910), Irène (1861-1886), Manuel (1863-1890) et Alice (1869-….) Trois de ses quatre enfants meurent de phtisie. En 1875, elle quitte l’Espagne et son mari et s’installe à Paris où commence alors une période de liberté et curiosité scientifique. Elle fréquente instituts, collège de France, musées et bibliothèques, se livre à des travaux d’ordre scientifique, physiologique et sociologique et rencontre des féministes dont Maria Deraismes.

À partir de 1878, elle multiplie les publications et conférences et tente d’éclairer le monde scientifique de ses découvertes sur la question de l’origine de l’homme. Selon Céline Renooz, l’homme et les mammifères descendraient des plantes, plus précisément, du haricot et non du singe. Cette version originale de la phylogenèse s’inspire des idées en vogue du zoologiste allemand Ernst Haeckel. Céline Renooz est pourtant une évolutionniste convaincue, mais elle réfute le darwinisme et le transformisme lamarckien et souhaite découvrir les lois du lent perfectionnement de la nature grâce à la méthode scientifique fondée sur l’intuition. En 1883, parait son premier livre, L’origine des animaux, histoire du développement primitif, nouvelle théorie de l’évolution, réfutant par l’anatomie celle de M. Darwin, publié chez J.-B. Baillière et fils, où elle apporte une solution nouvelle et surprenante au grand problème de l’origine de l’homme. Elle complète sa théorie en publiant en 1888  L’évolution de l’homme et des animaux, histoire positive du développement primitif  démontré par le développement embryonnaire chez E. Bouillon et E. Vieweg.

En 1887, elle dispose d’un amphithéâtre à la Sorbonne mais le doyen de la faculté des sciences, Monsieur Hébert, organise autour d’elle une véritable conspiration qui nuit à ses conférences. Elle contacte alors des intellectuels pour la soutenir comme le montrent les lettres de Céline Renooz à Edmond Hébert (ci-contre, 4-MS-FS-16-0913) ou à Charles Préau2. Elle reçoit en outre le soutien d’Albert Sastre ou de Jules Soury3 mais ne veut plus continuer ses conférences dans cette ambiance délétère.

En 1890, elle commence à publier son grand œuvre, La Nouvelle science (chez Administration de la Nouvelle science). Trente ans plus tard elle publie Les Facteurs de la vie : les éléments de l’univers, les familles solaires, la chimie nouvelle, les stades de l’évolution chimique (chez Rhéa). En 1892 elle participe au Congrès de physiologie à Liège : elle est alors la seule femme au milieu de 200 professeurs venus de toutes les universités. Elle expose la partie physiologique de sa doctrine de l’évolution et obtient un grand succès.

Une féministe différentialiste

En parallèle de ses recherches, Céline Renooz est également une féministe, dont les théories sont largement nourries par sa culture scientifique. Toujours enthousiaste, en 1888 elle fonde  La revue scientifique des femmes : sciences, physiques, naturelles, médicales, philosophiques et sociales. L’objectif de cette revue est de proposer une nouvelle méthode scientifique, basée sur l’intuition et libérée des biais patriarcaux tout en promouvant les femmes scientifiques. Elle y exalte la nature féminine porteuse d’un principe spirituel supérieur au principe masculin. En 1894, elle publie une feuille de propagande,  Les Temps nouveaux, adressée à tous les hommes de pouvoirs où elle conçoit un féminisme intégral qui refuse le « panmasculinisme » et donne à la femme une place égale, mais différente, à celle de l’homme. L’homme serait industrieux et actif en haute d’une échelle matérielle et mouvante et la femme serait idéaliste et conservatrice en haut d’une échelle spirituelle et immuable.

En 1896, elle crée une École des néosophes et une Société néosophique au sein de laquelle elle donne des conférences régulièrement. Elle anime aussi des cours de psychologie comparée de l’homme et de la femme qui donne lieu à un ouvrage en 1897 :  Psychologie comparée de l’homme et de la femme . Elle y développe l’idée que la force vitale de la femme n’est pas sexuelle comme celle des hommes mais au contraire irrigue son cerveau, lui permettant de s’élever par la pensée vers les choses abstraites.

