Faire l’histoire de Paris à l’époque contemporaine (2/2)

En 2020, la Bibliothèque historique a proposé une exposition intitulée “Histoires de Paris” : cette dernière avait pour but de revenir sur l’écriture de l’histoire de Paris entre le 16e et le 20e siècle grâce aux livres d’histoire conservés à la bibliothèque. Après un premier article consacré aux livres d’histoire de Paris sous l’Ancien Régime, le présent article s’intéresse aux productions des 19e et 20e siècles sur le sujet, de l’élan romantique aux grandes collections éditoriales de la seconde moitié du 20e siècle.

Le long 19e siècle

L’un des changements les plus frappants dans les livres d’histoire au 19e siècle est avant tout une évolution de format. Le début du 19e siècle est en effet marqué par un développement sans précédent de l’illustration grâce à la modernisation des techniques d’impression. L’invention de la gravure sur pierre (dite aussi lithographie) en 1796 par Senefleder, introduite en France dans les années 1810, constitue ainsi un véritable tournant pour l’illustration présente dans les livres imprimés. Dès 1837, la lithographie laisse la place à la chromolithographie qui permet désormais d’imprimer des illustrations en couleur beaucoup plus facilement. Les illustrations jouent dès lors un rôle plus important dans les livres retraçant l’histoire de la capitale.

Paris romantique

Cette (r)évolution va de pair avec un nouveau courant littéraire et artistique : le mouvement romantique accorde ainsi une grande importance à l’expérience sensible du monde, en replaçant l’homme au milieu du paysage. L’insistance particulière sur certains motifs, comme celui des ruines, entre alors en résonance avec l’écriture de l’histoire. Ce parti pris est très visible dans la Nouvelle Histoire de Paris de De Gaulle en 1839, qui reprend les codes des voyages pittoresque pour proposer un voyage dans le temps au sein de la capitale. Les illustrations, abondantes, permettent d’appuyer pleinement ce propos en déployant de nombreux décors de ruines d’inspiration médiévales. L’auteur et l’illustrateur exagèrent d’ailleurs leur propos pour mieux coller aux attentes et fantasmes des lecteurs : jouant sur le goût romantique, Testard réalise une illustration qui accentue délibérément l’aspect campagnard des abords de l’ancienne abbaye Saint-Victor.

Julien de Gaulle, Nouvelle Histoire de Paris et de ses environs, Paris, Pourrat frères, 1839-1841 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, cote 116 888)

Cette vision dramatique de l’humanité permet également de faire entrer un nouvel acteur dans les Histoires de Paris, à savoir le petit peuple parisien qui devient un sujet d’étude à part entière. Le “peuple de Paris” devient le personnage principal de ces histoires appuyées sur des idéologies variées comme le montre l’ouvrage de Scipion Marin, paru en 1831 : le titre est explicite, proposant une Histoire civile et militaire des Parisiens depuis les Gaulois jusqu’à nos jours. Pour la première fois, le nom de la capitale s’efface donc derrière celui de ses habitants, une logique reprise sur le frontispice : faisant fi de toute vraisemblance historique, l’illustrateur, anonyme, propose une image très troubadour du siège de Paris de 845 qui montre clairement l’accent porté sur les mouvements populaires.

Paris muséifié

Jusqu’à la fin du 19e siècle, les Histoires de Paris, véritables phénomènes littéraires, continuent de fleurir, lancées à grand tirage par différents éditeurs. Jouant sur l’anecdote et sur de nombreuses illustrations pour faire revivre la vie parisienne, elles ont chacune droit à plusieurs éditions, preuve de l’importance de la demande. Ces Histoires de Paris, malgré leur format similaire, portent cependant toutes un discours mémoriel différent : l’année 1852 est en cela exemplaire, voyant s’affronter deux éditeurs qui, en fonction de leur sensibilité politique, promeuvent leur propre vision de l’histoire de la capitale.