En 1901, elle entreprend d’écrire un grand ouvrage en quatre volumes intitulés :  L’agonie des religions et, en attendant la publication, elle expose les principaux chapitres dans son cours au Cercle International du Ladies Club. Pacifiste pendant la Grande Guerre, elle publie un ouvrage nésophique en 1917 : La Paix glorieuse, nécessité de l’intervention féminine pour assurer la paix future.

De 1921 à la fin de sa vie, elle publie encore 6 volumes sur  L’Ère de Vérité. Histoire de la pensée humaine et de l’évolution morale de l’humanité à travers les âges et chez tous les peuples »4, rédigés à partir des cours d’histoire dédiés aux femmes qu’elle tenait chez elle.

Elle meurt en 1928 et est incinérée au Père-Lachaise.

Le fonds Céline Renooz à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

La pensée intellectuelle et les activités de Céline Renooz peuvent désormais être approfondies grâce à l’étude de son fonds d’archives personnelles, conservées à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et dont l’inventaire complet peut être consulté sur le Catalogue Collectif de France et sur le portail des bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris. Plus de la moitié de ce fonds Céline Renooz est constituée de correspondance, à la fois passive et active. Chose rare, la bibliothèque possède plus de 700 brouillons de lettres que Céline Renooz envoie à de nombreux et variés correspondants : Caroline Ashurst, Ferdinand Buisson, Marguerite-Fanny Dubois-Davesnes, Lucie Dreyfus, Justine Mie d’Aghonne, Alfred Naquet, Camille Saint-Saëns, Caroline Kauffmann, Jean Jaurès, Hélène Zlatoff….

Tout aussi fantastique est la liste de plus de 1000 personnalités qui écrivent à Céline Renooz : Hubertine Auclert, Hyacynthe Bélilon, Olga Bézobrazov, Olympe Blinoff, Maria Deraismes, Marie-Louise Bouglé, Caroline Kauffmann, Lydie Martial, Héra Mirtel, Jeanne Oddo-Deflou, Frances Swiney, Elisée Reclus, Tony Révillon, Clayre Yvelin… Cette multitude de lettres nous livre beaucoup d’informations sur les préoccupations et les réseaux des intellectuels et des féministes de la fin du 19e siècle et début 20e siècle.

La bibliothèque possède également des écrits préparatoires sur ses théories, Les forces cosmiques5, L’Égalité des sexes6 mais aussi la fantastique  Autobiographie de la femme cachée, inédite, où elle balaie sa vie, de sa naissance en 1840 à l’année 1913 et livre des souvenirs personnels en intégrant photographies et dessins (ci-contre, 4-MS-FS-16-0749).

Enfin, la documentation rassemblée par Céline Renooz est tout aussi riche et reflète bien les sujets de prédilection des féministes à l’époque : Renooz a constitué une collection variée, allant de nombreuses coupures de presse sur le droit familial à des publications d’associations ou de congrès (ci-contre, “Droit maternel et paternel”, 4-MS-FS-16-0887).

Tous ces documents offrent donc un témoignage irremplaçable sur la vie d’une érudite parisienne aux multiples facettes à la fin du 19e et au début du 20e siècle à Paris : ces nombreuses archives, lettres et documentation personnelle permettent ainsi de découvrir Céline Renooz au travail et de comprendre son cheminement intellectuel.

Bibliographie

Christine Bard, Les filles de Marianne, Histoire des féminisimes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995

Christine Bard, Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes France 18e-21e siècle, Paris, Puf, 2017

  1. Les féministes différentialistes postulent une différence de nature entre le masculin et le féminin, en attribuant aux femmes certains caractères féminins innés []
  2. Lettre de Charles Préau à Céline Renooz, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 4-MS-FS-16-0920 []
  3. Lettres d’Albert Sastre (8-MS-FS-16-1254) et de Jules Soury (8-MS-FS-16-1250) à Céline Renooz []
  4. L’Ere de vérité, Bulletin mensuel de la Société néosophique, Bibliothèque historique de la Ville de Paris (4-PER-2925 et 4-PER-3058) et prospectus publicitaire, Bibliothèque historique de la Ville de Paris (4-MS-FS-16-0832) []
  5. Écrits préparatoires aux Forces cosmiques, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-MS-FS-16-1109 []
  6. Écrits préparatoires à l’Égalité des sexes, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-MS-FS-16-1169 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Colette dit :

    Vraiment interessant et surprenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search