Les Hetzel, républicains, font ainsi appel à Lavallée pour proposer une Histoire de Paris depuis le temps des Gaulois jusqu’à 1850. Lavallée, qui partage leurs convictions politiques, reprend un texte qu’il avait rédigée en 1845 en introduction du célèbre recueil du Diable à Paris : contraint par la censure, il doit cependant clore la partie historique aux journées de février 1848. Son discours républicain est appuyé par les illustrations de Champin qui compose un pot-pourri de monuments parisiens où les symboles des insurrections révolutionnaires parisiennes ont la première place : l’Hôtel de ville, monument civil saisi lors d’une journée révolutionnaire, domine l’ensemble rangé sous son égide qui comprend Notre-Dame, la Cité, la Sainte-Chapelle, la tour de Nesle, la Bastille, le Panthéon, les Invalides, et en bas l’Arc de triomphe flanqué des colonnes Vendôme et de la Bastille. Ce bel ouvrage peut être lu chez vous grâce à notre service de prêt de livres anciens !

La même année que Lavallée, en 1852 donc, les éditions catholiques Mame publient une autre histoire grand public, nettement plus conservatrice : l’Histoire de Paris et de ses monuments, d’Eugène de La Gournerie, qui est réédité 7 fois. Les diverses révolutions parisiennes sont conspuées quand elles ne sont pas passées sous silence comme celle de 1848.

Parcourez au reste Paris tout entier : il n’est pas une de ses rues qui ne porte la marque de cette hideuse époque [la Révolution].

Eugène de la Gournerie, Histoire de Paris et de ses monuments

Comme l’ouvrage de Lavallée, l’histoire de la Gournerie est quoiqu’il en soit le reflet de la muséification progressive de Paris avec une sélection de monuments symboliques qui deviennent désormais partie intégrante de l’image collective de la capitale. Les éditions successives s’adaptent au goût du jour : en 1880, le frontispice réalisé pour la 4e édition met ainsi à l’honneur des quartiers plus pittoresques et excentrés de Paris, comme Montmartre, au côté des grands monuments prestigieux.

Ces entreprises frénétiques de récits parisiens, qui donnent à l’image une place centrale, trouvent leur meilleur représentant avec Robida. En 1895, ce dessinateur, écrivain et artiste touche-à-tout propose ainsi une histoire de Paris de siècle en siècle, renouvelé l’année suivante par un Paris de siècle en siècle : le coeur de Paris, spécifiquement dédié à l’hypercentre parisien. Aidé de son ami Charles Normand, archéologue, il propose une somme de 800 pages sur l’histoire de Paris centre, abondamment illustrée. En plus de nombreuses vues d’artistes, Robida y consigne les traces du Vieux Paris toujours visibles dans les rues des années 1890 : coin de rues, balcons, fenêtres, détails architecturaux… Rien n’échappe à son œil de dessinateur. De Lutèce au 19e siècle, c’est ainsi un véritable voyage dans le temps pour le lecteur, sur les traces des écoliers, marchands et aristocrates qui ont foulé les rues de Paris. Pour les plus curieux d’entre vous, ce très bel ouvrage ancien est disponible à l’emprunt avec votre carte de lecteur !

Albert Robida, Paris de siècle en siècle, Paris, Librairie Illustrée, 1895 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, disponible au prêt)

A l’aube du 20e siècle

Paris transformé ?

La fin du 19e siècle est marquée par l’apparition de récits historiques parisiens d’un genre nouveau, fortement influencés par les romans d’anticipation qui sont alors à la mode. Les textes d’anticipation sur le futur de Paris deviennent de fait presque un genre au 19e siècle, suscités par les bouleversements tant politiques qu’urbains de la capitale, qui subit des changements la rendant parfois méconnaissable aux yeux des contemporains. Cette fascination se retrouve dans l’écriture de l’histoire de Paris : des romanciers, plus que des historiens à proprement parler, proposent désormais des récits de Paris, des origines… jusqu’au 21e siècle ! C’est ainsi le parti pris par Léo Claretie dans son Paris des origines jusqu’à l’an 3.000, publié en 1886, où il déploie plusieurs tableaux parisiens y compris pour des évènements qui ne sont pas (encore) déroulés.

Sa description du Paris de 1987 suscite le plus d’étonnement : l’écrivain a parfois des intuitions assez justes comme lorsqu’il imagine un réveille-matin tout puissant, qui est un en fait un smartphone sans en porter le nom. Comme il le dit lui-même : « on n’a plus besoin de journaux avec ce petit appareil si intelligent et si bien informé ». Il anticipe aussi l’invention de la télévision, et, plus important, l’accès à l’éducation pour les femmes.

En revanche, Claretie est aussi victime de son imagination débordante comme lorsqu’il décrit le moyen de transport le plus courant en 1987 : des véhicules aériens individuels, aux formes toutes plus loufoques les uns que les autres.

La même fascination est à l’oeuvre chez Henri de Noussanne. En 1900, il fait paraître Paris sous Louis XVI et Paris aujourd’hui qui, comme son nom l’indique, propose un récit comparatif de la capitale. Noussanne part en effet du récit effectué par son homologue, Louis-Sébastien Mercier, cent ans plus tôt en 1789 et propose le sien en regard. Alors que la capitale connaît de nombreux changements, Noussanne se focalise plutôt sur certaines caractéristiques, plus pérennes, de Paris : les récits de Mercier et de Noussanne permettent ainsi de constater que certains discours sur la capitale ne changent guère du 18e au 21e siècle. Les bâtiments y sont toujours trop hauts, les Halles trop peuplées, les Parisiens trop imbus d’eux-mêmes … Au final, les changements politiques et administratifs notés par Noussanne, comme la disparition de certaines administrations, semblent assez mineurs comparés au bouillonnement social et culturel qui caractérisent la capitale depuis plusieurs siècles.

Henri de Noussanne, Paris sous Louis XVI et Paris aujourd’hui, Paris, Firmin-Didot, 1900 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 399 793)

Quand la Ville de Paris écrit l’histoire

A partir de 1865, Haussmann lance le Service des travaux historiques chargé de publier les sources de l’histoire de la capitale : désormais, la Ville de Paris se place en fournisseur de contenus renouvelés et validés, une entreprise qui va durer plus d’un siècle au sein de la collection de l’Histoire générale de Paris. Les volumes publiés par ce service de 1866 à 1970, connus plus souvent sous le simple nom de “collection verte” d’après la couleur de leurs reliures ont une vocation assez différente des autres publications de la fin du 19e siècle : il ne s’agit pas tant d’écrire une histoire officielle, mais d’éditer des archives, qui serviraient de matériaux aux historiens et renouvelleraient l’information disponible depuis les recherches de Félibien et de Lebeuf.

Pendant cent ans, la Ville de Paris se positionne en pourvoyeuse de contenu de qualité : les volumes de la “collection verte” ont vocation à retracer l’étendue et la diversité des sources parisiennes et mêlent relevés épigraphiques ou archéologiques, édition d’archives, etc. Ces ouvrages restent une compilation précieuse de sources variées encore aujourd’hui. Tous les volumes de cette collection ont été numérisés sur Gallica afin de rester accessibles pour tous et toutes.

A leur suite, cette entreprise est reprise par l’Association pour la publication d’une histoire de Paris, de 1970 à 1994 : cette association est à l’origine d’une Nouvelle histoire de Paris en 33 volumes, chacun étant rédigé par les meilleurs historiens de cette génération. Jean Favier, éminent médiéviste, dirige ainsi le volume consacré à Paris sous le Moyen Âge.

Cette ambition d’une histoire officielle, impulsée par la Ville de Paris, a également des répercussions dans l’histoire de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Marcel Poëte (1866-1950), historien et directeur de la Bibliothèque historique de 1903 à 1931, œuvre pour faire de la bibliothèque un centre d’études parisiennes en organisant des expositions annuelles et en inaugurant dès 1904 un enseignement d’histoire de Paris.

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris conserve toujours les papiers de M. Poëte, contenant notamment ses notes de travail préparatoires à ses cours, ainsi que les plaques de verre de projections.



Citer ce billet
Julie Duprat (2022, 1 avril). Faire l’histoire de Paris à l’époque contemporaine (2/2). L'échauguette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lxey

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bazin elisabeth dit :

    Merci de nous transmettre les nouveautés de la Bibliothèque.
    Avez-vous un sommaire , un résumé de vos expositions?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search